Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Interview du gouverneur de l'île d'anjouan

30 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Interview de Anissi Chamsidine à Albalad!

Le gouverneur de l’île d’Anjouan, Anissi Chamsidine «C’est une vraie tentative de déstabilisation qui était en gestation»

 

 

Le gouverneur de l’île d’Anjouan, Anissi Chamsidine, affirme dans l’interview qui suit qu’il y avait bien une tentative de déstabilisation en préparation à Anjouan et persiste encore une fois sur ses reproches aux gouvernements qui lui vaut d’être taxé de séparatiste.

 

 

Il y a des gens qui ne croient pas à la tentative de coup de force à Anjouan et qui parlent de la manipulation, que leur dites-vous?

 

C’est une vraie tentative de déstabilisation qui était en gestation. Elle a été planifiée depuis un certain temps. Cela a commencé par une campagne visant à manipuler les taximen et les syndicats pour les mettre dans le coup. Et les conspirateurs avaient même envisagé de mettre le feu sur la le bâtiment du Conseil de l’île.

 

Une déstabilisation contre votre pouvoir ?

 

L’information m’a été communiquée bien avant. J’ai été au courant de tout et j’ai suivi personnellement le dossier dans son évolution. De loin, à la Mecque où je me trouvais au moment des faits, j’ai piloté les recherches en fournissant les informations et les sources des mes renseignements.

 

Qui étaient derrière ce complot ?

 

C’est l’enquête qui le déterminera.

 

On parle des gens de Mohamed Bacar ?

 

Cela est vrai que des anciens séparatistes et des anciens FGA ont été impliqués dans cette affaire et mis sous les verrous. Mais je ne peux en dire plus pour ne pas brouiller les investigations de la police et de la justice. L’enquête se poursuit, attendons ses conclusions.

 

Comment voyez-vous l’évolution de cette enquête ?

 

C’est la responsabilité de la police et de la justice. Nous apprécierons après. Ce que nous avons demandé, après la mise en place de la Cour de sureté de l’Etat, est que les choses se passent dans la transparence et sans aucune mesure arbitraire.

 

Mais il semble qu’à Anjouan, il y a des gens qui s’opposent contre le transfert à Moroni des personnes interpelées dans ce dossier. Est-ce vrai ?

 

Cela est vrai, il y a des gens qui protestent. C’est comme ça qu’ils voient les choses. Mais pour moi, que ça soit à Anjouan, à Mohéli ou à Ngazidja, c’est la même chose. Je fais confiance à l’Etat parce que j’estime que nous sommes dans un Etat de droit.

 

Les problèmes de sécurité demeurent une préoccupation à Anjouan ?

 

Anjouan est une île exceptionnelle avec des antécédents graves. Les armes continuent à circuler et les haines sont encore plus vivaces. Je demande à l’Etat de prendre ses responsabilités pour nous protéger et sécuriser l’île.

 

 

Dans une interview à Albalad, vous aviez déclaré que l’autonomie des îles est bafouée. La déclaration avait soulevé un tollé au sein du pouvoir central. Vous ne le regrettez pas ?

 

Non, je persiste toujours à dire que l’autonomie des îles est bafouée.

 

Comment cela?

 

Parce que depuis l’adoption de la nouvelle loi référendaire, on n’a jamais cherché à s’asseoir pour déterminer les compétences entre les différentes entités. Mais l’Union profite de ce vide pour s’attribuer des toutes les prérogatives.

 

Vous ne craignez pas d’être taxé de séparatiste à travers de tels propos?

 

Justement, des responsables utilisent ces arguments pour vouloir m’affaiblir et marcher sur mon dos. Si le fait de défendre les droits et les intérêts des îles, notamment de l’île d’Anjouan doit être pris comme un acte séparatiste alors qu’ils le disent. Je sais que certains d’entre eux sont les vrais séparatistes.

 

Et ça ne vous dérange pas ?

 

Je ne me dérangerai pas pour des personnes qui me font des procès d’intention. D’ailleurs tous les anjouanais sont taxés de séparatistes. Alors que les Mohéliens et les Grands comoriens sont aussi des séparatistes. On a tout vécu ça.

 

Au sujet de la crise scolaire, vous avez utilisé la manière forte pour casser le mouvement de grève. Pourquoi ?

