Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Meeting : L'opposition accentue la pression autour du gouvernement IKI !

1 Mai 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Meeting : L'opposition accentue la pression autour du gouvernement IKI !

Les fédérations de la coalition de l'opposition ( JUWA, PEC, RIDJA, CADIM) appellent à un meeting le 9 mai prochain à Bobigny pour dénoncer le putsch du 4 avril 2015.

Cette date restera pour longtemps dans les manuels d'histoire de notre pays, un jour sombre (4 avril noir) diront certains. Ce jour-là, l'enfant de Djoiezi et son équipe ont donné le coup de grâce à l'avènement de la démocratie dans notre pays. En mal d'avoir une majorité à l'Assemblée Nationale, la coalition gouvernementale composée du parti UPDC, CRC, RADHI et RDC ont pris le parlement en otage et chassé les 3 conseillers anjouanais d'obédience JUWA. Dans ce dessein funeste, en toile de fond il fallait coûte que coûte opérer un holdup à l'Assemblée en vue de prendre le perchoir ; c'est-à-dire organiser dans la précipitation l'élection du président du palais de Hamramba, sous contrôle de l'armée. C'est une première dans le monde qu'un groupe minorité au parlement obtient la présidence de cet auguste Assemblée. Ce qui s'est passé ce jour-là, ce ni plus ni moins qu'un holdup parlementaire. C'est acte antidémocratique venait d'étayer les mascarades électoraux, caractérisés par le vote des morts, des fous, des gens qui vivent actuellement à l'étranger et le saccage des urnes déplorés ici et là, lors de ces dernières élections harmonisées.

A partir de là, la coalition de l'opposition composée du parti JUWA, PEC, RIDJA et CADIM est montée au créneau pour dénoncer tous ces mascarades. Cette révolte les a conduit jusqu'au siège de l'union africaine à Addis-Abeba et l'envoi d'une saisine aux nations unies.

Maintenant, c'est aux tours de la diaspora, c'est-à-dire les fédérations de cette coalition implantées en France qui accentue la pression autour du pouvoir. Pour montrer leur détermination contre cet acte antidémocratique, une manifestation a été organisée devant l'ambassade à Paris et comme fidèle au comportement de ses amis au pouvoir à Moroni, l'ambassadeur des Comores a refusé de recevoir les manifestants ce jour prétextant que son conseiller était absent. Alors est-ce que le 9 avril à Bobigny, cette opposition saura donner de la voix pour se faire entendre, attendons voir !
Mbadakome

Meeting : L'opposition accentue la pression autour du gouvernement IKI !
Lire la suite

REVENUS DE LA CITOYENNETÉ ÉCONOMIQUE : L’ETAT COMORIEN COMPTE SAISIR LES BIENS DE CGH

1 Mai 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

REVENUS DE LA CITOYENNETÉ ÉCONOMIQUE : L’ETAT COMORIEN COMPTE SAISIR LES BIENS DE CGH


FINANCES. Trois huissiers de justice sont appelés à procéder à la saisie des biens de Comoros Gulf Holding (Cgh) et à une vente aux enchères publiques, afin de recouvrer une partie de l’argent que la société de Bashar Kiwan doit au gouvernement comorien.

Enième rebondissement de l’affaire des revenus du Programme de citoyenneté économique : le ministère comorien des Finances publiques compte saisir tous les biens du groupe Comoros Gulf Holding (Cgh) se trouvant sur le territoire national. Après une procédure judiciaire engagée par les autorités comoriennes, la société du franco-syrien Bashar Kiwan a été condamnée par le Tribunal de première instance (Tpi) de Moroni à payer 16 millions de dollars, soit la coquette somme de 7 milliards de francs. Une somme que le groupe Chg refuse de payer, malgré une confirmation de la condamnation par la Cour d’appel. Selon le secrétariat général de la vice-présidence en charge des Finances, cet argent a été «frauduleusement soustrait» par le patron du holding des fonds générés par le programme de vente des passeports comoriens à des étrangers. Trois huissiers de justice sont appelés à procéder à la saisie de ses biens et à une vente aux enchères publiques, afin de recouvrer une partie de cet argent.

Il faut dire qu’une chape de mystère a toujours entouré les revenus issus de ce programme adopté en novembre 2008 dans la plus grande confusion par le parlement comorien. Seuls chiffres jusqu’ici rendus publics de façon officielle : 200 millions de dollars, soit plus de 70 milliards de francs, suite à la vente de passeports comoriens à 560 familles étrangères sur les 4.000 prévues dans le cadre dudit programme. 25 millions de dollars avaient été affectés comme aide budgétaire et 175 millions pour la réalisation de grands projets d’infrastructure. Le 20 juin 2009, un accord avait été signé par le gouvernement comorien et la Société Combined Groupe Contracting Co (K.s.c.c) pour la création de la société «Comoros combined groupe», supposée mener les travaux des infrastructures nationales.

Si une partie de cette manne avait été affectée à certains travaux de construction du réseau routier national et au paiement pendant un certain temps des salaires des fonctionnaires, des sommes importantes se sont volatilisées en cours de chemin vers des destinations qui restent encore à déterminer.

