Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Lycée d’excellence de Ngazidja. Retard à l’allumage

17 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Lycée d’excellence de Ngazidja. Retard à l’allumage

alwatwan actu image

Un élève du lycée d’excellence a confié, hier à Al-watwan, que certains de ses camarades auraient déjà regagné leurs établissements d’origine, à cause des difficultés rencontrées durant la toute première semaine. Jusqu’ici, ce sont les parents qui assurent les frais de transport, les fournitures, la nourriture, etc. Contrairement à tout ce qui a été dit.
 

Par Nazir Nazi

Une semaine après l’ouverture officielle du lycée d’excellence de Ngazidja, certains se demandent si les autorités de l’île ne sont pas allées un peu vite en besogne. Car, jusqu’ici, rien n’est encore prêt. On a l’impression d’une impréparation, d’une improvisation, voire d’un rafistolage. Certains élèves ont déjà envie de retourner à leurs établissements d’origine tant les conditions qu’on leur a fait miroiter ne sont toujours pas là. Anfan Djoumoi, un d’entre eux, parle déjà d’un ‘‘échec’’. «Nous avons passé une semaine sans que les emplois du temps ne nous soient remis.

Ils nous ont promis d’être logés et nourris, c’est encore loin d’être le cas», se désole cet ancien élève du Groupe scolaire Avenir. Il pointe aussi du doigt l’absentéisme des enseignants et le problème de transport auquel se heurtent ceux qui ne résident pas à Ntsudjini. Anfan Djoumoi reste, cependant, convaincu qu’au vu des cours déjà dispensés, le lycée d’excellence pourrait bien engranger beaucoup de mentions au baccalauréat. Un élève a confié, hier à Al-watwan, que certains de ses camarades auraient déjà regagné leurs établissements, à cause des difficultés rencontrées durant la toute première semaine. Jusqu’ici, ce sont les parents qui assurent les frais de transport, les fournitures, la nourriture, etc.

Bacar Ahamada Bachirou alias Zimako, professeur de physique au lycée d’excellence, nous a déclaré qu’aucun concours n’avait été organisé pour la sélection des enseignants. Il dit ignorer lui-même sur quelle base il a été retenu. «J’étais professeur au lycée de Moroni et on vient de m’affecter ici. Je dois respecter la décision de mes supérieurs», a-t-il dit. Et d’ajouter que «nous sommes en train de bricoler pour y arriver. Au fil du temps, tout sera au point. Mon souci, c’est de voir nos engagements honorés pour que nous soyons excellents et en mesure de bien former ces élèves.» Ahamada Mohamed comptait un de ses fils au lycée d’excellence. Mais, il a préféré le retirer, histoire de ne pas perturber sa scolarité. Pour ce parent d’élève, dès le premier jour, son rejeton s’est rendu compte que tout ce qu’on lui avait dit n’était que mirage. «Les cinq jours qu’il y a passés l’ont suffi pour se faire une image de l’établissement et son niveau de sérieux», raconte le même Ahamada Mohamed.

Pour le proviseur du lycée d’excellence, Fouad Achraf, certes, il est prévu de prendre totalement en charge les élèves de l’établissement, mais ‘‘pas cette année’’. D’ailleurs, poursuit-il, cette bourse de 50.000 fc par mois est destinée à ‘‘épauler’’ les familles, en attendant... Au sujet du manque de ponctualité des enseignants, il explique que c’est à partir de 8 h que commencent les cours. «Ce n’est pas facile de changer les emplois du temps de ces professeurs, qui ont débuté l’année scolaire dans d’autres établissements», dit-il. Fouad Achraf assure que les fournitures, uniformes et autres seront très rapidement mises à la disposition du lycée.
 

Réactions

alwatwan actu image

Mohamed Djounaïd, Kwambani Washili : «Pour moi, le fait de ne pas être logés ou nourris ne compte pas trop. Ce qui compte, c’est la présence et la ponctualité des enseignants. Or, on est encore loin du compte. Mes camarades et moi avons décidé que si ce lundi (hier, Ndlr), la situation restait la même, nous quitterions ce lycée pour retourner dans nos anciens établissements.»

alwatwan actu image
Abdoul-Andhum Mohamad: «Notre objectif à tous, c’est d’avoir un enseignement de qualité. Nous avons abandonné nos établissements respectifs pour rejoindre ce lycée dans le but d’améliorer nos capacités. Pourtant,on constate le contraire. Certains parmi nous sont déjà retournés dans leurs établissements d’origine».
Propos recueillis par Frahati  Ibrahim (stagiaire)

alwatwan

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article