Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Articles récents

Fête nationale de l’Arabie saoudite à Moroni : Des relations «fraternelles basées sur la civilisation arabo-islamique»

26 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Fête nationale de l’Arabie saoudite à Moroni : Des relations «fraternelles basées sur la civilisation arabo-islamique»

La fête nationale du royaume d’Arabie saoudite a été célébrée à Moroni, jeudi dernier, à l’hôtel le Retaj. Il s’agissait de la quatre-vingt-quatrième célébration depuis l’unification du pays en 1932. En présence de plusieurs dignitaires et autres diplomates accrédités aux Comores,l’ambassadeur d’Arabie saoudite à Moroni, Hamad Ben Mouhamad Al-Hajiri, a donné la signification de cette journée en tant que «symbole du développement socioreligieux, culturel et économique du royaume.» Le royaume d’Arabie saoudite a adhéré, depuis cette date, à plusieurs organisations mondiales de développement et a mené de nombreux travaux sur les lieux saints de l’islam.

Le diplomate a mis l’occasion à profit pour revenir sur les réalisations de l’Arabie saoudite aux Comores avant même l’accession de l’archipel à son indépendance. «Nous avons soutenu les Comores dans plusieurs secteurs, notamment l’éducation et plusieurs étudiants ont effectué leurs études en Arabie saoudite», a-t-il rappelé, avant d’évoquer, entre autres, la construction du bâtiment abritant la faculté Imam Chafioun, le madaris Al-Iman, l’institut Aboubakri Suddiq, six autres écoles et trois établissements hospitaliers. «A part le projet de l’école de mémorisation du Coran, nous allons, dans l’avenir, construire dix écoles sur toutes les îles», a-t-il ajouté.

Le diplomate a cité certains appuis financiers octroyés à l’Etat comorien, dont les récentes 40 millions d’euros d’aide budgétaire. L’abassadeur Hamad Ben Mouhamad Al-Hajiri a salué, en outre, l’état des relations bilatérales, les «deux pays s’étant engagés dans la lutte contre le terrorisme». Pour sa part, le secrétaire d’Etat chargé du Monde Arabe, Dr Hamidou Karihila, a tenu à exprimer sa gratitude au nom du gouvernement comorien, à l’endroit des dirigeants saoudiens pour leur appui au développement des Comores.

L’ancien ambassadeur des Comores à Riyad a salué la qualité de la coopération entres les deux pays. «Il s’agit de relations fraternelles qui sont basées, bien sûr, sur la civilisation arabo-islamique», a-t-il déclaré.

Alwatwan

comores-infos

Fête nationale de l’Arabie saoudite à Moroni : Des relations «fraternelles basées sur la civilisation arabo-islamique»
Lire la suite

Le parcours de nos donneurs de leçons

24 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Le parcours de nos donneurs de leçons

​Le meurtrier de la petite Roukiyat Mohamed à Mutsamudu vient de se dénoncer. Il s’agit d’un récidiviste. Comores-Infos nous présente ainsi le parcours du présumé assassin : « Enfermé à Koki pour le meurtre de son frère, il a pu s’évader de la maison d’arrêt pour Mayotte avant de revenir quelques mois plus tard dans l’impunité totale. « Blanchi par le temps », comme cela est souvent dénoncé par moquerie à Mutsamudu quand il s’agit d’un pareil cas ». Je me réjouis de la « découverte » du meurtrier et espère que cette fois-ci on ne lui donnera plus l’occasion de se faire blanchir par le temps.

L’impunité fait des ravages dans notre société. Et ce ne sont pas seulement les auteurs de crimes de sang qui en bénéficient. Des politiciens et des pseudo-politiciens qui ont ruiné il y a quelques années le pays s’auto-proclament aujourd’hui JUSTICIERS DU PEUPLE COMORIEN. Le plus célèbre de ces donneurs de leçons au passé sulfureux est devenu le Président de l’Association des Consommateurs et signe ses textes Saïd Mchangama pour leurrer les plus jeunes. Homme politique, il était plutôt connu sous le patronyme de MCHANGAMA mais son nom complet est Mohamed Said Abadallah Mchangama.

