Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Articles récents

Incendie criminelle à Mutsamudu

26 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Incendie criminelle à Mutsamudu

CouvertureLe véhicule de service du commissaire aux finances calciné

 

Le véhicule du commissaire aux finances de l’île d’Anjouan incendié à Mutsamudu dans la nuit de samedi à Dimanche. Celui du commissaire à la santé à Ouani a échappé aux flammes grâce à la rapidité d’intervention des riverains.

Deux actes présumés criminelles car exécutés en quasi simultanés selon les premiers indices et témoignages. Une enquête serait ouverte. Affaire à suivre.
WWW.COMORES-INFOS.NET
 
 

 

Lire la suite

Des voitures du gouverorat d'Anjouan incendiées

26 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Des voitures du gouverorat d'Anjouan incendiées 

Cette nuit, les véhicules de fonction des commissaires à la santé et aux finances du gouvernorat d'Anjouan ont été volontairement incendiées à Anjouan.
Photos ©Djaanfar Ibrahim
Jusqu'à maintenant on ignore les causes de l'incendie bien qu'elle soit survenue juste après la célébration du 9ème anniversaire de l'Opération Démocratie aux Comores.

Mohamed Bacar, président d'Anjouan entre 2002 et 2008, a été chassé du pouvoir par une intervention militaire conjointe de l'Armée nationale de développement des Comores et de l'Union africaine en mars 2008.
 
Selon le directeur de la radio et Télévision de Ndzuani (RTN), Ces deux voitures ont été incendiées à Mutsamudu et Barakani.
A la justice de faire son travail ...
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

 

Lire la suite

Le président AZALI à Paris

26 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Le président AZALI à Paris

Le président AZALI à Paris

En voyage pour l'Oman, le président AZALI est arrivé dans la capitale française depuis ce matin et repartira mardi pour l'Oman.
Au retour du golf persique, le président repassera à Paris pour aller inaugurer le consulat comorien de Marseille. Selon une source bien informée, il semblerait que le consul sera originaire d'Anjouan. Depuis l'annonce de l'inauguration de cette représentation comorienne dans la cité phocéenne, les notables de la place se préparent pour être sous leur 31 ce jour-là.
Mbadakome

Lire la suite

25 mars aux Comores : Beit-salam ne fêtera plus pendant le quinquennat du président Azali Assoumani ?

25 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Père Joseph Wresinski disait «Le temps presse, il est temps de comprendre qu’il n’est de fête aucune qui ne soit la fête de tous.» Les raisons de ne plus célébrer la fête du 25 mars : Azali n'a jamais considéré cet assaut militaire comme fête. 
 
Le Président Azali Assoumani n'a jamais été convaincu que cet assaut militaire du 25 mars 2008 à Anjouan baptisé " opération Démocratie aux Comores " était une fête et par conséquent il ne fêtera point. Après tout, il faut croire à une fête pour fêter. Ainsi, la fête la plus médiatisée depuis 2009, tombe en désuétude au palais présidentiel de Beit-salam, et ce, pour la première fois depuis 9 ans. 
 
Apparemment elle ne risque plus d'être fêtée au moins pendant la mandature Azali. 
On se demande donc, quelles sont les raisons les plus évidentes de ne plus célébrer le 25 mars aux Comores ? On peut dire pour le moment, qu'en juillet 2015 Hamada Madi Boléro, alors Directeur de cabinet chargé de la défense de l'ancien président Ikililou Dhoinine, Boléro qui, personne n'ignore la convergence de vision entre lui et l'actuel président Azali Assoumani, avait donné certaines des raisons de ne plus célébrer le 25 mars comme fête. 
 
Dans cette interview de l'animateur Abdallah Agwa dans [al-marhum Radio Labaraka-fm], Boléro se demandait (peut être comme Azali aujourd'hui ?) " qui a négocié le départ de Mohamed Bacar vers Mayotte et vers le Bénin et qui, paye les dépenses de Mohamed Bacar au Bénin ? 
 
Pour couper court et éviter les polémiques inutiles, ça tombe à point nommé, puisque justement l'actuel Ministre de la justice Fahmi Said Ibrahim et le Ministre des affaires étrangères Bacar Dossar, sont les mieux placés aujourd'hui pour enquêter et venir démentir les propos de Hamada Madi Boléro. 
Vivement le débat !
 

