Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Il faut que ça circule à Moroni!

1 Septembre 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Il faut que ça circule à Moroni!


Embouteillages dans la capitale

 

Halte aux voitures qui encombrent les trottoirs

 

 

Le commandant de la Gendarmerie a réuni les directions des infrastructures et des routes pour réfléchir à une solution au casse tête de la circulation routière. Des mesures devraient être prises dans les prochains jours.

 

 

Le désengorgement et les embouteillages dans les rues de la capitale préoccupent le commandement de la gendarmerie nationale. « On est en pleine étude pour débarrasser les voitures qui encombrent les trottoirs », a déclaré le commandant de la gendarmerie Nationale Abdallah Rafik, qui semble déterminé à trouver une solution à ce casse-tête qu’est devenue la circulation routière.

Cette initiative viserait également les voitures qui sont immobilisées sur la chaussée ou sur la route, et cela même durant plusieurs jours, selon cet officier supérieur de l’AND. Le patron de la Gendarmerie s’est entretenu mercredi avec le directeur des travaux publics de Ngazidja et les directeurs des infrastructures. Selon nos informations, la rencontre s’est focalisée sur les voies et moyens de désengorger Moroni, la capitale fédérale.

Au cours des échanges, les différentes parties ont reconnu la nécessité de mettre en œuvre les panneaux de signalisation en adaptant le code de la route à la nouvelle donne mais aussi de prendre en comptes les nouvelles routes. « Nous pensons mettre en place un système de paiement d’amende pour les stationnement abusifs ou d’encombrement de la chaussée, pour les voitures qui dépassent 72h sur la route », a ajouté le commandant Abdallah Rafik.

Récemment interrogé par La Gazette des Comores, le directeur de cabinet du ministère de l’Urbanisme et des Infrastructures, Abdoubacar Ali, avait reconnu l’urgence d’ouvrir de nouvelles voies routières pour désengorger la circulation. « Il y a les routes secondaires dans divers quartiers de la capitale qu’il faut aménager », avait-il affirmé. Mais les embouteillages sont recensés dans le centre-ville, où il n’y a aucune possibilité d’ouvrir de nouvelles voies.

À la direction des mines, on avait soutenu qu’il fallait mettre en place des panneaux de signalisation et entamer des travaux d’aménagement des carrefours pour essayer de réguler ce secteur très mal en point. Ce projet, avait-on appris, a déjà été soumis à l’Union européenne pour financement.

 

Al-hamdi Abdillah - HZK Presse

Lire la suite

Mariama, la plus jeune et première des officiers marins!

31 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Mariama, la plus jeune et première des officiers marins!

Mariama, la plus jeune et première des officiers marins!Mariama, la plus jeune et première des officiers marins des Comores

 

Agée de 21 ans, cette fille titulaire d’un bac D, a choisi la filière navigation maritime. Issue d’une famille de pêcheurs et marins, « Djama pêche ». Juste après le Bac, cette fille a effectué un stage sur le navire Tratringa avant de s’envoler vers Madagascar. Son certificat en poche, elle est sortante de l’ENEM (école nationale d’enseignement maritime) à Majunga, et samedi prochain elle va regagner les Comores.

Mariama Abdillah Djamalati et Zakir Mohamed

Tel père tel fils, son père, Abdillah Djamati, est un commandant, son grand frère Djassimi est un comandant, tous deux formés à la Réunion, après plusieurs années d’application. Depuis son jeune âge, cette fille s’inspirait des jeux masculins. Mariama Abdillah Djamalati originaire de Mutsamudu à Anjouan, s’est surnommée Cristiano Ronaldo, un nom lui va de droit. Une actrice scénique, chants traditionnels et théâtre. L’une des actrices potentielles du « théâtre N’gomé » de Mutsamudu.

