Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Articles récents

Un des détenus évadés de la prison de Koki arrêté à l’hôpital de Sima

21 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Plusieurs détenus de la prison de Koki à Anjouan se sont échappés hier. Le procureur de la République l'a confirmé ce matin dans une conférence de presse.

Nouredine dit Al Kapone, originaire de la ville de Sima (NDZUWANI), parmi les individus appartenant au groupe des évadés de la maison d'arrêt de Koki, s'est fait épingler par le PIGN (Peloton d'intervention de la gendarmerie Nationale).
 
Agresseur présumé d'un des gardiens de la prison, à peine 48h après son évasion, son arrestation a eu lieu dans l'hôpital de Sima, après qu'il ait causé un accident de la route à bord d'une moto qu'il venait tout juste de dérober. ©Allaoui Ahmed Bachir
 

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Lire la suite

Vendeurs ambulants: Lutte pour la vie!

21 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Vendeurs ambulants: Lutte pour la vie!

Scènes de désolation encore ce vendredi à Moroni. À défaut de solutions alternatives, les commerçants ambulants ont décidé de se faire entendre. L'entrée vers le grand marché de Volovolo a été barricadée. La gendarmerie a une nouvelle fois violemment réprimé les manifestants à coup de matraques.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

Pour rappel, la mairie de Moroni et le ministre de l'Intérieur ne veulent pas voir ces jeunes "venus d'ailleurs" occupés les trottoirs. Pour notre confort, nous détruisons leurs moyens de subsistance et leurs faisons comprendre que non seulement nous n'avons rien à leurs proposer mais aussi qu'ils peuvent retourner d'où ils viennent.

 

Ces laissés pour compte qui luttent durement pour survivre dans leurs propres pays, qui cherchent désespérément un moyen pour subvenir aux besoins de leurs familles ne baisseront jamais les bras. Si le président Azali veut vraiment faire des Comores un pays émergent, il doit avoir le courage de regarder en face l'état misérable dans lequel se trouve ses concitoyens.

 

Toyb Ahmed

 

Lire la suite

Coopération sino-comorienne : la Chine efface une partie de la dette comorienne, soit 630 millions de fc

21 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Coopération sino-comorienne : la Chine efface une partie de la dette comorienne, soit 630 millions de fc

 

 

 

alwatwan actu image

«Pour soutenir financièrement le développement du pays, la Chine consent à effacer une partie de la dette comorienne, soit  630 millions de fc. Outre ce volet économique, nous allons réhabiliter le Palais du peuple avec un budget de 47 millions. Pour la troisième convention, elle consiste à appuyer techniquement l’Ortc à hauteur de  900 millions», a déclaré l’ambassadeur de Chine en Union des Comores,  Xiao Ming.
 

Par Mohamed Youssouf

Le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bacar Dossar, et l’ambassadeur de la République populaire de Chine aux Comores, Xiao Ming, ont procédé hier, jeudi 19 janvier, à la signature de trois conventions portant sur l’annulation partielle de la dette des Comores vis-à-vis de Beijing, la réhabilitation du Palais du peuple et la neuvième phase d’assistance technique à l’Office de radio et de télévision des Comores (Ortc). «Nous espérons que la nouvelle année sera celle des réformes, du changement et de la concrétisation. Pour soutenir financièrement le développement du pays, la Chine consent à effacer une partie de la dette comorienne, soit  630 millions de fc. Outre ce volet économique, nous allons réhabiliter le Palais du peuple en 2017 avec un budget de 47 millions. Pour la troisième convention, elle consiste à appuyer techniquement l’Ortc à hauteur de  900 millions» a précisé Xiao Ming.

Le diplomate chinois a parlé d’autres ‘‘projets stratégiques’’ comme celui de la lutte contre le paludisme à Ngazidja, le lancement de la Télévision numérique terrestre (Tnt) à Ndzuani et la construction du stade olympique de Maluzini. «Nous comptons accompagner le pays dans toutes ses entreprises afin d’améliorer notre coopération bilatérale. Dans son combat pour le développement socio-économique et dans celui de l’émergence, les Comores ne seront pas seules. Les partenaires internationaux au premier rang desquels la Chine apportera de l’expertise et de l’assistance», a-t-il ajouté. Pour sa part, le ministre comorien des Affaires étrangères a loué les mérites des relations qu’entretiennent depuis bien longtemps les Comores et la Chine. Il espère qu’avec  les efforts des deux pays et des partenaires internationaux, l’année 2017 apportera des résultats durables et satisfaisants. 

