Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Ndzuwani. Les blouses blanches radicalisent leur mouvement de grève Hôpital de Hombo

1 Septembre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Ndzuwani. Les blouses blanches radicalisent leur mouvement de grève Hôpital de Hombo
31 août 2009


La grève du personnel médical et paramédical de l'hôpital de Hombo déclenché le 17 août dernier , prend une tournure radicale ce lundi. Les blouses blanches ont décidé de suspendre dès ce jour les urgences. Et ce d'après eux la conséquence de “la sourde oreille des autorités devant leur revendication”, nous a déclaré un des médecins grévistes. La matinée d'hier, le centre hospitalier de Hombo était quasi vide, mis à part quelques bénévoles qui assuraient un service minimum, la grande majorité du personnel, étaient dans la rue pour manifester sa colère. Ils ont organisé une marche dans les rues de Mutsamudu, parait-il, pour prendre à témoin le peuple avant de radicaliser leur position. Pour se faire soigner, seules les cliniques privées ne désemplissent pas. Les grévistes se sont donnés rendez-vous, jeudi prochain, en assemblée générale à la guinguette pour évaluer le mot d'ordre de l'arrêt de travail entamé hier.
Lire la suite

UNE ÉCONOMIE MALADE LIVRÉE AUX CHAROGNARDS

1 Septembre 2009 , Rédigé par aimons les comores

UNE ÉCONOMIE MALADE LIVRÉE AUX CHAROGNARDS


Depuis son arrivée au pouvoir, Sambi et ses amis ne cessent de nous parler de leur politique de grands travaux et d'investissements. Les différents chantiers devaient générer des milliers d'emplois. Le nouvel hôtel Galawa, un port en eau profonde à Moroni, des villages touristiques à travers le pays, 3 ports secondaires et que sais-je encore ! A les entendre parler, le pays allait devenir un eldorado, à l'image de Dubai ou de nos voisins de Maurice ou des îles Seychelles. Le problème est que nous n'avons rien vu venir. A 8 mois de la fin du mandat de l'Ayatollah et devant le scepticisme qui commence à gagner même les défenseurs les plus acharnés du régime, on nous sort pour nous convaincre, la jolie maquette de la corniche à Moroni sans doute pour nous faire patienter. Des promesses, des promesses et encore des promesses. C'est cela la stratégie du Roi Sambi.

Appelé à la rescousse, l'ami Bachar qui fait office de 3° vice-président, soutient main sur le cœur qu'il s'agit d'un simple retard à l'allumage et que tous les chantiers débuteront très bientôt. Nous ne partageons pas cette optimisme aveugle qui ressemble plus à un mensonge d'Etat. En effet, il y a une donnée importante que certains compatriotes doivent intégrer dans leur jugement. M. Bachar n'est pas le milliardaire que l'on imagine. C'est un simple intermédiaire, un facilitateur qu'on appelle aussi dans le jargon économique, un porteur d'affaires. Son rôle se résume à négocier des contrats juteux et à trouver des investisseurs potentiels. Il n'a donc aucune maîtrise des projets qu'il propose car, pour des raisons indépendantes de sa volonté, ses partenaires peuvent à tout moment se retirer. Pourquoi selon vous, la reconstruction de l'ancien hôtel Galawa a t-elle été interrompue ? Le crash financier qui a ébranlé l'économie mondiale a fait perdre des milliards aux riches princes du golf. Tout laisse à penser qu'ils auront besoin de plusieurs années pour se refaire une santé. Cela on ne le dira jamais au peuple. L'opacité dans laquelle sont gérés les dossiers vise inéluctablement à taire certaines vérités et à maintenir le peuple dans un état parfait d'ignorance. Réduit au rôle de simple figurant ou d'intermittent du spectacle, le gouvernement n'est même pas consulté sur les contrats qui, pourtant, engagent lourdement le pays . Cela est inacceptable.

