Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 19:14

8 jours pour installer les communes et élire les maires


INVESTITURES. Selon le nouveau document, ces différentes cérémonies et autres votes doivent avoir lieu entre le 28 mars et le 4 avril.


Le ministre de l’Intérieur chargé de la Décentralisation a signé hier, jeudi 26 mars, un arrêté remplaçant celui publié le 24 mars portant installation des conseils communaux et élection des maires et de leurs adjoints. Selon le nouveau document, ces différentes cérémonies et autres votes doivent avoir lieu entre le 28 mars et le 4 avril.

La journée de demain, samedi 28 mars, sera consacrée à l’élection des maires des trois grandes villes de l’Union des Comores (Moroni, Mutsamudu et Fomboni) à partir de 10 h.

Le lundi 30 mars, ce sera le tour des communes de Bambao ya Hari, Bambao ya Mboini, Nguwegwe, Nyuma Ngama, Nyuma Msiru et Nyuma Mdro pour Ngazidja; Mirontsi, Ngandzale et Domoni pour Ndzuani; et Mwali Mdjini et Moimbassa pour l’île de Mwali.

Le lendemain, soit le mardi 31 mars, il sera procédé à l’installation et à l’élection des maires des communes de Ntsinimwapanga et Djumwapanga dans le Hambu; Itsahidi, Domba, Mboinku et Cembenoi-Lac salé à Ngazidja; Chironkamba, Bandrani-Mtsangani, Adda et Mdremani pour Ndzuani; et Moimbao et Djando pour l’île de Mwali.

Ce sont les régions de Hamanvu, Mbadani, Cembenoi Sada, Nyuma Mdro Suheli, Pimba et Washili-ya-dju pour Ngazidja, Ouani, Bazimini, Ongodju et Shaweni pour Ndzuani et Mledjele pour Mwali, qui vont, à leur tour, élire leurs maires respectifs le 1er avril.

La journée du 2 avril sera consacrée aux communes de Washili-ya-mboini, Dimani, Bangani, Djumwa Shongo, Nyuma Komo et Nyuma Mdro Kiblani pour l’ile de Ngazidja; Bambao Mtruni, Koni, Mramani et Moya pour Ndzuani. Elles seront suivies, le 3, par Sima, Vouani, Bambao Mtsanga et Djimilime dans l’ile de Ndzuani.

Les communes qui boucleront la boucle sont Mitsamihuli, Isahari (dans l’Itsandra Hamanvu) et Bambao-ya-dju à Ngazidja.

Ali Abdou

Alwatwan

8 jours pour installer les communes et élire les maires

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 19:10

Sans électricité, Mitsamiouli se meurt!

