Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Pourquoi la France consigne à ses ressortissants d'éviter l’île d'Anjouan?

31 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Pourquoi la France consigne à ses ressortissants d'éviter l’île d'Anjouan?

Dans une note mise à jour le 30 juillet 2016 que habarizacomores.com a eu connaissance, le Ministère français des Affaires Etrangères dit relever son niveau d'alerte à l'attention de ses ressortissants en ce qui concerne l’île d'Anjouan et a recommandé aux français de surseoir à tout voyage dans cette île jusqu’à nouvel ordre. Pour le Quai d’Orsay, l’île d’Anjouan connait des flambées de violence et que des européens ont été agressés.

La France essaye de manipuler ses ressortissants et donner une mauvaise image aux îles Comores suite à l'offensive de la diplomatie comorienne concernant la participation de l’île comorienne de Mayotte aux jeux des îles qui se déroulent en ce moment à Madagascar. Les sportifs venus de Mayotte participent aux jeux sans le drapeau ni l'hymne français. Aucune violence contre des étrangers n'a été recensée ces derniers temps dans l’île d'Anjouan. ©habarizacomores.com

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Hamada Madi Boléro et Robby le 28 juillet 2016 © Service de Presse de l'Ambassade de France aux Comores

Hamada Madi Boléro et Robby le 28 juillet 2016 © Service de Presse de l'Ambassade de France aux Comores

Lire la suite

Message d'Azali à ses Ministres et Directeurs généraux : " Démissionnez avant d'accuser outils et moyens "

31 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Message d'Azali à ses Ministres et Directeurs généraux : " Démissionnez avant d'accuser outils et moyens "

" Si vous restez en poste, cela prouvera que vous avez les moyens et les outils pour travailler, sinon ? Démissionnez ! ". Azali

Le Président Azali Assoumani a envoyé un message fort aux fonctionnaires comoriens, mais surtout aux membres de son gouvernement, en leur donnant pour instruction de démissionner de leurs postes, s'ils constatent qu'ils n'ont pas ou plus les moyens pour travailler. surtout dit-il " ne restez pas en poste, tout en accusant outils et moyens qui vous empêchent de travailler ". Pour le président Azali, si un ministre, un directeur, ou simplement un fonctionnaire de l'Etat n'a pas les moyens pour travailler, cela veut dire qu'il ne mérite même pas un salaire, puisque l'Etat a devoir de payer celui ou celle qui travaille et non celui qui ne travaille pas faute de moyens.

En attendant qu'il fait jour et que, celui qui constate le manque de moyen dépose sa démission (mais qui osera démissionner ?), le message du président est claire, Azali veut se débarrasser de racines gênantes, qui pouvaient venir demain pour chanter le manque d'outils et moyens comme cause de l’inaction.

Puisque apparemment tout le monde a le moyen pour travailler et, par conséquent, chacun restera a son poste, que les choses sérieuses commencent !

Mrimdu

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Message d'Azali à ses Ministres et Directeurs généraux : " Démissionnez avant d'accuser outils et moyens "
Lire la suite

Discours musclé du chef de l'état!

31 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Discours musclé du chef de l'état!

Son excellence Azali Assoumani, chef de l'état de l'union des Comores se trouve actuellement à Anjouan pour une visite de travail.

Arrivé en début de matinée à Ouani, il a tenu un discours musclé pour une vraie justice afin d'aboutir à un véritable état de droit aux Comores.

Il a clairement signifié à ses interlocuteurs que le temps de l'impunité est révolue.

Certaines personnes présentes ont compris que dans les jours à venir, des lignes dures vont bouger.

Vraisemblablement, ceux qui ont brillé par leurs incompétences ont du soucis à se faire car le colonel vient de siffler la fin de la récréation.

comoresalternances

Discours musclé du chef de l'état!
Lire la suite

Azali s'aligne

30 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Azali s'aligne

Il a haussé le ton en déclarant que "finie l'impunité". Lors de son discours à Ouani ce matin, le chef de l'Etat a fait entendre que "le voleur n'est pas seulement celui qui a volé une chèvre". Il a raison, et on lui fait savoir ce qu'il connait déjà que des grands voleurs sont en libre circulation. Et des malfaiteurs sont partout.

"J'ai gagné en première instance, j'ai regagné encore en deuxième instance. Après quelques jours, un juge m'a informé qu'une autre décision de la première instance que j'avais gagnée déjà me déclare vaincu" un lambda va porter plainte contre ça.

Pas ça seulement, des grands voleurs sont en libre circulation. On commence par où ?

Mais est-ce qu'Azali qui a dit que le shale du notable n'influencera plus les décisions de la justice ira jusqu'au bout?

Nabil

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Photo d'archives.

Photo d'archives.

Lire la suite

Le ministère de la justice aux abonnés absents!

