Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Articles récents

La nouvelle équipe de l'Office de Radio et Télévision des Comores

26 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

La nouvelle équipe de l'Office de Radio et Télévision des Comores

En image, la nouvelle équipe de l'Office de Radio et Télévision des Comores.

A gauche, Ibrahim Ali Said Félix, directeur opérationnel à l'Office de Radio et Télévision des Comores (ORTC).

  • Msa Ali Djamal, Directeur Général de la chaîne d’information ORTC en remplacement de l'ex-directeur général Abdallah Sandi.
  • Et à droite, Ben Abdou, l'animateur vedette de cette chaîne depuis des années.

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

La nouvelle équipe de l'Office de Radio et Télévision des Comores
Lire la suite

Comores télécom : Affaire de surfacturation des pylônes

26 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores télécom : Affaire de surfacturation des pylônes



A moins de deux mois de détention provisoire des agents impliqués dans l'affaire de "Surfacturation des pylônes" à Comores télécom, le juge d'instruction chargé du dossier vient d'accorder à un prévenu une mise en liberté provisoire.
Il s'agit du coordinateur des ressources humaines à Comores télécom et ancien Directeur Général de la Snpsf Ibrahim Abdallah originaire de Foumbouni.
Son avocat maitre Baco a fait savoir que son client a bénéficié une mise en liberté provisoire sous caution mais que l'ordre d'élargissement n'est pas encore établi.
L'avocat n'a pas souhaité rendre public le montant du cautionnement.
Une source du dossier au parquet de Moroni, qui a requis l'anonymat, nous a confié que le juge exige un montant de 18millions franc comoriens.
Mbadakome

Comores télécom : Affaire de surfacturation des pylônes
Lire la suite

La grogne est loin de s'affaiblir au le marché de volvolo

25 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

La grogne est loin de s'affaiblir au le marché de volvolo

Aujourd'hui encore, dans le marché de Volovolo les pécheurs et les commerçants sont montés au créneau contre les mesures que le gouvernement d'AZALI leur a imposé la semaine dernière.

A cet effet des nombreux pêcheurs ont décidé de passer outre contre les prix revus à la baisse par le gouvernement sur les produits carnés et halieutiques. "Le gouvernement d'Azali Assoumani ne peut pas nous imposer des prix sans la moindre consultation" scande nerveusement un pêcheur sur place.
Les pêcheurs dénoncent ces mesures unilatérales. Le gouvernement doit comprendre que nous allons très loin dans les côtes mozambicaines pour pêcher ces poissons et en plus la pêche est saisonnière.

Reçu par le Président de la commission Ismael Mohamed, "On nous a donné des textes à respecter et on ne fait que suivre les recommandations" Vos revendications sont légitimes mais les protestataires devront comprendre la décision du gouvernement".
Aujourd'hui à Volovolo le chamboulement est total, les prix fixés par le gouvernement suite à l'accord de la semaine dernière ne sont plus respectés par Ni les pêcheurs ni les vendeurs des viandes rouges et viandes blanches.
Le kilo de la viande rouge fixé à 1650fc, se vend aujourd'hui à Volovolo 2750fc à 3000fc. Le poulot 1000fc au lieu de 900fc.

Parallèlement à cela, les prix des poissons ont connu une hausse remarquable et le marché de Volovolo l'ambiance n'est pas au rendez-vous. Le Kilo du thon rouge se vend à 2500fc, Poeré 2000fc.
Mbadakome

La grogne est loin de s'affaiblir au le marché de volvolo
Lire la suite

Le président Azali au 27-ème sommet de la Ligue arabe à Nouakchott, en Mauritanie

25 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Le président Azali au 27-ème sommet de la Ligue arabe à Nouakchott, en Mauritanie


Les 22 membres de l'organisation de la Ligue arabe, 21 seront représentés dans la capitale mauritanienne. Pour rappel, la Syrie est suspendue de cette organisation depuis l'éclatement d'une rébellion dans ce pays.