Cet homme fort du régime de son ex-beau-père Saïd Mohamed DJOHAR, que d’aucuns appellent le gendrocrate, est le principal protagoniste de « la privatisation sauvage d’Air Comores au profit d’un financier à la réputation sulfureuse, Rowland Ashley » (Lettre de l’Océan Indien N°628). Le magazine KWELI dans livraison du 4 avril 2007 évoque d’autres scandales dans lesquels il est impliqué : « Dans l’affaire Intertrade par exemple, qui concernait 14 contrats signés au nom de l’État comorien pour un montant de 265 millions de francs français, Mchangama a lui-même reconnu avoir participé à cette transaction opaque et en empoché des commissions importantes. ça lui a valu alors le surnom de « Tahomba » (un mot qu’il a lui-même prononcé pour minimiser le degré de son implication dans l’affaire). On peut aussi citer l’affaire Catinat Consult où Mchangama a tenté d’user de ses prérogatives de ministre de l’Economie et des Finances pour faire des Comores un paravent à la vente d’armes (voir, Scandales politiques en série, Mohamed Wadaane, 2001) ».

Cet homme est aujourd’hui de tous les combats contre les injustices dont celui contre la soif et l’obscurité. C’est lui l’avocat des consommateurs contre MAMWE. Ironie du sort ou plutôt blanchi par le temps comme le disent les Mutsamudiens, il s’insurge aujourd’hui contre un service public dont il a contribué à la faillite lorsqu’il sévissait dans le régime de son beau-père de Président dans les années 1990. EEDC est morte car sa trésorerie a été pillée par les surfacturations opérées par ses amis directeurs au profit de son clan. Un membre important de son entourage mafieux a été d’ailleurs jeté en prison par le régime de TAKI pour sa participation au pillage d’EEDC. La justice lui reprochait la surfacturation et la non-livraison du matériel commandé ET payé par EEDC. Il s’agit d’un donneur de leçon très en vogue ces derniers temps. Il anime une émission politique à Hayba FM, une station radio appartenant à Mchangama. Il s’agit de Daoud Halifa ou « Faux dollars » pour les intimes. En effet, ce dernier a fait la prison au milieu des années 80 pour trafic de faux dollars mais il croit qu’il est blanchi par le temps.

Franchement, le temps joue des sales tours aux Comoriens. Il a blanchi Bachir Warba après son premier crime lui donnant alors la possibilité d’assassiner par la suite petite Roukiyat Mohamed. Comme il a blanchi Mohamed Saïd Abdallah Mchangame et Daoud Halifa après leurs crimes économiques dans les années 80 et 90 leur donnant la possibilité d’espérer de nouvelles responsabilités politiques pour piller de nouveaux les Comores. O temps, arrête de blanchir les assassins et les délinquants!

Hadji Anouar, Montélimar (France)

comores-infos

Le parcours de nos donneurs de leçons
Lire la suite

La Ceni, cet organe qui ne justifie pas ses dépenses colossales

24 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

La Ceni, cet organe qui ne justifie pas ses dépenses colossales

​Dans un rapport rendu public par la cour suprême portant sur les élections harmonisées des députés et des conseillers de 2015 au niveau des îles, la Ceni est dépeinte comme une institution maléfique. Il faut dire que les faits sont têtus.

Des montants colossaux seraient dépensés sans aucun contrôle. Le rapport de la cour nous apprend qu’un « montant d’une valeur de 153 213 509 franc Comorien aurait été dépensé soit par le président ou le secrétaire général de la Céni sans aucune pièce justificative ».

À la surprise générale, la cour s’est aperçu au cours de ses recherches, que la commission électorale nationale indépendante ne faisait pas appel à un comptable par conséquent, il n’y aurait « aucun plan ou bilan comptable ni même un compte de résultats en l’absence d’un comptable au sein de la Ceni ».

A titre d’exemple, sur le montant alloué pour payer le staff qui était de 225 004 000 franc Comorien, 244 539 000 fc ont été justifiés et donc 19 535 000 fc se seraient évaporés dans la nature.

A.Athoumani

comores-infos

 La Ceni, cet organe qui ne justifie pas ses dépenses colossales
Lire la suite

Allocution à l'ONU de son excellence Azali Assoumani!

23 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Allocution à l'ONU de son excellence Azali Assoumani!