Une relation parfaite

 «Nous entretenons des relations d’une qualité rare avec la Chine, qui ne lésine pas sur les moyens pour effectuer des actions concrètes qui vont dans le sens du développement de notre pays. La Chine a toujours accompagné l’Ortc et cette fois, huit techniciens chinois vont former les agents de l’Ortc sur l’utilisation et la maintenance des équipements, ainsi que l’installation du système de la Tnt. Pour rendre encore plus performant notre média d’État, cette assistance technique va commencer en mars prochain et va durer trois ans», a-t-il détaillé.

Il faut dire que le dernier délai de remboursement de notre dette envers la Chine a expiré en décembre 2015. Au sujet de la rénovation du Palais du peuple, le ministre Mohamed Bacar Dossar a parlé d’un ‘‘symbole de l’État’’ que la Chine nous a construit au lendemain de l’indépendance. «Ce projet marque une considération particulière envers notre pays. Nous manifestons donc notre gratitude en constatant les efforts que le gouvernement chinois à travers son ambassadeur aux Comores, consent quotidiennement au profit de notre population», a-t-il dit. Le ministre et l’ambassadeur ont évoqué plusieurs projets en cours de programmation, toujours dans le volet de la coopération bilatérale. On peut, notamment, citer l’ouverture prochaine de l’hôpital de Bambao-Mtsanga.

alwatwan

Lire la suite

Révision de la loi sur les partis politiques : Juwa et la Crc émettent des réserves

20 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Révision de la loi sur les partis politiques : Juwa et la Crc émettent des réserves

 

 

 

alwatwan actu image

Va-t-on vers une révision de la loi portant organisation et fonctionnement des partis et groupements politiques ? C’est en tout cas ce qui semble se dessiner après la rencontre des leaders de l’opposition avec le président de la République mercredi après-midi. Mais si l’Updc, Radhi et Rdc soutiennent l’idée de modifier certaines dispositions du texte, Juwa et la Crc émettent, eux, de sérieuses réserves.

Par Faïza Soulé Youssouf

Une rencontre est prévue le 18 février prochain «pour que tous les partis de l’opposition et du pouvoir puissent formuler des propositions en vue d’améliorer le texte avant la session parlementaire du mois d’avril», a rapporté l’ancien gouverneur de l’ile de Ngazidja, Mouigni Baraka Said Soilihi. Ce sont les leaders de l’opposition qui, lors de leur rencontre mercredi avec le chef de l’Etat, ont estimé que certaines dispositions de la loi mériteraient d’être revues pour garantir le pluralisme politique dans le pays.  Si l’on peut dire légitimement que les députés de l’Updc, Radhi et Rdc vont adopter les amendements qui auront été apportés, rien n’est moins sûr pour le Juwa et la Crc. Selon Ibrahim Mohamed Soulé, secrétaire général du Juwa, «si ces amendements vont dans le bon sens pour améliorer la loi, nous n’y verrons aucun inconvénient. Toutefois tant que nous n’aurons pas vu la teneur des amendements, nous nous réservons», a-t-il fait savoir. 

Et d’ajouter que «si améliorations il y a, pourquoi ne pas élever à 10% le nombre de suffrages exigibles au lieu de 5%».  Il fera remarquer «que cette loi  est  nécessaire, la démocratie n’est pas l’anarchie,  il y a des partis qui  n’existent  que parce qu’ils disposent d’un récépissé».  «Ce texte a été voté en 2013,  les partis politiques ont eu trois ans pour se mettre aux normes et ne l’ont pas fait», accuse-t-il.Il faudrait, toujours selon lui, que la nouvelle loi soit dotée «de tous les garde-fous possibles et imaginables ; il va falloir notamment qu’elle puisse bloquer la transhumance des élus ; l’idéal serait que de telles dispositions soient prises en compte».

Pour le député de Hambou, Ali Mhadji, par ailleurs secrétaire général par intérim du parti CRC, «si les partis, qu’ils soient de l’opposition ou du pouvoir, s’assoient à la table des négociations, il peut se dégager un consensus». Maintenant, poursuivra-t-il,  «la loi n’est certes pas parfaite, mais il faut que cesse la pagaille, et elle a plus de bons côtés que de mauvais». A ses yeux, «la loi est claire, les regroupements sont permis. Je ne pense pas que ce soit  bien de se retrouver avec des dizaines de partis.» Cependant, il concède que «si la majorité soutient l’amendement du texte, je m’inclinerai, même si en mon for intérieur, je reste convaincu qu’il faut réguler l’espace politique national». 

alwatwan

Lire la suite

Anjouan: Évasion de plusieurs détenus à la Maison d’arrêt de Koki

20 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Plusieurs détenus se sont évadés aujourd’hui à la maison d’arrêt de Koki dans l’île d'Anjouan.
 