C’est la confusion totale quant au montant exact des revenus du programme. Le 18 août 2013, l’ex-président Ahmed Abdallah Sambi avait déclaré avoir laissé plus de 11 milliards de francs, issus des fonds de la citoyenneté économique, dans les caisses de l’Etat à son départ le 26 mai 2011. La riposte du gouvernement ne s’était pas fait attendre. Les vice-présidents Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane étaient intervenus, le 20 août, à la télévision nationale pour dire, avec des relevés de la Bcc de mai 2011 en guise de preuves, qu’à leur arrivée au pouvoir au mois de mai 2011, ils n’avaient trouvé que 3,137 milliards de fc dans les caisses de l’Etat, dont un milliard en provenance du don japonais.

Dans une conférence de presse au mois de septembre de cette même année, l’actuel ministre de l’Intérieur Houmed Msaïdié, à l’époque leader de l’opposition, avait soutenu, citant «des sources sûres», que le programme de la citoyenneté économique aurait rapporté en 2012 la somme de 29 milliards de francs (lire Al-watwan du 25 septembre 2013).

En octobre 2013, une mission du Fonds monétaire international avait permis de voir un peu plus clair sur la situation des ces revenus. Elle a déclaré que cette manne aurait joué un rôle important dans l’accession des Comores au point d’achèvement de l’Initiative pays pauvres très endettés (Ippte). Le Fmi avait alors donné, année par année, la part des revenus issus du Programme de citoyenneté économique dans le Produit intérieur brut (Pib) de 2009 à 2013 (lire al-watwan du 04 octobre 2013).

Ces dernières années, les passeports comoriens ont été particulièrement vendus aux apatrides connus sous le nom de «Bidouns», très nombreux dans les pays du Golf. Mais, il apparait aujourd’hui que le passeport national serait tombé entre les mains de certains réseaux mafieux et djihadistes. Or, faut-il préciser, la loi adoptée aux Comores exige que «l’acquisition de la citoyenneté économique par décision de l’autorité publique résulte d’une décision accordée à la demande d’une personne majeure ayant la qualité de partenaire économique du gouvernement des Comores». En octobre 2013, le démantèlement d’un réseau de vente illicite de passeports comoriens, dont le préjudice avoisinait les 2,100 milliards de francs (le directeur national de la sûreté du territoire de l’époque a été cité) a confirmé encore une fois le caractère opaque de la vente de ces passeports.

Enfin ce programme quinquennal a-t-il été ou va-t-il être reconduit par le gouvernement ? Plusieurs projets d’abrogation du programme de citoyenneté ont été proposés lors de la précédente législature, en vain. Dans une interview en mars dernier dans nos colonnes, le vice-président en charge des Finances, Mohamed Ali Soilihi, avait soutenu que «le programme a connu une chute depuis un an et demie».

Kamardine Soulé

REVENUS DE LA CITOYENNETÉ ÉCONOMIQUE : L’ETAT COMORIEN COMPTE SAISIR LES BIENS DE CGH
Lire la suite

SAMBI IKILILOU ABOU ACHRAF OBSERVEZ LES CONSEQUENCES DE LA VENTE DE LA NATIONALITE COMORIENNE

30 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

SAMBI IKILILOU ABOU ACHRAF OBSERVEZ LES CONSEQUENCES DE LA VENTE DE LA NATIONALITE COMORIENNE





Un Bédouin titulaire d'un passeport comorien expulsé vers Moroni .Un ressortissant irakien se retrouve actuellement sous surveillance à la Direction nationale de la sûreté du territoire (Dnst) depuis un mois et demi.

Hassane El-kaambi a été arrêté à Dubaï pour situation irrégulière.

A en croire le principal intéressé, les autorités émiraties ont décidé de l'expulser vers son pays d'origine....les Comores.

Hassane El-kaambi, la cinquantaine bien entamée, est titulaire d'un passeport comorien. «Je l'ai acheté à l'ambassade des Comores à Abu Dhabi en 2012 après avoir attendu deux ans pour l'obtenir», explique t-
il, assis dans la cour de la Dnst où Al-watwan a réussi à recueillir son témoignage.

Interrogé sur le sujet, les autorités compétentes n'ont pas souhaité réagir.

Hassane El-kaambi est un bédouin des Émirats arabes unis qui se dit originaire d'Irak . Il décrit les conditions difficiles dans lesquelles il vit.

«On a saisi mon passeport, on ne me permet pas de communiquer avec l'extérieur, on ne me dit rien depuis que je suis là et je n'ai aucun centime sur moi», se plaint-il.

Selon lui, la légalité de son document de voyage n'est pas remise en cause puisque «mon dossier a été retrouvé dans les archives de la Dnst», explique-t-il.

Pour rappel, une information judiciaire est ouverte depuis octobre 2013 sur les ventes illégales de passeports et quatre anciens agents de la Dnst sont poursuivis.

Le parquet de la République a aussi émis un mandat d'arrêt international contre l'ancien ambassadeur à Abu Dhabi , Zoubeir Ahmed Soufiane. Abdallah Mzembaba et Cheha Ali SURETE DU TERRITOIRE.

Une information judiciaire est ouverte depuis octobre 2013 sur les ventes illégales de passeports et quatre anciens agents de la Dnst sont poursuivis.

Le parquet de la République a aussi émis un mandat d'arrêt international contre l'ancien ambassadeur à Abu Dhabi .

chamssidine
ozezlevraischangement.wordpress

SAMBI IKILILOU ABOU ACHRAF OBSERVEZ LES CONSEQUENCES DE LA VENTE DE LA NATIONALITE COMORIENNE
SAMBI IKILILOU ABOU ACHRAF OBSERVEZ LES CONSEQUENCES DE LA VENTE DE LA NATIONALITE COMORIENNE
Lire la suite

Un nouveau Gouvernement pourquoi faire ?

