Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Alliance Crc-Juwa : Une crise, quelle crise ?

12 Avril 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Alliance Crc-Juwa : Une crise, quelle crise ?

image article une
La rumeur est persistante. L’alliance Crc-Juwa toucherait à sa fin. Pour beaucoup, le conditionnel n’est pas de mise. Des bruits de remaniements se font entendre. L’empoignade qui a eu lieu à l’Assemblée nationale n’aurait rien arrangé. C’est dans cette ambiance que le président de la République a rencontré le parti Juwa avant-hier, puis le coordonnateur de ce même parti le lendemain dans la matinée.

 

Le chef de l’Etat a rencontré avant-hier plusieurs responsables du parti Juwa, dont le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bacar Dossar, le Garde des Sceaux, Fahmi Said Ibrahim, la secrétaire d’Etat en charge du Tourisme, Sitti Athoumane, et le coordinateur du Juwa, Mahamoud Mohamed Elarif, en présence, notamment, du chef du cabinet civil de la présidence.

Selon Mahamoud Mohamed Elarif, l’entretien s’est ‘‘très bien passé’’. Au menu,  le fonctionnement des institutions, plus précisément la crise à l’Assemblée nationale et l’état de l’alliance Crc-Juwa. «Nous avons d’un commun accord opté pour la voie de la sagesse ; les travaux au parlement seront suspendus le temps que la Cour constitutionnelle rende son arrêt», a fait savoir notre interlocuteur.

Et puis, il a bien fallu parler de cette alliance qui, pour certains, aurait du plomb dans l’aile. «Depuis que nous avons pris le pouvoir, jamais notre coalition ne s’est rencontrée au sujet de la gouvernance», déplore Mahamoud Mohamed Elarif.

Le divorce sera bientôt consommé ou non ? «Bien au contraire, je pourrais même parler de nouveau départ et de la redynamisation de notre coalition», a-t-il dit.  Cependant, «l’alliance au sein du gouvernement doit aller de paire avec une majorité parlementaire stable», a-t-il avancé.  «Pour cela, nous devons composer avec d’autres forces au sein du parlement».

S’agit-il du Radhi, de l’Updc ou du Rdc ? Toujours est-il que, selon notre source, l’ouverture est acceptée de part et d’autre. «Nous allons établir une feuille de route, connaître les lois à soutenir, qui vont nous permettre de consolider notre alliance ; encore une fois, sans majorité stable, certaines lois auront du mal à passer», estime Mahamoud Mohamed Elarif. 

alwatwan

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article