Mitsamiouli, autrefois un pilier de l’économie comorienne, n’est plus que l’ombre d’elle-même. La route qui longe la ville est truffée de nids-de-poule. L’énergie électrique y est aussi rare que le cœlacanthe. Les habitants, désabusés, n’attendent rien d’un Etat qui semble les avoir oubliés. Reportage.
« La dernière fois que nous avons eu de l’électricité, c’était en décembre. Je m’en souviens parce que j’ai dû aller au mariage d’une voisine, vêtue d’une robe qui n’était pas repassée », témoigne Hadidja Mmadi, épicière.   « Je ne vends plus de produits carnés faute d’électricité ; les boissons gazeuses se vendent difficilement, les clients les préférant fraiches », a-t-elle regretté. Cette mère de famille loue la seule boulangerie de la ville grâce à laquelle le voisinage « peut recharger téléphones et lampes Led ».   Azdi Abdoulwahab, ex je-viens, est lui aussi amer. « La Ma-mwe ne nous ‘‘bipe’’ même plus ». Si ses souvenirs sont bons, cela fait « au moins deux mois depuis la dernière fourniture en électricité ». « Il est vrai que quand j’ai pris la décision de rentrer au pays, je savais qu’il traversait une crise énergétique mais la réalité dépasse de loin mes craintes », a-t-il dit, livrant ce détail : « à cause de l’obscurité, je n’ai pas jugé utile de me raccorder au réseau électrique ». Il songe plutôt à d’autres sources d’énergie, se disant sûr « que ce problème ne sera jamais résolu ». En attendant, il fait la queue tous les matins devant les bureaux de Comores Telecom pour recharger les téléphones. « Ce n’est qu’ainsi que nous sommes connectés au reste du monde ».   Le centre-ville tourne au ralenti. Des jeunes assis sous l’ombre des badamiers, un des arbres emblématiques de la capitale du Nord, rechignent à parler.   « Mdjomba Adele est mon ami, je ne dirais rien », affirme l’un d’eux. Il ajoute, un brin ironique : « l’obscurité ne le dérangeait pas ». Mdjomba Adele est un surnom d’Ibrahim Mzé, le directeur général de la Ma-mwe, originaire de la ville. D’où la crainte de certains à engager la conversation.   Professeur d’éducation physique et sportive de son état, Mahmoud Mroivili avance : « Nous sommes oubliés par l’Etat, l’obscurité est devenue une seconde nature. Certains ont peur de sortir la nuit à cause de l’obscurité », a-t-il dit.   Comment faire alors pour étudier, entreprendre, se détendre ? « Les plus fortunés se sont achetés des panneaux solaires ou des générateurs électriques ; nous nous rendons chez eux pour regarder la télévision ».   Dans la ville, comme ailleurs, la majorité des gens s’éclairent à la bougie.   Certains parviennent à tirer profit de la crise. Fahar Ismaila, propriétaire de deux vedettes de pêche et de deux congélateurs raconte : « Je me sers de mes congélateurs pour conserver mes poissons et loue l’espace restant pour 150 francs ». Grâce à cela, « j’arrive à faire des bénéfices. Certes, j’aurais gagné plus s’il n’y avait pas ce problème d’électricité ». A Mitsamiouli, les habitants ne tiendraient que grâce à une confiance infinie en Dieu...   Hier, vers 16h00, un cri d’ensemble s’est élevé des foyers : "wudja", (l’électricité est revenue !). Trois mois après…   Faïza Soulé Youssouf La Gazette des Comores

« La dernière fois que nous avons eu de l’électricité, c’était en décembre. Je m’en souviens parce que j’ai dû aller au mariage d’une voisine, vêtue d’une robe qui n’était pas repassée », témoigne Hadidja Mmadi, épicière. « Je ne vends plus de produits carnés faute d’électricité ; les boissons gazeuses se vendent difficilement, les clients les préférant fraiches », a-t-elle regretté. Cette mère de famille loue la seule boulangerie de la ville grâce à laquelle le voisinage « peut recharger téléphones et lampes Led ». Azdi Abdoulwahab, ex je-viens, est lui aussi amer. « La Ma-mwe ne nous ‘‘bipe’’ même plus ». Si ses souvenirs sont bons, cela fait « au moins deux mois depuis la dernière fourniture en électricité ». « Il est vrai que quand j’ai pris la décision de rentrer au pays, je savais qu’il traversait une crise énergétique mais la réalité dépasse de loin mes craintes », a-t-il dit, livrant ce détail : « à cause de l’obscurité, je n’ai pas jugé utile de me raccorder au réseau électrique ». Il songe plutôt à d’autres sources d’énergie, se disant sûr « que ce problème ne sera jamais résolu ». En attendant, il fait la queue tous les matins devant les bureaux de Comores Telecom pour recharger les téléphones. « Ce n’est qu’ainsi que nous sommes connectés au reste du monde ». Le centre-ville tourne au ralenti. Des jeunes assis sous l’ombre des badamiers, un des arbres emblématiques de la capitale du Nord, rechignent à parler. « Mdjomba Adele est mon ami, je ne dirais rien », affirme l’un d’eux. Il ajoute, un brin ironique : « l’obscurité ne le dérangeait pas ». Mdjomba Adele est un surnom d’Ibrahim Mzé, le directeur général de la Ma-mwe, originaire de la ville. D’où la crainte de certains à engager la conversation. Professeur d’éducation physique et sportive de son état, Mahmoud Mroivili avance : « Nous sommes oubliés par l’Etat, l’obscurité est devenue une seconde nature. Certains ont peur de sortir la nuit à cause de l’obscurité », a-t-il dit. Comment faire alors pour étudier, entreprendre, se détendre ? « Les plus fortunés se sont achetés des panneaux solaires ou des générateurs électriques ; nous nous rendons chez eux pour regarder la télévision ». Dans la ville, comme ailleurs, la majorité des gens s’éclairent à la bougie. Certains parviennent à tirer profit de la crise. Fahar Ismaila, propriétaire de deux vedettes de pêche et de deux congélateurs raconte : « Je me sers de mes congélateurs pour conserver mes poissons et loue l’espace restant pour 150 francs ». Grâce à cela, « j’arrive à faire des bénéfices. Certes, j’aurais gagné plus s’il n’y avait pas ce problème d’électricité ». A Mitsamiouli, les habitants ne tiendraient que grâce à une confiance infinie en Dieu... Hier, vers 16h00, un cri d’ensemble s’est élevé des foyers : "wudja", (l’électricité est revenue !). Trois mois après… Faïza Soulé Youssouf La Gazette des Comores

