Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Articles récents

Chamsidine Achirafi s'était gravement trompé au sujet de Chamsidine Anissi

10 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Chamsidine Achirafi s'était gravement trompé au sujet de Chamsidine Anissi

Chamsidine Achirafi

J'ai été durant 9 mois le premier directeur de cabinet d'Anissi Chamsidine, puis le secrétaire général de son gouvernement pendant un an. J'ai également fait partie, du moins sur le papier, de sa cohorte de « conseillers ». J'ai donc été l'un de ses premiers collaborateurs et, à ce titre, j'estime qu' il n'y a pas mieux que moi pour vous dire qui est réellement Anissi Chamsidine.


J'ai pu, durant tout ce temps-là, cerner le personnage dans sa vision, dans sa façon de travailler, dans ses humeurs et jusque dans ses caprices. Cette expérience à ses côtés m'a permis de peser le pour et le contre et de prendre sereinement ma décision de soutenir aujourd'hui la candidature d'une autre personne, à savoir Abdou Salami Abdou du parti Juwa.


J'avais misé en 2010 sur une personne de ma génération, enseignant comme moi, aux apparences dynamique, honnête et qui disait vouloir changer les choses pour améliorer le quotidien des anjouanais. Hélas, il m'a fallu du temps pour réaliser que je m'étais trompé... mais gravement ! D'ailleurs l'un de ses anciens amis m'avait prévenu, mais à l'époque je n'avais pas voulu l'entendre. Un autre avait essayé de m'ouvrir les yeux, mais ma réaction était la même. Le hic est que ce deuxième ami qui me disait énergétiquement qu'Anissi était mauvais, le soutient aujourd'hui, parce qu'il a été promu à un poste juteux au niveau national. « Les ordres sont les ordres », me dit-t-il aujourd'hui.


Folie de grandeur, naïveté, ingratitude et même manque d'humanité

Je reproche à Anissi Chamsidine une montagne de choses, mais je me limiterai à trois ou quatre principaux griefs : sa conception et sa gestion du pouvoir, sa folie de grandeur, sa naïveté et son ingratitude, ainsi que son manque d'humanité. En clair, il croit que le pouvoir c'est sa propriété privée et il en fait ce qu'il veut et comme il veut ; c'est Dieu qui le lui a donné et il ne doit de comptes à personne ! Il n'admet jamais les critiques même s'il ré- pète sans cesse à qui veut bien l'entendre le contraire. « On ne contredit jamais son chef ; car on le met à mal » avait-il sèchement rétorqué un jour à l'un de ses conseillers en réunion de cabinet. Ainsi Il se croit la seule personne intelligente de Ndzuwani et tous les autres (y compris ses collaborateurs, directeurs, conseillers, et même commissaires) sont des « soumaha », c'est-à-dire des idiots. Il ne se trompe jamais et il a toujours raison ! Il a vite fait d'attraper ce qu'on appelle « le syndrome du Palais ».


Et puis, Anissi a toujours fondé son pouvoir sur la « fitna ». Il n'écoute que ceux qui viennent lui dire du mal des autres. A ce titre, il est enclin à oublier et même à vomir ceux qui l'ont aimé et soutenu, ceux qui l'ont conduit au pouvoir. Pire, il peut être insensible à la misère humaine. Je vous le jure, et je mesure mes mots, le gars sait rester stoïque face à la douleur des gens.


Il avait pris goût aux voyages et à tout ce qui va avec


Qui dit voyages dit dépenses. Et de toutes sortes ! Le garçon à l'origine paysan et prolétaire comme moi, a vite appris à devenir un enfant prodigue. C'est incroyable ce que certaines personnes sont capables de se transformer rapidement avec l'oseille. Mais passons. Car je n'aime pas trop parler d'argent même s'il s'agit d'argent public. Pour toutes ces raisons donc, je conseille aux électeurs de bien réfléchir avant de donner leur voix à ce genre de personnage. Car je ne voudrais pas qu'ils aient à se mordre les doigts, à regretter toute leur vie d'avoir fait confiance à quelqu'un qui ne leur accordera même pas un minimum de considération.