29 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Le ministère de la justice aux abonnés absents!

Le 12 juillet 2016, un acte grave et sans précèdent s’est produit: le palais de justice de Mutsamudu a été attaqué, incendié, des magistrats malmenés et un prévenu a été soustrait de la justice par une foule en délire pour être lynché et démembré par la suite. Depuis la commission de ces actes ignobles, les auteurs de ces infractions n’ont pas été arrêtés et le Ministère de la justice, est aux abonnés absents. L’intérimaire du Ministre de la justice en déplacement à l’extérieur depuis plus de deux semaines n’a jamais rencontré les acteurs du ministère pour discuter de cet acte grave qui démontre encore une fois la faiblesse de ce ministère qui a un rôle clé dans le renforcement de l’ état de droit dans ce pays.

Le Ministère de la Justice est « noyé » au sein d’un portefeuille amalgamant divers domaines de compétence (Affaires islamiques, reformes administratives, droits humains,,,). Il ne dispose pas des ressources humaines pour accomplir ces différentes missions. Il y a un décalage énorme entre l’importance des responsabilités conférées à ce ministère et les moyens humains et matériels mis au service de l’ambition reflétée dans les textes en vigueur. Au jour d’aujourd’hui, le ministère de la Justice n’est pas en mesure d’être l’instrument actif de la réforme de la justice. Ses différentes directions, la Direction Générale des Affaires Judiciaires, la Direction des affaires pénitentiaires, l’Inspecteur Général des Services Judiciaires sont sous équipées.

Ainsi, l’Inspecteur Général des Services Judiciaires, n’a ni véhicule de fonction, ni de crédits de mission. Il ne dispose pas non plus de secrétariat. Il ne dispose pas des moyens pour faire une inspection des juridictions d’Anjouan et de Mohéli. Le poste de Directeur Général des Affaires Judiciaires est vacant depuis 2 mois, depuis que celui qui occupait le poste a été élu Vice-président de l'Union. Et pourtant cette direction a un rôle important dans la détermination et la mise en œuvre de la politique gouvernementale dans le secteur de la justice, le développement de l’appareil juridictionnel et la formation de ses personnels, la collecte et l’actualisation ainsi que la diffusion de l’information, la gestion de la coopération internationale en matière judiciaire ainsi que dans celles des droits de la personne humaine.

Reformer la justice demande une volonté politique, une vision et des moyens humains et financiers. Pour l’ instant, le ministère de la justice dirigé pourtant par un avocat est aux abonnés absents. Il est plus qu’urgent de conférer à ce ministère, une structure opérationnelle minimale en vue de lui permettre d’assurer ses missions.

Comoresdroit

Le ministère de la justice aux abonnés absents!
Lire la suite

Anjouan : En état de siège

29 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Anjouan : En état de siège




A quelques heures de l'arrivée du gouvernement à Anjouan , nous avons appris que des mercenaires blancs et noirs sont aperçus dans l'hôtel la pension makani situé dans le quartier de Shitsangani ce soir. A l'heure, selon des informations la population aurait encerclé l'hôtel pour dénoncer cette présence malfaisante et malgré la présence de l'armée, de la gendarmerie nationale, ces citoyens campent sur les lieux et refusent de laisser les forces de l'ordre faire leur travail.


A 24h de l'arrivée du président à Anjouan on se demande si la présence de ces barbouses est coïncidence ou quelque chose est en train de se passer à Anjouan ? S'agit-il d'un coup d'état ou une tentative de déstabilisation du gouvernement ?
Si tel est le cas qui serait le commanditaire et à qui profitera-t-il ?
Selon les analystes politiques, cette situation fragilisera d'avantage notre pays.
Mbadakome

ON les accuse surtout de tentative d'enlevement d'enfants

WATWAN: SAID IBRAHIM

Anjouan : En état de siège
Lire la suite

Note du Ministère de l'Intérieur , de l'Information , de la décentralisation , chargé des relations avec les institutions

29 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Note du Ministère de l'Intérieur , de l'Information , de la décentralisation , chargé des relations avec les institutions

Note du Ministère de l'Intérieur , de l'Information , de la décentralisation , chargé des relations avec les institutions

MLIMADJI

Note du Ministère de l'Intérieur , de l'Information , de la décentralisation , chargé des relations avec les institutions
Lire la suite

La mort de BOUSH-peinture relance le débat sur la disparation du caporal Houssene SALIM

29 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

La mort de BOUSH-peinture relance le débat sur disparation du caporal Houssene SALIM



La disparition subite aujourd'hui à Anjouan par chagrin de M.BOUS-peinture, frère du caporal disparu la semaine dernière vient de jeter de l'eau-propre sur le climat déjà tendu. Selon notre source à Anjouan, l'hypothèse avancée par l'armée sur les circonstances de la mort de son frère dont la dépouille était dépourvue de la tête a provoqué en lui un choc psychologique qui aurait entraîné sa mort. Mais comment admettre que son frère a mal attrapé son arme et celle-ci l'aurait explosé la tête et blessé 3 personnes au passage. Voila la version officielle communiquée par l'armée. D'ailleurs, il semblerait que ces trois éléments blessés seraient acheminés en Kwassakwassa jusqu'au large de l'ile d'Anjouan pour être évacués ensuite par la marine française afin de recevoir les meilleurs soins.


