Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Sécurisation des recettes de l’Etat: "Wari"

13 Février 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Sécurisation des recettes de l’Etat: "Wari"

Sécurisation des recettes de l’Etat : tout devrait débuter «cette semaine» avec Wari

alwatwan actu image

Selon le directeur Europe de Wari, qui compte travailler aussi bien avec le secteur public que le privé, le partenariat avec les Comores consistera à mettre à la disposition de l’Etat les équipements ainsi que tout ce qui permet de faire fonctionner la Solution monétique électronique, gratuitement.

Par Abdallah Mzembaba

En visite aux Comores dans le cadre du processus de sécurisation et d’optimisation des recettes publiques à travers la Solution monétique électronique, le directeur Europe de Wari, David Lacoffrette, s’est entretenu avec Al-watwan. Il est revenu sur ce projet signé en 2013 entre les autorités comoriennes et la société Moneo Applicam, aujourd’hui devenue Wari (voir notre encadré). Né en Afrique de l’ouest, le groupe international offre de multiples services dont le paiement de factures, l’achat de crédits téléphoniques, les cartes multiservices et le transfert d’argent. Wari est actuellement présent dans une soixantaine de pays en Afrique, en Asie et aux Emirats Arabes Unis. Aux Comores, il compte travailler avec, à la fois, le secteur public et le privé. 

Zéro investissement de l’Etat

Des échanges ont eu lieu depuis trois ans pour aboutir à la sécurisation et l’optimisation des recettes publiques. Cette initiative cadre avec la volonté des nouvelles autorités d’atteindre un budget de 81 milliards de francs comoriens de recette internes. «On a proposé une solution Wari sans un investissement de l’Etat et la signature de ce contrat est vieille d’un an», déclare David Lacoffrette. Cela consisterait à mettre les équipements ainsi que tout ce qui permet de faire fonctionner la Solution monétique électronique, gratuitement, à la disposition de l’Etat. Il y a un frais de fonctionnement, établi entre l’Etat et les différents partenaires, et qui permet, selon toujours notre source, de rémunérer l’ensemble de la chaine de valeur. Wari en fait partie, bien qu’il ne soit pas la principale partie puisqu’il y a les établissements bancaires et les points de service Wari, notamment. Bref, «nous, nous allons miser sur le réseau de collecte». Par rapport au secteur privé, Wari aurait des partenaires économiques et techniques qui ont les agréments nécessaires pour pouvoir faire les opérations. «Ils sont ici et travaillent depuis plusieurs mois afin de mettre en place ces activités là», précise notre interlocuteur. Les équipes techniques «sont déjà là» avec lesdits partenaires nous dit-on. 

Dès cette semaine

Au niveau du secteur privé, la première transaction technique a eu lieu vendredi. «On finit quelques dernières formations auprès de ces partenaires pour être prêt à diffuser auprès de tout le réseau de diffusion», affirme David Lacoffrette. Au début, l’Etat souhaitait être propriétaire de la solution, mais «il y a eu des contraintes puisque c’était compliqué, de l’avis du gouvernement d’investir, cette somme de 7,5 millions d’euros». «Nous sommes donc revenus avec une solution adaptée au contexte comorien». C’est, en gros, ce qui expliquerait, entre autres, le temps pris entre la signature en 2013 et la mise en application le 13 février, aujourd’hui.
Le responsable Wari au niveau de l’Europe explique qu’ils ont vu l’ensemble des personnes que le commissariat général au Plan leur a indiqué pour leur expliquer, à nouveau, le processus. Dès lors, il faut, maintenant, que l’approvisionnement en cours prenne fin. «Il faut aussi dérouler sur le réseau de distribution et c’est déjà lancé mais aussi former les agents de l’Etat et cela prend une demi-journée». A en croire David Lacoffrette, tout devrait débuter cette semaine.

Alwatwan

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article