Enfin, vous ne vous demandez pas pourquoi ses quatre premiers directeurs de Cabinet lui ont tous tourné le dos ? Docteur Sounhadj Attoumane, Mahmoud Elarif, Ahmed Ben Said Djanfar, et moi ? Posez-vous la question

Source : Le n°11 du Courrier d'Anjouan

WONGO

CHAMSIDINE  ACHIRAFI
CHAMSIDINE  ACHIRAFI
CHAMSIDINE  ACHIRAFI

CHAMSIDINE ACHIRAFI

Lire la suite

Télécommunications: L'opérateur Telma lance ses recrutements en Union des Comores

10 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Telma, l’opérateur qui appartient au groupe Hiridjee, vient d'annoncer ses premiers recrutements en Union des Comores.

L’opérateur malgache est devenu le second opérateur des télécommunications aux Comores. C’est au mois d'octobre 2015 que la Commission d’analyse des offres avait communiqué de façon officielle le nom du gagnant de ce marché d’attribution d’une seconde licence et d’exploitation d’un réseau de communications électroniques.

Dans un message publié sur sa page facebook et dont habarizacomores.com a pris connaissance, l'opérateur lance des recrutements en faveur de l'Union des Comores dans tous les domaines :

Télécommunications: L'opérateur Telma lance ses recrutements en Union des Comores
Télécommunications: L'opérateur Telma lance ses recrutements en Union des Comores
Lire la suite

Présidentielle Aux Comores: Le Débat Entre Candidats Tombe À L’eau

10 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Présidentielle Aux Comores: Le Débat Entre Candidats Tombe À L’eau

Aux Comores, en pleine campagne électorale, une association a décidé d’organiser une série de débats entre les candidats pour la première fois dans l’histoire du pays. 22 des 25 candidats ont accepté l’invitation. Mais après une première annulation pour des raisons techniques, la série noire continue puisque ce mardi soir, les candidats pourtant présents sur les lieux du débat ont refusé de se prêter au jeu.

Une foule compacte, une liste d’attente pour avoir le droit d’intervenir… A voir l’ébullition ambiante à l’entrée de la salle, l’enjeu d’un tel évènement n’échappait à personne et surtout pas aux candidats en lice. Le mouvement de conscientisation de la jeunesse appelé N’go Shawo s’est lancé un défi ambitieux : organiser pour la première fois aux Comores des rencontres entre les candidats à l’élection présidentielle quatre par quatre en présence du public et des journalistes.

Habitués aux meetings et aux spots publicitaires où chacun est seul à avoir la parole et peut invectiver à l’envi ses adversaires politiques, les candidats à l’élection se sont vus proposer un véritable défi par cette association de jeunes. L’exercice censé élever le niveau des débats ne comportait qu’une seule règle : le calendrier de passage des candidats était défini par tirage au sort.

Un problème technique ayant empêché la première soirée débat d’avoir lieu, elle a été reportée en fin de calendrier. Un manquement flagrant au règlement selon les candidats qui passaient mardi soir de second à premier en ordre de passage. Allant jusqu’à crier au complot, ils ont tourné le dos à cette initiative de la jeunesse comorienne.

Maladresse politique ou mépris des efforts de ces jeunes bénévoles au profit d’un coup de communication, il n’empêche que les candidats au poste de chef de l’Etat ne semblent pas prêts à confronter leurs programmes.

RFI

Présidentielle Aux Comores: Le Débat Entre Candidats Tombe À L’eau
Lire la suite

Elections : un lourd climat de suspicion à Ndzuani

9 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Elections : un lourd climat de suspicion à Ndzuani



Samedi, plusieurs candidats, accompagnés de leurs partisans et de simples citoyens, avaient assiégé le bâtiment de la Céii, demandant à voir les listes des membres des bureaux de vote, envoyées depuis Moroni par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).



A Ndzuani, l'entente n'a pas, ces derniers jours, été cordiale entre le groupement des candidats qui craignent des «manœuvres frauduleuses en préparation» et certains membres de la Commission électorale insulaire indépendante (Céii), notamment le président et la vice-présidente, qu'ils soupçonnent d'être de connivence avec les «fraudeurs», entendez le camp du gouverneur sortant...

Elections : un lourd climat de suspicion à Ndzuani
Lire la suite

ALERTE INFO

9 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

ALERTE INFO

Mbaba Halidi

16 h · Nemours, France ·

Dernière minute les caisses de l'état sont presque vide cause trop de dépense pour le compte du financement des meetings d'Anissi,Mamadou,Hadidja Aboubacar,Aby et surtout les billets d'avions des ressortissants Comoriens résidents en France pour faire campagne...Donc le futur président doit commencer à réfléchir aux payement des trois premiers mois après sont investiture.Message à prendre au sérieux sources trésorerie publique

ALERTE   INFO
Lire la suite

"Un peuple naïf et facile à manipuler"

9 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

"Un peuple naïf et facile à manipuler"

Je suis naïf

Les Iles Comores est un paradis tout le monde l’apprécie. Les puissants de ce monde, ainsi que les voyageurs d’un jour.