New York, le 23 septembre 2016

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire Général,

Mesdames et Messieurs les Chefs d’État et de gouvernement,

Mesdames et Messieurs

Je suis heureux de l’opportunité qui m’est offerte aujourd’hui, de m’adresser à cet auguste Assemblée Générale des Nations Unies, pour la première fois depuis mon élection en qualité de Président de l’Union des Comores et, pour cela, très reconnaissant envers le peuple comorien, qui m’a ainsi permis de m’adresser au monde en son nom.

Je voudrais, du haut de cette tribune, féliciter le peuple comorien qui a su tourner la page de l’instabilité politique et des discordes inutiles, pour se tourner vers un réel développement, au profit des générations à venir.

Je suis en effet le 4ème Président, à accéder à la Magistrature suprême de l’Union des Comores, depuis bientôt deux décennies, par des élections libres, démocratiques et transparentes, dont les résultats ont été reconnus par la communauté internationale.

Mon pays vient ainsi de vivre une 3ème alternance politique et pacifique au Sommet de l’État, qui a vu une opposition remplacer le pouvoir légitime en place, à l’issue d’un processus électoral apaisé.

Je saisis cette opportunité, pour remercier la communauté internationale et tous les partenaires de l’Union des Comores, en particulier le Système des Nations Unies, pour avoir toujours été à nos côtés.

J’espère que leur accompagnement post-électoral, nous permettra de consolider la stabilité politique et de préserver les acquis de la Démocratie et de l’État de droit, pour réussir le développement économique et social du pays et assurer le bien-être du peuple comorien.

Mesdames et Messieurs,

Permettrez-moi de saisir cette occasion, pour adresser mes plus vives félicitations à Son Excellence Monsieur Peter Thomson pour son élection à la présidence de cette 71ème session de notre prestigieuse Assemblée Générale.

Monsieur le Président, je suis convaincu que votre expérience éprouvée des questions internationales, conjuguée à vos brillantes qualités personnelles, augure du succès des travaux de cette session de l’Assemblée Générale.

Je ne saurais omettre d’adresser mes compliments à votre prédécesseur, Son Excellence Monsieur Mogens Lykketoft pour avoir brillamment présidé notre 70ème session.

Qu’il me soit permis également de saluer l’action du Secrétaire général des Nations Unies, Monsieur BAN Ki-Moon et, alors qu’il s’apprête àquitter bientôt ses fonctions, au terme de sa mission qu’il a assumée avec talent,de m’associer à l’hommage unanime dont il fait l’objet, pour son engagement dans la promotion de la paix, du développement et dans la lutte contre le changement climatique.

Le peuple et le Gouvernement comoriens lui sont particulièrement reconnaissants de l’intérêt qu’il a toujours accordé à l’évolution de l’Union des Comores, en particulier l’attention toute particulière qu’il a portée au dernier processus électoral, qui a contribué à son bon déroulement et à le aboutir à des résultats acceptés par tous.

Permettez-moi enfin de saluer les orateurs qui m’ont précédé à cette tribune pour la pertinence de leurs discours et, en particulier, Son Excellence le Président Barak OBAMA qui achève bientôt son second mandat et à qui je tiens à dire, qu’il symbolise à merveille l’Amérique, l’Amérique de la tolérance, l’Amérique de la générosité, respectueuse des valeurs universelles de la liberté et du droit, l’Amérique que souhaite le monde.

Monsieur le Président,

Le débatgénéral de cette 71e session estplacé sous le thème « Les objectifs de développementdurable :force universelle de transformation du monde ».

Il cadre parfaitement avec la décision prise il y a quinze ans par les dirigeants du monde sur un ensemble d'objectifs mondiaux, les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Il nous permettra de relever les progrès considérables enregistrés dans les années qui ont suivi, notamment la diminution continue de la pauvreté à travers le monde, le nombre de plus en plus croissant d’enfants scolarisés en primaire, la diminution, de façon spectaculaire, des décès d’enfants, l’élargissement de l’accès à l’eau potable et les efforts réalisés en faveur de la lutte contre le paludisme, le sida et la tuberculose, qui ont permis de sauver des millions de vies.

En effet, les efforts engagés pour atteindre un monde plus prospère, plus équitable, plus libre, plus respectueux de la dignité humaine, un monde où la recherche et le maintien de la paix se poursuivent sans relâche, ont été considérables.