Selon les informations d'Allaoui Ahmed Bachir,16 détenus se sont échappés de la maison d'arrêt de Koki. Qui sont ils? Pour le moment aucune information n'a été donnée par les autorités de l’île. 
 
La maison d’arrêt de Koki est située à cinq kilomètres environ de Mutsamudu, dans un lieu relativement isolé qui ne facilite pas les visites des proches des détenus. Le personnel pénitentiaire est composé d’un gardien chef, d’un secrétaire, et de gardiens au nombre d’une vingtaine qui travaillent par roulement. Les infractions les plus courantes qui ont conduit leurs auteurs à Koki sont les agressions sexuelles, les coups et blessures et les vols. A suivre... ©habarizacomores.com
 

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Lire la suite

Ouverture du lycée d’excellence de Ngazidja : le Conseil de l’ile de Ngazidja ne mâche pas ses mots

20 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Ouverture du lycée d’excellence de Ngazidja : le Conseil de l’ile de Ngazidja ne mâche pas ses mots

alwatwan actu image

Les conseillers de Ngazidja dénoncent le fait que le gouverneur ait mis en pratique son projet de lycée d’excellence sans les avoir associés. Malgré la pertinence de l’initiative, ils estiment que ‘‘au rythme où vont les choses, les élèves de cet établissement risquent de voir plutôt leur niveau baisser.’’

Par Mohamed Youssouf

Officiellement inauguré il y a un peu plus d’une semaine, le projet du lycée d’excellence du gouverneur Hassani Hamadi a du plomb dans l’aile. Suite à l’article d’Al-watwan paru avant-hier qui a fait état d’absences répétées des enseignants, du manque de moyens de transport, etc., les conseillers de Ngazidja disent ne pas être surpris par ‘‘ce fiasco qui s’annonce.’’ Selon le premier secrétaire du bureau du conseil de l’île de Ngazidja, Omar Hamidou, «la création de ce lycée n’a pas suivi les procédures normales puisqu’il devait y avoir une délibération du conseil et une rectification du budget. Ce projet demeure donc l’exemple type du non respect par le gouverneur des textes en vigueur. Il gère les affaires de l’île comme s’il s’agissait d’une société privée. On ne se lève pas du jour au lendemain en lançant un tel projet sans associer le conseil de l’ile», a-t-il pesté.

«Aujourd’hui, les élèves retournent un à un dans leurs établissements d’origine parce qu’ils sont déçus de ce qu’ils découvrent, alors qu’on leur avait promis monts et merveilles. On parle d’un lycée d’excellence censé accueillir nos meilleurs élèves, force est de se rendre compte qu’au rythme où vont les choses, ces enfants risquent plutôt de voir baisser leur niveau. Où est-ce qu’il pensait trouver tout cet argent pour financer ce lycée alors qu’on a déjà voté le budget ?», s’interroge le même conseiller. 
Malgré la pertinence du projet, des voix s’élèvent pour expliquer qu’il aurait fallu prendre le temps nécessaire, murir l’initiative avant de la mettre en pratique. Le premier secrétaire du conseil de Ngazidja parle ‘‘d’une gestion hasardeuse’’ de ce projet. «Dans l’état actuel des choses, le conseil ne compte pas s’intéresser à cette affaire parce qu’on aurait dû nous saisir officiellement. Le gouverneur est en train de mettre en exécution sa menace, à savoir gérer Ngazidja sans le conseil de l’île».

alwatwan

Lire la suite

Licenciements, chasse aux marchands et destruction partielle d'une mosquée: L'opposition muette devant Azali

20 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

LETTRE OUVERTE AU CHEF DE L'OPPOSITION EN UNION DES COMORES, SON EXCELLENCE MONSIEUR L'ANCIEN VICE PRÉSIDENT MOHAMED ALI SOILIH DIT MAMADOU.
 
Objet : Pendant la réception de vos partis politiques hier par le Chef de l'Etat, vous n'avez pas évoqué auprès de Son Excellence les licenciements abusifs en cours de 7500 jeunes diplômés, la chasse aux marchands ambulants au Marché VoloVolo et la destruction anticonstitutionnelle et extrajudiciaire d'une mosquée à Anjouan pour la transformer en commissariat de police.
L'opposition muette devant Azali {featured}
 
Monsieur l'ancien Vice-Président,
 
Un parti politique par définition, doit concourir pour le bien être du Peuple. D'où Je suis au regret de m'insurger contre votre silence hier auprès du Président Azali Assoumani par rapport aux mesures contre-productives prises par son Gouvernement, lesquelles ne font que rendre plus difficile le quotidien du Peuple Souffrant dont je suis le Porte Parole.
 