Dans sa famille, elle est la benjamine, mais la plus masculine. Elle aime trop la lecture, et surtout la presse. « J’aime lire La Gazette, c’est un journal qui écrit sans passion et qui ose nous informer, de prêt ou de loin. On m’a appris que la lecture est une université gratuite » a-telle avoué à travers le réseau social, facebook

Mariama Abdillah mène en parallèle deux vies. Amoureuse de la tradition et pratiquante de l’art théâtral, elle devient marin aujourd’hui, elle, qui est musulmane fervente. Et elle d’accepter avec beaucoup de réfraction une photo en uniforme. D’une mère éducatrice et enseignante du Coran, Fatima Bacar, Mariama assurait l’assistance des élèves de sa maman pour la lecture du coran et autres livres coraniques.

Incroyable mais vrai ! Choisir, la flotte tout en étant « Ninja », une double peine dirait-on, ou un savant mélange, entre pratique religieuse en tant que fille et être marin… On aurait appris par un sortant de cette même école, de la même promotion, que la famille Djama avait pour cette phase deux enfants (Zakir Mohamed Djamalati et Mariama Abdillah Djamalati, famille Djama Pêche, ndlr). A noter que Mariama, est la seule et première titulaire d’un Bac, ayant choisi la carrière de marin pour voguer entre les océans. Elle a en poche son certificat PPU (Patron des petites Unités).

Nabil Jaffar

La gazette des Comores

Lire la suite

Le Président de la République a reçu une délégation américaine

30 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Le Président de la République a reçu une délégation américaine


 

Le Président de la République Son Excellence Dr IKILILOU Dhoinine a reçu ce 29 août au Palais de Béit Salam, une délégation américaine composée de M. Thaddeus KONTEK, Premier Conseiller aux Affaires comoriennes à l’Ambassade des Etas-Unies avec résidence à Madagascar et de Desirée M. Suo, en présence des Ministres des Relations Extérieures, de la Défense et du Conseiller privé.

 

La délégation a expliqué qu’elle a été saisie pour une question de traite d’enfants en Union des Comores, raison de sa présence pour enquêter. Elle a déjà rencontré des membres du gouvernement, des organisations non gouvernementales, de la société civile de même que des hommes politiques. M. Kontek a également exprimé le désir du gouvernement américain de renforcer et diversifier sa coopération avec l’Union des Comores pour pérenniser la stabilité à travers les interventions de la Banque Mondiale et le FMI. Il a en outre salué les efforts du Président de la République pour sa détermination à améliorer la vie de ses concitoyens.

Au nom du gouvernement américain, M. Kontek a expliqué que l’Union des Comores reste maître de sa diplomatie, mais qu’il serait prudent de choisir ses partenaires. Pour lui, la France constitue pour les Comores, une porte d’entrée en Europe, et l’Amérique voudrait lui en offrir une autre.

Concernant la paix au Moyen Orient, l’Amérique voudrait voir les Comores faire jouer ses relations pour favoriser le retour de la paix.

Sur la situation sécuritaire dans le sud-ouest de l’Océan Indien, le gouvernement américain se dit disposé à apporter son soutien à travers la Commission de l’Océan Indien.

Après avoir remercié les autorités américaines pour ses encouragements, le Président de la République a expliqué que le gouvernement a reçu ce rapport faisant état de trafic d’enfants. Aussitôt, des mesures ont été prises avec des textes en attente d’approbation au parlement et l’application des sanctions prévues par le code pénal.

Le Président de la République a fait comprendre qu’il est difficile de trouver la limite entre la tradition et l’asservissement. « Il y a des travaux particuliers exercés par les élèves des écoles coraniques durant la semaine, mais cela entre purement dans leur formation pour qu’ils puissent plus tard, se prendre en charge, et nous tous sommes passées par là. Vu de l’extérieur, cela pourrait paraitre incompréhensible pour beaucoup de personnes, mais de l’intérieur, cela est normal » a déclaré le Président de la République.