En outre, les programmes ambitieux à long-terme que nous avons mis en œuvre pour améliorer la vie des populations et protéger la planète pour les générations futures, nous permettent d’envisager avec optimise, la réduction de la pauvreté, l’amélioration de la santé et de l’éducation, un habitat plus durables, le combat contre les changements climatiques et la protection des océans et des forêts.

Toutefois, la question des réfugiés et des migrants qui a fait l’objet de nos échanges, dès le début de cette session, appelle des réponses urgentes.

Nous savons pertinemment, que ce n’est ni par plaisir ni par gout du tourisme, que ces hommes et ces femmes risquent leurs vie dans la traversée périlleuse des mers et des océans. Ils fuient plutôt les guerres, la pauvreté et le mal-vivre.

Aussi, le thème de notre session,« Les objectifs de développement durable : force universelle de transformation du monde », vient-il à point nommé, car il nous permet d’envisager un développement durable à même de stabiliser les populations chez elles, pour ne bouger que par nécessité et en parfaite symbiose.

Ainsi, il appartient à notre organisation, donc à nous tous, de prendre les mesures immédiates, susceptibles d’endiguer les fléaux de la violence, résultat de l’extrémisme et du fanatisme de tout bord, qui aboutissent aux actes odieux et barbares que le monde entier en général, et notamment l’Afrique, est en train de vivre : le terrorisme qui n’a pas de frontières.

Les terroristes ne sont ni musulmans, ni juifs, ni chrétiens ni animistes. Ils n’appartiennent à aucune religion, à aucune civilisation. Ce sont des barbares.

Voilà pourquoi mon pays, l’Union des Comores, reste disponible, pour appuyer et accompagner toutes mesures allant dans le sens de la lutte contre ce fléau du terrorisme.

Monsieur le Président,

Il est très urgent que notre organisation, c’est-à-dire nous tous, trouvions enfin une solution définitive, juste et durable au conflit israélo-arabe sur la base de deux États et ce, conformément aux résolutions pertinentes de l’ONU.

Rien ne peut justifier notre silence face aux drames de ce conflit, avec son lot de victimes, entretenu par les extrémismes de tout bord et par notre inertie coupable.

Rien ne peut justifier l’arrogance de ceux qui, à cette même tribune, viennent défier le monde auquel ils s’adressent et narguer notre organisation commune, qui a pourtant reconnu depuis près de 70 ans, l’État au nom duquel ils s’expriment, cette même organisation, qui nous offre à tous, le cadre pour affirmer la souveraineté de nos propres États, contribuer à la marche du monde et rechercher pacifiquement des solutions aux problèmes qui l’assaillent.

Je voudrais pour ma part, renouveler la confiance que mon pays place en l’ONU, l’organisation qui a reconnu sa souveraineté et son indépendance et grâce à qui, il est représenté ici, depuis 41 ans.

Je reste ainsi persuadé qu’une solution au problème de la souveraineté du peuple palestinien et la résolution de ce vieux conflit de 70 ans, seront un catalyseur pour le règlement des autres conflits dans cette région du Proche et Moyen Orient.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, à ce stade de mon intervention, d’attirer respectueusement l’attention de notre Assemblée, sur la nécessité de faire la différence entre les migrations et le déplacement des populations sur leur propre territoire.

Dans mon propre pays, l’Union des Comores, dont la souveraineté a été reconnue ici même depuis 1975 sur les quatre iles qui la composent, il y’a évidemment, comme dans les autres pays, des mouvements nécessaires de la population qui s’effectuent à l’intérieur des iles et entre elles, y compris l’Ile de Mayotte, malheureusementencore sous Administration française.

Ces déplacement pour visiter la famille, assister à un mariage, à l’enterrement d’un proche ou pour tout autre raison, se transforment hélas, en drame au quotidien, et causent chaque année, chaque mois, des centaines de morts parmi nos concitoyens, dans le bras de mer entre les trois iles et Mayotte, dans l’indifférence de la communauté internationale.

Ainsi, Mesdames et Messieurs, la question de l’île comorienne de Mayotte,bien connue de cette assemblée qui lui a consacré pas moins de 15 résolutions depuis 1977, reste toujours d’actualité en 2016.