Je m'interroge que reste-t-il de l'espoir du citoyen qui avait emprunté des sommes importantes dans les Mutuels d'épargne et de Crédit après sa chasse, pure et simple par ceux qui sont censés veiller à son quotidien et à son avenir. Que devient-il Monsieur Zibouroi, un handicapé physique, après la destruction de son petit restaurant sur ordre du Gouvernement. Qu'est ce qu'il a fait pour subir un tel sort cruel.
 
Monsieur l'Ancien Candidat,
 
Permettez moi de vous faire savoir que je ne suis pas le seul pantois. Même le Conseiller en Communication du Chef de l'Etat s'interroge lui aussi sur Facebook, sur la portée réelle et la synthèse de votre rencontre avec Son Excellence.
 
Comptant sur votre sagesse,Veuillez agréer, Monsieur l'ancien Vice-Président, l'assurance de ma très haute considération.
 
Lettre de Hamidou Abdou
Modifications ©habarizacomores.com

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Lire la suite

Le Président Azali a reçu les partis de l’opposition conduits par l'ancien Vice-président MAMADOU

18 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Le Président Azali a reçu les partis de l’opposition conduits par l'ancien Vice-président MAMADOU

Le Président la République, SEM AZALI Assoumani, a reçu à leur demande, ce mercredi 18 janvier 2017, au Palais de Beit-Salam, une forte délégation des partis de l’opposition.

Conduit par l'ancien Vice-président, Monsieur Mohamed Ali Soilih alias Mamadou, la délégation était composée de dirigeants ou représentants de l’UPDC, du Radhi, du Ridja, du Mouroua, de la RDC, du FD, du MRP, du Djawabu, du Rifaidi ya comores, du Zamzam et du Apsi.

C’est l’ancien Vice-président qui, au nom de la délégation, a remercié le Chef de l’Etat pour sa promptitude à les recevoir et déclaré que le but de cette rencontre était d’échanger avec lui, sur la mise en application de la Loi sur la limitation des partis politiques notamment en ses articles 7 et 15.

Ainsi, M. Mohamed Ali Soilih a rappelé que cette loi était d’initiative parlementaire et a été adoptée en 2013 par les députés, promulguée en 2014 par le Président Ikililou Dhoinine, son entrée en vigueur n'intervenant qu'en ce mois janvier 2017. Tout en saluant le sens de la continuté de l'Etat dont le Président AZALI a su faire preuve en l'occurence, les partis politiques "constatent que l’application de cette loi, pose problème et souhaitent qu’elle soit revue. « Il est vrai que les partis politiques n’ont pas su prévoir cela et ont mis du temps pour réagir sur la mise en application de cette loi» a déclaré Monsieur Mamadou selon qui, des chefs de partis estiment qu’empêcher l’existence de certains partis qui ne répondent pas aux critères de la Loi, va à l’encontre de l’exercice des droits fondamentaux, d’association et d’expression notamment.

C’est en effet le cas de l’ancien Gouverneur de Ngazidja Mouigni Baraka Said Soilih qui a a déclaré à l'issue de la rencontre; "Certes, il est de notre devoir de respecter cette loi et la reconnaissance de 6 partis admis mais nous ne voiyons pas d’inconvénients à l’existence d’autres partis,».

Le porte-parole de la délégation a ajouté à l'intention du Chef de l'Etat, que ces partis politiques estiment que les regroupements préconisés ne sont pas encouragés et motivés par des mesures d’accompagnements. Ils soutiennent que l’article 14 ne sécurise même pas les partis admis et c’est la raison pour laquelle, ils appellent à une amélioration de cette loi et se déclarent prêts à y contribuer.

Pour sa part, le Président de la République a déclaré avoir intégré la mise en application de cette loi dans la programmation de présentation des vœux de l’année 2017 et que pour cela, il n'a pas reçu les vœux des partis politiques. Il a donc saisi l'opportunité de cette rencontre, pour souhaiter aux dirigeants, aux militants des partis politiques et à leur familles, une bonne et heureuse année 2017.

Au sujet de l’amélioration de la loi, le Président de la République s’est dit preneur mais a regretté que personne n’ait pris l’initiative de réagir depuis qu’elle a été adoptée et promulguée. Toutefois, il a déclaré que rien n’empêche la concertation en vue de la perfectionner. « Le pays est dans un apprentissage démocratique » a-t-il dit.