30 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Un nouveau Gouvernement pourquoi faire ?

La population Comorienne, la classe Politique, les Sages, pensaient avoir tout vu dans le genre des fruits verts et pas murs! Non, le fameux Dr Ikililou Dhoinine, le roi des erreurs politiques qui font croire à des gags de très mauvais goût, le Vizir qui voulut être Sultan, vient de démarrer un cycle infernal, qui nous promet de sérieuses secousses dans l'opinion. Le régime du DR Ikililou Dhoinine ne manque pas une occasion de nous ramener à notre triste et infâme réalité. Aujourd'hui, nous pourrions croire que nous sommes victimes du mauvais sort, d'une malédiction millénaire qui n'a eue de cesse de détruire notre bien être, notre unité et notre Patrie.!

Soyons clairs, notre situation n'a rien d' un mauvais sort, non, c'est la continuation des agissements de quelques uns qui pensent avoir le droit de tout faire, de ces gens qui ont un semblant de pouvoir, que veulent bien leur prêter les vrais maîtres du Pouvoir : l'Armée et les Forces de l'Ordre, en échange de quelques subsides distribués .Mon ami Kamal Saindou, journaliste de talent et qui sait manier la plume a écrit dernièrement dans le Blog de" RidjaCenter Blog" une vérité des écrits saints, qui ressemble à une vérité de La Palisse: "On a les dirigeants que l'on mérite"!

Certes, mais voyez-vous avec notre cher Dr Ikililou DHOININE, on atteint le bouquet, on a les gens que l'on n'a pas voulu, que l'on a pas choisi! Dans le cas du DR Ikililou Dhoinine, vous conviendrez que cet homme n'a jamais reçu l'onction du suffrage universel.Imaginez mes chers amis,tout simplement, parce-qu’il s'est trouvé au bon endroit, au bon moment pour bénéficier d'un effet d'aubaine et tirer profit d'unconcours de circonstances qu'il s'est vu propulser à la tête de l'Etat Comorien.!

Ce croyant, du moins par ses actes publics, aurait dû louer l'éternel en guise de reconnaissance, faire le serment de faire de bonnes actions, pour trancher avec ce qu'avez connu les Comores depuis plus de 40 années! Lui et sa clique,n'avaient aucune contrainte politique, aucune obligation morale,ils auraient pu œuvrer pour une concorde nationale, terminer l'action pour une réconciliation de toute la classe politique, afin d’œuvrer pour le bien être de la Population, hé bien NON! ils ont au contraire créer des rivalités qui n’existaient pas, approfondies celles qui existaient. Imaginons un peu si cet homme et sa clique avaient pu faire aboutir un nouveau pacte social qui aurait engagé l'Etat et le Peuple pour les décennies à venir. Comme ils auraient pu , en faisant preuve d'audace et de courage, s'attaquer aux lourds et brûlants dossiers de la corruption qui imprègnent toute la classe politique et l'administration, montrer leur volonté d'éradiquer ce fléau, qui mine l'économie nationale et compromet sérieusement toutes perspectives de développement du Pays. En créant une Brigade financière indépendante rattachée aux Instances Judiciaires,pour mettre à jour et punir sévèrement tous les actes illicites relevant des détournements de deniers publics.

Lancer des réformes nécessaires pour une gestion harmonieuse de l'Etat. Non, il semble acquis maintenant que le système judiciaire est en grande partie, aux ordres,d'un Pouvoir qui voyant que ses agissements ne trouvent que très souvent colère et opposition, mais nous savons tous qu'il y a dans toute l'Administration ces Grands serviteurs de l'Etat, qui chacun à leur place, effectuent au mieux leur travail, ce sont ces Gens là qu'il faut aider et leur promettre qu'un jour prochain, le Peuple leur donnera la possibilité de faire leur travail en pleine lumière et devant des Citoyens qui sauront leur dire:"MERCI".

Le Dr Ikililou Dhoinine n'étant pas un homme d'appareil mais un produit de la Société Civile, il était le mieux placé et le plus indiqué pour mener une politique d'assainissement et créer les conditions d'une recomposition de la grande famille politique, éliminer ces partis toxiques qui n'ont aucune utilité pour la grandeur du Pays mais par contre sachant jouer de l'opportunisme de quelques grands Gourous, corrompus, mafieux et voulant avant tout le Pouvoir pour s'enrichir. Ils auraient pu placer son quinquennat sous le signe de la réforme de la Santé publique en y consacrant les moyens pour rénover, le système sanitaire désuet, en lui apportant un équipement adéquat, moderne et performant, lui dont c'est la Vocation, demander au Corps médical ce qu'il pense du Dr Ikililou Dhoinine, homme qui a embrassé cette profession !

Bref, que d'actions manquées, de rendez-vous avec le peuple manqué, des espoirs brisés, d'autant plus qu'il avait des leviers pour agir, or il a choisi de rester dans cette béatitude idiote et non conforme au poste qu'il occupait,il s'est contenté de vivre dans ce cocon que ses prédécesseurs avaient tissés dans le but d'assouvir des desseins funestes, enrichissement rapide par le biais d'un Cabinet noir, piloté à distance à partir de la Présidence de la République, vous voulez une preuve, demandez un audit sur toutes les Sociétés d'Etat, vous comprendrez alors qu'en fait elles servent de pompe à frics, telle une pieuvre.

