Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Délogement des marchands ambulants : le sentier qui mène à Al-watwan comme solution provisoire

30 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Délogement des marchands ambulants : le sentier qui mène à Al-watwan comme solution provisoire

alwatwan actu image

A l’heure où nous mettions sous presse, les marchands devaient cohabiter par deux sur un espace d’1,50² mètre. La solution n’a pas ravi tout le monde, mais elle a, au moins, permis de «loger» une soixantaine de commerçants sur les 122.

Par Abdallah Mzembaba

Près de trois semaines après leur expulsion des trottoirs de la capitale, les marchands ambulants se sont vus proposer la petite rue qui mène vers le siège du journal Al-watwan comme solution provisoire. A en croire le secrétaire du ministère de l’Intérieur, Abdallah Djalim, il s’agit de les ‘‘caser’’ de façon temporaire en attendant la fin des travaux du marché de Volo-volo. Pour rappel, l’opération de désengorgement des trottoirs, censée fluidifier la circulation routière, a donné lieu à quelques remous au sein de la population. Samedi, après plusieurs rencontres entre le gouvernement, la mairie et les marchands ambulants, il a été convenu d’octroyer à ces derniers le sentier menant à Al-watwan. Ils doivent suspendre leurs marchandises et autres articles le long des murs, non «occuper la cour du journal».

Mais, les délogés étant trop nombreux, la consigne a peu de chance d’être respectée. Approché par Al-watwan, le maire de la capitale n’a pas voulu réagir. Moustapha Chamsoudine nous a fait savoir qu’il ne s’exprimerait «qu’une fois la situation réglée. En attendant, je m’abstiens de tout commentaire». A l’heure où nous mettions sous presse, les marchands devaient cohabiter par deux sur un espace d’1,50² mètre. La solution n’a pas ravi tout le monde, mais elle a permis de «loger» une soixantaine de commerçants sur les 122. Toutefois, rien n’est encore acquis puisque certains vendeurs refusent de cohabiter avec d’autres.

Salami Issihaka, secrétaire général de l’Ong Agence d’actions communautaire (Aac), explique que le gouvernement fait tout son possible, mais que beaucoup reste encore à faire. Cet Ong joue le rôle de relais entre le gouvernement, la mairie et les marchands. Une rencontre est prévue la semaine prochaine entre les différentes parties pour, entre autres, dresser un premier bilan de cette solution dite ‘‘provisoire.’’ Pour l’heure, les riverains ne se sont pas encore manifestés. Reste à savoir si cela va durer.  

alwatwan

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article