Nous nous interdisons de faire de la critique systématique de l'action de Sambi. D'ailleurs, nous étions les premiers à applaudir lorsque, par exemple, le projet d'entretenir le réseau routier du pays a été annoncé. Notre joie fut de courte durée. Lorsque nous avons eu connaissance des dessous du dossier et notamment son financement, nous avons émis de vives inquiétudes, lesquelles se sont malheureusement avérées fondées. Pour ceux qui ont oublié, rappelez-vous que l'hôtel Itsandra qui faisait partie du patrimoine public, a définitivement été cédé pour une bouchée de pain par Sambi à son ami Bachar. Le produit de la vente devrait, selon le contrat signé avec l'Etat, servir à payer l'ensemble des travaux routiers dans l'archipel. Vous connaissez la suite. Le chantier est aujourd'hui abandonné faute semble t-il de crédits. Où est donc parti l'argent ? Probablement qu'il a suivi le même circuit que les 2 milliards offerts par l'Arabie Saoudite pour le projet habitat et qui se sont volatilisés.

On nous parle des emplois crées par la sté Comoros Holding. Demander aux employés de l'hôtel Itsandra ou du journal Albaladi quelles sont leurs conditions de travail et combien gagnent-ils par mois ? Ils sont traités comme des chiens pour des salaires de misère. Cela s'appelle de l'exploitation pure.

Un autre exemple qui prouve la malhonnêteté et la voracité de Comoros Holding. En contrepartie de l'attribution de la licence d'exploitation du réseau national des télécommunications, le groupe Comoro Holding s'était engagé à construire 3 ports secondaires à Chindini (Ngazidja), Istamiya (Mwali) et Bimbini (Ndzouwani). A ce jour, rien n'a été fait. Il ne faut pas être dupe, la société ne tiendra jamais ses engagements. L'entreprise de M. Bachar n'ayant pas rempli ses obligations, il était du devoir de l'Etat comorien de considérer caduque le contrat initialement établi. Par ailleurs, il convient de souligner que l'ouverture à la concurrence de ce secteur si stratégique sans aucune étude d'impact sérieuse, va signer l'arrêt de mort de la société Comores Télecom déjà fort mal en-point en raison d'une gestion approximative. Depuis des décennies, l'établissement est devenu la vache à lait, le pourvoyeur de fonds pour les opérations occultes de la présidence. Depuis l'arrivée de Sambi, l'entreprise n'a jamais autant embauché. Lorsque le Président vous parle de son souci de bonne gouvernance et de son intention de réduire les effectifs pléthoriques de la fonction publique et des sociétés d'Etat, sachez qu'il s'agit là encore, d'un mensonge de plus.

Ces quelques exemples suffisent à eux-seuls pour vous prouver que Bachar et sa bande sont uniquement là pour saigner à blanc notre pays et non pour contribuer à son développement économique. A cause de la concurrence sauvage qu'ils ont instaurée avec la complicité des hauts responsables de l'Etat, les quelques entreprises locales, les artisans et autres commerçants disparaitront. Une horde de chômeurs viendra gonfler les effectifs des laissés pour compte déjà nombreux.

Il est vrai que notre pays doit s'ouvrir au monde et accorder aux investisseurs sérieux tous les gages de sécurité. Toutefois, octroyer à une entreprise étrangère une situation de quasi monopole et cela dans tous les domaines stratégiques de notre économie, cela devient dangereux. La cession de l'hôtel Itsandra à un prix dérisoire, prouve que les contrats signés ne préservent pas toujours les intérêts de la nation. Que M. Sambi et ses amis sachent qu'un jour et si naturellement l'alternance a lieu, ces conventions seront réexaminées et éventuellement annulées s'il est établi que l'Etat comorien a été manifestement lésé.