Son quinquennat est à mettre à pertes et profits pour le Pays.Il pourra être fier d'être le Président le plus pitoyable, le plus minable et le plus néfaste de notre génération. Le Dr Ikililou vient pour la énième fois de changer de gouvernement tout en abordant la dernière ligne droite de son mandat, où de fortes turbulences et actes anti-constitutionnels à la suite des élections municipales et législatives dernières. Une majorité qui s'est construite dans la douleur et qui joue de l'illusion,les basses manœuvres, la trahison et maintenant ce qui est nouveau une nouvelle variante de chantage en semant le chaos dans les hautes sphères de l'Etat.

Un nouveau Gouvernement pourquoi faire?

Nous voulons connaître la feuille de route de la nouvelle équipe gouvernementale, car il nous semble que sa mobilisation sent une pré-campagne pour les élections de 2016. Après avoir détouné les élections municipales pour s'emparer de la mairie de la Capitale, sans majorité, en même temps il mettait à mal les législatives, confisquait la Présidence de l'Assemblée, avec une majorité étriquée,illisible difficilement qualifiable, voilà qu'ils s'apprêtent avec la même fougue et la même détermination à torpiller les présidentielles de 2016 ; le dispositif gouvernemental mis en place ce 27 avril 2015 n'a qu'un seul objectif: empêcher par tous les moyens l'opposition républicaine de gagner les élections et faire obstruction à l'alternance démocratique.


Oui, chers compatriotes une fois encore notre démocratie est mise à mal! prise en otage, mise aux arrêts, ligotée,impuissante et sans conséquence pour le bien du Peuple.Sachez tout de même, Monsieur Le Président que cela, s'appelle délit, abus de position dominante et que le peuple ne peut pas demeurer indéfiniment un exutoire des régimes tel que le vôtre, le soufre douleur de ses dirigeants,la tête de turc des potentats!Les larmes versées par la population, le cri de cette jeunesse qui ne sait plus où est son avenir, sont la marque incommensurable de tous les espoirs perdus mais aussi et surtout, c'est l'expression indéniable de son indicible amour à l'endroit de la Mère Patrie , la Gloire d'un Peuple.

Une chose est certaine, cher Président,la réprobation,la grogne qui montent et qui gagnent du terrain, va prochainement déborder pas dans la folie mais dans une action populaire , un peu comme l'a si bien fait Martin Luther King aux USA, Et voyez-vous nous faisons le pari, que cetanniversaire des 40 années de la prise de pouvoir de Ali SOIHILI, sera le jour où la jeunesse vous dira STOP et malheur à vous si vous mettez vos troupes à combattre ce qui ne doit pas l'être : la Justice, l'envie de travailler, d'apprendre, de VIVRE et celà Monsieur c'est l'atout de la PAIX, de la DEMOCRATIE et du BONHEUR!

KAMAL ABDALLAH
PORTE PAROLE DU COLLECTIF POUR LA DÉFENSE DE LA DÉMOCRATIE AUX COMOR
ES

Un nouveau Gouvernement pourquoi faire ?
Un nouveau Gouvernement pourquoi faire ?
Lire la suite

Ikililou III : On reprend presque les mêmes et on recommence

29 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Ikililou III : On reprend presque les mêmes et on recommence

DECRYPTAGE. Fidèle parmi les fidèles du président Ikililou, le ministre sortant de l’Education nationale, Abdoulkarim Mohamed, hérite du ministère stratégique des Relations extérieures et de la Coopération. Fini donc ses prises de bec avec le syndicat des enseignants et les élèves du secteur public. Annoncé au départ au ministère des Finances, il s’est vu finalement confier la charge de conduire la diplomatie comorienne, l’un des domaines réservés du chef de l’Etat.


Le gouvernement Ikililou III a enfin été rendu public avant-hier, tard dans la soirée. Il a fallu près de deux mois de négociations serrées entre les différentes formations qui composent la majorité présidentielle pour qu’enfin la nouvelle équipe gouvernementale puisse être formée.

L’échéance des élections présidentielles a sans doute pesé dans la constitution de ce gouvernement. Et le vice-président Mohamed Ali Soilihi semble avoir réussi à convaincre le chef de l’Etat de l’urgence d’isoler ses adversaires potentiels.

Les trois vice-présidents gardent leurs traditionnels portefeuilles. Mohamed Ali Soilih, un moment pressenti à l’Energie pour poursuivre les négociations sur l’exploration pétrolière, garde les mêmes départements ministériels (finances, économie, budget, investissement, commerce extérieur et privatisation).

Fouad Mohadji est confirmé au ministère de la Santé, de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Promotion du genre. Réputé proche de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi, il entretient des rapports pas toujours apaisés avec Beit-salam, qui a fait du leader du parti Juwa l’une de ses bêtes noires. Le troisième vice-président, Nourdine Bourhane, garde les mêmes prérogatives au ministère de l’Aménagement du territoire, des Infrastructures, de l’Urbanisme et de l’Habitat.

Fidèle parmi les fidèles du président Ikililou, le ministre sortant de l’Education nationale, Abdoulkarim Mohamed, qui vient de céder son siège de député à son suppléant, hérite du ministère des Relations extérieures et de la Coopération. Fini donc ses prises de bec avec le syndicat des enseignants et les élèves du secteur public. Annoncé au départ au ministère des Finances, il s’est vu finalement confier la charge de conduire la diplomatie comorienne, l’un des domaines réservés du chef de l’Etat.



