Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Usukani wa Masiwa : les chauffeurs refusent de payer la vignette automobile

5 Janvier 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Usukani wa Masiwa : les chauffeurs refusent de payer la vignette automobile

 

 

 

alwatwan actu image

Le syndicat Usukani wa Masiwa n’entend pas s’acquitter de la vignette automobile et ce, jusqu’à ce que les routes soient réparées. Il dément l’information selon laquelle un accord a été trouvé avec l’administration fiscale de Ngazidja pour l’accompagnement de la campagne de recouvrement de la vignette en 2017.

Dans un point presse tenu au siège de l’administration fiscale régionale, le directeur régional des impôts, Ahamada Mohamed Kari, avait annoncé que le syndicat des chauffeurs était prêt à accompagner la direction régionale des impôts pour le paiement de la vignette automobile afin de réhabiliter les routes devenues impraticables. 
Ledit syndicat a tenu à démentir, hier, cette information. «Depuis la signature du protocole avec l’ancien régime qui stipulait que nous ne payerons pas de vignette avant la réfection des routes, nous n’avons jamais rencontré une quelconque autorité. Par conséquent, si le gouvernement de Hassani Hamadi a discuté avec des groupements ou cellules de façon indépendante, ces discussions n’engagent pas le syndicat national. Nous l’affirmons haut et fort, nous ne payerons pas de vignette à moins que les routes soient reconstruites», a réagi le porte-parole du syndicat des chauffeurs, Mmadi Mlanao. 

De l’argent volé

Les chauffeurs déplorent le fait que ni le pouvoir central ni celui de Mdjidjengo, ne se soucie de l’état actuel du réseau routier. Ils refusent donc de payer le moindre franc sans aucune garantie. Le secrétaire de la cellule régionale de Hamahamet-Mbwanku, Ali Soilihi connu sous le sobriquet de Mayélé, a eu des mots assez durs contre le gouvernement de Mouigni Baraka. «En 2009, nous avons montré notre bonne foi en payant la vignette pendant deux semaines. À la surprise générale, on nous a expliqué que l’argent était volé. Que tout le monde sache que nous n’allons pas barricader les routes ou enflammer le pays. Mais en cas d’incompréhension, nous aurons d’autres moyens pour manifester notre mécontentement», affirme-t-il.  L’administration fiscale de Ngazidja appelle toute la population à participer au développement insulaire en payant les patentes et les vignettes.

La tâche s’annonce, toutefois, difficile si l’on en croit la virulence des propos du Syndicat Usukani wa Masiwa. «Nous sommes surpris qu’on nous parle de vignettes alors qu’aucun terme du protocole n’a été respecté. Une chose est claire, nous ne payerons pas la vignette. Oui, il s’agit d’un devoir civique, mais les autorités doivent au minimum, reconstruire les routes les plus empruntées», a déclare Ali Soilihi. Pour aller dans le même sens que ces camarades, le président de la cellule du Bambao ya djuwu réclame la réfection des routes secondaires avant toute opération de perception de la vignette. «Toutes les cellules régionales, les camions et les entreprises sont d’accord pour ne rien payer.  On avait convenu que les routes nationales étaient pour l’Union et les routes secondaires pour l’île de Ngazidja.

Mdjidjengo avait même exprimé sa volonté de réparer la route qui relie Kwambani-ya-Washili et Shomoni pour faciliter la tâche au gouvernement de l’Union qui devait prendre le relais pour la région Dimani. Jusqu’au moment où on parle, on a rien vu venir. Que les autorités insulaires reconstruisent les routes secondaires à l’image de celle qui relie Mbashile et Mwandzaza-Mbwani, ou celle qui part de  Dembeni jusqu’à Ifundihé, entre autres».

ALWATWAN

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article