Enfin, nous attirons l'attention de nos compatriotes sur le fait que la stratégie de Sambi pour s'accrocher au pouvoir est toute tracée. Conscient qu'il a échoué dans tous les domaines et qu'il a plongé notre pays dans l'impasse, il cherchera à nous faire croire qu'il lui faudra davantage de temps pour réaliser ses projets. Ne soyons pas dupes ! Sambi doit partir car, à aucun moment, il nous a prouvé qu'il était l'homme de la situation et qu'il avait la carrure pour surmonter les défis du moment. En acceptant l'expulsion de nos compatriotes de l'île comorienne de Maoré, avalisant ainsi la départementalisation de l'île, il s'est rendu coupable d'une forfaiture. Dans le domaine économique, tous les clignotants sont au rouge. Des milliers de nos concitoyens peinent aujourd'hui à joindre les deux bouts. La gabegie, les arrangements entre copains, le clientélisme et la corruption se généralisent. Sambi a perdu à jamais la confiance du peuple. Au terme de son mandat, il ne mérite pas un jour de plus au sommet de l'Etat. Nous osons espérer que les comoriens sauront s'en souvenir lors des prochaines élections qui détermineront leur avenir. Désormais, nous avons le choix entre l'alternance, synonyme d'espoir, de paix et de développement ou la descente aux enfers avec Sambi et sa bande d'apprentis politiciens.


LE 31 AOUT 2009 // MOHAMED ALI
Lire la suite

message d'un visiteur

1 Septembre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par trambwe sur l'article Un premier septembre libyen sans Sambi,le pigeon voyageur, sur votre blog watwan

Extrait du commentaire:
COLLECTIF DES FEMMES
DE NGAZIDJA
Moroni
----------
MEMORANDUM


À la suite des récents agissements du Gouvernement de l’Union contre les institutions de l’île autonome de Ngazidja, notamment :

1. L'arrestation arbitraire suivie d'emprisonnement de plusieurs membres de l'Exécutif de Ngazidja, des membres des forces de la police de l’île,
2. La violation de l’autonomie administrative de l’île à travers l’annexion de fait des Préfectures de région à l’administration de l’Union qui nomme de nouveaux Préfets, lors même que le Préfet est une autorité déconcentrée relevant d’une administration insulaire autonome dirigée par un Exécutif élu ; le rattachement de force de la police de l’île directement au Ministre de l’Intérieur de l’Union contrairement aux dispositions de la loi référendaire qui accorde la police urbaine et rurale à l’Exécutif de l’île
3. La violation de l’autonomie financière qui n’existe plus depuis janvier 2009. ;
4. La saisie illégale des biens meubles et immeubles de l’île tels que des véhicules de ministres et des bureaux administratifs.
5. Le dépouillement du Président de l’île de ses prérogatives constitutionnelles et légales, de sa garde rapprochée et même de la voiture d’escorte ;
6. Le harcèlement des agents de police qui sont restés loyaux à l’égard du pouvoir de l’île, les arrestations et les mauvais traitements qu’ils subissent constamment dans les lieux de leurs séquestrations ;
7. le climat de terreur instauré par le Gouvernement de l’Union dans l’île de Ngazidja.
8. La violation systématique et sans retenue des normes d’organisation et de fonctionnement institutionnelle de l’Etat par le Gouvernement de le l’Union ;

Nous, les Femmes patriotes de l’île de Ngazidja, interpellée par le besoin de préserver les valeurs socioculturelles de paix, de stabilité et d’accueil de l’île de Ngazidja, sommes regroupées ce jour, 25 août 2009, à Moroni, dans le Collectif des Femmes de Ngazidja.

Nous exprimons notre engagement à contribuer à la défense de l’identité et des intérêts particuliers que la constitution reconnaît à l’île de Ngazidja pour bâtir son développement en harmonie avec le pouvoir fédéral et les autres îles sœurs.

Nous demandons à toutes les autorités qui se livrent aux agissements cités plus haut :
- de se ressaisir et de s’abstenir de toute initiative qui risque de compromettre le vivre ensemble entre comoriens ;
- de rétablir la légalité institutionnelle et constitutionnelle de l’île autonome de Ngazidja, au même titre que les îles de Mwali et de Ndzouani, en libérant les autorités insulaires illégalement détenues en prison, en restituant sans délai tous les biens meubles et immeubles de l’Exécutif de l’île de Ngazidja ;
- de convenir rapidement à un dialogue serein, franc, sincère et, si nécessaire, permanent avec l’exécutif de Ngazidja régler tous les problèmes qui opposent le Gouvernement de l’Union et celui de l’île autonome de Ngazidja.

