Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Articles récents

Sommet de l'ONU à New York: Souef Mohamed El-Amine absent

19 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores


Je vous l'ai annoncé avant hier, Souef Mohamed El-Amine, ministre comorien des Affaires Étrangères n'approuverait pas le discours que son président s'apprête à prononcer aux nations unies à propos de la question de Mayotte. Comme c'est étrange, un pays avec deux diplomaties, étrange ...étrange. Y a-t- il une réelle divergence de vue entre les deux hommes? Nous le saurons très prochainement.

Par contre, ce qui est incompréhensible c'est le motif qui serait invoqué par Souef Mohamed El-Amine pour ne pas faire le déplacement de New York. Selon des sources très proches de ce dernier, il aurait dit au président qu'il n'a pas eu le visa pour les USA. Le président l'a t il cru? 
 
Comment peut on croire en effet que les Américains aient pu donner des visas à 19 personnes, du militaire en post à Paris en voyage de noce à l'intendant de la présidence en passant par une cohorte d'aide de camps de la première dame et refuser le visa au chef de la diplomatie Comorienne? Comment serait il possible ?
Selon nos informations de dernière minute, le président aurait obligé au ministre des​ affaires étrangères de se rendre à New York. Ira t- il où non ? Wait and see. Par Ortega Abdou Hassani
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Banque Mondiale 35 milliards de francs pour soutenir cinq secteurs clés

19 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Banque Mondiale 35 milliards de francs pour soutenir cinq secteurs clés

Économie |  -    Mohamed Youssouf

image article une
L’agriculture, le tourisme, le transport, la santé et l’énergie tels sont les secteurs clefs que la Banque mondiale prévoit d’investir pour participer au développement des Comores. Un diagnostique systématique du pays est en cours pour déterminer les besoins les plus immédiats sachant que les investissements devraient atteindre 80 millions de dollars américains pendant les quatre prochaines années. Hier, au ministère des Finances, Rasit Pertev a expliqué qu’ils sont à la recherche de tous les détails possibles pour obtenir l’approbation de la partie comorienne et celle du comité exécutif de la Banque mondiale dans l’optique de lancer les activités. Saïd Ali Saïd Cheyhane s’est pour sa part montré satisfait de cette nouvelle politique d’impliquer les Comores dans l’identification des secteurs porteurs.

 

Après avoir annoncé il y a plus d’un mois que l’enveloppe des subventions de la Banque mondiale en faveur des Comores allait passé de 20 à 80 millions de dollars, le représentant résidant de l’institution de Bretton Woods, Rasit Pertev vient d’annoncer les secteurs clefs qui bénéficieront de ces subventions pendant les quatre prochaines années.

 


Lire aussi : Subventions de la Banque mondiale : L’enveloppe pour les Comores passe de 20 à 80 millions de dollars pour trois ans


Au cours d’un point de presse organisé conjointement avec le ministère des Finances, Rasit Pertev a déclaré que

 

 

nous avons ciblé cinq secteurs d’une grande importance que sont l’agriculture, le tourisme, le transport, la santé et l’énergie pour investir jusqu’à 80 millions de dollars  pendant les quatre prochaines années. On est en train de dialoguer et d’effectuer des analyses concrètes pour récolter le maximum de détails avant de solliciter l’approbation du gouvernement comorien et celle du comité exécutif de la Banque mondiale afin de lancer les activités.


Contrairement à l’accoutumé, la Banque mondiale implique cette fois les Comoriens pour l’identification des actions à poser afin de participer au développement du pays si l’on croit notre source. Le ministre des Finances Saïd Ali Saïd Cheyhane a rappelé l’importance de la Banque mondiale, “un partenaire privilégié des Comores” et s’est montré satisfait de la nouvelle mission de l’institution qui “porte sur l’identification des domaines porteurs, identifier avec objectivité les actions prioritaires pour arriver à un diagnostique qui reflète les réalités du pays”.

Ces quelques 80 millions de dollars soit presque 35 milliards de nos francs seront donc investis à la suite des résultats qui sortiront d’une série d’ateliers qui débute ce matin.