Les gouvernements de mon pays cultivent le ridicule et n'apprécie pas le patriotisme. Ils vendent le pays pour des intérêts personnels. Le peuple lui-même est au plus bas de l’échelle. Ce que vous voyez dans ces images reflète la réalité de mon pays. Il y a une minorité de politiciens qui détiennent tous.

Dans notre société il y a une mauvaise répartition des richesses. En outre, une mauvaise distribution. Tout le monde veut être président. C’est la guerre pour le pouvoir. Un système mafieux qui rend les citoyens égoïstes, sans pitié, cupide et sans conscience citoyenne.

Le peuple oublie même son pouvoir des urnes

Le peuple est naïf. Il est facile à manipuler. Il crie ye Mru Ndawéé sans réfléchir. A chaque période électorale, il se fait avoir par les candidats qui se transforment au même moment des hommes de bonne volontés capable à résoudre tous les maux du pays . C’est en ça qu’ils sont élus. Quand ils sont au pouvoir ils ne tiennent jamais leur promesse. Les penseurs disaient : Un peuple qui élit des corrompus, , des voleurs, et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice.

Le peuple est le perdant

Il n’a rien et il n’aura rien. Depuis 40 ans, leur situation de pauvreté ne fait que progresser, la population paie les pots cassés. Il n’a pas accès ni à l’éducation ni aux soins médicaux

Les ordures sont entassées un peu partout. La population est très vulnérable. Ils crèvent de faim. Leurs pouvoirs d'achat dépendent des proches qui vivent à l’étranger. Les jeunes sont aux abois. Tous espèrent d’une vie meilleure à l’extérieur. C’est l’une des raisons qui explique le nombre croissant de départ des KWASSA KWASSA les fameux bateaux qui rallient Ajouan /Mayotte.

Nombreux sont ceux qui sont morts noyés, ou sont les proies des requins.

Mon peuple doit rechercher une nouvelle élite politique, capable de prendre leur sort en main.

Rafik Adili
Titre©habarizacomor
es

"Un peuple naïf et facile à manipuler"
Lire la suite

Elections aux Comores : Marzouki conduira la mission d'observation de l'Ua

8 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Elections aux Comores : Marzouki conduira la mission d'observation de l'Ua

L'Union africaine vient de désigner l'ancien chef de l'Etat tunisien Mohamed Moncef Marzouki pour conduire la mission d'observation qu'elle souhaite dépêcher aux Comores à l'occasion du premier tour de la présidentielle et des élections des gouverneurs des îles, le 21 février prochain. L'ambassade des Comores en Ethiopie a reçu hier soir la note verbale de la Commission de l'Union africaine. Les observateurs arriveront à Moroni à partir du 16 février. L'équipe de soutien, composée de six fonctionnaires de la Commission, y arrivera aussi le même jour.

Elections aux Comores : Marzouki conduira la mission d'observation de l'Ua
Lire la suite

MAMADOU ET LES SIENS CONTRE LE PEUPLE

8 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

MAMADOU ET LES SIENS CONTRE LE PEUPLE

A quelques jours des primaires des élections présidentielles et des premiers tours des gouverneurs, les experts en farces continuent leurs basses œuvres. Prendre le peuple pour des idiots est une de leurs fiertés, totem de leur réussite. Oui qui se ressemble s’assemble. Les candidats du pouvoir illustrent cette expression. Ce groupe de faux-amis : Mohamed Ali Mamadou, candidat titulaire, et ses colistiers, Houmed Msaidié, Abiamdri Mahamoud et Nourdine Bourhane sont des fruits de la saison, même si fruits amers. Un mépris total au peuple, une profanation à la jeunesse, une insulte à la politique. La devise de ces hommes sans scrupule, dans la campagne électorale est la mésestime à la population et sa déconsidération.

