Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

ANJOUAN : Deux voitures du consulat français vandalisées

1 Novembre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Deux véhicules du Consulat de France à Ndzuwani ont eu les vitres d'une de leurs portières cassées, la nuit du mercredi à jeudi. Frédéric de Souza, le consul, a confié à une journaliste qu'à son avis, “il s'agit de jeunes qui veulent s'amuser”, et que “ce genre d'acte ne lui est pas exclusivement adressé car la voiture du directeur du protocole du gouverneur de l'île a, lui aussi, été prise pour cible il y a quelques semaines”. Fait bizarre cependant, les deux voitures vandalisées stationnaient dans la cour de la maison du consulat, qui est tout entourée d'une clôture haut de deux mètres et gardée par un veilleur de nuit. Quelques habitants du voisinage interrogés déclarent n'avoir aucune idée de qui a pu se livrer à de tels actes. Mais le consul lui-même n'est apparemment pas affecté par cette casse, puisqu'il n'a même pas jugé utile de signaler les faits à la gendarmerie.

Source : Al-watwan N° 1432 du 30 octobre 2009
Lire la suite

Pèlerinage 2009. Dans l'attente d'un transporteur à moins d'une semaine des départs

1 Novembre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Pèlerinage 2009. Dans l’attente d’un transporteur à moins d’une semaine des départs
31 octobre 2009
Pèlerinage 2009. Dans l'attente d'un transporteur à moins d'une semaine des départs

Les voyagistes du pèlerinage, membres du Snav, ont rencontré les candidats au pèlerinage de cette année, ce samedi à Moroni, pour leur faire part de leur inquiétude au sujet des avions que le gouvernement cherche à affréter pour le voyage. Les agences de voyages se disent ne pas être prêtes à verser de l'argent dans un compte Eximbank pour financer une opération qu'elles ne sont pas sûres de sa finalité. Leur incertitude est fondée sur les quatre mois de recherche sans résultat fiable d'un transporteur de nos pèlerins.
Le contrat avec Egyptair n'ayant pas abouti, le négociateur du gouvernement s'était tourné Emirates et maintenant l'on parle de négociations avec un autre transporteur des Emirats arabes unis, Comprehensive aviation.
La position des agences du Snav est catégorique, travailler avec les compagnies desservant le pays. Si ce n'est pas les cas elles rembourseront les candidats au pèlerinage.
La mission saoudienne chargée de la délivrance des visas d'entrée en Arabie saoudite est déjà à Moroni depuis deux jours mais son travail est un peu perturbé par le refus des agences de déposer les passeports des pèlerins avant d'avoir une certitude du transporteur engagé par le gouvernement pour assurer l'acheminement des hadj comoriens
Lire la suite

Encore une saisie de cannabis au port de Mutsamudu

31 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Encore une saisie de cannabis au port de Mutsamudu

Cent dix-huit sachets de 60 grammes et deux ballots, soit en tout 7,3 kilogrammes de cannabis ont été brûlés dans la cour du palais de justice de Mutsamudu, dans la matinée du mercredi. L'incinération a eu lieu en présence de greffiers de la justice, de douaniers et de quelques médias. Et pendant que la marchandise était consumée par le feu, quatre personnes suspectées d'appartenir à ce trafic étaient sous interrogatoire aux mains de la gendarmerie, depuis la veille. D'après les gendarmes, ce colis est arrivé de Majunga à bord du bateau

Ramadan, mais c'est au sol qu'il a été intercepté. C'était mardi après midi, à la sortie du port.

Apparemment, le coursier qui était chargé de le porter à l'extérieur du port ne connaissait pas son contenu.

Mais celui qui le lui avait chargé n'était pas non plus son vrai propriétaire.