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 19:00

MAJORITÉ ABSOLUE AU PARLEMENT :LE PARTI PEC JOUE L'ARBITRE

Selon les résultats définitifs , l'Assemblée Nationale est composée ainsi :

L'arbitrage du parti PEC sera déterminant pour avoir la majorité absolue au parlement . Les choses apparaissent beaucoup plus subtiles pour ne pas dire compliquées.


- UPDC : 11 élus
- Juwa : 10 élus
- Indépendants : 3 élus
- Crc : 2 élus
- RDC : 4 élus
- Radhi : 1 élu

- DOUDJA 1 élu

COALITION1 : UPDC, CRC,RADHI, 2 INDÉPENDANTS = 16 ÉLUS

COALITION 2 : JUWA, RDC, DOUDJA, 1 INDÉPENDANT = 16

LE PEC : 1 ÉLU

À quelques jours de la rentrée parlementaire, rien n'est moins clair quand à la bataille des coalitions qui devra aboutir à une ou à l'autre de pouvoir disposer d'une majorité claire et absolue. Selon les résultats définitifs l'Assemblée Nationale sera composée ainsi :   - UPDC : 11 élus - JUWA: 10 élus - Indépendants : 3 élus - CRC : 2 élus - RDC : 4 élus - RADHI : 1 élu - DOUDJA 1 élu - PEC: 1 élu  Deux coalitions vont donc s'affronter pour éspérer rafler la majorité au Palais du Peuple le 05 avril prochain.   - Une menée par l'UPDC composée de la CRC, du RADHI et de 2 INDÉPENDANTS qui comptabilise 16 ÉLUS au total.  - Et une autre menée par le parti JUWA composée du RDC, du DOUDJA et d'un INDÉPENDANT et qui en comptabilise 16 députés aussi.   Du coup  c'est la question que tout le monde se pose sous les manguiers du pays en ces temps de fortes chaleurs. Force est de constater que les analystes politiques de nos places publiques ne manquent pas de pertinence connaissant les positions tranchées de Fahmi Said Ibrahim, seul député réélu et président du PEC à l'égard de Mouigni Baraka qu'il n'a jamais manqué de traiter de "voleur", de "Bokassa" voire même de "petit douanier".  Ira ou n'ira pas ? S'alliera ou ne s'alliera pas ? En tout état de cause, Fahmi aura à jouer un rôle très important  car il est le seul arbitre pouvant faire basculer la majorité dans un camps ou dans un autre.  RIDJA  BLOG