Dr IKILILOU Dhoinine a réitéré que l’Union des Comores respecte scrupuleusement les conventions qu’elle a signées et ratifiées notamment sur la traite des enfants. Concernant sa vision à mi-mandat, le Président tient à continuer sur sa politique de changements en mettant l’accent sur l’économie sans laquelle, il ne peut y avoir une bonne politique. Il a souligné qu’il y a encore beaucoup de problèmes économiques, politiques, administratifs et même judiciaires dont certains restent insolubles, mais que des textes sont élaborés et que des pays comme le Sénégal et l’île Maurice ont manifesté leur désir de soutenir les Comores, mais n’attendent que l’approbation de l’Assemblée. L’instauration des séminaires s’est avérée bénéfique puisqu’elle assure le suivi de l’action gouvernementale, mais elle a aussi révélé l’impérative nécessite de disposer des planificateurs au niveau des ministères.

Répondant à la question sur la coopération entre les Comores et le reste du monde, le Président de la république a précisé qu’elle est souvent culturelle ou religieuse. Etant membre de l’ONU et de l’UA, l’Union des Comores se conforme aux décisions des ces instances internationales.

Avant de prendre congé de ses hôtes, le Président de la République a manifesté de rencontrer les autorités américaines en marge du sommet des Nations Unies et que M. Kontek a déclaré qu’il va prendre toutes les dispositions pour permettre au Chef de l’Etat, de pouvoir s’entretenir avec les responsables en question.

  

Lire la suite

Comores dans l’attente de « son pétrole »

30 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores dans l’attente de « son pétrole »

Une plateforme pétrolière
Bientôt vingt ans qu’on parle de l’existence « d’immenses réserves en hydrocarbures » aux Comores, mais encore aucune goutte de cet or noir n’a été trouvée. Les Comores auraient pourtant, selon les autorités, une quantité de pétrole supérieure au stock du Qatar.

Voilà plusieurs années que l’union des Comores rêve d’intégrer le cercle des producteurs de pétrole. Les autorités de cet archipel de l’océan indien affirment que les eaux comoriennes regorgent de pétrole. Les différents Présidents comoriens n’ont cessé de l’affirmer, à l’instar du dirigeant actuel, Ikililou Dhoinine. Mais ces affirmations suscitent le flou, puisqu’à ce jour, aucune goutte de pétrole n’a été extraite.

Du pétrole aux Comores ? Ce sont le dirigeants comoriens qui en parlent le mieux. Appuyés par certaines sociétés internationales, dont les compagnies indiennes Oil and Natural Gaz Corp et Oil India Ltd, les autorités comoriennes n’ont pas cessé de proclamer l’existence d’hydrocarbures aux larges des mers comoriennes. Déjà le 20 août 2000 au Maroc, le roi Mohamed VI avait annoncé à qui veut l’entendre : « Nous nous réjouissons (…) de t’annoncer, cher peuple, la bonne nouvelle de la découverte de pétrole et de gaz de bonne qualité et en quantité abondantes, dans la région de Talsint, dans les provinces de l’Oriental, qui nous sont si chères ». Cette information a été remise au goût du jour car, selon certains médias du mardi 27 août 2013, il y aurait une « découverte d’importantes réserves de pétrole dans des eaux au statut non défini par le Maroc et l’Espagne », affirme l’agence de presse chinoise Xinhua. Ce qui contribue à faire douter la population de l’union des Comores qui se positionne aujourd’hui parmi les pays les plus pauvres du monde.

La guerre du pétrole avant l’extraction

C’est l’ex-Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi qui a ouvert les hostilités. Il a maintes fois confirmé la présence accrue de gaz et de pétrole dans les eaux comoriennes. Au courant de l’année 2012, c’est un « contrat pétrolier et gazier » qui a été signé par le Vice-président Mohamed Ali Soilihi (Mamadou) avec la société kenyane, Bahari Resources Limited et Discover Comoros BV. Une signature intervenue sans l’accord de Fouad Mohadji, alors chargé de l’Energie, qui était en déplacement. Le 16 février dernier, Sambi assurait que « des études sismiques faites dans l’archipel en 2011, témoignent bien de la découverte en gaz et pétrole ». Alors qu’il avait éludé la question pendant la durée de son mandat présidentiel.