Le ministère des Postes et Télécommunications reste toujours entre les mains de Mme Bahiat Massoundi. Malgré ses couacs, dont le dernier en date remonte au début de ce mois d’avril quand il a cloué au sol un appareil d’Inter-Iles pour avoir eu l’insolence de décoller sans elle à bord, elle garde toujours la haute main sur ce département très stratégique.



Le nouveau Garde des Sceaux et ministre de la Justice fait son entrée dans le marigot politique des Comores. Mohamed El-Had Abbas, puisqu’il s’agit de lui, fait partie de l’entourage du vice-président Mohamed Ali Soilihi. La nomination de cet ancien dircab au ministère de l’Intérieur, originaire de Moroni, est le signe de l’isolement du parti Orange, qui avait jusqu’ici donné le dernier mot sur le ministère de la capitale.


Le ministère de l’Education nationale, de la Recherche, de la Culture, des Arts, chargé de la Jeunesse et des Sports, presque boudé par les partis en raison des grèves à répétition dans le secteur éducatif, revient à un enseignant de philosophie, Attoumani Ali.



Mme Siti Kassim cède le ministère de l’Emploi, du Travail et de la Formation professionnelle à l’ancien directeur du protocole à la présidence de la République, Darousse Allaoui. Elle occupe désormais le portefeuille tant envié de la Production, de l’Environnement, de l’Energie, de l’Industrie et de l’Artisanat.



L’entrée de Houmed Msaïdié, leader du parti Radhi, dans ce nouveau gouvernement, est sans doute un événement politique majeur. Il est chargé du ministère de l’Intérieur, de l’Information, de la Décentralisation, chargé des relations avec les Institutions et occupe les fonctions de porte-parole du gouvernement. Il doit notamment accélérer le projet du vote de la diaspora en France où réside une grande partie de l’électorat comorien.



En entrant au gouvernement, Radhi fait d’une pierre deux coups : non seulement il occupe l’un des départements ministériels les plus importants, mais la nomination d’Abdoulkarim Mohamed au Mirex lui offre l’opportunité de compter un second député à l’hémicycle.


La rentrée tant annoncée de la Crc (Convention pour le renouveau des Comores) au gouvernement ne s’est pas réalisée. Le choix de Hamidou Karihila, annoncé au ministère des Relations extérieures (et dont la proximité avec les réseaux saoudiens devaient contrecarrer les visées de Sambi), semble n’avoir pas convaincu. Le président Azali lui-même ne voyait pas d’un très bon œil une participation de la Crc au gouvernement, à un an de l’échéance présidentielle. Mais les militants de la Crc l’avaient convaincu du contraire.


Deux autres formations sont laissées sur le carreau : le Rdc (Rassemblement démocratique des Comores) du gouverneur Mouigni Baraka et Orange. Le partage des postes de direction dans certaines sociétés d’Etat pourrait donner lieu à un match très serré entre les autres partis de la mouvance présidentielle.



Ahmed Ali Amir

Alwatwan

Gouvernement de l’Union : Qui sont les nouvelles têtes ?   PRESENTATION. Des dix ministres du troisième gouvernement d’Ikililou Dhoinine, trois des quatre nouveaux entrants ne sont pas connus du grand public : Darousse Allaoui, Attoumani Ali et Mohamed El-Had Abbas.   Quatre nouvelles têtes font leur entrée au gouvernement Ikililou III, mais seul un d’entre eux n’est pas à présenter. Houmed Msaidié, puisqu’il s’agit de lui, le leader du parti Radhi a occupé, à plusieurs reprises, des portefeuilles ministériels et hautes fonctions de l’Etat au cours de ce dernier quart de siècle.  Le nouveau Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Mohamed El-Had Abbas, originaire de Moroni, est titulaire d’une licence en Gestion des entreprises, obtenue à Antananarivo (Madagascar). Entré dans l’administration en 2001, au sein la Commission de vérification des comptes (Cvc), le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives a été le directeur de cabinet d’Abou Oubeid, au ministère des Finances sous le régime d’Azali Assoumani. Il a aussi dirigé le cabinet de Mouzawar Abdallah, président de la Cour constitutionnelle à la fin des années 2000, puis reconduit au même poste sous la présidence du colonel Abdourazak Abdoulhamid.  Après l’élection d’Ikililou Dhoinine à la magistrature suprême, Mohamed El-Had Abbas a été nommé directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Hamada Abdallah. Poste qu’il occupera jusqu’au départ de ce dernier en juillet 2013. Avant sa nomination au poste de ministre de la Justice, il était le directeur administratif du Bureau géologique des Comores.  Le nouveau ministre de l’Emploi, du Travail, de la Formation professionnelle et de l’Entreprenariat féminin, Darousse Allaoui a plus de vingt ans de carrière derrière lui. Né à Fomboni (Mwali), ce père de quatre enfants est odontologue de formation. Il a effectué ses études à l’Ecole nationale de technicien supérieur du Sénégal. Deux ans après son retour au pays, il a occupé les fonctions de directeur général de la Chambre de commerce de Mwali et point focal du projet Centre d’appui au secteur privé. De 1995 à 1998, il a travaillé au Centre médical urbain de Moroni. Ce n’est qu’en 1999 que le nouveau ministre entre dans la vie politique en occupant le poste de directeur de cabinet de Charif Mhadji, alors ministre de la Fop.  En 2000-2001, il a dirigé le cabinet du ministre de l’Education. Puis en 2006, alors vice-président, Ikililou Dhoinine le nomme chef de son cabinet. De 2009 à 2010, le vice-président change de département et s’installe au ministère des Finances sans se départir des services de son fidèle ami. Au début du mandat présidentiel de l’actuel chef de l’Etat, le successeur de Siti Kassim au ministère de l’Emploi a été nommé conseiller privé du chef de l’Etat. Poste qu’il occupera durant un an avant d’être désigné directeur du protocole de la présidence. Il y restera jusqu’à sa nomination lundi soir à la tête du ministère de l’Emploi.  Grand inconnu du troisième gouvernement d’Ikililou Dhoinine, Attoumani Ali, plus connu sous le surnom de Mitterrand, est titulaire d’un Dea (Diplôme d’études approfondies) en Philosophie (Université de Tuléar, Madagascar). Agé de trente-neuf ans et père de cinq enfants, il est, depuis son retour aux Comores, enseignant au lycée de Domoni et dans des établissements privés à Ndzuani. Un parcours dans l’enseignement qu’il devra mettre entre parenthèse pour s’occuper pleinement de son poste de ministre, surtout en ces temps de grève et à l’approche des examens nationaux. Du pain sur la planche !  Abdallah Mzembaba Alwatwan