« Il faut du cœur… »

Ici et là, ceux qui ont le cœur grand, et qui peuvent résister au vomissement, suivent les discours qui se conjuguent avec tous les méfaits de ceux qui ont rendu possible le naufrage des Comores, depuis plusieurs décennies. Discours sans constance ni honneur, sans respect ni estime aux citoyens comoriens. Avec ce que traverse la population, sans vie ni espoir, avec ces candidats du pétrole et du gisement de Handuli, c’est un présent amer qui dessine une future calamité. Comment une poignée d’hommes qui s’est enrichie profusément par la sueur du peuple, arrive à berner ce dernier et à demander un renouvellement de sa confiance ? Comment Mohamed Ali Mamadou, promet l’électricité aux Comores, alors que lui l’argentier de l’Etat depuis dix neuf ans, n’a jamais pensé à ce secteur stratégique ? Jamais dans l’histoire du pays, un mois de ramadan complet sans lumière, ne serait-ce qu’à la pipette. Et pourtant, ce ministre des finances, conseiller financier des banques étrangères, pour les intérêts des puissances mondiales contre les Comores, avait promis de faire sortir les Comores dans le basané durant le mois de ramadan.

C’est vrai qu’il prétend que seule la présidence de l’Union aura le pouvoir de le rendre plus soucieux du bien-être de la population en attente de normalité. Et il faut le croire sur parole.

« Mais quel culot ? »

Dans ces meeting, peut-il expliquer où sont partis les plusieurs centaines de millions d’euros qui lui sont octroyés par la BAD (Banque Africaine de Développement) pour ressusciter l’énergie comorienne depuis trois ans ? Avant on parlait de délestage, une arrivée au stilligoutte de l’électricité. Maintenant, apercevoir de lumière ne serait-ce qu’une étincelle, rend malade. Combien d’enfants rendus délinquants à cause de la déscolarisation, faute d’existence d’établissements publics ? Combien d’avortements des femmes enceintes causés par les routes impraticables ? La prostitution juvénile, le chômage, la dislocation de la société ? Combien de gens rendent l’âme à l’hôpital El-Maaruf de Moroni, à cause du manque de tout dans cet établissement, devenu lieu de fin de vie ? Que dire de la femme enceinte devant subir une césarienne à l’hôpital El-maaruf et transférée inopinée à Mbeni pour cette cause, faut de manque d’électricité ? Un fait qui s’est produit quelques jours après les discours apocryphes du candidat du pouvoir. Toute cette liste, est sur le compte du ministre des finances, et candidat du pouvoir aujourd’hui. N’est-ce pas le summum du mépris à la population et des mensonges face à celle-ci ? Et ça personne n’en parle. Et là, « ye mze ngena nvuu », « il a de l’expérience… ».

Mais toujours quand la barrière est beaucoup plus basse, les loups sautent par-dessus pour dévorer les brebis. Voilà le sort réservé aux comoriens, qui ne sont que des pauvres victimes d’une situation chaotique.

« Ca fait cracher, mais passons »

Suivre les discours du candidat Mohamed Ali Mamadou, donne des démangeaisons, de la nausée et de l’amertume. Mensonge se dit mais ne se fait pas. Mais comment ce candidat des discordes a-t-il eu le cœur et les yeux de promettre le néant ? Mais quel culot a cet homme aux mille et une richesses par la sueur de ce pauvre peuple ? « Nous avons réalisé un chantier plus important : l’électrification générale des Comores, donc aucune crise d’électricité, ni aujourd’hui ni demain » Mais à qui s’adresse-t-il ? A ceux qui vivent sa mauvaise gouvernance ou à ceux qui veulent l’entendre dire ces clowneries provocatrices ? Que dire de sa réponse aux internautes :« Les internautes disent que je suis là depuis quarante ans. Oui, c’est parce que je vous apporte beaucoup… ». Ca fait cracher, mais bon, passons.

« Dans la bouche de Msaidié, un galet »

Enfin, il n’y a pas longtemps lorsque Houmed Msaidié était soi-disant opposant au régime en place, ne cessait de demander des comptes au sujet de l’argent de la citoyenneté économique, quitte même à porter plainte contre Sambi. Sans doute, il savait que cette manne, est dans les coffres du ministère de finances. Et pourquoi, sa bouche est hermétiquement fermée cette fois-ci ? Les comoriens auront droit à des explications ? Ces candidats du pétrole, sont prêts à tuer à petit feu, une population entière pour arriver à leurs fins pervers. La motivation de leurs candidatures est plutôt pécuniaire que le sort du pays. Sinon le navire de Msaidié, expert en matière de trahison et des bifurcations inopinées, serait accosté à son port idéal.

