Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Echauffourées au lycée de Moroni

21 Février 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Echauffourées au lycée de Moroni

alwatwan actu image

Un élève, qui a reçu une balle à blanc dans cette course poursuite, a aussitôt été transféré à l’hôpital et son pronostic vital n’est plus engagé. Le docteur Ibrahim Djabir, chef du service des urgences à l’hôpital El-Maarouf, a fait état de sept cas de blessés.

Par Mohamed Nafissa Bint, Stagiaire 

Hier, en début de matinée, l’Armée nationale de développement (And) a effectué une descente au lycée Saïd Mohamed Cheikh (Lsmc) de Moroni pour, dit-on, rétablir l’ordre «après un brusque arrêt des cours». Tout a commencé l’avant-veille lorsque Ma-mwe, après avoir découvert une fraude à l’électricité, a décidé de couper le courant jusqu’au paiement d’une amende de 800 mille francs. En signe de mécontentement, les enseignants et les élèves du lycée ont exprimé leur vive protestation et demandé le rétablissement immédiat de l’électricité. Des échauffourées ont aussitôt éclaté à l’arrivée des forces de l’ordre.


Un élève de la terminale, Fayzad Ahmed, dénonce le comportement des éléments de l’armée nationale dépêchés qui, «au lieu de rétablir l’ordre, se sont mal comportés, allant jusqu’à nous provoquer». «On était juste au bord de la route. Nous ne dérangions personne, mais à son arrivée, l’armée a commencé à nous provoquer en nous filmant avec des téléphones», a-t-il précisé. 
Moussa Mfougoulye Ali, secrétaire général du Syndicat des enseignants, a déploré la conduite de l’armée nationale. «Au lieu de mettre de l’ordre, ils ont fait des dégâts. Cette crise montre que ni les professeurs ni les élèves ne sont en sécurité», dixit-il. L’And, dans ses œuvres, aurait pourchassé les élèves jusque dans leurs salles de classe ; un élève a ainsi reçu une balle à blanc dans cette course poursuite. Il a aussitôt été transféré à l’hôpital ; son pronostic vital n’est plus engagé. «Nous allons porter plainte contre la force nationale qui s’est infiltrée et a pénétré de force dans notre établissement», a-t-il annoncé.


De son côté, le docteur Ibrahim Djabir, chef du service des urgences à l’hôpital El-Maarouf, a fait état de sept cas de blessés. Il a remercié les pompiers grâce auxquels «nous avons pu sauver l’un de ces élèves. Ce dernier souffrait d’un traumatisme abdominal, heureusement sans incidence fatale». 
Le vice-président chargé de l’Economie et de l’Energie, Djaffar Ahmed Saïd, a fait part de ses sincères regrets. A l’en croire, «c’est une question de rétablissement de l’ordre public dans le cadre de la lutte contre les vols d’électricité, mais certains élèves et professeurs ne connaissaient pas la situation et se sont trouvés dans le piège». Pour sa part, Abdourahim Saïd Bacar, secrétaire général de l’exécutif de Ngazidja, déplore cette crise ‘‘qui n’a rien n’avoir avec les élèves, ni les enseignants puisqu’il s’agit d’un problème administratif». 

alwatwan

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article