Gouvernement de l’Union : Qui sont les nouvelles têtes ? PRESENTATION. Des dix ministres du troisième gouvernement d’Ikililou Dhoinine, trois des quatre nouveaux entrants ne sont pas connus du grand public : Darousse Allaoui, Attoumani Ali et Mohamed El-Had Abbas. Quatre nouvelles têtes font leur entrée au gouvernement Ikililou III, mais seul un d’entre eux n’est pas à présenter. Houmed Msaidié, puisqu’il s’agit de lui, le leader du parti Radhi a occupé, à plusieurs reprises, des portefeuilles ministériels et hautes fonctions de l’Etat au cours de ce dernier quart de siècle. Le nouveau Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Mohamed El-Had Abbas, originaire de Moroni, est titulaire d’une licence en Gestion des entreprises, obtenue à Antananarivo (Madagascar). Entré dans l’administration en 2001, au sein la Commission de vérification des comptes (Cvc), le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives a été le directeur de cabinet d’Abou Oubeid, au ministère des Finances sous le régime d’Azali Assoumani. Il a aussi dirigé le cabinet de Mouzawar Abdallah, président de la Cour constitutionnelle à la fin des années 2000, puis reconduit au même poste sous la présidence du colonel Abdourazak Abdoulhamid. Après l’élection d’Ikililou Dhoinine à la magistrature suprême, Mohamed El-Had Abbas a été nommé directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Hamada Abdallah. Poste qu’il occupera jusqu’au départ de ce dernier en juillet 2013. Avant sa nomination au poste de ministre de la Justice, il était le directeur administratif du Bureau géologique des Comores. Le nouveau ministre de l’Emploi, du Travail, de la Formation professionnelle et de l’Entreprenariat féminin, Darousse Allaoui a plus de vingt ans de carrière derrière lui. Né à Fomboni (Mwali), ce père de quatre enfants est odontologue de formation. Il a effectué ses études à l’Ecole nationale de technicien supérieur du Sénégal. Deux ans après son retour au pays, il a occupé les fonctions de directeur général de la Chambre de commerce de Mwali et point focal du projet Centre d’appui au secteur privé. De 1995 à 1998, il a travaillé au Centre médical urbain de Moroni. Ce n’est qu’en 1999 que le nouveau ministre entre dans la vie politique en occupant le poste de directeur de cabinet de Charif Mhadji, alors ministre de la Fop. En 2000-2001, il a dirigé le cabinet du ministre de l’Education. Puis en 2006, alors vice-président, Ikililou Dhoinine le nomme chef de son cabinet. De 2009 à 2010, le vice-président change de département et s’installe au ministère des Finances sans se départir des services de son fidèle ami. Au début du mandat présidentiel de l’actuel chef de l’Etat, le successeur de Siti Kassim au ministère de l’Emploi a été nommé conseiller privé du chef de l’Etat. Poste qu’il occupera durant un an avant d’être désigné directeur du protocole de la présidence. Il y restera jusqu’à sa nomination lundi soir à la tête du ministère de l’Emploi. Grand inconnu du troisième gouvernement d’Ikililou Dhoinine, Attoumani Ali, plus connu sous le surnom de Mitterrand, est titulaire d’un Dea (Diplôme d’études approfondies) en Philosophie (Université de Tuléar, Madagascar). Agé de trente-neuf ans et père de cinq enfants, il est, depuis son retour aux Comores, enseignant au lycée de Domoni et dans des établissements privés à Ndzuani. Un parcours dans l’enseignement qu’il devra mettre entre parenthèse pour s’occuper pleinement de son poste de ministre, surtout en ces temps de grève et à l’approche des examens nationaux. Du pain sur la planche ! Abdallah Mzembaba Alwatwan

Lire la suite

Le mandat du Président Ikililou prendra t-il fin le 06 Mai 2015 , dans 8 jours ?

29 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Le mandat du Président Ikililou prendra t-il fin le 06 Mai 2015 , dans 8 jours ?