"Le Président de la République est arrivé dimanche soir à Nouakchott en vue de prendre part aux réunions du Conseil de la Ligue des États arabes au niveau du sommet dont la 27ème session se tiendra les 25 et 26 juillet courant.

Le Président SEM AZALI Assoumani et son épouse ont été accueilli à l'aéroport international de Nouakchott Oum-Tounsi, par le Président de la République Islamique de Mauritanie, SEM Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et son épouse ainsi que par le Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale de Mauritanie, le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, les membres du gouvernement mauritanien, le Directeur de Cabinet du Président de mauritanien, le Chef d'état-major particulier du Président mauritanien, le Wali de Nouakchott Ouest, la Présidente de la Communauté urbaine de Nouakchott et de nombreuses hautes personnalités de l'appareil de l'État du pays hôte". Nous informe Said Ali Said Ahmed

<< Les dirigeants de la Ligue arabe se réunissent en sommet lundi et mardi à Nouakchott, en Mauritanie, pour discuter de la sécurité et du terrorisme dans le monde arabe. Il sera aussi question du projet d'une « force » commune à leurs pays, principe adopté en Egypte, à Charm-el-Cheikh, en mars 2015...>>

Rfi.

mlimadji

Le président Azali au 27-ème sommet de la Ligue arabe à Nouakchott, en Mauritanie
Lire la suite

Politique : un ciel nuageux au royaume de Juwa!

25 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Politique : un ciel nuageux au royaume de Juwa!

«Pas de crise». «Tout va bien». «Il n'y a pas de problèmes». «Le parti se porte très bien». En gros, c'est ce que veulent faire croire les ténors du Juwa. Mais, en réalité, les choses ne sont pas aussi simples. La réunion tenue dimanche dernier à Mutsamudu en présence de presque tous les cadors du parti dont le président d'honneur et maitre de cérémonie Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, ne semble pas avoir permis de décanter la situation.

Selon Ibrahim Mohamed Soulé, député de Moroni Nord et secrétaire général du parti, l'heure est à la remobilisation des troupes après les dissensions nées des dernières élections. Effectivement, en l'absence «d'un mot d'ordre du parti, chacun est parti là où il jugeait nécessaire. Nous nous sommes donc retrouvés avec quatre groupes qui ont chacun rejoint le Mouvement Narawaze, Mamadou, Azali et Mouigni», dit celui qui s'était allié à la candidature de l'ex-gouverneur de Ngazidja. Mais, à présent «tout est rentré dans l'ordre et nous avons tous rejoint le parti. D'ailleurs nous ne l'avons jamais quitté» assène-t-il. Le discours est clair, mais ça ne semble pas être l'avis de tous. Un des participants à la réunion de dimanche, qui a souhaité garder l'anonymat, affirme que tout n'est pas si simple. Comme dans toute famille, «il y a eu des cris, des divergences et des non-dits. Nous sommes sortis de là unis, mais avec des tendances diverses», soutient-il. Allez chercher la nuance.

Un nouveau bureau

Une affirmation que confirme Paul-Charles Delapeyre. Ce dernier, que l'on dit très proche de l'ex-président, estime que «le provisoire a assez duré, nous devons repartir sur d'autres bases». Un clin d'œil à l'équipe dirigée par Ibrahim Mohamed Soulé, toujours à la tête du Juwa à titre provisoire depuis sa création il y a plus de deux ans. L'actuel patron dudit parti n'est pas contre cette idée d'élire un nouveau bureau. A-t-il vraiment le choix? Le provisoire n'a-t-il réellement «pas assez duré» pour un parti comme Juwa? D'autant plus que certains ont du mal à comprendre «le refus de certains à suivre Sambi chez Azali», lance notre interlocuteur anonyme. Oui, mais «ceux qui l'ont fait ont suivi l'homme, pas le président d'honneur du Juwa. C'est ce qui fait qu'aujourd'hui, personne n'a été exclu du parti pour avoir opéré un choix opposé. Toutefois, nous devons éviter les erreurs du passé et y puiser notre force pour l'avenir», reprend le secrétaire général, qui semble ignorer qu'au royaume Juwa, la frontière est très mince, sinon inexistante, entre le parti et l'ancien chef de l'Etat.