 

Mrimdu
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Lire la suite
Lire la suite

Moya (Anjouan): Pose de la première pierre d'un hôpital communautaire

25 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Un hôpital communautaire à Moya : Le gouverneur de Ndzouani a posé la première pierre
 
La ville de Moya a construit sa maternité entre 1986 et 1987, 30 ans après, elle lance la construction d’un hôpital dans un esprit de responsabilités communautaires partagées. Le projet de près de 85 000 000 kmf est initié, élaboré et conçu par les forces vives de la ville de Moya au niveau local et au niveau des diasporas de Mayotte, La Réunion, France et les communautés vivants dans les autres îles de l’archipel des Comores.
 
Le projet s’inscrit dans le dynamisme de se prendre en charge pour une auto-construction de la ville. Il vient donc se greffer dans une longue liste de réalisations communautaires que connait Moya depuis des siècles. 
 
Le gouverneur de l’île de Ndzouani invité par la population a répondu « OUI » pour un hôpital de proximité à la ville. Il a donc participé à la pose de la première pierre lorsque la ville de Moya lui a réservé cet honneur. En cette date du 24 mars 2017, le chantier est lancé, c’est sans doute la communauté qui s’est mobilisée en tendant les mains aux autorités comoriennes au niveau insulaire que nationale pour un soutien concret, et à tout donateur.
 
La population s’est fixé une durée maximale de six mois pour doter la ville d’une structure sanitaire communautaire s’inscrivant dans la politique nationale de santé publique de proximité avec les populations. Une façon d’offrir aux plus vulnérables des opportunités de services de santé de base, notamment la gestion des urgences hospitalières, les hospitalisations de base et la fierté des habitants de bénéficier des soins en temps réels. 
 
Le futur hôpital communautaire de la ville de Moya aura une capacité d’accueil d’au moins 20 lits et de plusieurs services, notamment la radiologie, l’échographie, etc.
 
Le gouverneur avait raison, car dans son discours, la ville de Moya s’est trouvée en confiance lorsque l’homme fort de Ndzouani a promis qu’il s’engage à apporter son soutien à toute personne qui pose une pierre, petite soit-elle pour l’édification de notre chère Ndzouani, un gage de l’émergence de l’Union des Comores.
 
Par Mohamed Abdou N.
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Comores / Région de la Réunion : Ouverture d’une représentation de la Réunion aux Comores

23 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores / Région de la Réunion : Ouverture d’une représentation de la Réunion aux Comores

image article une
«La Réunion gère pour le compte de l’Europe 63 millions du fonds européen pour le développement dans la région notamment dans le tourisme, la formation professionnelle, l’environnement entre autres. Cette antenne régionale va essentiellement accompagner les porteurs de projets et les investissements», a annoncé le président du conseil régional de la Réunion.

 

L’antenne régionale de la Réunion aux Comores a été inaugurée, hier après-midi à Moroni, par le président du conseil régional de la Réunion et en présence du ministre des Affaires étrangères et de membres du gouvernement Comorien.

«En novembre 2016, nous avons signé la convention Interreg pour préciser les axes de la coopération entre les Comores et la région de la Réunion que je préside. La Réunion gère pour le compte de l’Europe 63 millions du fonds européen pour le développement dans la région notamment dans le tourisme, la formation professionnelle, l’environnement entre autres», a rappelé Didier Robert.

Il précisera, en outre, que «cette antenne régionale va essentiellement accompagner les porteurs de projets et les investissements. La responsable de cette antenne se chargera du suivi et de la gestion de ces dossiers afin de mobiliser le maximum de fonds pour accompagner les actions aux Comores».

Pour la responsable de cette antenne, Mme Nadège Lagardère, «cette antenne poursuit deux missions à savoir favoriser les échanges économiques, socioculturels ainsi que le savoir-faire et les compétences entre les deux parties d’une part et l’animation et l’opérationnalisation du programme Interreg V dont le conseil régional de la Réunion est l’autorité de gestion du fonds européen, d’autre part».