SAID YASSINE Said Ahmed

(Source sans la photo) :COMORESplus

MAMADOU ET LES SIENS CONTRE LE PEUPLE
Lire la suite

Sept raisons de ne pas voter Anissi Chamsidine!

6 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Sept raisons de ne pas voter Anissi Chamsidine!

En politique, notre ex. Gouverneur a commis les sept péchés capitaux.
Il y a donc sept bonnes raisons de ne pas accorder une confiance pour encore cinq longues années d'insécurité, de fuite vers la mort, de désespoir et d'injustices.

1. ANISSI est un traître qui a agi et qui continue d'agir en toute ingratitude contre ceux qui l'ont désigné et non sans risque majeur.


2. ANISSI a décidé de s'entourer des corruptibles mafieux qui s'en sert pour s'enrichir en catimini.


3. ANISSI met à mort politiquement la région de Shissioini en favorisant le sectarisme par la nomination de plusieurs directeurs tous des vicieux ne représentant qu'eux mêmes.


4. ANISSI a choisi de privilégier la fraude en confiant l'intérim à un individu traînant plusieurs casseroles et qui heurte les consciences par des actes gravissimes connus et transparent allant jusqu'à la complicité d'homicide.


5. ANISSI s'éloigne de tous ceux qui lui ont rendu service à la manière du machiavélisme: se débarrasser de ces principaux alliés, famille, maîtres, proches...


6. ANISSI s'enrichit illicitement et rapidement au vu et au su d'une population qui croupit dans la misère, le noir et face à l'arrogance de son cercle immédiat, des grandes gueules dressées pour terroriser ceux qui osent dire Non.


7. ANISSI est tout simplement incompétent.
A tous ceux qui me font confiance, ne confiez pas votre destin à cette personne. Et c'est pour l'intérêt de l'île.


BEN ALI.

© www.habarizacomores.com

Sept raisons de ne pas voter Anissi Chamsidine!
Lire la suite

Quand la Banque Centrale des Comores fait du blanchiment d'argent

6 Février 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Quand la Banque Centrale des Comores fait du blanchiment d'argent

Quand la Banque Centrale des Comores fait du blanchiment d'argent

Elle est caduque, dépassée et plus productive, la Banque centrale des Comores est devenue un havre de délinquance financière et de blanchiment d'argent. Tout les coups y sont permis. Au lieu de proposer un plan d'urgence pour relancer l'économie, elle facilite au contraire le gouffre financier dans quel notre pays est plongé. Aucun plan d'urgence pour sauver l'économie au point -mort. Au cours de ces dernières années, on a eu une croissance médiocre contraire à celle de l'époque oû on enregistrait autour de 7 %. Faut-il y voir une nécessité d'une refonte générale de cette Institution ? Pourquoi les autorités ferment-elles les yeux?

À l'instar des Banques centrales des autres pays, les Comores devaient mener une vraie bataille politique d'un soutien financier à la politique économique et sociale, à la stabilisation monétaire ainsi qu'à la lutte contre le blanchiment d'argent, conformément aux articles 6 et 7 du chapitre II du statut de la Banque centrale. Or, il en est rien. Elle a failli à ses missions principales. Elle s'est contentée de permettre le décaissement des réserves financières issues de la citoyenneté économique. Il faut dire que la gestion de celle-ci est opaque, calamiteuse et irresponsable. C'est dans ce contexte que nous dénonçons cette gabegie orchestrée par un groupuscule crapuleux. Mais ce qui est encore grave est que le manque de perspectives pour l'économie nationale se traduira certainement par une sorte d'Atrazine à notre système macroéconomique.

L'explosion artificielle de la masse salariale

La Banque centrale ne contrôle rien et voit la masse salariale exploser d'une manière artificielle car 18% du fichier de la fonction publique est fictif, soit plus de 7mille personnes. Des agents qui sont partis à l'étranger ou des personnes mortes continuent encore à percevoir de salaire. Ce qui veut dire que des gens bien organisés se mettent plein les poches. L'action salariale de l'Etat a été réalisée au cours de six dernières années à 100% grâce à la citoyenneté économique.