L'ACCORD-CADRE DE RECONCILIATION NATIONALE DE FOMBONI qui avait été signé par le Gouvernement comorien, les Autorités anjouanaises , l'Opposition nationale et la société civile du pays, sous les auspices de l'Organisation de l'Unité Africaine appuyée par l'Organisation internationale de la Francophonie et l'Union Européenne, et en présence de la Ligue des Etats Arabes et de l'Organisation des Nation Unies , le document signé à Mohéli le samedi 17 février 2001 .

Cet accord repose sur trois principes fondamentaux , à savoir une présidence Tournante pour une période transitoire de douze ans , soit un Mandat de quatre ans par Ile, une large Autonomie des Iles et la promotion de l'Etat de droit, de la Démocratie et de la bonne Gouvernance.

Alors le mandat du président Ikililou finira t-il ce 06 Mai 2015 , dans 08 jours ? C'est la question que tout expert en droit se pose !

Affaire à suivre ...

F.N

Le mandat du Président Ikililou prendra t-il fin le 06 Mai 2015 , dans 8 jours ?
Lire la suite

Le gouvernement IKI 3 est arrivé: Ouf que c'était long !

29 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Le gouvernement IKI 3 est arrivé: Ouf que c'était long !


Dans ce cru gouvernemental n°3 au goût msaïdien et bolerien, obtenu après un long macérage de 4 jours , IKI et Mamadou ne semblent pas vaciller après la première gorgée, la preuves les vice-présidents sont restés à leurs postes : Mamadou aux finances, Nourdines BOURHANE à l'aménagement du territoire, Fouadi MHADJI purge toujours sa punition à la santé et Mr BOLERO, l'autre VP de maman HALOUOI est resté toujours le chef d'atelier.

-Houmed Msaidié ministre de l'intérieur et porte parole du gouvernement. -Abbas Mohamed Elhad garde des sceaux, ministre de la justice. -Sitti Kassim ministre de la production. -Abdoulkarim ministre des affaires étrangères. -Bahia Massoundi ministre des transports du tourisme et des telecoms. -Daroussi (protocole) ministre de l'emploi. -Attoumane Ali ministre de l'éducation. .
En vérité dans cette nouvelle équipe on ne voit pas des changements notables hormis la nomination de Mr MSAIDIE au ministère de l'intérieur et porte-parole du gouvernement. On voit bien qu'IKI et Mamadou sont restés ancrés dans la démocratie nobiliaire (yezi yaki na mdji) , en nommant à ce poste celui à même de donner de la voix. Le pire est à craindre avec MSAIDIE à l'intérieur car cee sont les fondements de la démocratie qui en pâtiront dans les jours et mois à venir. En tout cas, une chose est sûre, en acceptant ce porte-feuille ministériel, H.MSAIDIE vient d'enterrer son nourrisson parti RDHI, ce qui donne à Mr ALI Hadji libre cour de savourer sa victoire personnelle et sa liberté de mouvement.

Deuxième point, le pouvoir du DIRCAB est renforcé avec deux grands ministères, la défense et le MIREX, car nous connaissons les talents de diplomate de l'ancien ministre de l'éducation, Mr ABDOULKARIM. Déjà avec l'ancien ministre Elanrif, les relations étaient tendues avec BOLERO et je vous laisse imagine comment ça va être avec le nouveau. En tout cas l'ascension de la promotion copinage fait son chemin.
En effet cette nouvelle équipe commando a pour mission d'empêcher la candidature de l'homme au KIAMBA aux prochaines élections présidentielles et de garder le contrôle des affaires extérieures.
Le cru bolerien-msaïdien est à consommer avec modération !
Mbadakome


Dans ce cru gouvernemental n°3 au goût msaïdien et bolerien, obtenu après un long macérage de 4 jours , IKI et Mamadou ne semblent pas vaciller après la première gorgée, la preuves les vice-présidents sont restés à leurs postes : Mamadou aux finances, Nourdines BOURHANE à l'aménagement du territoire, Fouadi MHADJI purge toujours sa punition à la santé et Mr BOLERO, l'autre VP de maman HALOUOI est resté toujours le chef d'atelier.

-Houmed Msaidié ministre de l'intérieur et porte parole du gouvernement. -Abbas Mohamed Elhad garde des sceaux, ministre de la justice. -Sitti Kassim ministre de la production. -Abdoulkarim ministre des affaires étrangères. -Bahia Massoundi ministre des transports du tourisme et des telecoms. -Daroussi (protocole) ministre de l'emploi. -Attoumane Ali ministre de l'éducation. .
En vérité dans cette nouvelle équipe on ne voit pas des changements notables hormis la nomination de Mr MSAIDIE au ministère de l'intérieur et porte-parole du gouvernement. On voit bien qu'IKI et Mamadou sont restés ancrés dans la démocratie nobiliaire (yezi yaki na mdji) , en nommant à ce poste celui à même de donner de la voix. Le pire est à craindre avec MSAIDIE à l'intérieur car cee sont les fondements de la démocratie qui en pâtiront dans les jours et mois à venir. En tout cas, une chose est sûre, en acceptant ce porte-feuille ministériel, H.MSAIDIE vient d'enterrer son nourrisson parti RDHI, ce qui donne à Mr ALI Hadji libre cour de savourer sa victoire personnelle et sa liberté de mouvement.