Toutefois, le Président Azali s’est déclaré non favorable à la suspension de l’arrêté d’application de la loi signé par le Ministre de l’intérieur, préconisé par les partis. Mais, dans l’intérêt supérieur du pays et de la Démocratie, le Chef de l’Etat a proposé la mise en place d’une structure de réflexion pour se pencher sur le sujet et émettre des propositions d’amélioration de la Loi, à soumettre aux prochaines sessions parlementaires.

Enfin les partis politiques présents à Beit-Salam ont réitéré leurs remerciements au Président Azali pour les avoir reçus et ont salué son patriotisme et sa volonté de dialogue. Le parti Ridja a notamment salué l’état d’esprit du Chef de l’Etat sur ce sujet très sensible qui interpelle l’avenir politique du pays. Quand à l’ancien Vice-président Mamadou, il a conclu en saluant l’atmosphère de décrispation politique, instauré par le Président Azali Assoumani depuis son investiture.

Photo© Houmed Msaidié

BEIT  SALAM

Le Président Azali a reçu les partis de l’opposition conduits par l'ancien Vice-président MAMADOU
Lire la suite

Jean Marc Heintz porte plainte contre AB Aviation pour escroquerie

18 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Jean-Marc Heintz, Directeur Général de l'Aviation Civile, a porté plainte contre la compagnie AB Aviation. Les raisons de cette plainte, des taxes que la compagnie aérienne refusent de payer à l'Etat.

Le DG de l'ANACM qui a déjà clouer au sol un des appareils de la compagnie depuis le 15 janvier, met en garde AB Aviation d'une liquidation judiciaire si cette dernière ne paie pas ses dettes qui avoisinent les 224 065 476 francs comoriens.
 
Pour plus d'informations, voir les courriers ci dessous:
 
 
 
 
 
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Le démarrage des nouveaux groupes prévu au plus tard le 2 février

18 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Le démarrage des nouveaux groupes prévu au plus tard le 2 février

alwatwan actu image

Le directeur de cabinet du chef de l’Etat chargé de la Défense a assuré que les nouveaux groupes électrogènes seraient opérationnels entre les 30 janvier et 2 février. D’ici là, il sera aussi procédé à l’installation des nouveaux générateurs aussi bien à Ndzuani qu’à Mwali.

Par Nazir Nazi

Le gouvernement comorien a réceptionné hier, mardi 17 janvier, le dernier lot des groupes électrogènes. Ce projet entre dans le cadre du contrat signé avec la société Caterpillar-France portant sur l’acquisition de nouveaux générateurs et de matériels pour mettre fin définitivement à la crise énergétique que traverse le pays depuis bien des années. Les deux groupes arrivés hier seront bientôt acheminés vers l’île de Ndzuani, ainsi que tous les équipements électriques correspondants.

Selon le directeur général de l’Anacm (Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie), Jean Marc Heintz, le lot de matériels réceptionné en même temps que les groupes, est le dernier de la commande ; il doit permettre de compléter les accessoires de la centrale de Voidju et faciliter sa remise en marche dans les meilleurs délais. «Il y a aussi onze grands transformateurs, des appareils électriques qui servent à modifier la tension et l’intensité du courant alternatif sans en changer la fréquence», a-t-il précisé. A l’en croire, il y a également onze disjoncteurs, c’est-à-dire un système de sécurité et de protection de ces nouveaux groupes, qui pourront s’arrêter automatiquement en cas d’anomalie. Pour la puissance des deux nouveaux groupes de Ndzuani, on parle de quatre mégawatts.

De son côté, le directeur de cabinet du chef de l’Etat chargé de la Défense, Youssoufa Mohamed Ali, a assuré que les neuf nouveaux groupes électrogènes de Ngazidja seraient mis en marche entre les 30 janvier et 2 février. «Nous avons acheté tous les équipements et des techniciens sont sur place pour leur installation, leur démarrage ainsi que pour la formation des techniciens locaux», a-t-il fait savoir. Il faut rappeler que le gouvernement a réceptionné au total dix-sept nouveaux groupes électrogènes dont quinze de marque «Caterpillar» et onze d’une capacité cumulée de 22 mégawatts. Il y a également quatre moteurs de 330 kilo-voltampères (Kva) dont trois vont électrifier l’aéroport et un autre pour les besoins de la présidence. Ma-mwe dispose enfin de quatre petits groupes de 40 Kva, dont deux seront affectés à l’Anacm. 

alwatwan

Lire la suite