Nous demandons aux pays amis des Comores et aux organisations internationales accompagnateurs du processus de réconciliation nationale de bien vouloir s’impliquer dans la résolution de cette nouvelle crise et d’encadrer le dialogue auquel nous appelons ici pour le bien de la population de Ngazidja mais aussi de tous les comoriens.

Lire la suite

Les deux enregistreurs seront convoyés à Paris, les recherches des corps se poursuivent

31 Août 2009 , Rédigé par aimons les comores


Les deux enregistreurs seront convoyés à Paris, les recherches des corps se poursuivent
Une première mission, composée de membres du bureau d'enquête, de l'Agence nationale de l'Aviation civile et de la météorologie, associée aux différentes parties française et yéménite, et des représentants d'Airbus partira, au plus tard, demain, mardi, pour Paris où elle ramene les boites noires au Bureau d'enquête et d'analyse en France, a déclaré à Al-Watwan l'enquêteur principal, Ali Abdou Mohamed.
Le chef du Bureau d'enquête indique que “la mission durera au maximum dix jours, pour relever le contenu des enregistreurs” et que “l'analyse proprement dite des données sera effectuée à Moroni”.
Source : Al-watwan
Lire la suite

Comores - Le patron de la CBE broie du noir

31 Août 2009 , Rédigé par aimons les comores

L'affaire fait un grand bruit dans les milieux économiques de l'archipel des Comores et risque de finir devant les tribunaux. Mahamoudou Ali Mohamed, un jeune patron comorien d'une société privée de travaux publics, CBE (Concassage, Bétonnage-Enrobage), s'estime victime « d'une concurrence déloyale ».

Et si « rien n'est fait l'entreprise va fermer dans trois mois », prévient-il. En effet, ce directeur d'entreprise s'inquiète de la prochaine installation d'une société concurrente à côté de sa carrière d'exploitation située sur la route de l'aéroport de Hahaya.
Des techniciens ont été envoyés sur la zone d'exploitation pour effecteur des relevés topographiques. Il s'agit de l'entreprise Combined Group Contracting co, une société créée en juin dernier entre l'Etat comorien, qui détient 33% du capital, et des partenaires arabes, dont le puissant patron de Comoro-Gulf Holding (CGH), Bashar Kiwan.
C'est à cette société qu'a été attribué, sans appel d'offres, un important marché de 175 millions de dollars Us sur les 200 millions de dollars obtenus à travers de la loi controversée sur la citoyenneté économique concernant la réalisation de grands travaux d'infrastructures aux Comores. Devant ces gros moyens dont dispose ce concurrent, le patron de CBE craint que sa société ne soit à terme asphyxiée par ce nouveau venu.
Aussi, il tente d'attirer l'attention des autorités sur ce danger imminent qui pèse sur sa société et sa centaine d'employés.
Dans ce dossier, le gouvernement comorien avance « l'incapacité des entreprises locales de répondre à la demande en matériaux de concassage prévu dans les grands travaux d'infrastructures prévu dans le cadre des fonds issus de la loi sur la citoyenneté économique » pour justifier son choix. Un argument qui ne convainc pas grand monde. Pas en tout cas, l'organisation patronale des Comores qui, dans un communiqué rendu public jeudi 27 août, indique que pour pallier à cette défaillance, il fallait plutôt « renforcer les services concernés, y compris avec l'assistance d'une expertise internationale si nécessaire que faire au pays l'injure de confier la gestion de l'aide ou de l'argent de l'Etat à une entité à dominante étrangère ». « La pertinence de créer une nouvelle société de production de sable ne nous parait pas fondée », ajoutent-ils, annonçant un compromis trouvé entre le patron de CGH qui consisterait à rechercher un site ailleurs.
F.A
Source : Malango Mayotte
Lire la suite

La politique machiavélique menée par nos petits dirigeants aux comores rédigé par M. petit dahya

30 Août 2009 , Rédigé par aimons les comores


 La politique machiavélique menée par nos petits dirigeants aux comores rédigé par M. petit dahya
Gros coup de gueule !