Le programme Interreg V comprend cinq axes : la recherche et l’innovation, la formation professionnelle, le développement économique et la jeunesse. Les autorités gouvernementales espèrent que les activités seront effectives rapidement pour permettre aux jeunes Comoriens de pouvoir bénéficier d’un financement conséquent pour leurs projets.

«Nous espérons que d’ici quelques mois, les financements des projets seront disponibles», a souhaité le ministre Comoriens des affaires étrangères, Mohamed Bacar Dossar. Selon le commissaire général au plan, Fouad Goulam, qui fait office de point focal de ce projet, «ce sont des opportunités qui vont se présenter aux opérateurs économiques et aux porteurs de projets dans les domaines liés au développement».

alwatwan

Lire la suite

Conflit institutionnel à Ndzuani : les conseillers de l’opposition demandent des «clarifications» au gouverneur Salami

23 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Conflit institutionnel à Ndzuani : les conseillers de l’opposition demandent des «clarifications» au gouverneur Salami

image article une
Depuis le début du mandat du gouverneur Salami, la mésentente au sein du Conseil de l’île et avec l’exécutif  est bien réelle. Elle est montée d’un cran lors de la dernière session de janvier. Le chef de l’exécutif insulaire, à qui les neuf élus de l’opposition ont adressé un courrier, se serait montré préoccupé de la situation et compte aussi organiser une entrevue avec eux prochainement.

 

Dans une «requête aux fins de clarifications», adressée au gouverneur de Ndzuani lundi dernier, 20 mars, par les neufs élus de l’opposition au parlement insulaire, il est fait mention d’une «crise» qui «existe dans les rapports entre l’exécutif et le Conseil de l’île».  Les auteurs de la lettre disent, toutefois, espérer un «règlement à l’amiable et rapide», afin de «prévenir des contentieux dont la population sera la première victime».

Selon l’un de ces conseillers, le gouverneur se serait montré préoccupé par ce rappel à l’ordre, et leur aurait envoyé un de ses conseillers pour tenter d’aplanir les divergences et organiser une entrevue avec eux dans les prochains jours.

D’après la même source, l’idée de l’entrevue a été accueillie à bras ouverts, mais avec toutefois cette condition : que l’autre camp, à savoir les neuf autres conseillers du parti au pouvoir, Juwa, y prennent part.  «Nous souhaitons un débat contradictoire, un face-à-face, pas de la médisance», nous a-t-elle expliqué.

La mésentente au sein du Conseil de l’île et avec l’exécutif  est en effet bien réelle. Elle date de depuis le début du mandat du gouverneur Salami, et elle est montée d’un cran lors de la dernière session de janvier.

Dans la missive, les opposants du gouverneur ont en effet énuméré leurs griefs. Ils y relèvent notamment un «calendrier» des travaux de la session «non respecté», une session extraordinaire pour l’adoption du budget «faite en violation de la procédure», ou encore une «discrimination de traitement» des élus. «Il est inadmissible qu’une partie des conseillers soient payée en dénigrant l’autre (sic).

Ce faisant, l’exécutif pose les bases d’une division de nature à nuire aux intérêts de la population de Ndzuani», précise la lettre. Pourtant, à bien scruter l’horizon, il n’est pas tout à fait certain, malgré ce que prétend notre source, que le gouverneur Salami cède du terrain à ses opposants.

Car tout en prévoyant de les rencontrer, mais d’un autre côté il chercherait le moyen de briser une fois pour toutes cette force gênante, consolidée par l’absence de majorité au Conseil, due à la déchéance en décembre dernier du dixième conseiller de Juwa, Erdine Soula. 

C’est donc ainsi qu’il ne reste plus à  Dar-nadjah qu’à racoler une partie du groupe, et le premier des neufs à mordre à l’hameçon serait le conseiller de Koni, Abdoulkarim Youssouf. D’après une source de l’entourage direct du gouverneur, ce dernier, reçu à Dar-nadjah ce mercredi, aurait accepté de quitter le navire de l’opposition  contre la promesse de faire partie des trois conseillers qui seront désignées pour siéger a l’Assemblée nationale cette année. 

alwatwan

Lire la suite

Scandale de la viande avariée au Brésil : Moroni n’exclut pas de prendre des mesures de précaution

23 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Scandale de la viande avariée au Brésil : Moroni n’exclut pas de prendre des mesures de précaution

image article une
Selon le directeur de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, la pêche et l’environnement (Inrape), sur les trente-neuf entreprises brésiliennes mises en cause dans le scandale de la viande avariée qui agite le Brésil, aucune ne traite avec les importateurs comoriens. Il estime donc que la population n’a pas à trop s’inquiéter.