 

Les enseignants n’ont pas agit en responsables. Ils se sont comportés en agitateurs et comme des partis politiques. E t je vais m’engager à revoir les textes régissant les syndicats pour les reformer.

 

Les problèmes socio-économiques restent toujours criants à Anjouan ?

 

Malheureusement beaucoup de difficultés demeurent. Nous n’avons pas d’administration. A Anjouan, il n’y a pas des recettes fiscales, les taxes (vignettes et patentes) ne sont pas payées. Le chômage et les disparités sociales s’aggravent. C’est pourquoi, j’ai demandé à l’Etat pour que les grands chantiers des travaux à Anjouan s’ouvrent pour pouvoir lutter contre le chômage et commencer à voir la stabilité.

 

MMADI MOINDJIE

Lire la suite

COMORES /Jeux de la Cjsoi : Le succès ou l'échec

30 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

COMORES /Jeux de la Cjsoi : Le succès ou l’échec
Deux experts de la Commission de la jeunesse et des sports des îles de l'Océan indien (Cjsoi) se trouvent à Moroni depuis hier lundi. Objectif de leur mission: examiner l'état d'avancement des travaux des sites devant abriter les jeux des jeunes de la région en 2012 et confirmer ou infirmer l'organisation des jeux aux Comores.
L'arrivée hier à Moroni de Ram Lollchand et d'Eric Enerphie, respectivement secrétaire général et représentant du président de la Cjsoi est ressentie comme le moment le plus décisif pour l'organisation des jeux des jeunes de l'Océan indien aux Comores en 1012.
Les deux responsables devront rencontrer, ce matin, le ministre des Sports et le gouverneur de l'île de Ngazidja avant de plancher sur le dossier des jeux, lors d'une réunion entre ces experts et le Comité d'organisation.
“Après cette réunion, nous allons visiter ensemble les sites d'hébergement et ceux des Sports”, a indiqué Oussouf Soilihi dit Kess, directeur général des Sports. Les dirigeants du Comité d'organisation des jeux semblent confiants pour l'organisation de la huitième édition de ces jeux. “Tout est presque prêt pour l'organisation des jeux. Les travaux sur les stades se poursuivent et on compte les finir au mois d'avril”, assure-t-il.
Mais des inquiétudes existent sur l'état actuel des travaux. Le budget estimé à hauteur de 685 millions n'est pas encore validé par le gouvernement en dépit de la rencontre, le week-end dernier, du ministre des Sport avec le Comité d'organisation
Au moment où nous mettions sous presse, l'on apprend qu'une somme d'argent dont nous ignorons le montant a été décaissée pour le démarrage des travaux.
Le stade de football de la capitale prévu pour accueillir la cérémonie d'ouverture abriterait l'athlétisme tandis que celui de Mutsamudu accueillera le basketball et celui de Mitsamiouli le football féminin.
Les sites d'hébergement des jeunes Comoriens, Djiboutiens, Malgaches, Mauriciens, Réunionnais et de Mayotte seront les hôtels Les Arcades, Ravinala, Moifaka...
Si les Comores réussissent à organiser ces jeux, ce sera la première fois depuis leur existence en 1995.
ABDOUL.A. YOUSSOUF
Source : Albaldcomores
Lire la suite

Perben interpelle la Gauche sur Mayotte

30 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

 Perben interpelle la Gauche sur MayotteDominique Perben, chargé de l'outre-mer à l'UMP, s'est demandé mardi "si l'abandon de Mayotte aux Comores figure à l'ordre du jour des accords PS-EELV", après que la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly a affirmé que "Mayotte fait partie des Comores".

"Après les déclarations de Mme Joly à Mayotte, on est en droit de se demander si l'abandon de Mayotte aux Comores figure ou non à l'ordre du jour des accords EELV/PS", écrit dans un communiqué l'ancien ministre de l'Outre-mer .