Depuis très longtemps nous sommes gouvernés par une bande des rigollots, des incompétents intellectuels et des infâmes, il faut attendre un jour des représailles violentes de la part du peuple comorien, le pays est pris en otage, on n'arrive même pas à payer un mois de salaire, quelle honte !
Nos dirigeants font que voyager et faire le tour du monde ! les caisses sont vides soit disant , l'argent de l'état est gaspillé sans but bien précis et chipé par nos petits dirigeants, vous devrez organiser une grande manifestation pour les 3 îles afin de leur remettre les points sur iiiii, ces petits ministres et aux autres pour moi, ce sont des piques assiettes, je me demande quel niveau intellectuel disposent ils ! J'invite à une bonne réflexion tous les Anjounais et Anjounaises de France aussi des Comores sur la politique aléatoire menée par nos petits dirigeants. L'appauvrissement frappe néanmoins sans
distinction les différentes catégories sociales. Si les bouleversements
économiques et politiques n'ont fait qu'accentuer les difficultés. Je crois que
la prise de conscience de beaucoup de citoyens est bien réelle et je suis
persuadé que nous devrons réagir pour faire tomber la petite minorité qui nous gouverne et les autres , pour moi je l'ai dit haut et fort que ces dirigeants qu'ils sachent qu'un jour nous allons leur demander de comptes à Anjouan et les 3 îles et les traduire en justice
Rien n'a été fait à Anjouan ni hôpitaux "en mauvais état ", routes délabrées , écoles, universitaires et hôtels inexistants sauf le seul construit avant l'independance etc. (les vrais responsables le président sambi , le ministre des affaires étrangères Ahmed ben said jaffar, Mohamed bacar et les autres ! ) ,Vous avez encore 10 mois pour remonter la pente :des infrastructures et autres "D'Anjouan" le peuple attend avec 'impatience merci de votre attention ,rien ne sera comme avant que vous sachiez que la liberté d'expression existe ! c'est un droit fondamental de m'exprimer librement !Je n'attends rien de vous, vous êtes tous des lâches,
Il mériterait aussi de faire un audit des recettes qui rentrent à Anjouan : la douane, le trésor public, la poste et aéroport de ouani aussi les projets qui devraient être réaliser dans l'île d'Anjouan et qui n'aboutissent jamais afin qu'on sache la raison pour laquelle ,toutes les aides promises sont parties où ! ni Anjouan ni Moheli ne voient jamais la couleur !

Nous sommes dans une dérive totale à moins que je sois un grand menteur, je
Souhaiterais qu'on me démontre le contraire. Autrement dit, la mise en place
d'institutions comoriennes viables dépendent plus de volonté politique et
d'intelligence que de moyens matériels. Mais, est-ce que la classe politique
Comorienne en est consciente oui ou non ? je ne crois pas ! plutôt piques assiettes !
Un dernier point reste à souligner : dans la mesure où c'est le comportement
des politiciens qui crée des haines entre nous. Nous sommes appelés et amenés à
réussir la mise en place d'institutions qui empêchent toute dérive
discriminatoire et toute forme de mépris à l'égard de la population comorienne.
Ne se contentant pas d'avoir entraîné notre pays dans un gouffre en 3
décennies d'indépendance, une gestion catastrophique et une corruption sans précédant!
mis sur le dos du peuple comorien dans ses différents territoires de vie ! Cette classe à la tête des nos îles comme à celle de l'union sait très bien que le vrai conflit dans notre pays se trouve, entre ceux qui
possèdent et ceux qui n'en ont rien, entre les couches populaires et les nantis ( l'establishment),
Nous croyons à une autre alternative, à une autre politique populaire et solidaire qui réunifiera la Nation comorienne. l'institutionnalisation de l'autonomie des îles et la caricature de l'Union qui
n'en est pas une. Nous sommes pour un seul État, une seule Nation composée de
quatre îles ? et un véritable transfert de gestion publique aux
citoyens à travers les régions de façon rationnelle et selon les moyens de notre
pays. Nous appelons enfin le peuple comorien, sa jeunesse à rester vigilant et à ne pas accepter cette illusion de réconciliation nationale qui dans les faits réconcilie seulement la bourgeoisie de notre pays et laisse notre peuple avec ses multiples problèmes : misère grandissante, chômage de jeunes diplômés, exode
périlleux, dégradation de l'éducation nationale, infrastructures sanitaires insuffisantes, cumuls des impayés mois dans la fonction publique et enfin abandon de la jeunesse estudiantine comorienne à leur triste sort.
L'unité et la cohésion des Comores dépendent de nous, voilà mes chers Compatriotes mon point de vue, soyons unis, évitons de tomber dans le piège que nous tend l'establishment corrompu et incompétent!.