Cependant, le présumé propriétaire ne tarda pas à être attrapé par la gendarmerie. Celui-ci est, d'après le récit concordant de douaniers et de gendarmes, “un trafiquant endurci, qui vient juste de purger une peine d'emprisonnement à Madagascar pour le même délit”. D'après un agent des douanes, “la douane de Mutsamudu a comptabilisé cinq ou six saisies depuis le début de l'année, mais souvent il s'agissait plus de boisson alcoolique que de cannabis”. La dernière saisie de substances illicites au port de Mutsamudu remonte à tout juste un mois. Quelques 178 sacs de rhum malgache et trois kilos de chanvre indien avaient été saisis à bord du Ratsimba.


Source : Al-watwan N° 1432 du 30 octobre 2009
Lire la suite

MAYOTTE : PAS DE PASSEPORTS POUR LES HADJS COMORIENS

31 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores


MAYOTTE : PAS DE PASSEPORTS POUR LES HADJS COMORIENS
Une mission de la Direction nationale de la sécurité du territoire de l'Union des Comores était venue à Mayotte pour faciliter les démarches des futurs hadjs comoriens résidant légalement à Mayotte en début de semaine. Elle est repartie hier en raison d'un désaccord avec la préfecture de Mayotte. Un accord diplomatique entre la France et les Comores avait été conclu pour permettre aux candidats au pèlerinage à la Mecque de se doter de passeports biométriques comoriens sans se déplacer à Moroni. Un bureau avait été mis en place à la préfecture à cet effet, mais il s'est avéré que de nombreux citoyens en situation irrégulière s'y sont rendus, notamment avec des enfants. Les chatouilleuses ont alerté le sénateur Giraud qui lui-même a interrogé le préfet Hubert Derache à cet effet.
Ce dernier a rappelé que le dispositif avait été mis en place uniquement pour les futurs hadjs résidant légalement à Mayotte, soit un millier de personnes. Il semblerait que la mission de la DNST souhaitait voir élargi le nombre de bénéficiaires et que la préfecture de Mayotte s'y est opposée. Les futurs hadjs comoriens devront donc se rendre à Moroni pour obtenir un passeport biométrique. L'Union des Comores estime par ailleurs que certaines reconduites à la frontière de ressortissants comoriens ne sont pas faites dans les règles puisque ceux-ci ne disposent pas de papiers d'identité prouvant leur nationalité comorienne.
Du coup, il se pourrait qu'à l'avenir, l'Union refuse d'accueillir sur son sol toute personne qui n'a pas de preuves de son identité comorienne.

Source : Flash info Mayotte n° 2419 du vendredi 30 octobre 2009 et Samedi 31 octobre 2009
Lire la suite

Audit sur la dette intérieure. Une restitution prévue début novembre

31 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Audit sur la dette intérieure. Une restitution prévue début novembre
Une restitution “ publique” des travaux menés par les deux experts chargés d'auditer sur la dette intérieure publique, entre 1995 et 2008, est attendue le 7 novembre prochain.

C'est en tout ce qu'a affirmé un des experts, rencontré sans donner trop des détails sur le fond des travaux. La mission, arrivée le 16 octobre, est appuyée par une équipe locale de douze agents en l'occurrence, des techniciens de la direction nationale de la dette, de la Cellule des reformes économiques et financières (Cref), de la trésorerie publique, de la fonction publique, et de la direction du budget, ainsi qu'un représentant de la confédération comorienne des travailleurs (Ctc). Après un passage à Anjouan, un des experts avec trois techniciens du ministère des Finances de l'Union se trouvent actuellement à Mohéli pour passer, également, la dette intérieure de l'île au peigne fin. “Pour ce qui est des analyses sur la dette intérieure au niveau de l'Union on en a presque fini. On se penche aujourd'hui [hier, jeudi ndlr] sur l'année 1996 et 2008 ; les deux périodes qui nous restent à éplucher”, a soutenu, Saïd Ali Tadjiddine, de la direction nationale de la dette, qui fait partie de l'équipe d'appui de la mission. La dette intérieure se compose en général des créances dites sociales (salaire des fonctionnaires, par exemple), commerciales (fournisseurs de l'Etat en biens et services, par exemple) et enfin les créances fiscales (Crédits de TVA, par exemple). “Nous avons plusieurs fois trouvé au cours des nos travaux des dossiers qui n'ont pas de fond justificatif, ni facture pro format, ni bon de commande, juste un bordereau. Donc dans ce cas de figure c'est l'avis de l'expert qui va compter, s'il faut oui ou non prendre les chiffres en considération. Cela dit, le travail n'est pas facile”,reconnait Saïd Ali Tadjiddine.

