Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

COI: La présidence comorienne met le cap sur l'innovation...

18 Février 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Commission de l’Océan indien : la présidence comorienne met le cap sur l’innovation, la visibilité et l’engagement

Bakri_Ben_Abdoulfatah


Pour la deuxième fois depuis qu’il est à la tête du ministère des Relations extérieures, Mohamed Bakri Ben Abdoulfatah a été reçu, samedi, à Al-watwan pour parler de la diplomatie comorienne. Cette fois, le chef de la diplomatie a mis l’accent sur les missions de la présidence comorienne de l’exercice 2013 du Conseil des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de la Commission de l’Océan indien (Coi).

La présidence de l’exercice 2013 de la Coi est axée sur trois thèmes majeurs, “l’innovation“, “la visibilité“ et “l’engagement“, indique-t-on dans un document des objectifs et perspectives de la présidence comorienne entre janvier 2013 et janvier 2014.

Au niveau national, Mohamed Bakri dit avoir l’ambition de renforcer la Coi aux Comores, notamment sur le plan administratif par la nomination d’un adjoint à l’Officier permanent de liaison (Opl). Le ministre dit également mettre en pratique la décision, prise dernièrement à Maurice, de doter chaque pays membre de l’organisation d’une représentation permanente de la Coi. D’ores et déjà, selon le chef de la diplomatie, les candidatures comoriennes sont transmises au secrétariat général de l’organisation pour désignation du représentant.

Il s’attache également à réactiver le conseil de coopération, l’organe rassemblant tous les points focaux des projets de la Coi dans les différents ministères, pour avoir une bonne visibilité des actions de l’organisation régionale dans le pays. “ Je les ai tous rassemblés, jeudi. C’était la première fois qu’un ministre comorien réunissait les points focaux des projets de la Coi dans les différents départements ministériels. Ils étaient tous contents et très fiers”, a laissé entendre le chef de la diplomatie comorienne.

Sur le plan régional, la présidence comorienne a hérité, entre autres dossiers, de la crise malgache dont la Coi attache une importance capitale au dénouement par l’organisation, très prochainement, d’élections présidentielles libres et transparentes dans cette grande île de l’Océan indien. Le ministre Mohamed Bakri se réjouit déjà du compromis obtenu auprès du président déchu, Ravalomanana, et son tombeur, Rajoelina, de ne pas se représenter à ces élections par souci de faire revenir la stabilité à Madagascar.

Un bureau de représentation de la Coi à Madagascar sera ouvert en mars prochain en vue de suivre de près le processus électoral en préparation dans le pays. D’ailleurs, le président du conseil des ministres, Mohamed Bakri Ben Abdoulfatah, fera sa première visite officielle et de travail au secrétariat général de la Coi à Maurice, début mars, et le dossier malgache sera au menu des discussions, entre autres.

Le ministre comorien se rendra, ensuite, avec le secrétaire général de la Coi à Madagascar pour s’entretenir avec le président de la haute autorité de transition sur le processus en cours de normalisation de la situation politique, avant l’ouverture du bureau qui interviendra en fin du mois. Le budget des élections présidentielles de Madagascar est de l’ordre de 40 millions de dollars et la loi des Finances du pays a déjà programmé 25 millions.

Les partenaires et pays amis sont donc appelés à financer le reste. Et déjà la Coi s’est prononcée à hauteur de plus d’un million d’euros et l’Union des Comores, en tant que pays assurant la présidence, compte donner sa contribution financière, selon les propos du ministre des Relations extérieurs.

Par ailleurs, le président du Conseil des ministres rejoint le secrétaire général de la Coi dans le combat de rendre la circulation aérienne et maritime des personnes plus fluide dans une région où les coûts, notamment du transport aérien, demeurent plus excessifs au monde. Sous la présidence comorienne, il y a aussi la concrétisation du projet de création d’une télévision régionale de l’Océan indien.

Quant à une éventuelle ouverture de la Coi à d’autres entités, le ministre Mohamed Bakri est catégorique qu’il est impossible car “la Coi est une organisation composée par des Etats souverains”. Au sujet de l’évolution du statut de Mayotte, le chef de la diplomatie comorienne a souligné que tous les pays de la région respectent la souveraineté reconnue internationalement des Comores.

M. Soilihi Ahmed

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article