"Oser affirmer que +Mayotte fait partie des Comores+... et l'affirmer sur le sol français de ce territoire cher au coeur de notre pays et devenu le 101e département de France il y a moins de neuf mois, cela autorise pour le moins qu'on pose la question à M. Hollande !", poursuit M. Perben.
A l'occasion d'un déplacement à Mayotte, Mme Joly a déclaré : "Mayotte fait partie des Comores, il y a des liens culturels, des liens familiaux" entre l'île française et le reste de l'archipel.
La candidate EELV a aussi préconisé une intensification de la lutte contre la corruption et de l'aide internationale aux Comores, afin de réduire la pression migratoire sur l'île.
L'île de Mayotte, 101e département français, fait partie de l'archipel des Comores. Lors de l'indépendance de l'archipel en 1975, Mayotte est restée française à la suite d'un référendum organisé par la France. Une décision contestée par les Comores qui revendique l'appartenance de Mayotte à l'Etat comorien, mais également par l'ONU et l'Union africaine qui condamnent la présence française à Mayotte.
 
Lire la suite

Fonction publique : Gel des avantages financiers accordés depuis 2010

29 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

COMORES / Fonction publique : Gel des avantages financiers accordés depuis 2010
L'intersyndicale des enseignants a obtenu gain de cause, mais sans garder les acquis. Tous les actes accordant des avantages financiers aux différents corps de la fonction publique et les nouvelles grilles indiciaires, signés depuis septembre 2010, ont été suspendus par le ministre des Finances sous la pression des syndicats.
Le dénouement de la crise scolaire qui a paralysé cinq semaines durant la rentrée scolaire, est intervenu dimanche à l'issue d'une ultime négociation entre les autorités publiques et l'intersyndicale d'après le secrétaire général de l'intersyndicale.
En procédant ainsi, l'intersyndicale se dit convaincue de l'incapacité du gouvernement à supporter une masse salariale de 1,9 milliard de francs incluant la nouvelle grille du corps enseignant. Les professeurs avaient demandé le retour à la masse salariale de septembre 2010 à défaut de pouvoir exécuter «le plutôt possible» les nouvelles grilles indiciaires accordées aux enseignants.
Tous les avantages financiers accordés aux agents des ministères des Finances, de la Fonction publique, de la police sont gelés eux aussi. Le chef de l'Etat a mis en place une commission de contrôle et de vérification des enseignants.
D'après le secrétaire général de l'intersyndicale les travaux d'une précédente commission chargée du contrôle des enseignants avaient révélé une incidence budgétaire de 241 millions de francs et non de 444 millions. Un autre leader syndical avait confié que seuls les résultats de ces travaux pourraient «prouver que  la nouvelle grille des enseignants n'était pas à l'origine de la hausse de la masse salariale».
 
A.A.Hamdi
Source : albaladcomores

Lire la suite

Dominique Perben: "Accord EELV / PS: vers l'abandon de Mayotte aux Comores?"

29 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Dominique Perben: "Accord EELV / PS: vers l'abandon de Mayotte aux Comores?"
Après les déclarations de Mme Joly à Mayotte, on est en droit de se demander si l'abandon de Mayotte aux Comores figure ou non à l'ordre du jour des accords EELV / PS !
Décidément, après la suppression en masse d'emplois dans la filière nucléaire, la suppression du droit de veto français au Conseil de sécurité de l'ONU, les discussions entre EELV et le parti du candidat Hollande n'en finissent pas de nous réserver des surprises...
 
Que Mme Joly juge utile de souligner à Mamoudzou que "les Comores ont droit aux fonds européens du développement", c'est une chose; mais oser affirmer que "Mayotte fait partie des Comores"... et l'affirmer sur le sol français de ce territoire cher au cœur de notre pays et devenu le 101ème département de France il y a moins de 9 mois, cela autorise pour le moins qu'on pose la question à M. Hollande !
 
Lire la suite

COMORES : Le n° 418 de la commission anticorruption ne répond pas

29 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

COMORES : Le n° 418 de la commission anticorruption ne répond pas


La rédaction wongo a essayé de joindre la Commission nationale de prévention et de lutte contre la corruption en appelant le n° 418 pour dénoncer la Paf d'Anjouan, qui permet à des agents de « sécurité » venant de Mayotte, d'entrer illégalement  sur le territoire libéré des Comores, pour débarquer illégalement les refoulés de Mayotte.
 
Selon plusieurs témoignages, les responsables de Maria Galanta auraient acheté le silence de la police anjouanaise.  

