Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Transport aérien : Int’Air Iles enfin autorisée à desservir Mayotte dès aujourd’hui et La Réunion à partir du 23 janvier

10 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Transport aérien : Int’Air Iles enfin autorisée à desservir Mayotte dès aujourd’hui et La Réunion à partir du 23 janvier

 

 

 

alwatwan actu image

«Notre politique consiste à appuyer le secteur privé, qui est la clef du développement économique. C’est pour cette raison que, sous l’impulsion du président de la République, nous avons fait le nécessaire  pour qu’Int’Air Iles puisse obtenir l’autorisation d’exploiter les lignes Mayotte et La Réunion», a déclaré le vice-président en charge du Transport.

Per Ali Abdou

Tout est bien qui finit bien. L’appareil A-320 de la compagnie Int’Air Iles est finalement autorisé à desservir Mayotte dès aujourd’hui et La Réunion à partir du 23 janvier. C’est le vice-président en charge du Transport, Abdallah Saïd Sarouma, qui l’a annoncé au cours d’une conférence de presse, hier à Moroni, en compagnie du ministre des Affaires étrangères et du directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile. Il a rappelé que depuis le début du processus d’acquisition de ce nouvel appareil, le gouvernement n’avait ménagé aucun effort pour accompagner la compagnie. «Notre politique consiste à appuyer le secteur privé, qui est la clef du développement économique. C’est pour cette raison que, sous l’impulsion du président de la République, nous avons fait le nécessaire pour qu’Int’Air Iles puisse obtenir l’autorisation d’exploiter les lignes Mayotte et La Réunion», a-t-il ajouté.

Selon lui, cet accompagnement n’est pas spécifique à Int’Air Iles, mais il vaut pour toutes les compagnies privées comoriennes. Pour le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bacar Dossar, la création d’emplois figure parmi les priorités du gouvernement. «Et nous ne pouvons pas rester sans apporter notre contribution alors qu’Int’Air Iles fait partie des compagnies qui luttent contre le chômage des jeunes et a crée plus d’une centaine d’emplois», a-t-il dit. Il a aussi fait savoir que depuis le déclenchement de cette affaire, des rencontres avaient eu lieu avec l’ambassadeur de France à Moroni et le représentant de l’Union européenne pour trouver une solution par rapport au respect  de l’accord signé entre les gouvernements comorien et français en matière de transport aérien.

A son tour, le directeur général de l’Anacm, Jean-Marc Heintz, est revenu sur les questions techniques qui avaient empêché l’obtention des autorisations commerciales par l’A-320 d’Int’Air Iles. Il a, en outre, souligné quelques erreurs que comportait le dossier. Et de marteler que l’exploitation d’une ligne aérienne n’est pas une simple formalité. Il a, par ailleurs, salué les efforts de la compagnie, qui grandit au fil du temps et prend des risques. «Int’Air Iles avait commis une première erreur, celle de commencer à commercialiser des billets avant l’obtention des autorisations commerciales», a-t-il dit, avant de poursuivre : «ces erreurs ont été corrigées tout récemment et l’Anacm a pris toutes les dispositions nécessaires pour appuyer Int’Air Iles».

A en croire toujours Jean-Marc Heintz, au moment où Int’Air Iles avait soumis sa demande d’autorisation, onze dispositions relatives au secteur aérien venaient d’être  amendées par la commission européenne. Une équipe est d’ailleurs mandatée par Bruxelles pour faire appliquer ces nouvelles mesures de sûreté à l’Aimpsi le 23 janvier prochain. «Mais, rassurez-vous, ce n’est qu’une procédure tout à fait règlementaire et non contraire aux dispositions déjà prises pour qu’Int’Air Iles puisse effectuer ses vols sereinement. Et dès le 23 janvier, Int’Air Iles pourra commencer à desservir l’île de La Réunion», a rassuré le directeur de l’Anacm. 
Il faut dire qu’au lieu d’atterrir à Pierrefonds et pour des questions de commodité et de personnel, l’Etat français a demandé à ce que les vols d’Int’Air Iles soient traités à l’aéroport de Roland Garros dans un premier temps en attendant qu’il puisse déployer les effectifs qu’il faut à Pierrefonds.

alwatwan

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article