Nous espérons qu’avec votre soutien multiforme, une solution viable sera trouvée en parfaite harmonie entre les Comores et la France, deux pays qui ont un contentieux mais qui sont pourtant restés, deux pays restés amis et partenaires de longue date.

Je suis convaincu que le dialogue que j’ai initié avec le Président Chirac en 2005, poursuivi depuis par les Gouvernements comoriens et français successifs, aboutira à une solution pour ce contentieux désagréable entre amis et partenaires.

C’est par un dialogue franc, intelligent et respectueux des intérêts des uns et des autres et surtout conforme au Droit International, que nous parviendrons à épargner aux jeunes générations de français, de comoriens et de franco-comoriens, une situation sans issue et les préserver ainsi de la radicalisation et de l’extrémisme qui minent et déstabilisent de nombreuses régions du monde.

Monsieur le Président,

Les Nations Unies d’aujourd’hui, qui constituent le seul endroit où les peuples du monde peuvent envisager un avenir commun de paix et de prospérité partagée, sont égalementl’objet d’une immense attente, celle d’une institution qui assurerait la régulation du système international.

Or, l’ONU est de plus en plus ressenti comme inique ou inefficace, sur la question de la défense des droits des plus démunis par rapport aux puissants.

Aussi, l’Union des Comores est-elle en faveur d’une ample réforme de l’ONU, que bon nombre de pays appellent de leurs vœux, notamment pour permettre enfin à l’Afrique, plus spécifiquement, de disposer d’un siège permanent au sein du Conseil de Sécurité.

Nous pensons que le respect du droit international, de la souveraineté des États et de l’intégrité de leurs territoires, contribueront à plus de paix et de prospérité dans le monde.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

D’autres obstacles restent à surmonter pour réussir ledéveloppement durable.

Nous devons pour cela, éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous dans le cadre de notre agenda, dans les 15 prochaines années.

Pays insulaire en développement, l’Union des Comores veut faire du secteur privé et de la société civile en collaborations avec l’Administration, les moteurs de cette bataille afin de transformer la croissance économique, réelle en Afrique notamment, en perspectives d’emplois décents pour les jeunes, en amélioration des services, en développement de l’agriculture et en réduction des inégalités en termes de revenu, de genre et de milieu de résidence, afin de et faire face avec des chances de succès au problème émergent du changement climatique.

Monsieur le Président,

Je voudrais terminer par une note optimiste et, en revenant sur le thème desobjectifs de développementdurable, rendre hommage au Président de la République Française, Son Excellence Monsieur François Hollande et le féliciter pour la réussite de la COP21.

Son engagement et sa capacité de mobilisation ont permis la signature progressive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Mon pays qui a signé l’accord, le soumettra pour ratification à la session parlementaire mois d’octobre prochain.

Par la même occasion, je souhaite bonne chance à Sa Majesté le Roi Mohamed VI dont le beau pays, le Maroc, accueillera en 2017 à Marrakech la COP22.

Avec la permission de Sa Majesté, mon Frère le Roi Mohamed VI, je vous invite tous à venir nombreux au Maroc à cette occasion, dans ce grand pays qui a amplement mérité d’abriter la COP22.

La réussite de ces Sommets de la COP contribue à réduire l’insécurité, facteur de déstabilisation de nombreuses régions de par le monde, particulièrement en Afrique dont les populations ont le plus recours aux migrations qui préoccupent le monde et auxquels nous avons consacré la première journée de la présente session.

En effet, le succès de la COPest un gage d’amélioration de la vie quotidienne ainsi qu’une contribution concrète à la prospérité commune et au bien-être des populations de la planète.

Je vous remercie.

Source: Alwatwan

comoresactualites

Allocution à l'ONU de son excellence Azali Assoumani!
Lire la suite

Affaire Roukkayat Mohamed : l’assassin enfin appréhendé

23 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Affaire Roukkayat Mohamed : l’assassin enfin appréhendé

L’assassin de la petite Roukkaiyat Mohamed a fini par se dénoncer. Il est depuis mercredi, en fin de matinée entre les mains de la gendarmerie et transféré à la maison d’arrêt de Koki.