Et les sociétés pétrolières aussi…

D’après La lettre de l’Océan indien datant du 26 novembre 2012, la société Mozambique Channel Discovery (MCD) avait déposé un recours en arbitrage auprès de la Chambre de commerce internationale (CCI) de Paris contre le gouvernement comorien. En protestation contre l’octroi du fameux contrat d’exploitation gazière et pétrolière à la société kényane, Baharia Ressources Ltd. Et selon des sources citées par l’ex-Président Sambi, des grands majors du pétrole tels que Shell, BP, voire Elf-Total, se seraient portés acquéreurs du dossier. Ce qui constitue « un bon signe ».

La confirmation de l’existence du pétrole aux Comores pourrait susciter un différend entre les trois îles de l’Union des Comores (Ngazidja, Ndzuani et Mwali) et la quatrième île de l’archipel des Comores, Mayotte (aujourd’hui département français). La guerre sur le pétrole aux Comores, est loin d’avoir rendu son verdict.

Afrik.com

Lire la suite

Ahamada Abdallah est à la recherche d'un repère.

29 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Ahamada Abdallah est à la recherche d'un repère.

Ahamada Abdallah est à la recherche d'un repère.

Ahamada Abdallah, ancien ministre de l'interieur, est frustré du fait qu'il n'est pas reconduit à ce même poste. Selon des sources, l'ancien premier flic des Comores, a été éliminé de la liste des membres du gouverement , 30 minutes avant la publication de celle-ci, ce qui signifie qu'il y a un lobbying très puissant à Beit-Salam, le Palais présidentiel de l'Union des Comores.  

 

 Boléro, Mamadou ou encore Mouigni Baraka, chacun de ces  trois mousquetaires du roi Ikikililou, veut peser de tout son poids pour influencer et imposer ses décisions qui ont pu convaincre, à priori, le président de rayer certains noms de la liste à la dernière minute.

 

Le pauvre est aujourd'hui comme ceux qui ont été evincés du pouvoir, à la recherche d'un repère. Il va desormais critiquer, voire remettre en cause ses anciens collegues, avec lesquels, il a defié et pris en otage tout un peuple pendant une longue période. Il va désespérément chercher un micro pour exprimer ses regrets et faire semblant d'aimer son peuple, berf, ça c'est l'art de la politique comme les Grecs ont dit. 

 

 Mais ce qui reste marquant, à mon avis, est quand on voit un des grands acteurs du putsch raté d'avril dernier, se faire tourner en bourrique, à son tour, ça au contraire, ça fait vraiment mal au coeur. Tout ce qui se qui se passe, aujourd'hui, doit nous donner des leçons de morale, comme quoi, on ne doit jamais oublier d'où l'on vient et qui on était puisque rien n'est éternel.

 

Source:  information sans passion 

Lire la suite

Dossar prêt à être entendu par la cour des comptes

29 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

COMORES : Dossar prêt à être entendu par la cour des comptes

COMORES : Dossar prêt à être entendu par la cour des comptes
Dans un entretien qu'il a accordé hier à La Gazette des Comores, Mohamed Bacar Dossar appelle à mettre fin à la polémique née sur la gestion supposée opaque du fonds de la citoyenneté économique. Cet ancien ministre des finances demande à la cour des comptes de se saisir du dossier et dit se mettre à la disposition de cette institution pour plus de clarté sur ce programme censé être l'« arbre à sous » planté par Sambi.

La bataille des chiffres sur le fonds de la citoyenneté économique est loin de connaitre son épilogue. L'ancien ministre des finances Mohamed Bacar Dossar persiste et signe sur l'utilisation par le gouvernement actuel d'une partie des 11 milliards de ces fonds, contrairement à ce que l'actuel vice-président en charge des Finances a laissé entendre au cours d'une émission à la télévision nationale.
 