 

Le scandale de la viande avariée qui secoue le Brésil depuis une semaine a conduit de nombreux pays dont la Chine, le Chili ou encore l’Union européenne, à suspendre leurs importations issues des entreprises suspectées de commercialiser cette viande altérée, ‘‘mais requinquée par des produits chimiques dangereux’’’ avec la complicité de nombreux inspecteurs des services sanitaires et des groupes agroalimentaires.

Il faut dire que la viande encore sur le marché à Moroni provient essentiellement du Brésil, principal pays d’importation de produits carnés des Comores. C’est ainsi que depuis l’éclatement de cette affaire, de nombreuses questions se posent sur la qualité de la viande déjà en vente et sur les mesures à prendre pour se mettre à l’abri d’une mauvaise surprise.

Selon la police fédérale du Brésil, «des fonctionnaires recevaient des pots-de-vin pour faciliter la production d’aliments avariés, en émettant des certificats sanitaires sans avoir effectué d’inspections». Et d’ajouter qu’»une partie de ces pots-de-vin était reversée à des partis politiques». Un haut responsable a indiqué que plusieurs petites entreprises du secteur frigorifique n’hésitaient pas à utiliser «des substances cancérigènes pour masquer l’aspect et l’odeur des produits avariés».

Selon le directeur de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, la pêche et l’environnement (Inrape), Hamza Abdou Azali, ‘‘nous sommes en train d’enquêter afin de neutraliser le risque de pénétration de la viande brésilienne’’. Un principe de précaution pourrait être appliqué dans les prochains jours. «Nous procédons à un contrôle administratif au niveau des frontières via nos agents de terrain.

Ensuite, il devrait y avoir un contrôle à l’aide d’analyses des produits importés. Mais, nous n’avons pas encore commencé cette deuxième phase, faute d’équipements. Je dois dire que ces analyses ne sont pas toujours nécessaires», a expliqué le patron de l’Inrape, avant de préciser que le contrôle au niveau d’un laboratoire ne s’opère que s’il y a des suspicions sur un produit.

A l’en croire toujours, sur les trente-neuf entreprises brésiliennes mises en cause, aucune ne traite avec les importateurs comoriens. Il estime donc que la population n’a pas à trop s’inquiéter. «Ce sont seulement trois entreprises qui sont impliquées dans ce scandale de corruption. Nous redoublons de vigilance pour que la population comorienne soit hors de risque», a-t-il promis.

alwatwan

Lire la suite

DEUX MILLE EUROS CONTRE UNE SIGNATURE.

23 Mars 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

DEUX MILLE EUROS CONTRE UNE SIGNATURE.

L’image contient peut-être : 5 personnes, costume

Quand on vient de la petite île ( Moheli ), on voit pas grand .
Le Vice President ministre des transports CHABHANE a prouvé qu'il est un petit corrompu.
Pendant que ses collègues grand comoriens et anjouanais détournent des centaines des millions , CHABHANE se prostitue pour échanger des tickets et recevoir des petites enveloppes contre signature .

Le Vice President vient de recevoir une enveloppe de 1 million de franc comorien (2000€)d'Inter Iles pour faire signer l'autorisation d'exploitation d'un EMBRAYER loué par INTER ILES.
CE sont les même inspecteurs que Jeans Marc Heintz a convaincu le président qu'ils ne sont pas habilités à signer l'autorisation d'exploitation d'AB Aviation vue que leurs certificats sont arrivés à terme , qui ont signé pour inter île.
C est pour cette même raison qu' on parle dans le même gouvernement de deux poids et deux mesures .
Ce même Vice President qu'il rackette COMORES TELECOM pour geler l'interconnexion TELMA-CT malgré les engagements du président.
Le President serait déjà fatigué de son Vice President.

La voix des Comores

facebook

Lire la suite