Le présumé assassin s’appelle Bachir Warba. Il est de Hombo, tout comme la petite et il a avoué son crime aux riverains, puis selon de sources proches de l’enquête, reconnu les faits aux gendarmes. Comme ça naturellement. Comme quoi… un crime, ne reste pas longtemps impuni.

Selon des riverains que Comores-info a pu joindre ce matin, décrivent Bachir comme un personnage complexe, qui a déjà trempé dans un meurtre familial pour une question de terrain. Enfermé à Koki pour le meurtre de son frère, il a pu s’évader de la maison d’arrêt pour Mayotte avant de revenir quelques mois après dans l’impunité totale. « Blanchi par le temps », comme cela est souvent dénoncé par moquerie à Mutsamudu quand il s’agit d’un pareil cas.

Tantôt docker, tantôt matelot, Bachir est connu à Hombo, comme quelqu’un de tempérament imprévisible, solitaire et violent. Selon des informations toujours recueillies auprès des riverains qui ont été témoins de ses révélations lorsqu’il a fini par craquer, il aurait dit avoir gardé la petite fille quatre jours durant sans manger, ni boire. Affolé par la pression de la rue, c’est à ce moment-là qu’il décide de se débarrasser la fille après l’avoir sauvagement assassinée. On ne saura pas plus. Il faudra attendre la déclaration du procureur pour en savoir plus.

Un début de fin d’un crime abominable, qui a tenu en haleine tout un pays en fin de mois de ramadan et qui va peut-être lever ses mystères tout seul après une enquête bâclée et infructueuse.

KAY, Comores infos

Affaire Roukkayat Mohamed : l’assassin enfin appréhendé
Lire la suite

Pétrole comorien : AZALI a-t-il rencontré le diable à New-York ?

22 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Pétrole comorien : AZALI a-t-il rencontré le diable à New-York ?



Selon une oreille bien tendue et non bouchée, le président de la république projetterait de mettre fin à l'exploration des ressources naturelles entreprises sous le règne de SAMBI, à son retour de New-York.
Ainsi la société bahari ressource et safari ressource seront interdit es de continuer leurs activités alors qu'ils espéraient commencer l'extraction du pétrole et le gaz à partir de 2017.
Azali veut une nouvelle loi des produits pétroliers à l'assemblé car pour lui la loi actuelle est dicté par Sambi, le directeur de Bahari Ressource est appelé d'urgence aux états unis. la France est-elle derrière tout ça?
Bahachich, bahacha, pot de vin, commission occultes planent au-dessus de cette histoire. Rappelez-vous Mamadou a pris sa part et pourquoi pas le nouveau locataire du palais ?
Mbadakome

Pétrole comorien : AZALI a-t-il rencontré le diable à New-York ?
Lire la suite

PAUVRE COMORES COMME DIT LE DR IBRAHIM BARWAN

21 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Lire la suite

Le président Azali a rencontré le président François Hollande

21 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Le président Azali a rencontré le président François Hollande

Le président Azali Assoumani multiplie les rencontres à New-York. Il a rencontré le président français et celui du Sénégal. Selon le chef de la communication de Beit Salam Said Ali Said Ahmed, le Président de la République, SEM AZALI assoumani, a pris ce 20 septembre, à l’ouverture des travaux de l’AG de l’ONU et au déjeuner offert à la mi-journée par M. Ban-ki Moon, Secrétaire de l’Organisation. Il a ensuite participé à la réunion organisée par le Président de la République Française, SEM François HOLLANDE sur le suivi de la Cop21 et sur les préparatifs de la cop22 à Marrakech. Le Président AZALI a suivi les travaux de l’AG et a été présent au dîner offert par le SEM Président Obama, en soirée.

dans la journée de ce 21 septembre il prendra part à l’US-Africa Forum avant les rencontres bilatéraux. Il a dore-et-déjà rencontré les présidents du Sénégal et de la cote-d’Ivoire. Le Président de l’Union des Comores s’adressera à l’Assemblée Général de l’Organisation des Nations Unie, dans la matinée du 23 septembre.

comores-infos.net

Le président Azali a rencontré le président François Hollande
Lire la suite

Un tremblement de terre secoue Mayotte et le nord du Canal du Mozambique

21 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Un tremblement de terre secoue Mayotte et le nord du Canal du Mozambique

Un tremblement de terre d’une magnitude de 5,1 sur l’échelle de Richter a secoué le nord du Canal du Mozambique et l’ensemble de l’archipel des Comores la nuit dernière. Il a eu lieu à 4h08 ce mercredi matin avec un épicentre situé à environ 200 kilomètres à l’ouest de nos côtes et à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Mohéli. Il s’agit d’un séisme « peu profond » situé à 10km de profondeur dans l’océan.