Si Dossar reconnait que cet argent n'a pas transité dans la banque centrale du pays par des mesures de prudence que cette institution monétaire avait elle-même émises, il confirme néanmoins les 3 milliards des nos francs décaissés par le gouvernement Ikililou pour le financement des travaux routiers engagés avec la société française Colas. Ce représentant du Holding HSS appelle la Cour des comptes, habilitée à enquêter sur une telle affaire à se saisir de ce dossier pour que la lumière soit faite sur la gestion de ce programme. « Je me mets à la disposition de cette institution dans le cas où elle aurait besoin de moi », a-t-il défié.
 
Il suggère par ailleurs à ce que celle-ci convoque chacune des personnalités qui ont eu à gérer le portefeuille des finances pour des explications sur la gestion de cette affaire durant la mandature de chacun. Il vise par là le chef de l'Etat, à l'époque vice-président, l'actuel vice-président et l'ancien ministre des finances, Hassan Hamadi.
 
Dans une conférence de presse organisée mardi dernier par l'AJD, ce bras droit de l'ancien président s'est étonné sur le remous soulevés autour de ce projet censé être une source de financement des projets socio-économiques du pays. Au cours de cette rencontre avec la presse nationale, il s'est laissé aller dans une longue explication, chiffres à l'appui, de la gestion de ce programme. Ce qu'il a encaissé étant ministre des finances correspond à 9,333 milliards fc dans la période de mai 2010 à mai 2011, puis le trou de 5,600 milliards fc (somme non versée par Bashar Kiwan) mais aussi 3,828 milliards fc que le TPG d'alors, qui n'est autre que l'actuel ministre de l'intérieur du pays, aurait justifié son utilisation par l'ancien régime. « Nous sommes partis avec à peu près 42,5% de réalisation de ce programme, ce qui correspond à 29,761 milliards fc », a-t-il fait savoir.
 
Et lui de poursuivre : « j'ai demandé étant à l'époque conseiller d'Ikililou qu'on publie les résultats de ce programme, mais en vain ». Pour rappel, le programme de citoyenneté économique avait prévu de naturaliser 4000 familles bédouines pour 200 millions de dollars. Jusqu'au départ de Sambi, près de 1700 familles ont été naturalisées par l'Etat comorien.
 
Maoulida Mbaé
Lagazette des Comores
Lire la suite

Le syndicat-des-Armateurs-Comoriens-ecrivent-au-ministre-charge-des Transports.

29 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

 

Le-syndicat-des-Armateurs-écrivent-au-ministre public

SYNDICAT DES ARMATEURS COMORIENS
Mutsamudu-Anjouan –UNION DES COMORES




Objet : lettre pétition 


A
Madame le Ministre des Postes et Télécommunications, de la Promotion des Nouvelles Technologies et de la Communication en charge des Transports et du Tourisme
Moroni Union des Comores



Madame le Ministre,

Nous, Syndicat des Armateurs Comoriens (SAC), ayant pris conscience des nouvelles règles applicables aux navires nationaux, vous remercions de l’initiative visant à nous accompagner afin de nous aider à nous remettre dans les normes, particulièrement celle des affaires maritimes d’Anjouan,
Reconnaissons tous les efforts fournis sur ce domaine,
Avons compris les principes fondamentaux en rapport avec la sécurité des navires,
Conscients de la nécessité d’aller de l’avant pour nos intérêts,
Considérant que toute l’économie du pays repose essentiellement du Transport maritime,
Réaffirmons notre disponibilité à chercher ensemble les solutions adéquates en vue de résoudre les difficultés qui nous assaillent,

Cependant, nous aurions souhaité l’accompagnement des autorités compétentes pour également nous faciliter les activités.

Tenant compte du dialogue social , nous sollicitons une rencontre tripartite afin de pouvoir aplanir toutes les difficultés liées à l’exploitation des navires comoriens enregistrés à ce jour avant la mise en application de la note prise par l’ancien ministre, cela va de l’intérêt de tous.


Acceptez, honorable Madame le Ministre, nos respectueuses salutations.