Pour ce qui est de l'avenir, justement, des changements sont dans l'air. «On a trouvé une cour de rois transformée en parti. Il y a, d'une part, le Roi-Soleil et, d'autre part, sa cour. La logique partisane n'existe pas», estime Paul-Charles Delapeyre.

Ainsi, une commission va voir le jour pour diriger le parti jusqu'à la tenue d'un congrès censé placer de nouvelles têtes dans les hautes sphères de Juwa. «Parce que, pour l'instant, ceux qui nous dirigent sont en train de dormir. Et j'espère qu'ils vont continuer à le faire d'ici le congrès et là, nous élirons ceux qui méritent vraiment de diriger nos instances. En attendant, le boulot consiste à choisir des personnes volontaires qui voudront travailler naturellement avec ceux qui sont sur le terrain parce que, si à Ndzuani, toutes les instances du parti sont bien en place, ce n'est pas encore le cas à Ngazidja et encore moins à Mwali» a fait remarquer Delapeyrre. Ladite commission va être composée de membres des différentes coordinations régionales. La réunion de dimanche a donc permis de faire le point de la situation après un scrutin où le parti n'a pas tout perdu.

Un congrès en octobre

La même réunion a aussi permis la formation d'une «commission pour préparer le congrès en respectant les textes et en laissant de côté les instances nationales qui végètent depuis un bout de temps et dont on ne peut pas encore se passer puisqu'il n'y a pas d'autres équipes élues». Malheureusement? A présent, il y a des tendances dont celle «dirigée par Ibrahim Mohamed Soulé, qui prône l'immobilisme, la sieste permanente, la végétation en attendant la prochaine élection. Et il y a une autre tendance, qui pense qu'un parti politique doit vivre en permanence, qu'il y ait élection ou pas. Nous voulons rompre cette saisonnalité». Le ciel s'annonce nuageux chez Juwa et le beau temps ne semble pas prévu avant quelques temps.

Abdallah Mzembaba

Source (sans la photo) : Al-watwan N° 2971 du jeudi 21 juillet 2016

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sounhadj reconnait des «cicatrices», mais dément, l'existence de problèmes au sein du Juwa

En réaction à l'intervention de Paul-Charles Delapeyre dans notre édition d'hier, le secrétaire-général adjoint (Sga) du Juwa a tenu à apporter quelques éclaircissements. D'emblée, il affirme qu'il n'y a pas de problèmes. «Je concède qu'il y a quelques cicatrices, mais rien d'alarmant comme on veut nous le faire croire». Et d'ailleurs, «nous condamnons les propos de Paul qui sont contraires à notre idée de citoyen modèle, mais aussi indigne d'un haut cadre du Juwa. Il est possible qu'il soit sanctionné s'il récidive», menace le Sga. Pour ce qui est de la rencontre de dimanche dernier à Mutsamudu, Sounhadj Attoumane parle d'une réunion servant à revoir la situa- tion après des élections où le parti a eu quelques «ébranlements». Dans les faits, il s'agissait de «voir comment regrouper les troupes, nous renforcer et prioriser un esprit de tolérance au lieu de nous focaliser sur le passé.» Oui, mais comment oublier le passé avec de telles cicatrices ? Dans le même temps, l'idée d'organiser un congrès a vu le jour. Il sera organisé par le bureau et une commission composée par des membres choisis au sein des différentes coordinations régionales. Ledit congrès servira à élire un nouveau bureau en remplacement de celui en place depuis la création du parti.