“Le début des activités est espéré pour cette année. Un diagnostique systématique du pays débouchera sur un accord de partenariat et un dialogue avec le gouvernement et les acteurs des domaines ciblés” a expliqué Rasit Pertev qui a annoncé la création d’une fenêtre dédiée aux Comores sur le site  web de la Banque mondiale afin de recueillir les idées et autres contributions de la population comorienne.

alwatwan

Lire la suite

Assises: Azali décrète la mise en place du comité

19 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Assises nationales : Le chef de l’Etat décrète la mise en place du comité de pilotage

 

image article une
Composé de 45 membres, le Comité de pilotage des assises nationales (Cpan) vient de voir le jour suite à un décret du chef de l’Etat. Signé quelques heures avant son départ vers New-York, cet acte d’Azali Assoumani vient annoncer l’organisation prochaine des assises nationales pour effectuer le bilan des 42 ans d’indépendance des Comores. Selon ce décret, sur les 45 membres, dix proviennent des institutions étatiques, treize représentent les partis politiques, douze seront issus du mouvement du 11 aout, huit de la société civile dont deux femmes de la plate-forme entreprenariat au féminin et deux représentants de Maore

 

Quelques heures avant son départ à New-York, le chef de l’Etat a signé, le 16 septembre dernier le décret N°17-100/PR, portant création du Comité de pilotage des assises nationales (Cpan), organe chargé de conduire le processus de préparation et d’organisation de ces assises.

Composé de 45 membres, le Cpan, a également pour mission d’assurer la participation de toutes les parties prenantes à ce grand rendez-vous national, à arborer une neutralité face à l’Etat et aux parties politiques. 
En dehors de l’élaboration de son règlement intérieur, le Cpan a également la mission d’organiser les consultations citoyennes nationales ou ciblées et les conditions des pages sombres de l’histoire du pays.

Au sujet des attributions du Cpan, l’article 7 de ce décret du chef de l’Etat, soutient que l’assemblée de ces assises se tient dans un lieu désigné par le Cpan. 
Quant aux travaux de commission de ladite assemblée, ils se dérouleront sous la coordination du Cpan.

Pour la direction des travaux, le président des assises nationales sera nommé par le chef de l’Etat sur proposition du Cpan et sera choisi parmi les hauts commis de l’Etat ou les hautes personnalités du pays.

Selon ce décret pris par le chef de l’Etat, le Cpan sera dirigé par un bureau exécutif de six personnes, un président, deux vice-présidents, un secrétaire général, un trésorier et un porte-parole.

Sur les 45 membres qui composent le Cpan, dix proviennent des institutions étatiques, treize représentent les partis politiques, douze seront issus du mouvement du 11 aout.

Coté société civile, huit sièges leur ont été accordé dont deux femmes représentantes de la plate-forme entreprenariat au féminin et deux représentants de Maore. Selon l’article 4, alinéa 2 de ce décret, le Cpan met en place trois sous commissions de l’organisation, de la technique et de la communication.

“Chaque sous commission est dirigée par un membre du Cpan et peut intégrer des personnes ressources : des experts nationaux et internationaux, des personnalités…”  Au sujet de la logistique, l’Etat s’est engagé à mettre à la disposition du Cpan un local pour servir de siège et pourra se doter d’un personnel pour son fonctionnement.

En matière budgétaire, cet acte pris par Azali Assoumani fait savoir que le budget du Cpan provient de l’Etat, de l’assistance financière des organisations internationales et de dons divers.

 

Alwatwan

Lire la suite

Cela fait maintenant deux semaines que la peste sévit à Madagascar. La Grande île ayant des échanges directs et permanents..."> Peste à Madagascar : Aux Comores les autorités se préparent

19 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Peste à Madagascar : Aux Comores les autorités se préparent

Peste à Madagascar : Aux Comores les autorités se préparent

image <a class=article une" />
Cela fait maintenant deux semaines que la peste sévit à Madagascar. La Grande île ayant des échanges directs et permanents avec les Comores, la menace n’est donc pas à écarter. Les autorités locales ont ainsi commencé par la sensibilisation de tous les districts et hôpitaux du pays. Cela passe par des fiches mettant en exergue le traitement et la prise en charge à adopter. Le port de Moroni et l’Aimpsi bénéficieront aussi d’un service de surveillance.