Maria Galanta - Port de Mutsamudu (photo wongo)

COMORES : Le n° 418 de la commission anticorruption ne répond pas
Publié le 26 novembre 2011
Rédaction WONGO

Lire la suite

Ecole publique : les cours reprennent ce matin

28 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Ecole publique : les cours reprennent ce matin

La grève des enseignants du primaire et du secondaire a pris fin, hier, et les cours reprendront dans tout le pays, ce lundi. Telle est l'issue des négociations qui, dimanche, ont mobilisé des responsables du gouvernement, de l'intersyndicale, du gouvernorat et du conseil de l'île de Ngazidja, ainsi que des représentants de partis politiques pour parvenir à un accord qui devait être signé en début de soirée à la présidence de la République.

Le gouvernement a fait sienne la dernière proposition des syndicalistes de “geler toute augmentation de salaire (et donc la nouvelle grille des salaires des enseignants à l'origine du conflit, ndlr) à partir de septembre 2010“. (Lire notre édition du jeudi dernier). “L'heure n'est pas aux commentaires, la décision est unanime, nous avons signé l'accord avec le gouvernement et nous reprendrons les cours dès demain“, a lancé, après la signature de l'accord, le secrétaire général de l'intersyndicale, Mohamed Abdou alias tchatcha, avant de faire appel à tous les enseignants pour qu'ils se rendent à leur poste dès ce matin.

Pour sa part, la porte parole du gouvernement, Sitti Kassim, a soutenu que le “conflit peut être considéré comme définitivement résolu, car les dispositions de l'accord sont telles qu'il n'y a aucune raison d'arrêter le travail“. Cette issue heureuse à la crise de la rentrée est le fruit de longues tractations qui ont impliqué, depuis près de deux mois, outre les pouvoirs publics et les syndicats de l'Education, la notabilité, les partis politiques et les “Mamans de volo-volo“. Le ministre de l'Education a estimé que la “grève fut longue et fatigante“, et que “les professeurs ont obtenu un gain de cause : le retour aux états des salaires de septembre 2010 et la mise en place de la commission nationale indépendante chargée du suivi de travaux de l'enquête et de vérification des effectifs de la Fonction publique“. Les cours manqués pendant les six semaines de grève seront récupérés selon un planning qui sera rendu public sous peu, devait préciser Mohamed Issimaila.

NH
Lire la suite

ANJOUAN (Comores) : Un homme viole sa fille adoptive malade mentale

28 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

ANJOUAN (Comores) : Un homme viole sa fille adoptive malade mentale
A Pomoni, un père d'une cinquantaine d'années a violé sa fille adoptive. Cette adolescente de moins de 10 ans, nièce de sa femme, est née malade mentale. Ces viols à répétition ont débouché sur une grossesse de presque 5 mois, selon les tests gynécologiques du Dr Toiouiya Mohamed. "Je suis impatiente du procès de ce violeur des jeunes filles mineurs de moins 10 ans. On dirait que le parquet de Mutsamudu encourage ces crimes, car la population anjouanaise n'a jamais entendu une punition sévère contre ces malfaiteurs classés à la barre des viols et agression sexuelle", a crié Fatima Bacar, la responsable de la cellule d'écoute. L'affaire paraît un peu compliquée pour la justice, étant donné que la victime est une déséquilibrée mentale. Même si des sources judiciaires affirment "qu'aucune pièce ne justifie cet état". Une deuxième personne pourrait être entendue dans cette affaire. Une personne que "la victime décrit comme son premier amant". 
 
Le vieux pédophile a été placé en détention. Et il sera écouté dans le fond à partir de cette semaine. Mais le service trouve que l'enquête traîne et voudrait un procès rapidement. "Je suis impatiente et inquiète pour le procès de ce violeur", a asséné Fatima Bacar. Au niveau de la justice, on estime que le service d'écoute s'immisce trop dans l'enquête. "C'est au juge d'instruction de mener des investigations. La cellule d'écoute n'a qu'à écouter, bien sûr que j'ai dit qu'elle n'est pour rien dans cette affaire. Elle s'est permise d'aller dans un centre d'état-civil pour demander un document municipal mentionnant l'âge de l'enfant. Et ça ne relève pas de ses compétences. Fatima Bacar doit comprendre son rôle", nous explique des sources judiciaires.
 
Les cas de viol sur des jeunes filles mineurs à Anjouan sont devenus monnaie courante. L'on a su que des pédophiles détournent des gamines juste à la sortie d'une école coranique se trouvant à Chitsangani-Mutsamudu. La cellule d'écoute nous a confié qu'elle est en étude pour la fermeture de cette école.
 