L'objectif de la mission serait de proposer, d'ici le 4 novembre, au gouvernement, une stratégie d'apurement de la dette intérieure. Pour

Darousse Allaoui, directeur de Cabinet du ministre des Finances, “il s'agit d'examiner les possibilités de payement de la dette”.

Pour rappel, ce travail d'audit, financé par l'Union Européenne, entre dans le cadre “des critères de performances” du programme de facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (Frpc) du Fonds monétaire internationale. Les Comores vient d'ailleurs d'accéder, au mois de septembre, à ce programme de “ facilité”, et avec à la clé un don de 21,5 millions de dollars accordé par le Conseil d'administration du Fmi.

Enfin, dans les estimations, non validées officiellement, de la direction nationale de la dette, la dette domestique non ordonnancée depuis 1975 jusqu'à 2007 avoisinerait les 5, 3 milliards de nos francs, dus aux biens et services fournis par les entreprises privées.


Kamardine Soulé

Source : Source : Al-watwan N° 1432 du 30 octobre 2009
Lire la suite

ECHOS DU CONSEIL DES MINISTRES

31 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores

ECHOS DU CONSEIL DES MINISTRES

 

UNION DES COMORES

Unité Solidarité Développement

---------

ILE AUTONOME DE NGAZIDJA

Honneur Solidarité Développement

-----****----

 

COMPTE RENDU

DU CONSEIL ORDINAIRE DE GOUVERNEMENT

DU JEUDI 29 /10/ 2009

-------------

           Le Conseil de Gouvernement de l’île Autonome de Ngazidja, s’est réuni le jeudi 29/10/09 à Ngazi Ngomé. Le Conseil a étudié l’Ordre du Jour et a  retenu les conclusions suivantes :

            

SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

 

1 - Sur la Cour Constitutionnelle

§       Le Gouvernement de l’Ile Autonome de Ngazidja est notifié d’une manière irrégulière que la Cour Constitutionnelle est saisie par le Ministre de l’Intérieur de l’Union avec une requête contre l’arrêté du Directeur de Cabinet, ayant nommé sur délégation expresse du Chef de l’Exécutif de l’île, les membres de la Commission Electorale Insulaire ;par le motif que le Directeur de Cabinet du Chef de l’Exécutif de l’Ile ne fait pas parti de l’Exécutif de l’île.

Le Gouvernement désapprouve l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle y afférent qui, en annulant l’arrêté du Directeur de Cabinet, crée le droit en attribuant sans fondements des compétences farfelues à la Commission Electorale Nationale Indépendant – CENI, d’instituer la Commission Insulaire de Ngazidja, alors que la même Cour a annulé cette même disposition dans son Arrêt N°09-017/ CC du 22 octobre dernier.

Tout en respectant cette haute juridiction nationale, le Conseil considère par cet acte que la Cour Constitutionnelle viole  son propre Arrêt, étrangle le Code Electoral et  contrevient même l’Ordonnance du Président de l’Union relative à l’organisation et au déroulement des opérations électorales.

 

2 - Sur l’interview du Directeur de Cabinet du Président de l‘Union des Comores

§       Le Conseil est interpellé vivement par l’interview du Directeur de Cabinet du Président de l’Union des Comores du 28 octobre  2009 paru à Albalad, qui prête une très grosse confusion par rapport à la prorogation immédiate du mandat du Président de l’Union, en rappelant que ledit mandat est passé de 4 à 5 ans depuis l’adoption de la loi référendaire du 17 mai 2009 et que cette disposition allait s'appliquer immédiatement.