Fait à Mutsamudu, le 24 août 2013

Signés :

- Aboubacar Mourtadhoi SAFINAT II
- Hachim Ahmed Msoili SHISSIWANI
- Nasser Aly SIMACOM
- Abdourahamane Adinane (Boichot) COCONA
- Ahmed Houmadi (Karoi) Bouchralhairi
- Kamardine Abdou BABOU SALAMA
- Plaideau Michel TAWAKAL
- Iles des comores
- Ile de Mohéli
- Masungui
- Ville de SIMA

Lire la suite

L’AJD s’inquiète d’une dérive dictatoriale du pouvoir

28 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

L’AJD s’inquiète d’une dérive dictatoriale du pouvoir

COMORES : L’AJD s’inquiète d’une dérive dictatoriale du pouvoir

COMORES : L’AJD s’inquiète d’une dérive dictatoriale du pouvoir
L’alliance pour la justice et le développement (AJD) redoute une dérive dictatoriale du régime Ikililou. Cette alliance regroupant les tendances politiques soutenant les idées de l’ancien président Sambi l’a fait savoir lors d’une conférence de presse tenue ce mardi dans son quartier général. Une rencontre avec la presse qui s’est transformée en un véritable réquisitoire contre le régime du « relais qui rassure ».
 
Au cours d’une conférence de presse, le secrétaire général de l’AJD dit redouter une dérive dictatoriale du pouvoir Ikililou. Ibrahim Mhoumadi Sidi qui s’est dit complètement choqué par la tournure que prend le nouveau gouvernement avec les récentes décisions prises par les autorités pour la restriction de la liberté de se rassembler. Cet ancien ministre de l’intérieur se réfère à l’interdiction faite au meeting que l’ancien président Sambi a voulu tenir le 18 août dernier à Anjouan, et à la restriction faite à l’endroit des consommateurs des Tics qui ont voulu organiser une marche de protestation contre Comores Télécom suite à la décision de fermer la communication par voix IP.
Autre inquiétude, la mesure prise par le maire de la capitale d’interdire au public la place du café du port qui serait à ses yeux devenu une niche de l’oisiveté. « La liberté de mouvement et de se rassembler est garantie par notre constitution », fait savoir Mhoumadi Sidi. Cet ancien député dit être contrarié pour les explications fournies par les autorités pour interdire le rassemblement de Sambi. « Les arguments avancés étaient fallacieux et mensongers. Il ne s’agit pas d’un arrêté signé par le ministre Barwane, mais plutôt d’un simple communiqué », a-t-il avancé l’air très remonté contre le locataire de Beit-Salam.
Pour Ahmed Barwane après avoir rappelé le même combat mené pour élire le Dr Ikililou, il a ensuite étrillé le chef de l’Etat accusé « d’imposture » et d’avoir « trahi » sa famille politique. Cet ancien entrepreneur pense qu’en politique la traitrise est impardonnable. Les conférenciers n’ont pas distribué uniquement les coups au seul Ikililou, Msaidié y a également eu droit de la part de lieutenants de l’ancien raïs Ahmed Abdallah Sambi.
Mohamed Bacar Dossar avance que la CRC ne peut pas s’ériger en opposant de ce pouvoir, alors qu’elle détient l’équivalence de la primature. « C’est un de ses caciques qui dicte les orientations de la politique du pays à Beit-Salam, vous ne pouvez pas nous dire que vous êtes dans l’opposition », ajoute cet ancien ministre des finances du dernier gouvernement Sambi. Dans cette conférence de presse, il était également question d’éclaircissements sur les fonds de la citoyenneté économique, le projet habitat et le fonds de la fondation Fatmat. L’ancien ministre Dossar s’est longuement expliqué sur ce sujet. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.
 