«Incompréhension»

Revenant sur les déclarations de Paul-Charles Delapeyre, Sounhadj Attoumane explique que les critiques et les propositions de ce dernier ne sont pas interdites, mais «doivent se faire dans le respect». Il faut dire que le Sga reproche certaines choses à son collègue. D'abord, l'ancien ministre de la Santé a du mal à comprendre «les gros mots et l'impolitesse dont a fait preuve Paul». Ambiance. Ensuite, le parti «s'insurge contre le fait qu'il ait minimisé le travail qui a été fait jusqu'à maintenant. Je vous rappelle que si notre parti a un nom aujourd'hui, c'est parce que lors des quatre dernières élections, nous avons eu des résultats et ne pas reconnaitre cela est une grave erreur. »Enfin, il accuse Paul-Charles Delapeyre de déformer la vérité. Rien que ça.

Des sanctions...

Sur un autre registre, le Sga concède que le moment est venu de sanctionner «certaines personnes». Interrogé sur l'exemple d'Anissi Chamsiddine, Sounhadj Attoumane a botté en touche. Pour légitimer l'absence de consigne du parti lors du second tour des élections présidentielles, l'ancien ministre explique : « A aucun moment, on a envisagé l'échec de notre candidat. On s'était dit qu'il serait au second tour et quand ce n'était pas le cas, on était un peu dépassés car n'ayant pas prévu de politique d'alliance». Raison qui a conduit «à la consigne de notre président d'honneur qui a parlé en son nom et non au nom du parti». Oui, mais est-ce que l'un va sans l'autre et ceux qui ont choisi d'autres candidats qu'Azali sont-ils susceptibles de sanctions ? Sounhadj Attoumane déclare que la parole d'Ahmed Abdallah Mohamed Sambi» a beaucoup de valeur au sein du parti, mais encore une fois il n'a pas engagé le parti dans sa consigne» et ce ne sont pas les témoins qui manquent... «Aussi, les élections sont derrière nous maintenant, donc quelque soit le choix que chacun a pu faire, c'est du passé.» On veut bien le croire. Mais peut-on alors dire que tout va bien ? Libre à chacun de juger. «Nous tenons à avancer, à oublier le passé et à faire le bilan de ces trois ans d'existence, mais il va de soi qu'il y a des cicatrices en ce moment». Il faudra alors panser ces plaies ou les laisser se transformer en gangrène.

En tout cas un choix s'impose mais ça wait and see.

Abdallah Mzembaba

Source (sans la photo) : Al-watwan N° 2972 du vendredi 22 juillet 2016

Politique : un ciel nuageux au royaume de Juwa!
Lire la suite

Mayday Mayday, "Fahami Said Ibrahim est sain et sauf"!

25 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Mayday Mayday, "Fahami Said Ibrahim est sain et sauf"!

Après avoir lancer un avis de recherche dans "Porté disparu", le colonel Bradock vient d'intercepter un message qu'il vient de nous communiquer.

Notre Ministre d'état chargé de la justice est sain et sauf et se porte bien.

Après un repos bien mérité dans le royaume chérifien, il vient de poser ses valises à Paris pour un retour la semaine prochaine à Moroni.

Un séisme de magnitude 6.6 l'attend sur place, la majorité des ministres veulent son départ pour sa désinvolture ainsi que la mauvaise gestion de l'acte barbare de Mutsamudu.

Plusieurs dossiers chauds l'attendent sur la table:

- La lutte anti-corruption des voleurs présumés de Comorestelcom qui se trouvent en prison.

- Le meurtre barbare du présumé criminel Brando par une foule hystérique à Mutsamudu.

- La libération du coupeur du bras de la victime par des habitants de la ville de Domoni Anjouan au siège de la brigade de recherche de cette localité.

- Les propos "d'appel à la violence" du directeur de cabinet de Darnadjat.

- Le retour de l'Ambassadeur Zoubert Ahmed Soufiane qui avait disparu des écrans radars pour la gestion de la citoyenneté économique et des pavillons comoriens. Il a été vu au mariage du fils d'Ahmed Sambi, votre mentor.

On se rappelle tous qu'Abou Achiraf et sa femme ont été mis en cause dans cette affaire.