C'est devant l'obstacle que l'homme se mesure qui risque rien n'a rien.

signé et approuvé : M. petit dahya Dijon le 29 AOUT 2009
Lire la suite

Un premier septembre libyen sans Sambi,le pigeon voyageur

30 Août 2009 , Rédigé par aimons les comores


Un premier septembre libyen sans Sambi,le pigeon voyageur
Sambi s'apprêtait à se rendre à Tripoli pour participer à une session spéciale de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine, prévue en marge des festivités du 1er septembre marquant la révolution libyenne. Cela aurait été l'occasion pour remercier le colonel Kadafi venu au secours des fonctionnaires par l'octroi cette année de l'aumône aux travailleurs comoriens.

Un appareil spécial lui a été affrété par les autorités libyennes. Le gouvernement au complet, les proches du Raïs et une poignée de ses partisans l'attendront vainement depuis jeudi soir au pavillon d'honneur de l'Aéroport Prince Said Ibrahim.

L'appareil qui a atterri ce vendredi repartira sans Sambi car ce dernier vient d'annuler son voyage in extremis sans communiquer les raisons. Des sources concordantes font mention d'une crainte de détrônement suite à la crise politique qui secoue l'archipel et qui n'a pas laisser l'armée indifférente. L'institution militaire est depuis quelques jours en état d'alerte. L'émissaire de l'Union Africaine serait dépêché à Moroni pour tenter de faire nouer le dialogue.
source: IANJOUANPRESID
Lire la suite

Un nouveau directeur général au quotidien Al-watwan

30 Août 2009 , Rédigé par aimons les comores

Le quotidien d'Etat Al-watwan vient d'avoir un nouveau patron: Pétan Mognihazi, jusqu'ici journaliste et conseiller du directeur général. Le président de la République a finalement signé le décret de nomination de notre confrère peu avant son départ en Lybie. Cette promotion de Mognihazi est acceullie favorablement au sein de la maison.
Lire la suite

Comores - Les deux boites noires sont entre les mains des autorités comoriennes

30 Août 2009 , Rédigé par aimons les comores


Comores - Les deux boites noires sont entre les mains des autorités comoriennes
La deuxième boite noire, l'enregistreur phonique (Cockpit Voice Recorder, CVR), de l'A310 de Yemenia qui s'est abîmé au large des côtes comoriennes le 30 juin passé faisant 152 victimes et une seule rescapée, a été récupérée dans la nuit du vendredi au samedi 29 août.

Cette opération intervient 24 heures après le repêchage de l'enregistreur de paramètres (Flight Data Recorder, FDR). Ces deux précieuses boites noires ont été remises ce matin aux autorités comoriennes à bord du navire EDT ARES qui mène les recherches au milieu de la zone du crash depuis jeudi 20 août.

