Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Lycée d’excellence:Les élèves se disent ‘‘désemparés’’

25 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Lycée d’excellence:

Les élèves se disent ‘‘désemparés’’

 

 

 

alwatwan actu image

«Nous n’avons pas de professeurs de physique à ce jour. En mathématiques, il manque un enseignant pour les analyses. Jusqu’à récemment, nous étions confrontés à un problème d’enseignants dans plusieurs matières, dont l’arabe et les sciences», déplore Said Ali Mbae, un élève de la classe de première.

Par Abdou Moustoifa

Au lendemain de la conférence de presse du commissariat à l’Éducation de Ngazidja au cours de laquelle il a été déclaré que les élèves du lycée d’excellence ne se plaignaient de rien et que ‘‘tout allait bien’’, nous nous sommes rendus sur les lieux hier pour confirmer ces propos. Le moins que l’on puisse dire est que les problèmes soulevés ici lors de notre premier reportage restent encore entiers. Les enseignants ne sont toujours pas au complet et cela fait naitre un certain désarroi chez la plupart des élèves, inquiets par rapport à leur avenir scolaire.

«Nous n’avons pas de professeurs de physique à ce jour. En mathématiques, il manque un enseignant pour les analyses. Jusqu’à récemment, nous étions confrontés à un problème d’enseignants dans plusieurs matières, dont l’arabe et les sciences», a déploré Said Ali Mbae, un élève de la classe de première. Même  situation  pour les autres classes. «Depuis la rentrée, nous n’avons pas pu faire un seul cours d’arabe. Notre professeur nous a indiqué qu’il était libre seulement  le vendredi. En attendant un réaménagement de l’emploi du temps, nous n’apprenons pas l’arabe», nous a confié  un autre élève de la terminale A4. En seconde, trois autres enseignants manquent à l’appel (mécanique, géographie et enfin l’arabe).

A propos de l’internat, les candidats au bac disent en avoir besoin cette année pour mieux s’organiser. «C’est difficile d’être en terminale et ne pas pouvoir suivre des cours, alors qu’on nous a promis qu’il y aurait des cours de soutien. Jusqu’à maintenant, on attend,», a lâché un élève de terminale. Et de poursuivre:  
 «Nous appelons les responsables à trouver une solution à cette question afin que nos camarades qui vivent à Moroni et dans les autres localités puissent nous rejoindre afin de pouvoir commencer à étudier». Pour le moment, pas encore de cantine scolaire, mais on leur donne quand même de quoi manger, même si avec retard. «Des fois, on s’en va ; on ne peut pas rester ici jusqu’à 14 h pour attendre le repas. Donc, la plupart de temps ce sont ceux qui vivent ici, à Ntsudjini, qui en bénéficient», a indiqué Said Ali Mbae. Face à ces multiples difficultés, certaines classes comptent saisir le proviseur, avant de s’adresser au commissariat à l’Éducation.

alwatwan

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article