 

A Madagascar, la peste sévit depuis deux semaines et cinq personnes sont déjà mortes. Le ministère malgache de la Santé demande à la population de garder son calme et d’aller à l’hôpital en cas de doute et déconseille l’automédication qui peut entraîner des effets secondaires graves.

Par ailleurs, selon Rfi Afrique, pendant près de deux semaines, le virus s’est propagé dans plusieurs villes sans qu’aucun médecin n’ait donné l’alerte. La peste est une maladie endémique sur la Grande île. En deux semaines, cinq personnes sont mortes, de la forme pulmonaire la plus virulente. 

  

On a détecté 22 cas suspects de peste pulmonaire, dont cinq décès confirmés

  

a déclaré à l’Afp, le directeur de cabinet du ministère de la santé, le professeur Willy Randriamaroti avant d’ajouter que depuis lundi 11 septembre, “aucun décès dû à la peste n’a été signalé et que la situation était sous contrôle malgré la panique qui s’est emparée de la Grande île”.

Aux Comores, vu la proximité et le flux entre les deux pays, des mesures sont déjà prises pour faire face au besoin. 
Selon le  responsable de la lutte contre la maladie, le Dr Chamsoudine Mohamed, la direction générale de la santé a distribué dans tous les districts sanitaires et hôpitaux de l’archipel, des fiches comportant les définitions des cas, pour être en mesure de détecter et diagnostiquer en tant réel.

“Des fiches pour connaitre le traitement et la prise en charge sont également distribuées dans tous les districts sanitaires et hôpitaux” dit-il.

“Nous allons activer dans les jours qui viennent, notre système de surveillance surtout au port de Moroni mais aussi à l’aéroport. Et progressivement le système se mettra en place avec des dispositifs au niveau des autres ports” soutient le responsable de la lutte contre la maladie.

A Madagascar, les médias locaux annoncent que “la personne qui a véhiculé initialement la maladie l’a attrapée à Ankazobe. Elle est décédée dans un taxi brousse, le 28 août dans la ville de Moramanga en essayant de rejoindre Tamatave. Sur le chemin, elle a contaminé deux passagers, décédés à Tamatave début septembre. Deux autres personnes entrées en contact avec les malades, ont succombé dans la province d’Antananarivo”.

Le ministère de la Santé de la Grande île affirme que l’épidémie est maîtrisée et qu’à ce jour, 250 à 300 personnes ont été traités par l’Etat pour empêcher la propagation de la maladie.

 

Alwatwan

Lire la suite

Annulation du visa Balladur pour tous Comoriens désirants se rendre à Mayotte

18 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Annulation du visa Balladur pour tous Comoriens désirants se rendre à Mayotte

 

L’image contient peut-être : texte

SOURCE  FACEBOOK

La voix des Comores

Lire la suite

Suppression du visa Balladur contre l'exploitation du pétrole comorien?

18 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

L’exploration pétrolière et gazière en Afrique de l’Est ne semble connaître aucune limite », juge le chercheur de l’IFRI. Aux Comores, les premiers permis d’exploration ont été octroyés à des sociétés junior en mars 2014. Dans un article du journal Alwatwan paru le 16 aout 2017, le Consortium Safari-Western est, de plus en plus, sûr que les réserves en pétrole aux Comores risquent d’être plus importantes que les données fournies ou disponibles. Exxon Mobil a récemment annoncé la signature d’un accord pour acheter une participation de 25% dans le Bloc 4 des eaux profondes du Mozambique à 2,8 milliards Usd. Exxon évalue la valeur brute de l’acquisition à 11, 2 milliards Usd.
Cette annonce faite alors que l’environnement du marché est au plus bas prix depuis 2004 ne peut qu’avoir des incidences positives sur les activités d’exploration aux Comores (bloc 4). Ce bloc situé à proximité des blocs 38, 39 et 40 a, de toute évidence, des implications directes sur les Comores. Toujours selon Alwatwan, Dans ce bloc 4, le gaz est estimé à 85 Tcf (Milliards de Pieds Cubiques) (Réserves contingent), tel qu’indiqué par l’Explorateur Italien Eni.
Le pétrole pourrait aussi raviver la question de Mayotte, quatrième île à l'est de l'archipel, devenue le 101e département français en 2011 mais toujours revendiquée par Moroni. 
 