Placées dans deux petites glacières, les boites noires ont été réceptionnées par Ali Abdou Mohamed, l'enquêteur principal de l'aviation civile comorienne et Abdillahi Mouigni, le secrétaire général du ministère comorien des transports en présence des enquêteurs français et yéménites. Ces enregistreurs de vols ont, tout de suite après, été mis sous scellés. Le précieux colis sera dans quelques jours au bureau du BEA en France.
Ils « seront convoyés dans les prochains jours au Bureau d'Enquêtes et d'Analyses au Bourget (France) où ils seront lus en présence des membres de la commission d'enquête », indique un communiqué de l'enquêteur principal. « Par l'autorisation du gouvernement comorien, ils seront confiés à l'Etat français à travers le BEA qui va lire ces enregistrements et interprétés ce qui s'est réellement passé », a confirmé Abdillahi Mouigni, le secrétaire général du ministère des transports qui a assuré qu' « il y aura la participation des enquêteurs comoriens » dans tout le processus.
Deux mois, jours pour jours, après le crash, les proches des victimes peuvent enfin espérer apprendre ce qui s'est passé le 30 juin dernier.
A en croire Abdillahi Mouigni, les deux enregistreurs de vols « sont intacts ».
« Même s'ils étaient déchiquetés les enquêteurs nous ont dit qu'ils ont toujours la possibilité de lire et d'exploiter ces enregistreurs », a-t-il rassuré. Après le débarquement des deux enregistreurs de vols, les équipes à bord du bateau EDT ARES sont reparties sur la zone du crash, où ils passeront encore sept jours pour tenter de récupérer d'autres éléments nécessaires pour le complément de l'enquête.
Les six corps repêchés en début de semaine ne sont pas encore débarqués du navire.
F.A.
Source : Malango Mayotte
Lire la suite

Crash Yemenia : peut-être bientôt des réponses

29 Août 2009 , Rédigé par aimons les comores

Près de trois mois après l'accident, une des deux boîtes noire de l'Airbus A310 qui s'est abîmé en mer au large de la Grande Comore le 30 juin dernier, faisant 152 victimes, vient d'être retrouvée.
 
Enregistreur de paramètres de vol, plus communément appelé "boîte noire".
Crédit photo : DR


Le BEA (Bureau d'enquête accident) des Comores a confirmé par un communiqué publié vendredi matin à 1h00, que l'une des deux boîtes noires de l'Airbus 310 de la Yemenia Airways accidenté le 30 juin dernier au large de Moroni a été retrouvée.

Il s'agit de « l'enregistreur de paramètres (Flight Data Recorder, FDR) » dit le communiqué publié dans la nuit de jeudi à vendredi par la Commission d'enquêtes de l'Union des Comores qui précise que « les premières opérations visant à le récupérer ont débuté ».

Le navire chypriote affrété par la France, "EDT ARES", est équipé d'un robot télécommandé. Il a commencé ses travaux le 20 août dans la zone où l'appareil s'est abîmé au large de Mitsamiouli pour tenter de récupérer les boîtes noires, qui ont été localisées par environ 1.200 mètres de fond. Il a déjà permis de retrouver, prisonniers à l'intérieur de la carlingue, les corps de six passagers.

Selon l’enquêteur principal de la commission d'enquête, contacté dans la matinée de vendredi, la boîte noire qui a été remontée à bord du navire EDT ARES sera remise aux autorités comoriennes qui la remettront à leur tour au BEA (Bureau Enquête et Analyse) français pour analyse.

La partie avant de l’avion qui renferme le cockpit a été aussi localisée. La carlingue de l’appareil s'est brisée au cours de l'accident et si une grande partie de celle a été repérée, son repêchage dépendra des besoins de l’enquête, indique-t-on du côté des enquêteurs.

Les recherches continuent au large de la Grande-Comore pour essayer de retrouver la deuxième boîte noire. Initialement prévu pour une durée de dix jours, le contrat qui lie la société américaine Phoenix, propriétaire du robot sous-marin, et le BEA, est prolongé jusqu’au 14 septembre prochain.

Les causes de l'accident restent toujours à déterminer et des réponses sont attendues avec impatience par les familles des victimes.

L'état de l'appareil a immédiatement été mis en cause, mais jusqu'à présent, rien de permet d'accréditer cette thèse. La dernière liste noire des compagnies aériennes, publiée il y a quelques semaines ne mentionne d'ailleurs pas la compagnie yéménite comme faisant partie des compagnies à risque.

E.T. / F.A.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>