À quelques jours de la rentrée parlementaire, rien n'est moins clair quand à la bataille des coalitions qui devra aboutir à une ou à l'autre de pouvoir disposer d'une majorité claire et absolue. Selon les résultats définitifs l'Assemblée Nationale sera composée ainsi : - UPDC : 11 élus - JUWA: 10 élus - Indépendants : 3 élus - CRC : 2 élus - RDC : 4 élus - RADHI : 1 élu - DOUDJA 1 élu - PEC: 1 élu Deux coalitions vont donc s'affronter pour éspérer rafler la majorité au Palais du Peuple le 05 avril prochain. - Une menée par l'UPDC composée de la CRC, du RADHI et de 2 INDÉPENDANTS qui comptabilise 16 ÉLUS au total. - Et une autre menée par le parti JUWA composée du RDC, du DOUDJA et d'un INDÉPENDANT et qui en comptabilise 16 députés aussi. Du coup c'est la question que tout le monde se pose sous les manguiers du pays en ces temps de fortes chaleurs. Force est de constater que les analystes politiques de nos places publiques ne manquent pas de pertinence connaissant les positions tranchées de Fahmi Said Ibrahim, seul député réélu et président du PEC à l'égard de Mouigni Baraka qu'il n'a jamais manqué de traiter de "voleur", de "Bokassa" voire même de "petit douanier". Ira ou n'ira pas ? S'alliera ou ne s'alliera pas ? En tout état de cause, Fahmi aura à jouer un rôle très important car il est le seul arbitre pouvant faire basculer la majorité dans un camps ou dans un autre. RIDJA BLOG

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 18:50
22 décembre 2014 : Fin des mandats des députés   Les conseillers dont les noms suivent viennent d'être désignés par leur pairs pour passer à l'assemblée nationale à partir du 3 avril pour une période d'un an (jusqu'au 1er janvier 2016) :Abdallah Ahmed Moussa (RDC), Soufiane Msaidié(Doudja) et Said Abdou Ben Abdou (RDC).

22 décembre 2014 : Fin des mandats des députés Les conseillers dont les noms suivent viennent d'être désignés par leur pairs pour passer à l'assemblée nationale à partir du 3 avril pour une période d'un an (jusqu'au 1er janvier 2016) :Abdallah Ahmed Moussa (RDC), Soufiane Msaidié(Doudja) et Said Abdou Ben Abdou (RDC).

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 20:11
 La caravane de JUWA sera sur les routes de France à partir de ce weekend Boosté, rassuré par les résultats de ces dernières élections harmonisées, le président du parti JUWA, Mr SAMBI sera en meeting à Bordeaux le 28 mars prochain, le  5 à Paris et le 11 avril, à Rennes. A suivre. Mbk

La caravane de JUWA sera sur les routes de France à partir de ce weekend Boosté, rassuré par les résultats de ces dernières élections harmonisées, le président du parti JUWA, Mr SAMBI sera en meeting à Bordeaux le 28 mars prochain, le 5 à Paris et le 11 avril, à Rennes. A suivre. Mbk

