Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Citoyenneté économique : Le FMI réclame plus de transparence

12 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Citoyenneté économique : Le FMI réclame plus de transparence
 Revenus de la citoyenneté économique :


Le FMI réclame plus de transparence


Moroni, mardi 12 Mars 2013 (HZK-Presse) – En prélude à l’arrivée de la mission du FMI pour la 5ème revue du programme FEC (ce mardi 12 mars 2013), le représentant du FMI en Union des Comores s’est entretenu avec nous. Il a réagi sur quelques sujets d’actualité comme la question des revenus de la citoyenneté éc...onomique, pour lesquels le FMI souhaiterait plus de transparence et de visibilité, sur la question des rémunérations dans la fonction publique, et sur le récent accord sur le fuel lourd.


L’accession au point d’achèvement de l’IPPTE ouvre de nouvelles perspectives au pays. Le représentant du FMI, qui s’est entretenu avec nous, a évoqué divers points qui sont en relation avec le programme FEC (« Facilité Elargie de Crédit ») qui fait l’objet de la 5ème revue par une équipe du FMI actuellement en visite aux Comores. Parmi les points évoqués, on peut citer le cas des revenus de la citoyenneté économique. Sur cette question des revenus de la citoyenneté économique, le représentant résident du FMI en Union des Comores a précisé que ces revenus ont été particulièrement importants en 2012 et ont joué aussi un rôle décisif dans l’accession du pays au point d’achèvement de l’IPPTE.


Et dans ce domaine, il souhaiterait plus de transparence. « Nous ne portons aucun jugement sur la nature ou la justification de cette catégorie de revenu, mais nous nous posons des questions sur leur caractère difficilement prédictible, même à court terme ; et nous souhaiterons plus de transparence et de prévisibilité de la part des autorités comoriennes », déclare René Fiévet, le représentant résident du FMI aux Comores. « En toute hypothèse, nous ne tablons pas sur le caractère pérenne de cette catégorie de recette, et tous les efforts doivent porter sur la consolidation des recettes courantes, fiscales et douanières », ajoute-t-il.


Pour ce qui concerne la question des rémunérations dans la fonction publique, le représentant du FMI à Moroni est revenu sur que ce qui s’était passé en 2011 avec la renonciation à l’augmentation des salaires des enseignants. Cette décision devait être mise en relation avec la situation d’échec dans laquelle se trouvait le programme à ce moment. « Cette mesure était incompatible avec les engagements du programme. Tout le monde en a convenu, au premier rang des autorités comoriennes », avance René Fiévet.


« N’oubliez jamais qu’une des conditions principales de l’accession au point d’achèvement de l’IPPTE était le respect des engagements pris au titre du programme FEC ». Mais il ajoute : «rien n’empêche le gouvernement comorien de mener une politique salariale spécifique au sein de la fonction publique dans la mesure où celle-ci n’entrave pas l’objectif de consolidation des finances publiques ». «Cet objectif de consolidation passe notamment par un niveau de la masse salariale ne dépassant pas 7,6% du PIB en 2013 », précise-t-il.


La semaine dernière, le vice-président en charge des finances a annoncé la négociation d’un accord de prêt avec l’Inde pour la construction d’une centrale de fuel lourd. Une question qui n’a pas laissé indifférent le représentant du FMI. « La question des choix stratégiques et technologiques en matière énergétique relève du domaine de nos collègues de la Banque Mondiale. Par conséquent, Je ne suis pas en mesure d’émettre un avis autorisé sur la question du choix du fuel lourd par rapport au diesel. Il me semble toutefois que les décisions en la matière doivent dépendre de choix stratégiques à long terme établis en concertation avec les partenaires du développement, et non pas résulter de choix d’opportunité aussi attrayants soient-il », avance René Fiévet. Pour l’heure, la mission du FMI va se contenter d’examiner les conditions de concessionnalité qui s’attachent au prêt en question.


Mohamed Youssouf
120313/my/hzkpresse/06h00
Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article