Mais à coté de l'information officielle sur la mort du jeune caporal, une deuxième hypothèse circule actuellement à Anjouan : Selon le harihari, le caporal Houssene SALIM serait abattu par un autre militaire originaire de l'ile de Mohéli qui voulait se vengé sur le meurtre abominable de BRANDAO commis sur la face du monde. Et toujours la même source, le gouvernement AZALI serait entrain de camoufler tout lien entre le meurtre barbare et celui du caporal.


La question maintenant qui habite les comoriens est de savoir si une enquête est ouverte sur la mort de ce caporal et si la thèse de l'assassinat est confirmée, une autre question se pose : Qui bénéfice du crime ?


En tout cas ces deux tueries bousculent le gouvernement AZALI au point d'organiser un conseil de ministre à Anjouan le dimanche 31 juillet dans le nouveau palais présidentiel de Dindri. Le chef d'état major, le ministre de l'éducation, le secretaire général du gouvernement, le directeur de cabinet à la présidence chargé de la défense et le vice-président Moustadrane sont déjà sur place pour préparer ce conseil de ministre de crise.


Mbadakome

La mort de BOUSH-peinture relance le débat sur  la disparation du caporal Houssene SALIM
Lire la suite

Plusieurs nominations sèment le doute

28 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Plusieurs nominations sèment le doute

A peine sorties de la république insularisée d’Ikililou Dhoinine dans laquelle un petit clan mohélien avait fait main basse sur l’Etat, les Comores semblent entraînées dans un système de copinage orchestré par le colonel Azali Assoumani qui a bien décidé de satisfaire l’appétit de son entourage.

Si une bonne partie parmi les personnalités nommées par le nouveau président ne souffre de légitimité, de par leurs parcours professionnels et leur volonté de contribuer au redressement du pays, il n’en demeure pas moins que certaines nominations poussent plus d’un à s’interroger sur leur bien fondé.

A Beit-Salam comme dans certaines sociétés d’Etat, ou encore dans plusieurs administrations stratégiques, le mélange de genre est troublant. Nominations de complaisance, recasages, en un peu plus d’un mois, Azali et ses potes de la CRC se sont emparés de tout, aux dépens, hélas, de la république égalitaire et irréprochable qu’on nous a promise pendant la campagne électorale. Et cela se passe sous l’œil indifférent, voire complice de certains médias, qui se sont pourtant vantés, il y a quelques mois, d’objectivité, de professionnalisme et d’esprit critique.

Espérons que cette manière de faire qui surprend et laisse planer le doute sur la gestion de l’Etat durant les cinq prochaines années, n’aboutira pas aux passe-droits, au favoritisme et à l’attribution des marchés de gré à gré. «Azali n’a rien appris de ses mandats précédents, même s’il reste humble en ce début de nouveau mandat», commente un responsable de parti politique reçu récemment à Beit-Salam.

A LIRE: Jean-Marc Heintz nommé directeur Général de l'Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie

Que dire de la nomination de Jean-Marc à la tête de l’ANACM ? Cet ancien PDG de Comores Aviation n’a pas laissé de bon souvenir dans son secteur avant de se déclarer faillite. Il doit même beaucoup d’argent à l’ANACM, c’est-à-dire des taxes aéroportuaires. Mais cela n’a pas empêché le chef de l’Etat de lui en confier la direction faisant fi de tout conflit d’intérêt éventuel. « Jean-Marc a des dettes partout. ASECNA, Com Aire, AIMPSI et ANACEM », confirme un ancien secrétaire général du ministère des Transports. A l’Aviation civile, personne n’ose commenter cette nomination par peur d’en faire les frais. « Je n’ai rien à vous dire », esquive un ancien directeur généralde la société dont le parti politique a soutenu la candidature d’Azali Assoumani.

Cerise sur le gâteau, M. Azali Assoumani a choisi de nommer dans la foulée, à la tête l’aéroport international de Hahaya (AIMPSI), Yasser Ali Assoumani, l’ancien responsable commercial de Jean-Marc.