Tout en condamnant des réactions déplacées et intempestives de cette sorte qui n’ont de but que de semer le trouble et la zizanie dans le pays, le Conseil, affirme que le mandat du Président actuel de l’Union des Comores est réglé pour 4 ans par la constitution du 23 décembre 2001 qui l’a fait élire et que le Congrès prochain des Députés et Conseillers n’aura qu’à indiquer les dates de l’harmonisation des élections des Gouverneurs et du prochain Président de l’Union avec ses 3 vice-Présidents.

 

Le Ministre Porte Parole du Gouvernement

 

Kamar Ezzamane MOHAMED

Lire la suite

Fazul Abdullah, l'insaisissable chef d'Al-Qaeda en Afrique de l'Est

31 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Fazul Abdullah, l'insaisissable chef d'Al-Qaeda en Afrique de l'Est
Hervé Bar
Agence France-Presse
Nairobi


Leader présumé d'Al-Qaeda en Afrique de l'est, le Comorien Fazul Abdullah Muhammad échappe depuis une dizaine d'années à la traque des Américains et combat aujourd'hui en Somalie au côté des insurgés islamistes shebab.
Benjamin d'une fratrie de six enfants, Fazul Abdullah est né le 25 août 1972 à Moroni, selon un rapport du «Combating Terrorism Center» (CTC) de l'académie militaire de West Point. Fazul a vécu une enfance parfaitement normale, se souviennent ses proches: il jouait au football, aimait montrer ses prouesses au kung-fu et danser le «moon-walk» de Michael Jackson.
Comme tous les gamins comoriens, il étudie le Coran dès quatre ans. Fazul entame sa radicalisation à 16 ans en devenant l'élève de Soidiki M'Bapandza, un sheikh salafiste en marge de l'islam modéré pratiqué dans l'archipel.
En 1990 le jeune homme part pour le Pakistan, où il abandonne très rapidement un cursus de médecine pour s'engager comme futur «moujahidine» en Afghanistan, explique le CTC.
Il suit alors un entrainement et endoctrinement intensifs dans l'école du jihad de «Beïd al-Ansar» à Peshawar, célèbre «guest-house» fondée par Oussama ben Laden et le précheur Abdullah Azzam, qui servira par la suite de pépinière à Al-Qaeda.
En 1991, Fazul écrit dans une lettre à sa famille avoir «rejoint» Al-Qaeda.
En 1993, il participe à sa première «mission» en Somalie où il part avec un petit groupe de jihadistes entraîner les islamistes qui combattent les casques bleus de l'ONU.
Il revient brièvement au Comores en 1994, puis s'installe au Kenya. Il vit alors entre Khartoum, Nairobi et Mogadiscio, consacrant l'essentiel de son temps à la préparation des attentats anti-américains de Nairobi et Dar es-Salaam, qui feront 218 morts en juillet 1998.
Il est un «acteur-clé» du complot et conduit lui-même le pick-up qui guide le camion bourré d'explosifs devant la représentation américaine à Nairobi. Fazul occupe alors «une position intermédiaire au sein d'Al-Qaeda», selon le CTC.
De 1999 à 2001, Al-Qaeda investit des millions de dollars dans le business des «diamants du sang» au Liberia. Fazul sera l'un des deux maîtres-d'oeuvre de l'opération, devenant l'invité presque permanent du président Charles Taylor.
En 2002, le Comorien se voit confier la direction des opérations d'Al-Qaeda pour toute l'Afrique de l'est.
Depuis l'archipel paradisiaque de Lamu (nord du Kenya), il planifie les attentats anti-israéliens de Mombasa, qui ont fait 15 morts le 28 novembre 2002.
Fazul jouerait aujourd'hui un rôle influent au sein des shebab, où il organiserait notamment «l'entrainement et la préparation des opérations suicide», assure le chercheur norvégien Stig Jarle Hansen.
Le 8 janvier 2007, il survit à un bombardement américain qui fait des dizaines de morts à Ras Kamboni (sud Somalie). Deux jours plus tard, l'armée kényane le manque de peu à la frontière, dans la forêt de Kiunga.
Le 2 août 2008, il échappe de justesse à un raid de la police à Malindi (nord du Kenya).
«Expert en informatique», le fugitif «aime à porter une casquette de baseball et à s'habille de manière plutôt décontractée», selon les autorités US, qui offrent 5 millions de dollars pour sa capture.
L'homme sera «difficile» à neutraliser, avertit West Point: il utilise une douzaine de pseudonymes, parle parfaitement cinq langues, et «a des contacts étendus avec tous les milieux criminels de la région».
Passé maître dans l'art du déguisement, «remarquablement intelligent et parfaitement entraîné, il est l'un des plus dangereux terroristes internationaux en vie aujourd'hui», selon le CTC.