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 20:03
La commémoration de la honte pour Anjouan…Le pouvoir de Moroni a célébré ce 25 mars, le 7e anniversaire du débarquement des forces internationales sur l'île d'Anjouan.  C'est une commémoration pour qui ? Est-ce pour se recueillir devant les morts provoqués par cette invasion de notre île ? Est-ce pour regretter les humiliations et les brimades qu'ont subies des honorables notables et citoyens de notre île ? Est-ce pour nous désoler sur la destruction des acquis de l'autonomie d'Anjouan ? Ou est-ce pour demander pardon aux Anjouanais pour avoir une nouvelle fois soumis leur île à un débarquement militaire ?  Ou est-ce une commémoration de l'arrogance d'un pouvoir aveuglé par l'avidité d'un règne sans partage ? Un Sambi qui ne pouvait en aucune manière, accepter le partage du pouvoir et qui était et qui est encore obnubilé par l'installation d'un pouvoir monolithique, hautement centralisé et concentré entre ses seules mains.  Comme il l'a démontré, Sambi n'avait cure des intérêts d'Anjouan, pour laquelle il promettait monts et merveilles, ni d'une soit-disante unité, n'en déplaise à nos frères Grand-comoriens ; Sambi cherche le pouvoir pour se l'approprier à son profit et au profit des siens, faire main basse sur les retombées éventuelles du pétrole, et vendre le pays au plus offrant, vendre à vil prix notre citoyenneté ou plutôt la dignité des Comoriens sous la couverture d'une loi scélérate et honteuse, continuer avec des mafieux à gérer le pavillon comorien pour leurs propres profits, continuer à empocher pour lui seul, le ZAKAT(aumône annuelle)de l'Arabie Saoudite au UMRA (petit pèlerinage), au lieu de le verser aux pauvres comoriens, continuer à empocher les budgets des projets en prétextant les avoir placés dans des comptes secrets, continuer à faire du clientélisme, de la corruption, un sport national, continuer dans la débauche et la dépravation des mœurs, continuer à enfoncer les Comoriens dans les abysses de la misère, amplifier les traversées sur des embarcations de fortunes, des comoriens qui hypothèquent leur vie sur ce bras de mer qui sépare Mayotte d'Anjouan, continuer à faire des Comores la risée du monde etc.  Il a d'ores et déjà annoncé, notamment au dirigeant Chiite libanais Nasrallah, l'entrée prochaine des Comores dans le concert des nations chiites. Attendons-nous au pire ...  Sambi a trahi les intérêts d'Anjouan, pendant son tour de la tournante et se prépare à usurper le tour de la Grande-Comore, en marchant sur les Grands-Comoriens ; ce faisant, il n'hésite pas à donner un coup de pied dans l'édifice institutionnel fragile actuel, au risque de provoquer des fractures irrémédiables.  Comoriens réveillez-vous et ressaisissez-vous maintenant qu'il est encore temps !  Vive Anjouan souveraine !  La commémoration de la honte pour Anjouan…Anli Yachourtu Jaffar
La commémoration de la honte pour Anjouan…Le pouvoir de Moroni a célébré ce 25 mars, le 7e anniversaire du débarquement des forces internationales sur l'île d'Anjouan.  C'est une commémoration pour qui ? Est-ce pour se recueillir devant les morts provoqués par cette invasion de notre île ? Est-ce pour regretter les humiliations et les brimades qu'ont subies des honorables notables et citoyens de notre île ? Est-ce pour nous désoler sur la destruction des acquis de l'autonomie d'Anjouan ? Ou est-ce pour demander pardon aux Anjouanais pour avoir une nouvelle fois soumis leur île à un débarquement militaire ?  Ou est-ce une commémoration de l'arrogance d'un pouvoir aveuglé par l'avidité d'un règne sans partage ? Un Sambi qui ne pouvait en aucune manière, accepter le partage du pouvoir et qui était et qui est encore obnubilé par l'installation d'un pouvoir monolithique, hautement centralisé et concentré entre ses seules mains.  Comme il l'a démontré, Sambi n'avait cure des intérêts d'Anjouan, pour laquelle il promettait monts et merveilles, ni d'une soit-disante unité, n'en déplaise à nos frères Grand-comoriens ; Sambi cherche le pouvoir pour se l'approprier à son profit et au profit des siens, faire main basse sur les retombées éventuelles du pétrole, et vendre le pays au plus offrant, vendre à vil prix notre citoyenneté ou plutôt la dignité des Comoriens sous la couverture d'une loi scélérate et honteuse, continuer avec des mafieux à gérer le pavillon comorien pour leurs propres profits, continuer à empocher pour lui seul, le ZAKAT(aumône annuelle)de l'Arabie Saoudite au UMRA (petit pèlerinage), au lieu de le verser aux pauvres comoriens, continuer à empocher les budgets des projets en prétextant les avoir placés dans des comptes secrets, continuer à faire du clientélisme, de la corruption, un sport national, continuer dans la débauche et la dépravation des mœurs, continuer à enfoncer les Comoriens dans les abysses de la misère, amplifier les traversées sur des embarcations de fortunes, des comoriens qui hypothèquent leur vie sur ce bras de mer qui sépare Mayotte d'Anjouan, continuer à faire des Comores la risée du monde etc.  Il a d'ores et déjà annoncé, notamment au dirigeant Chiite libanais Nasrallah, l'entrée prochaine des Comores dans le concert des nations chiites. Attendons-nous au pire ...  Sambi a trahi les intérêts d'Anjouan, pendant son tour de la tournante et se prépare à usurper le tour de la Grande-Comore, en marchant sur les Grands-Comoriens ; ce faisant, il n'hésite pas à donner un coup de pied dans l'édifice institutionnel fragile actuel, au risque de provoquer des fractures irrémédiables.  Comoriens réveillez-vous et ressaisissez-vous maintenant qu'il est encore temps !  Vive Anjouan souveraine !  La commémoration de la honte pour Anjouan…Anli Yachourtu Jaffar