Maoulida Mbaé
Source (sans la photo) : lagazettedescomores

COMORES: LES DERIVES STALINIENNES CONTINUENT

Après avoir interdit la vente des dvds et CDs du dernier discours du Président Sambi à Volo Volo, le régime Ikililou s’est attaqué ce mardi 27 août 2013 aux citoyens de Moroni. En effet, plusieurs personnes ont été tabassées sans motifs valables au café du port en fin d’après midi. La gendarmerie aurait indiqué que les rassemblements sont dorénavant interdits au niveau du café du port, longtemps connu pour être un "bangwé" de la capitale. Nous ignorons pour l’instant les motivations de la gendarmerie Nationale dirigée par le lieutenant Colonel Rafick, pour interdire ces bangwés qui ont toujours existé dans notre pays. Pour ceux qui avaient des doutes quant aux dérives dictatoriales du régime Ikililou, en voici malheureusement une nouvelle preuve. Espérons que les représentants de nos partis politiques osent dénoncer ces actes malveillants avant qu’il ne soit trop tard…

 

 

 

UN OEIL SUR LES COMORES

Lire la suite

Conférence de presse de l’UPDC

27 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Conférence de presse de l’UPDC


COMORES : Conférence de presse de l’UPDC

Ce dimanche 25 août 2013, soit tout juste une semaine après la sortie médiatique du Président Sambi face à la presse, le parti présidentiel UPDC a tenu une conférence à Mutsamudu. Tour à tour les orateurs ont littéralement insulté l’ancien Chef de l’Etat et  tous ses proches.
Les mots prononcés étant souvent trop violents les télévisions et radios de l’Ile ont catégoriquement refusé de retransmettre ladite conférence. Aucun argument n’a été avancé par le camp UPDC si ce n’est d’estimer que Sambi n’avait pas le droit de parler, comme si la liberté d’expression devait lui être retirée. Mohamed Djaanfar, Distel Ahmed Halidi et le coordonnateur d’Anjouan ont tour à tour insulté sans sourciller l’homme enrubanné. Ces insultes gratuites ont peut-être été alimentées par les sorties complètement ratées du vice-président Nourdine Bourhane à Anjouan ces vendredi et samedi. En effet, vendredi dernier à Dindri, la mosquée de vendredi s’est vidée à l’arrivée du Vice-Président Nourdine bourhane, les gens préférant aller prier ailleurs. Le lendemain, soit le samedi et quelques heures avant son départ (précipité?) d’Anjouan, Monsieur Bourhane qui s’était rendu à Koki s’est fait huer et traité de tous les noms par des notables et des jeunes de la localité. La gendarmerie et la GSHP (garde présidentielle) ont dû intervenir pour secourir Nourdine Bourhane des premiers jets de projectiles qui étaient lancés en sa direction. 

 

 

 

UN OEIL SUR LES COMORES

Lire la suite

Mohamed Ismael est nommé Ambassadeur à Riyad

27 Août 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Mohamed Ismael est nommé Ambassadeur à Riyad

Mohamed Ismael est nommé Ambassadeur à Riyad

Mohamed Ismael, ancien ministre de l’Education nationale, est nommé Ambassadeur de l’Union des Comores à Riyad, au Royaume d’Arabie Saoudite. Le décret portant sa nomination vient d’être signé ce matin à Beit-Salam. Mais la question qui est sur toutes les lèvres est que le secrétaire général du Front démocratique (Fd), un des grands états majors politiques de notre pays,  acceptera-t-il d’être nommé Ambassadeur de l’archipel auprès du Royaume du pétiole, un pays rabe dont il ne parle pas leur lange? Dans 48 heures, le temps répondra à cette question. 

 

Ce qui est normal, un chef d’un grand parti politique d’une grande nation comme la notre ne s’éloigne pas de l’arène politique. Il reste, au contraire, tout près des combats, même si il y a une alliance mutuelle de non agression. Puisqu’il risque de perdre la légitime du parti.

 

Cette nomination confirme la continuité de l’alliance entre Ikililou et le Fd, mais ce qui est sure, Boléro et Mamadou, deux animauxpolitiques qui visent les échancres électorales, ne rigolent pas quant à leur politique de mettre à l’écart tout ce qui peut obstruer le chemin de 2016.

AHMED HASSANI

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>