En rentrant aux Comores et que vous laissiez tomber ces dossiers, autant partir car vous êtes entrain vous et l'autre fantôme du Mirex d'amenuiser les chances de votre poulain en 2021.

"Le bilan de ce régime est le vôtre..." et la justice ainsi que la diplomatie relèvent de vos compétences.

A ce jour, le masque tombe....

Chathoi Abdou

Mayday Mayday, &quot;Fahami Said Ibrahim est sain et sauf&quot;!
Lire la suite

Conférence de presse de l'opposition comorienne!

25 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Conférence de presse de l'opposition comorienne!

Selon des informations qui viennent de nous parvenir, l'opposition comorienne devrait rompre le silence via une conférence de presse dans les prochains jours...

Affaire à suivre

comoresalternances

Conférence de presse de l'opposition comorienne!
Lire la suite

Mali: Le président Azali reçu par le Ministre des Affaires Étrangères

24 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Mali: Le président Azali reçu par le Ministre des Affaires Étrangères

En transit au Mali, le président Azali a été reçu à l'aéroport par SEM Abdoulaye DIOP, Ministre malien des Affaires Étrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine. C'est au nom du président malien, SEM Ibrahim Boubacar KEÏTA, que son ministre a accueilli le président comorien. Demain, il participera au 27ème sommet de la Ligue arabe en Mauritanie.

©habarizacomores.com

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Mali: Le président Azali reçu par le Ministre des Affaires Étrangères
Lire la suite

Mayday Mayday, "Fahami Said Ibrahim est sain et sauf"!

24 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Mayday Mayday, "Fahami Said Ibrahim est sain et sauf"!

Après avoir lancer un avis de recherche dans "Porté disparu", le colonel Bradock vient d'intercepter un message qu'il vient de nous communiquer.

Notre Ministre d'état chargé de la justice est sain et sauf et se porte bien. Après un repos bien mérité dans le royaume chérifien, il vient de poser ses valises à Paris pour un retour la semaine prochaine à Moroni. Un séisme de magnitude 6.6 l'attend sur place, la majorité des ministres veulent son départ pour sa désinvolture ainsi que la mauvaise gestion de l'acte barbare de Mutsamudu.

Plusieurs dossiers chauds l'attendent sur la table:

- La lutte anti-corruption des voleurs présumés de Comores Telcom qui se trouvent en prison.

- Le meurtre barbare du présumé criminel Brando par une foule hystérique à Mutsamudu.

- La libération du coupeur du bras de la victime par des habitants de la ville de Domoni Anjouan au siège de la brigade de recherche de cette localité.

- Les propos "d'appel à la violence" du directeur de cabinet de Darnadjat.

- Le retour de l'Ambassadeur Zoubert Ahmed Soufiane qui avait disparu des écrans radars pour la gestion de la citoyenneté économique et des pavillons comoriens. Il a été vu au mariage du fils d'Ahmed Sambi, votre mentor.

A LIRE AUSSI: Fahami Said Ibrahim: "Porté disparu"

On se rappelle tous qu'Abou Achiraf et sa femme ont été mis en cause dans cette affaire.

En rentrant aux Comores et que vous laissiez tomber ces dossiers, autant partir car vous êtes entrain vous et l'autre fantôme du Mirex d'amenuiser les chances de votre poulain en 2021.

"Le bilan de ce régime est le vôtre..." et la justice ainsi que la diplomatie relèvent de vos compétences.

A ce jour, le masque tombe....

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Chathoi Abdou

Chathoi Abdou

Lire la suite

Armée de développement: Un drame à Anjouan

23 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Armée de développement: Un drame à Anjouan


Anjouan un drame vient d'avoir lieu au camp militaire de Sangani, il était 15h heure locale. Ce sergent, ici sur la photo, vient de trouver la mort lors d'une manipulation d'arme et blesser au passage 3 camarades militaires. Mais heureusement la vie de ces trois blessés ne sont pas en danger. A suivre
Mbadakome

Armée de développement: Un drame à Anjouan
Lire la suite