La commémoration de la honte pour Anjouan…Le pouvoir de Moroni a célébré ce 25 mars, le 7e anniversaire du débarquement des forces internationales sur l'île d'Anjouan. C'est une commémoration pour qui ? Est-ce pour se recueillir devant les morts provoqués par cette invasion de notre île ? Est-ce pour regretter les humiliations et les brimades qu'ont subies des honorables notables et citoyens de notre île ? Est-ce pour nous désoler sur la destruction des acquis de l'autonomie d'Anjouan ? Ou est-ce pour demander pardon aux Anjouanais pour avoir une nouvelle fois soumis leur île à un débarquement militaire ? Ou est-ce une commémoration de l'arrogance d'un pouvoir aveuglé par l'avidité d'un règne sans partage ? Un Sambi qui ne pouvait en aucune manière, accepter le partage du pouvoir et qui était et qui est encore obnubilé par l'installation d'un pouvoir monolithique, hautement centralisé et concentré entre ses seules mains. Comme il l'a démontré, Sambi n'avait cure des intérêts d'Anjouan, pour laquelle il promettait monts et merveilles, ni d'une soit-disante unité, n'en déplaise à nos frères Grand-comoriens ; Sambi cherche le pouvoir pour se l'approprier à son profit et au profit des siens, faire main basse sur les retombées éventuelles du pétrole, et vendre le pays au plus offrant, vendre à vil prix notre citoyenneté ou plutôt la dignité des Comoriens sous la couverture d'une loi scélérate et honteuse, continuer avec des mafieux à gérer le pavillon comorien pour leurs propres profits, continuer à empocher pour lui seul, le ZAKAT(aumône annuelle)de l'Arabie Saoudite au UMRA (petit pèlerinage), au lieu de le verser aux pauvres comoriens, continuer à empocher les budgets des projets en prétextant les avoir placés dans des comptes secrets, continuer à faire du clientélisme, de la corruption, un sport national, continuer dans la débauche et la dépravation des mœurs, continuer à enfoncer les Comoriens dans les abysses de la misère, amplifier les traversées sur des embarcations de fortunes, des comoriens qui hypothèquent leur vie sur ce bras de mer qui sépare Mayotte d'Anjouan, continuer à faire des Comores la risée du monde etc. Il a d'ores et déjà annoncé, notamment au dirigeant Chiite libanais Nasrallah, l'entrée prochaine des Comores dans le concert des nations chiites. Attendons-nous au pire ... Sambi a trahi les intérêts d'Anjouan, pendant son tour de la tournante et se prépare à usurper le tour de la Grande-Comore, en marchant sur les Grands-Comoriens ; ce faisant, il n'hésite pas à donner un coup de pied dans l'édifice institutionnel fragile actuel, au risque de provoquer des fractures irrémédiables. Comoriens réveillez-vous et ressaisissez-vous maintenant qu'il est encore temps ! Vive Anjouan souveraine ! La commémoration de la honte pour Anjouan…Anli Yachourtu Jaffar