Source : http://www.cyberpresse.ca/international/afrique/
Lire la suite

MAYOTTE : DES DIPLOMATES COMORIENS ONT ENVAHI LA PREFECTURE

30 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Voilà comment les comoriens sont traités à Mayotte par le Mzoungou. Il est t convaincu que Mayotte est une île française. Lisez plutôt

La P'tite Roussette

Vraiment c'est terrible ! Voilà que des diplomates comoriens ont envahi la préfecture de Mayotte pour délivrer des passeports comoriens sous prétexte qu'il fallait le faire pour les futurs Hadj qui partent en pèlerinage dans quelques jours. Bien entendu les clandestins se sont précipités aussi pour tenter de récupérer ces précieux passeports mais le préfet a fait monter la garde ce qui n'a pas plu aux diplomates qui ont claqué la porte et sont allés faire le business au coin de la rue. Non mais ? Venir sur le sol français mettre le bocson et en plus avoir le culot de faire des déclarations pour critiquer la France sous couvert d'anonymat évidemment, c'est quand même dépasser les bornes ! Et si on allait faire pareil chez eux ils diraient quoi hein ?

Source : LNDM n° 1181 du 29 octobre 09
Lire la suite

Visite du gouverneur d'Anjouan en France :Moussa Toyibou réactive la diaspora anjouanaise

30 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Visite du gouverneur d’Anjouan en France :Moussa Toyibou réactive la diaspora anjouanaise
Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

Paris, mercredi 28 octobre 2009 (HZK-Presse) – La diaspora anjouanaise de Paris a accueilli à bras ouverts le Gouverneur de l'île d'Anjouan Moussa Toyibou lors de son passage dans la capitale française. L'accueil s'est déroulé dans la matinée du dimanche 25 octobre. Sur place une foule nombreuse a envahi la salle, alors que d'après une source de l'Ambassade des Comores à Paris, ces anjouanais présents ne représentaient que les 2/3 de ceux qui sont installés à Paris, ce qui montre bien que la salle était trop petite pour contenir tout ce beau monde.

Pourtant ceux qui ont pu accéder à la réunion ont pu s'exprimer et donner leur opinion sur l'évolution de la situation dans l'île d'Anjouan. Il a été question d'économie, santé, éducation et d'autres ambitions pour développer l'île. Les premiers participants à prendre la parole avant le Gouverneur Moussa ont manifesté leur joie de recevoir le numéro 1 de l'île pour la première fois depuis son élection en juin 2008, une façon de s'inquiéter face à ce qui bloque toute amélioration des conditions de vie de la population de l'île.

