Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Centrale à fioul lourd : la convention Comores-Inde sur le prêt de 15 milliards est enfin signée

26 Février 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Centrale à fioul lourd : la convention Comores-Inde sur le prêt de 15 milliards est enfin signée

Centrale à fioul lourd : la convention Comores-Inde sur le prêt de 15 milliards est enfin signée
Le gouvernement comorien a signé, le 22 février à New Delhi en Inde, la convention d'un crédit de 41 millions de dollars, soit 15 milliards de francs comoriens, accordé par le gouvernement indien pour la construction d'une centrale au fioul lourd d'une puissance de 18 mégawatts.

Selon des sources du ministère de l'Energie, c'est le vice-président Mohamed Ali Soilihi, chargé du portefeuille des Finances qui a représenté la partie comorienne à la capitale indienne. Dans une lettre datée du 6 novembre 2012, Exim Bank-Inde a indiqué au gouvernement indien qu'il approuvait désormais les conditions de prêts selon les termes de crédit du Fonds monétaire international. L'ambassade d'Inde à Madagascar a, alors, avisé les autorités comoriennes que le taux d'intérêt est donc réduit à 1%, la durée de remboursement à 23 ans, assortie d'une période de grâce de onze ans.

Les Comores commenceront donc à rembourser ce prêt à partir de la douzième année. Proposé et défendu par l'ancien vice-président Idi Nadhoim en 2010, le projet s'était, en effet, heurté au refus des institutions de Brettons Woods qui avaient imposé une ligne de crédit très strict.

Le Fmi et la Banque mondiale auraient proposé ces nouveaux termes “exceptionnellement favorables”. Tout devrait aller vite. Des sociétés indiennes seraient déjà positionnées pour décrocher ce marché. Les quinze milliards de francs comoriens devront servir à la construction d'une centrale avec trois groupes électrogènes de 6 mégawatts chacune avec le fioul lourd comme combustible, la réfection d'une partie du réseau, la construction des citernes de stockage du fioul ainsi qu'au renforcement des capacités du personnel de la centrale.

Le fioul lourd présente un avantage certain par rapport au gasoil au niveau économique dans la mesure où le litre de fioul lourd coûtera plus ou moins 80 francs alors que le gasoil coûte en ce moment 550 francs le litre. Pour pouvoir éclairer Ngazidja, Mamwe (notre photo) a besoin, avec ses deux centrales au diesel, de 60.000 litres de gasoil par jour, pour un coût de 33 millions de francs alors que ses recettes moyennes journalières dépassent difficilement les 15 millions de francs.

Par rapport à Ndzuwani et Mwali, le gouvernement indien a aussi donné son accord de principe pour un prêt de 35 millions de dollars, soit 13,5 milliards de francs, pour d'autres projets. Les autorités à Mutsamudu privilégient le développement de l'énergie hydraulique tandis qu'à Fomboni, on se pencherait pour un mixte éolienne et solaire.

Mais en l'absence d'études de faisabilité, ces projets ne peuvent pas encore être soumis aux partenaires indiens pour examen. Le projet d'une centrale électrique au fioul lourd de 18 mégawatts, si cher à l'ancien vice-président Idi Nadhoim, va enfin voir le jour et peut-être sortir l'archipel du blackout dont il est plongé depuis plusieurs années. “J'ai toujours cru à ce projet de centrale au fioul lourd. Je me suis battu seul dans l'indifférence totale de la classe politique au pouvoir comme dans l'opposition“, s'est ainsi exprimé l'ancien vice-président de la République.

Mais, ce projet ambitieux et économique présente également quelques inconvénients, notamment en matière de pollution dans un petit archipel de la taille des Comores.

Toyb Ahmed

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article