Deuxième point, le pouvoir du DIRCAB est renforcé avec deux grands ministères, la défense et le MIREX, car nous connaissons les talents de diplomate de l'ancien ministre de l'éducation, Mr ABDOULKARIM. Déjà avec l'ancien ministre Elanrif, les relations étaient tendues avec BOLERO et je vous laisse imagine comment ça va être avec le nouveau. En tout cas l'ascension de la promotion copinage fait son chemin.
En effet cette nouvelle équipe commando a pour mission d'empêcher la candidature de l'homme au KIAMBA aux prochaines élections présidentielles et de garder le contrôle des affaires extérieures.
Le cru bolerien-msaïdien est à consommer avec modération !
Mbadakome

Le gouvernement IKI 3 est arrivé: Ouf que c'était long !
Lire la suite

GOUVERNEMENT IKILILOU 3 : CRC HORS JEUX

28 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

GOUVERNEMENT IKILILOU 3 : CRC HORS JEUX

Mohamed Ali Soilihi, Vice Président en charge des finances.

  • Nourdine Bourhane, Vice Président en charge de l'aménagement du territoire.
  • Fouad Mhadji, Vice Président en charge de la santé.
  • Houmed Msaidié, ministre de l'intérieur de l'information, de la décentralisation, chargé des relations avec les institutions, porte parole du gouvernement.
  • Abbas Mohamed El-Had, garde des sceaux, ministre de la justice.
  • Sitti Kassim, ministre de la production.
  • Abdoulkarim Mohamed, ministre des affaires étrangères ( MIREX).
  • Bahia Massoundi, ministre des transports, du tourisme et des télécoms.
  • Idarousse ALLAOUI, ministre de l'emploi.
  • Attoumane Ali, ministre de l'éducation.
  • Hamada Madi Bolero, directeur de cabinet du président en charge de la défense.
GOUVERNEMENT IKILILOU 3 : CRC  HORS JEUX
GOUVERNEMENT IKILILOU 3 : CRC  HORS JEUX
GOUVERNEMENT IKILILOU 3 : CRC  HORS JEUX
Lire la suite

Le remaniement ministériel est imminent!

28 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Le remaniement ministériel est imminent!

Le remaniement du gouvernement Ikililou Dhoinine 3 devrait être connu d'ici la fin de la journée. Il sera officialisé ce soir, au plus tard demain.

Le retard de cette annonce était dû à une guéguerre entre le chef de l'état et son vice-président Nourdine Bourhane qui s'opposait au nom d'un nouveau ministre.

Des postes de ministres délégués vont être annoncés afin de satisfaire quelques alliés politiques.

L'ossature gouvernemental ne changera pas énormement car on change pas une équipe qui perd.

Comoresactualites.centerblog.net

Le remaniement ministériel est imminent!
Lire la suite

VOTRE GOUVERNEMENT EST MAUVAIS

27 Avril 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

VOTRE GOUVERNEMENT EST MAUVAIS

" Comprenez donc mon scepticisme. D'autant que votre équipe ne semble pas à la hauteur de l'épreuve. Votre gouvernement est mauvais. Un mauvais qui ne nous évite pas du pire. Je ne sais pas si vous aussi serez trahi, mais mal entouré, c'est sûr. J'imagine les embarras qui pourraient être les vôtres face à des imprévus autrement plus délicats. On n'improvise pas quand se joue l'intérêt général. Le pays n'a que trop pâti des guides aveugles.

Monsieur le Président,

L'exercice du pouvoir, ce sentiment soudain de puissance produit de drôles d'effets. Les ors, les honneurs, les courbettes et les ovations... font valser bien de balises. On finit par n'affectionner que les miroirs. On s'en fabrique même parfois comme bouclier à nos propres échecs. Je ne saurais trop vous conseiller de garder un bon stock de discernement en réserve, et d'emprunter un chemin de crête semé de cactus, peu accessibles aux convois des «délégations» qui viendront immanquablement vous témoigner de leur «gratitude» et leur «reconnaissance» au bord du précipice...Le vent de la popularité est infidèle. Un rien parfois suffit pour faire l'objet de détestation pour celui qui, hier, était l'idole de tous.

Il vous faudra compter avec le caractère versatile du Comorien, qui peut aimer avec passion et haïr sans raison, passant sans transition de l'avalanche de compliments à l'excès d'opprobre. Adoré puis abhorré. Pour tout vous rassurer, l'impopularité ne viendra pas à pas de chat. Une meute de ricaneurs issus de vos rangs sera bientôt à vos trousses, tandis que d'anciens ennemis, la mémoire bien courte, s'empresseront dans la brèche, afficher leur disponibilité à vous prêter main forte. Il faut plus que de l'audace pour vous arracher –et le pays avec, de ces gangues paralysantes.

Ne vous en prenez pas toujours à la Fortune, et (sacrilège?), n'implorez pas le Tout Puissant pour vous accorder «l'inspiration, l'énergie, et le courage nécessaires» pour assumer votre charge. Ligotez votre cœur. L'intention de bien faire n'est rien sans la volonté de l'imposer, les outils et les ressources qui doivent l'accompagner; sinon, autant semer dans le désert... «Ce sont les actes des hommes et non leurs sentiments qui font l'histoire.» Et l'histoire est tragique Monsieur le Président. »

Aboubakar M'CHANGAMA

Journaliste

VOTRE GOUVERNEMENT EST MAUVAIS
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>