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 19:57

TROIS QUESTIONS À CHEIKH MC !

« Il n’y a ni pouvoir ni opposition dans ce pays »

Que pensez-vous de la crise politico-institutionnelle du conseil de l’île de Ngazidja ?

C’est la preuve concrète de l’inexistence d’un chef dans ce pays. La question que je me pose est pourquoi dépenser autant d’argent pour organiser des élections si au final ils choisissent la voie de la délinquance politique au mépris de la démocratie? Mais bon si en 9 ans à la tête de ce pays Iki n’a pas appris ce que c’est que le rôle d’un dirigeant, moi j’ai appris à le connaitre et franchement aujourd’hui je ne suis plus choqué.

Le Chef de l’Etat joue-t-il son rôle dans cette crise ?

Il n’y a pas de chef d’État. C’est un fait ! IKi finira malheureusement son mandat avant de faire son investiture effectif. il est observateur et n’a visiblement aucune autorité sur ses troupes. Ce n’est pâs seulement au sujet de cette crise institutionnelle, d’ailleurs il se pourrait qu’il n’est pas au courant de ce qui se passe au Conseil de l’Ile de Ngazidja. C’est fort probable.

Le Gouvernement semble se boucher les yeux et les oreilles sur la crise multiforme : énergie, santé, éducation. Avez-vous ce même sentiment ?

Ils savent que le peuple ne bougera pas. On a un peuple qui accepte tout et qui s’adapte. Tout Moroni est devenu une poubelle géante, ça fait des mois que certaines régions n’ont pas de courant électrique, les citoyens ont peur d’aller à l’hôpital par crainte d’attraper d’autres maladies plus graves. Et que font nos politiciens pendant ce temps? Ils se battent pour la majorité d’une institution qui ne nous sert à rien. Ils veulent rentrer dans le gouvernement, ils veulent faire front uni mais pas pour trouver des solutions à nos problèmes, non, juste pour barrer la route à d’autres. Ils sont prêts à partager le bilan médiocre de ce gouvernement pour gratter des postes ministériels et figurer au côté du régime en place. Mon sentiment et que je suis délaissé. Il n’y a ni pouvoir ni opposition dans ce pays. Je me dis juste qu’aucun peuple ne peut supporter autant de mépris éternellement et qu’un jour il se soulèvera et exigera du respect à son égard.

Oustadh_Padre Official

TROIS QUESTIONS À CHEIKH MC !

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 19:54

LA MAJORITÉ RISQUE DE BASCULER EN FAVEUR DE JUWA

Assemblée nationale: le gouvernement pourrait perdre la majorité .


Elus les 25 janvier et 22 février derniers, les députés de l’Union des Comores vont être investis le 3 avril, à l’occasion de l’ouverture de la première session ordinaire de l’année. Mais la majorité risque de basculer en faveur de la coalition conduite par Juwa, le parti de l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi.


L’Union Pour le Développement des Comores (UPDC), principal parti de la mouvance présidentielle est en passe de perdre la majorité au futur parlement. L’alliance jusqu’ici informelle entre les partis RDC, du gouverneur de l’île autonome de Ngazidja, et Juwa pourraient prendre l’assemblée nationale le 3 avril prochain.