« Il est de temps de trouver des liens qui pourront apporter un grand soutien à l'éducation et la santé à Anjouan » propose un participant. Dans la salle chacun était très impatient d'entendre ces critiques qui ont fini par ouvrir des perspectives de solutions. Un des participants a pris la parole pour se demander « pourquoi il n'y a jamais de suivi dans les projets de développement de notre île ? »

Un autre lui a emboité le pas en ajoutant « Pourquoi continuons-nous à subir des difficultés de dédouanement au niveau de la diaspora, avec parfois des formalités harassantes pour enlever nos conteneurs, alors que c'est au bénéfice de tous les anjouanais ? ».

Le Gouverneur Moussa Toybou prend ensuite la parole pour assurer à l'assistance sa « ferme volonté et sa disponibilité à servir son île en partenariat avec la diaspora ». Il a même déclaré que « désormais pour tout dossier qui concerne la diaspora, il y aura une personne relais pour faciliter les démarches, afin d'accompagner nos compatriotes de l'extérieur à investir dans leur île », en ajoutant que cela ne s'arrêtera pas là, y compris le cas de ceux qui auront besoin d'un acte administratif pour les éventuelles demandes d'aide au profit d'Anjouan.

Dans la salle, le gouverneur a choisi au sein de sa délégation Abdel Kader Charkane, ancien secrétaire de son gouvernement, pour prendre la responsabilité de cet important département qui lui permettra d'être en relation directe et permanente avec la diaspora de France.

Le Gouverneur Moussa a beaucoup insisté sur le fait qu'il s'engageait d'abord en tant qu'anjouanais pour étudier ensemble le développement de l'île et comment la diaspora pourra y apporter sa contribution, et non en émissaire du gouvernement central. Avant de clore ses propos, M. Toyibou a sollicité aux anjouanais et surtout à l'ambassade des Comores à Paris d'examiner un dispositif de recensement des comoriens d'Anjouan afin de pouvoir se réunir chaque fois qu'une telle occasion se présente.

Mais avant de s'entretenir avec la diaspora, Moussa Toyibou était en France pour un objectif précis, une visite officielle dans le cadre des assises de l'AIRF (l'Association internationale des régions francophones) dont l'île d'Anjouan est membre. A noter que l'actuel Gouverneur de l'île est l'un des vices présidents de l'association. Avec sa délégation, il doit défendre différents dossiers de l'île et obtenir des inscriptions dans des formations qui auront lieu aux quatre coins de l'espace francophone. Cette année les assises de l'AIRF tenues à Toulouse du 21 au 23 octobre dernier, étaient d'ailleurs consacrées aux formations continues.

La présence de la délégation anjouanaise à Toulouse leur a permis également d'organier une visite touristique à la chaine de montage de l'Airbus A-380, ensuite elle a réuni les différentes diasporas anjouanaises de la région de Toulouse et de la ville de Marseille. Le Gouverneur en a profité pour nouer des relations avec des autorités régionales de France, pour renforcer les liens entre elles et la communauté comorienne originaire d'Anjouan, autour de projets de développement et des actions de jumelage, sans oublier le suivi des doléances spécifiques. Autant dire que cette visite d'une semaine de la délégation anjouanaise en France fut « une réussite » à en croire la délégation et des membres de la diaspora.


Naouir Eddine Papamwegne
281009/nep/hzkpresse/15h00
Lire la suite

Air Austral. Bientôt une ligne directe entre Moroni et Paris

30 Octobre 2009 , Rédigé par aimons les comores


Air Austral. Bientôt une ligne directe entre Moroni et Paris
A partir de janvier prochain, la compagnie Air Austral assurera un vol régulier et direct entre Moroni et Paris. La nouvelle est tombée hier soir après l'audience que le chef de l'Etat, Ahmed Abdallah Sambi, a bien voulu accorder au patron de la compagnie réunionnaise, Gérard Ethève en visite aux Comores depuis hier. Il s'agira d'un appareil 777 de 350 places. Selon le secrétaire général au ministère des Transports, que nous avons contacté, le dossier est déjà ficelé. Nous reviendrons prochainement sur le sujet.

Source : Al-watwan N° 1431 du 29 octobre 2009
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>