Le 12 septembre dernier, une feuille de route visant à faciliter la circulation des Comoriens vers Mayotte entre les ministres français et comoriens des Affaires étrangères, a été signée. Une signature qui a provoqué la colère des Mahorais. Des comités s'organisent un peu partout pour crier à la trahison du gouvernement français qui décide l'avenir de Mayotte sans les Mahorais. Pour rappel, aucun élu ni représentant de l'ile de Mayotte n'a été convié dans cette Réunion. 
Le contenu de cette feuille de route n'a toujours pas été dévoilé. Il s'avère que d'autres questions ont été discutées dans la réunion et en l'occurence la prospection du pétrole comorien par l'ancien colonisateur. Allons nous vers la suppression du visa Balladur et vers une récupération de l'ile comorienne de Mayotte contre le pétrole comorien?
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Feuille de route franco-comorienne : Ouverture prochaine de l'antenne consulaire française à Anjouan

18 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores - Q&R - Extrait du point de presse (18 septembre 2017) Ministère française des Affaires Étrangères. 
Emmanuel Macron (2eD) pose pour un selfie avec une 
femme et le maire de Dzaoudzi Said Omar Oili (D) à son 
arrivée à Mayotte le 26 mars 2017
Q - Pouvez-vous préciser le contenu de la feuille de route franco-comorienne adoptée le 12 septembre, qui vise à favoriser "les échanges humains entre les îles de l’archipel dans un cadre légal et en renforçant la sécurité des liaisons maritimes et aériennes" ? En quoi le régime des visas entre l'Union des Comores et Mayotte va-t-il être assoupli ?
 
R - Afin de lutter efficacement contre le trafic d’êtres humains, de favoriser les mouvements légaux, de tarir les passages illégaux et de sécuriser les liaisons, aériennes comme maritimes, la France et les Comores ont décidé de travailler à une circulation régulée et plus sécurisée des personnes entre Mayotte et l'Union des Comores. Cela témoigne d’une volonté nouvelle de coopération.
 
Les autorités françaises ont annoncé leur volonté, tout en exerçant les contrôles normaux, de rendre gratuit le visa entre l'Union des Comores et Mayotte. Nous nous sommes également engagés à rouvrir rapidement l’antenne consulaire d’Anjouan, afin de pouvoir délivrer de nouveau des visas de manière sécurisée. HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Sambi devrait s'exprimer dans 2h de temps: évènement ou non évènement ?

18 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

L'ancien président ne manquera pas de sujets ce soir depuis Mutsamudu où il devrait s'exprimer en direct sur trois radios dont Radio Kaz. Il va faire sa rentrée politique et clarifiera le destin du parti Juwa en mal de position...après l'éviction des ministres.

Rien n'est annoncé sur sa page facebook, mais l'ancien chef de l'Etat trouvera toujours les mots justes pour disserter son soutien à Azali, "la trahison", "le j'ai été mal servi" et remobiliser ses troupes pour inventer un nouvel avenir. Même si le parti est comptable du régime actuel, l'homme au turban connu pour son talent oratoire se posera en victime, et le peuple, naïf comme il est, finira par avoir pitié à l'ayatollah. Abdillah Saandi Kemba
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Décret portant création du comité de pilotage des assises

18 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Le président de l'Union des Comores vient de signer un décret portant création d'un comité de pilotage des Assises Nationales. Le décret stipule que compte ténu de l'impérieuse nécessité d'organisation des Assises, il est mis en place une structure nationale de pilotage indépendante dénommée « Comité de pilotage des Assises Nationales ( CPAN)».