L'Etat a dépensé cet argent sans réaliser des infrastructures modernes, ni meme rénover l'hôpital El-Maroif qui est dans un état de délabrement avancé. C'était une aberration. On a perdu notre change de moderniser ce pays. Mais la question qui me taraude est : oû sont passés les 85milliards Fkm des récentes de l'Etat au cours de cinq dernières années et ils ont servi à quoi? En effet chaque année, 17 milliards Fkm de recettes sont enregistrées. Elles sont collectées depuis la Douane des Comores, Aéroports et autres points de sources ou taxes comme les impôts sur les sociétés. Cet argent pouvait suffire avec la citoyenneté économie pour développer les Comores.

Les faux billets de banque

Notre pays n'a jamais été aussi un abri de blanchiment d'argent. Entre 2007 et 2010, plus de 28% de la circulation monétaire était d'origine frauduleuse, selon des sources anonymes. Des faux billets de banque mis en circulation à volonté mais aussi des billets issus du trafic en tout genre.

Bachair Kiwan, un trafiquant et homme d'affaires d'origine Libano-Syrienne, a transformé notre pays en un terrain de magouilles et de passe droit. Il aurait bénéficié de la complicité non seulement de la Banque centrale mais aussi de certaines personnes plus haut placées. On a appris que 6,3 milliards de dollars américains ont ont été blanchis en Unions des Comores dont la moitié par cet homme en toute impunité. Sambi et Dossar étaient tous de mèche avec lui.

A titre d'exemple, une banque de la place est connue pour ses opérations de blanchiment d'argent. Lors de l'obtention de sa licence, cette banque avait déposé 500 millions fkm de dépôts de garantie sans justifier la provenance de cette somme. Normalement, avant l'octroi d'une licence, La Banque centrale doit exiger la provenance des fonds de garantie. Or, sur cette affaire, ce n'était pas le cas.

Le gouverneur de la Banque centrale, Mzé Abdou Mohamed Chanfiou, se considère comme un Monarque qui ne tient qu'à tête. Aucune politique de soutien à l'économie, ni encore moins une action de contrôle de la délinquance financière. Pire encre, elle laisse de tout arbitre à des tierces personnes d'effectuer de décaissements dans toute illégalité. Comment se fait-il que la moitié de l'argent de la citoyenneté économique a disparu de la Banque Centrale?

Affaire de la Citoyenneté économique

On se rappelle que plus de 4mille nationalités comoriennes ont été vendues à des terroristes à hauteur de 200millions d'euros, une manne financière qui devait profiter à tous. Mais cette somme qui était à la Banque centrale des Comores a fait l'objet d'un détournement et d'un partage. Le seul justificatif est d'avoir payé les agents de la fiction publique. Les anciens ministres des finances, le gouverneur et autres s'accusent mutuellement. Cet argent n'a jamais profité au peuple mais il a été dépensé en toute impunité par un groupe de personne qui veulent encore que vous les élisiez présidents. Pouvez vous faire confiance à ces personnes?

L'ancien président Sambi est mouillé dans cette affaire, ses anciens amis et ministres dont un certain Fahmi Said Ibrahim, Djaffar Mohamed, Dossar. Le président actuel, Ikililou, qui a attribué non seulement des marchés factices dans le but de favoriser à ses amis en toute opacité, a participé à cette arnaque, avec Mamadou, Nourdine Bourhane, Abi Amri et autres. Aujourd'hui, ces gens-là qui n'ont aucune pitié pour ce pays veulent se maintenir au pouvoir.

Le gouverneur en a profité lui aussi. On connait le train de vie de Mze Abdou Mohamed Chanfiou et son faux-semblant de sérieux. Il doit être arrêté et rendre des comptes de plusieurs années d'impunité. Il sait tout ce qui s'est passé.

Affaire d'attribution des marchés

Selon des documents publics, tout le monde connaît les prix standards en termes de travaux publics routiers, au tour de 120 000 € par kilomètre. Cependant, Ikililou et sa bande de Mamadou ont préfèré facturer à la Societe -Colas à 300 000€ par kilomètre, soit le double. Ainsi, ils établissent des factures officielles afin de nous mettre de la poudre aux yeux, comme si on ne comprenait pas qu'ils se sont partagés la différence.

Il y a par ailleurs les 38 millions dépensés pour l'achat d'un avion qui n'a jamais servi ni volé. On parle aussi d'un bateau acheté à 10 millions, là encore, des factures et de contrats bidons ont été signées d'une manière frauduleuse. La vérité tue mais celle qu'on la tait devient venimeuse.Nasra Ahamada facebook

Quand la Banque Centrale des Comores fait du blanchiment d'argent
Quand la Banque Centrale des Comores fait du blanchiment d'argent
Lire la suite