Ce tremblement de terre présente des caractéristiques classiques dans notre zone. Il s’agirait d’un séisme de « rééquilibrage de plaques », selon les spécialistes. Nous ne sommes en effet pas situés sur les grandes fractures des plaques de la région qui sont positionnées vers le Kenya par exemple. Lorsque ces plaques bougent, on assiste à ces rééquilibrages de croûte. C’était par exemple le cas le 2 octobre 2015 avec un séisme de 4,6 relevé dans le département.

Pour mémoire, le dernier tremblement de terre majeur a secoué Mayotte le 9 septembre 2011 vers 16h30. Il s’agissait d’un séisme de magnitude 5 sur l’échelle de Richter et il avait eu lieu bien plus près de nous. L’épicentre du séisme se situait en effet à 34 km au nord de Mamoudzou. Il n’avait duré que deux secondes et n’avait pas provoqué de dégâts.

Le tremblement de terre « de référence » à Mayotte est celui du 1er décembre 1993. Sa magnitude était de 5,2 et son épicentre situé à 40 km à l’ouest de l’île. Les dégâts les plus importants avaient été relevés dans le nord et le sud de l’île mais aucun décès n’avait été relevé.

http://lejournaldemayotte.com

L’épicentre du tremblement de terre de la nuit dernière était situé à environ 200km de nos côtes

L’épicentre du tremblement de terre de la nuit dernière était situé à environ 200km de nos côtes

Lire la suite

Aviation: Un ciel aérien très nuageux en ce moment aux Comores

20 Septembre 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Aviation: Un ciel aérien très nuageux en ce moment aux Comores


Le transport aérienne affecte le développement de l'Union des Comores, ne cesse de d'aggraver du jour au jour.

Après son inauguration officielle par le gouvernement du Colonel Azali Assoumani, le Boeing 737 d'AB Aviation vient d'être frappé par une interdiction de vol par l'Anacm.

C'est par courrier en date du 10 septembre dernier que la compagnie comorienne de Ayad Bourhane a été signifiée officiellement de survoler.
Les voyageurs comoriens se trouvant à Madagascar et Darsalam actuellement sont dans l'impossibilité de rejoindre Moroni.

Pour se justifier, l'Anacm a tenu une conférence de presse hier. Les responsables de l'agence National de l'Aviation Civile et de la Météorologie (Anacm) ont justifié leur décision de clouer au sol le Boeing 737.
A en croire le Directeur de la Sécurité des aérodromes et de la navigation aérienne, depuis un certain temps l'Anacm avait relevé "quelques défaillances" au niveau de cet appareil et a ainsi accentué la surveillance technique pour préserver la sécurité des passagers.

Pour Nassur Ben Ali, si l'on se réfère aux conditions de navigabilité et sur la base de la documentation dont dispose l'Anacm, le Boeing 737 -2000 ne présente pas les mesures de sécurité requises pour se voir renouveler son permis d'exploitation aux Comores.
Le Directeur Général de la compagnie, Mr Ayad Bourhane n'a pas tardé à réagir face à cette mesure qu'il juge illégale.
Ayad Bourhane reproche à l'Anacm d'avoir clouer son appareil sans aucun préavis. A lui déclarer "ils m'ont adressé une lettre d'interdiction de vol datée du 10 septembre, mais ce même jour, je leur envoyé toutes les pièces qu'ils m'avaient demandées et l'interdiction a été levée le soir même"

Ajoute Ayade, c'est ainsi que le 11 septembre la Boeing a effectué ses rotations vers Tana et Dar-Es Salam.
Le patron de la compagnie a renchérit ces justificatif, c'est après avoir demandé le plan de vol que ses pilotes ont appris que l'appareil est interdit de vol.


Mbadakome

Aviation: Un ciel aérien très nuageux en ce moment aux Comores
Lire la suite