L'article 2 du décret précise que les Assises nationales ont pour objet l'organisation d'un cadre de réflexion pour consolider l'unité nationale et poser les bases d'une nouvelle gouvernance propre à assurer le décollage économique et social dans la paix et la sérénité en vue d'atteindre l'émergence.
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Rentrée scolaire : Le ton se durcit entre l’Intersyndicale et le gouvernement

18 Septembre 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Rentrée scolaire : Le ton se durcit entre l’Intersyndicale et le gouvernement

image article une
Officiellement, la rentrée scolaire est prévue pour le 25 septembre prochain. Mais, parti comme c’est parti, cette dernière risque de ne pas avoir lieu à la date prévue. Pour cause ? “Moussa Mahoma nous a dit que le gouvernement n’a aucunement l’intention de payer le mois de mai” explique Moussa Mfoungoulié. Djalim Abdallah lui, se veut rassurant et affirme que le dernier conseil des ministres “a évoqué le paiement du mois de mai et ce avant la rentrée”. Autre imbroglio, le paiement des reliquats du mois de janvier 2014 (Ndzuani). Pour le mouvement syndical, ces reliquats sont un préalable à la rentrée scolaire. Sauf que Djalim Abdallah dit “ne pas être au courant de ce sujet sur les revendications en cours”. En conséquence, les vacances risquent de se prolonger.

 

Samedi 9 septembre dernier, l’Intersyndicale des agents de l’éducation menaçait de ne pas procéder à la rentrée scolaire prévue le 25 septembre prochain si le gouvernement ne répond pas à certains préalables.

 


Lire aussi : Rentrée scolaire 2017-2018 : L’intersyndicale pose ses conditions


Moussa Mfoungoulié expliquait alors que le gouvernement qui a été représenté par les gouverneurs de Ngazidja et Ndzuani n’a pas respecté les clauses du mémorandum, lequel document avait permis de sortir d’une crise qui aura duré plus de quarante jours.

Le patron des agents de l’éducation a fait savoir à Al-watwan, jeudi dernier, que Moussa Mahoma ministre de la Justice, qui assure l’intérim de Salim Mohamed Abderemane son collègue de l’éducation, que

 

 

le gouvernement n’a aucunement l’intention de payer le mois de mai ni de procéder à la mise en place de la commission élargie.

 

A en croire Moussa Mfoungoulié, “Mahoma a préféré nous dire la vérité et nous en avons pris acte”. En représailles, le mouvement syndical a décidé de rompre tout partenariat avec le ministère et le commissariat en charge de l’Education.

“Nous ne participerons à aucun séminaire, atelier ou autre événement allant dans ce sens car le gouvernement estime que nous ne sommes pas des partenaires alors on en reste là”. Deuxième mesure prise, la restitution des négociations et de la situation actuelle à l’ensemble des cellules régionales du syndicat national. “Nous devons leur faire part de ce qui s’est passé et prendre les décisions qui s’imposeront”.

Les mesures ne s’arrêtent pas là puisque Moussa Mfoungoulié annonce qu’ils vont lancer un préavis de grève.  
 

Rentrée incertaine

Jusqu’à mercredi, l’Intersyndicale réclamait le paiement du mois de mai, le reliquat de janvier 2014 pour les enseignants de Ndzuani et la mise en place et le fonctionnement de la commission élargie. La satisfaction de ces trois conditions était indispensable à la reprise des cours.

Aujourd’hui, le ton a changé et les événements ont pris une tout autre tournure. La rentrée scolaire est donc plus que jamais compromise. 
Du côté du ministère de l’Education, nous n’avons pas pu obtenir une réaction de Moussa Mahoma. Le secrétaire général dudit ministère, Djalim Abdallah, estime pour sa part  qu’on n’en est pas là.

 

 

 

Le dernier conseil des ministres a décidé de payer le mois de mai avant la rentrée scolaire. Pour ce qui est de la commission élargie il faudra attendre que la rentrée soit effective pour que tout le monde puisse être là

 

explique Djalim Abdallah. Ce dernier tient toutefois à mettre les choses au clair sur le sujet des reliquats de 2014 “il n’a jamais été question de reliquat de 2014 sur les négociations en cours. Si tel est le cas je n’en suis pas au courant”.

Si la satisfaction de toutes les revendications de l’Intersyndicale semble incertaine, la rentrée scolaire, elle, est tout simplement compromise et ce à moins de 10 jours du début de l’année.  

alwatwan

Lire la suite