Depuis mercredi, ces deux partis se sont emparé de la majorité au Conseil de l’île de Ngazidja et vont désigner les trois députés supplémentaires à l’Assemblée pour ainsi constituer une majorité de dix sept sur trente trois, au grand dam du régime en place. Celui-ci compte avec ses alliés potentiels en tout seize élus.
Lors d’une cérémonie officielle, le 18 mars, à Mohéli, son île natale, le président comorien, Ikililou Dhoinine, avait dit « ne pas se soucier d’une quelconque majorité à l’Assemblée nationale». Selon lui, son seul souci est de « renforcer la crédibilité du pays et de préserver la paix et la stabilité ». Rencontrant la communauté internationale, mardi matin, Ikililou Dhoinine a assuré de veiller à ce que les Comores restent un pays démocratique et stable dans ses institutions.

Cette position n’est pourtant pas partagée par ses vice-présidents, Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane qui poursuivent les tractations depuis plusieurs jours dans le but de constituer une majorité parlementaire proche du régime.

Composée de trente trois députés, l’Assemblée nationale des Comores compte neuf députés désignés chaque année par les Conseils insulaires à raison de trois élus par île. L’UPDC dispose des trois de Mohéli où il est majoritaire au Conseil de l’île, et le parti Juwa a raflé les trois sièges d’Anjouan. La coalition juwa-RDC pourrait donc d’ici vendredi désigner les trois députés de Ngazidja qui rejoindront les autres élus Juwa, RDC et leurs alliés, notamment le leader du PEC, Me Fahmi et l'indépendant proche de Mohamed Said Fazul. Leur alliance ferait les 17 députés requis pour la majorité parlementaire.

Karibu Mag

LA MAJORITÉ RISQUE DE BASCULER EN FAVEUR DE JUWA

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 19:43

LE NOUVEAU BUREAU ÉLU DU CONSEIL DE L'ÎLE

YOUNOUSSA SAID MMADI ( PDT)

AHMED SAID ABDALLAH ET MZE MOUIGNI AHMED ((JUWA)

Le nouveau bureau élu du Conseil de l'Ile de Ngazidja ...

- Le président : Younoussa Said Mmadi du parti RDC

- 1er vice présdent élu Ismail Msaidie du parti Juwa ...
-- 2 eme Vice président , Salami Mohamed Independant
- 3 eme Vice président , Imamou Hazali du parti Juwa ,

- 1er questeur Mze Mouigni du parti Juwa
- 2em questeur Ahmed Said Abdallah du parti Juwa
- 3eme questeur Tanchik Soefou du RDC

- 1er secretaire Nourdine Ahamada juwa
- 2eme Secretaire: Omar Hamidou Ahamada du RDC

LE NOUVEAU BUREAU ÉLU DU CONSEIL DE L'ÎLE
LE NOUVEAU BUREAU ÉLU DU CONSEIL DE L'ÎLE

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 19:28
Double meurtres à Mutsamudu. Un homme qui battait sa femme d'origine malgache a égorgé avec une bouteille l'homme qui a protégé la femme battue. Les riverains excédés ont pourchasse le meurtrier qui a fini par tomber d'un toit et qui a été battu a mort . Les deux Enterrements ont eu lieu aujourd'hui . Mais Dieu mais ou va ce pays ?  Mohamed Abdou Mbec

Double meurtres à Mutsamudu. Un homme qui battait sa femme d'origine malgache a égorgé avec une bouteille l'homme qui a protégé la femme battue. Les riverains excédés ont pourchasse le meurtrier qui a fini par tomber d'un toit et qui a été battu a mort . Les deux Enterrements ont eu lieu aujourd'hui . Mais Dieu mais ou va ce pays ? Mohamed Abdou Mbec

Partager cet article

Published by Aimons les Comores
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Aimons les Comores
  • Le blog de Aimons les Comores
  • : blog consacré à l'actualité politique de l'union des Comores
  • Contact

Recherche

Pages

Liens