A LIRE AUSSI: Yasser Ali nommé à l'Aéroport International Moroni Prince Said Ibrahim

Comment expliquer le retour d’Azhar Ahmed à la tête de l’ONICOR qu’il avait dirigé entre 2002 et 2005, sous Azali 1er. Nul n’ignore dans quel état cette société d’Etat a été retrouvée en mai 2006. Et le nouveau directeur avait une grande part de responsabilité dans. Il a d’ailleurs été poursuivi par la justice avant de quitter le pays en catimini pour se réfugier à l’étranger. Le président de la république n’a pas hésité de le mettre à la place d’Aladine Daroumi, qui a réussi de façon extraordinaire le redressement de l’ONICOR en l’espace de trois à quatre ans. « Azhar certes n’avait pas fait des miracles à l’ONICOR, mais il n’a rien volé à ma connaissance », défend un ancien directeur de l’Office national d’importation et de commercialisation de riz. Selon lui, le seul problème qu’il avait avec la justice de l’époque concernait un véhicule d’occasion, sans vouloir donner de précisions.

On peut poursuivre ce tableau avec la nomination à la tête de l’administration douanière, de Kamal Soef, frère de l’ancien ministre des affaires étrangères d’Azali et originaire de Mitsoudjé comme ce dernier. Certes, il a le grade d’inspecteur de douane, obtenu il y a plusieurs années, mais selon nos informations, il n’a jamais exercé en tant que douanier en Union des Comores.

Il y a aussi le cas du nouveau TPG de l’Union, Moindjié Saandi. Occupant du même poste sous le premier régime d’Azali, il n’aurait pas laissé une Trésorerie en forme au régime Sambi en mai 2006. Aujourd’hui, certains parlent d’un homme diminué par la maladie et la vieillesse. « Personne ne comprend cette décision de nommer ce monsieur à la Trésorerie générale», confie l’un des hauts conseillers à Beit-Salam qui avance que le nouveau TPG aurait été déjà victime de deux accidents vasculaires cérébraux (AVC). Et pourtant il vient d’effectuer son retour en tant que Trésorier payeur général de l’Union par décret du président de la république.

On voit également le président de la république signer pour les nominations des proches de certains membres du gouvernement et de leaders de la CRC à des postes de directeurs et secrétaires généraux. Il avalise également la promotion de certains amis sans qu’aucun critère ni profil ne soit exigés par rapport aux postes attribués. C’est le cas dans les cabinets ministériels, dans certains offices publics. Le pire, cela risque d’être le rituel tout au long du second mandat d’Azali Assoumani.

Ali Mmadi

Tout le monde cherche à caser ses proches dans les administrations stratégiques.

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Plusieurs nominations sèment le doute
Lire la suite

Transport aérien inter-îles: Baisse des tarifs aériens, dans le viseur des autorités

28 Juillet 2016 , Rédigé par Aimons les Comores

Transport aérien inter-îles: Baisse des tarifs aériens, dans le viseur des autorités

Une réunion inter-département du ministère des transports a été tenue hier dans le cadre des mesures prises par le gouvernent pour la lutte contre la cherté de la vie. L’ANACM est chargée de rédiger un rapport de circonstance après contact avec les compagnies aériennes de droit comorien.

Après la baisse des frais des transports en commun, les autorités veulent s’attaquer désormais au transport aérien. Une réunion inter département qui a regroupé l’agence nationale de l’aviation civile et de la métrologie (ANACM), l’aéroport international Moroni prince Said Ibrahim (AIMPSI) et Com Air a été tenue au ministère du transport pour les circonstances.
Une réunion de consultation en amont avant l’entame d’une démarche que Wahadi Madi secrétaire d’État chargé du transport veut « consensuelle ».
L’ANACM étant régulateur est chargée d’entrer en contact avec les compagnies aériennes de droit comorien et de dresser un rapport de circonstance avant toute fixation de tarif. L’intention du secrétaire d’État serait, à l’en croire, d’aménager tout le monde : « nous ne voulons pas imposer des tarifs aux compagnies, c’est pour cela que je privilégie beaucoup plus la démarche consensuelle », a-t-il déclaré.
« Les mesures prises par le gouvernement sur la baisse des produits pétroliers ont un impact direct sur le transport terrestre, mais aussi sur les transports aérien et maritime, dit-il, le gouvernement a fait le geste, et aux compagnies d’en faire le leur ».

le prix du kerozène est ramené à 400 fc le litre au lieu de 450 fc. Interrogé sur les taxes exorbitantes auxquelles les compagnies aériennes sont soumises, M. Madi fait savoir que la question devrait être abordée au cours de la rédaction du document final sur la structure définitive des tarifs. Et lui d’envisager de former une commission qui sera chargée de veiller à l’application des tarifs convenus à l’issue des travaux en cours.
Maoulida Mbaé/ LGDC

http://www.comores-infos.net

Transport aérien inter-îles: Baisse des tarifs aériens, dans le viseur des autorités
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>