Source (sans la photo) : Flash Info n°2891 du 28 novembre 2011
Lire la suite

COMORES: L'ORANGE REPREND LES RÊNES DE LA DOUANE...

27 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

COMORES: L'ORANGE REPREND LES RÊNES DE LA DOUANE...
Le président de la République vient de signer le décret portant nomination du nouveau directeur general des douanes. Il s'agit de l'ancien bras droit de Kiki (Mohamed Daoud) et ancien directeur de campagne de Mouigni Baraka, Monsieur Ali Hamissi. Cette nomination proposée par le vice-président Mohamed Ali Soilihi intervient au moment ou il est de plus en plus question de remaniement gouvernemental.
 
Rédaction WONGO
Lire la suite

Le Chef de l'Etat a effectué une visite impromptue au Ministère de la Fonction Publique.

27 Novembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Le Chef de l’Etat a effectué une visite impromptue au Ministère de la Fonction Publique.
Le Président de la République, SE Dr IKILILOU Dhoinine a effectué une visite inopinée au Ministère de la Fonction Publique dans la matinée du jeudi 24 novembre 2011. 
Accompagné de son Conseiller Spécial, chargé du suivi des Projets de Développement, des Investissements et de la Promotion du secteur privé, M. ISSA SOULE MMADI, de son conseiller chargé des reformes administratives, M. Elarif Hamidi et de celui chargé de l'économie et des finances, Dr. Abdillah Ben Said Hassan, le Chef de l'Etat s'est ainsi rendu pour la première fois dans un département ministériel.
Au Ministère de la fonction publique, Dr IKILILOU Dhoinine a rencontré les différents responsables, notamment le Secrétaire Général et le Directeur de Cabinet qui, en l'absence du Ministre qui se trouve en mission à l'étranger, a lui a brossé un tableau de l'état des lieux, du fonctionnement des services et des problèmes quotidiens du Ministère, entre autres, l'absentéisme des agents et les mesures prise pour y remédier.
Le Président de la République s'est montré satisfait de constater que les instructions qu'il avait données au Ministre de la fonction publique et de la justice, Dr Anliane, ont été mises en œuvre, notamment l'établissement des listes des personnels et agents qui travaillent dans le département en vue du suivi de la gestion des ressources humaines.
Le Secrétaire General du ministère a ensuite expliqué au Chef de l'Etat, la stratégie que le Ministère compte mettre en œuvre pour assurer son bon fonctionnement ainsi que pour garantir une bonne gestion des carrières.
Le Président IKILILOU a fait constater que de janvier à novembre, des recrutements ont été faits malgré les mesures prises au niveau du gouvernement, pour les geler.
Il a ainsi insisté auprès de ses interlocuteurs pour que les textes soient appliqués, notamment en ce qui concerne le recrutement par voie de concours.
Pour rappel, depuis l'adoption et la promulgation de la loi sur le statut général des fonctionnaires, il est obligatoire que chaque département qui a besoin de nouveaux personnels organise un concours, en collaboration avec la Haute Autorité de la fonction Publique.
Le secrétaire exécutif de cette institution qui était également présent lors de cette visite, a pris la parole pour rassurer au Président de la république, que les mesures qui peuvent répondre à l'objectif assigné dans le plan d'action, en l'occurrence l'assainissement du fichier de la solde et des effectifs de la fonction publique en vue de stopper l'évolution vertigineuse de la masse salariale au niveau du pays, seront mises en œuvre.
En conclusion, le Chef de l'Etat, a donné des instructions pour que l'application des textes soit effective, rappelant que lui-même, en qualité de Vice-Président en charge de la santé, a été le premier à organiser des concours pour l'accès de nouveaux agents à la fonction publique. Il souhaité que le recensement des agents de l'Etat soit achevé plus rapidement pour que les conclusions puissent être publiées et afin que les dysfonctionnements puissent être corrigés.
Pour rappel, les premiers résultats publiés font état 13035 agents au niveau des entités insulaires et de l'Union.
A l'issue de ces échanges, le Chef de l'Etat a estimé que cette première visite a été fructueuse.
Avant de quitter les lieux, il a rencontré le personnel du programme d'éradication du paludisme avec qui il s'est entretenu de l'état d'avancement des travaux de rénovation du bâtiment qui va abriter leur service.
source:beit salam
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>