Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Comores: LES CHIITES SUR LA LIGNE DE MIRE!

21 Février 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores: LES CHIITES SUR LA LIGNE DE MIRE!

Une minorité persécutée aux Comores

 

La minorité chiite aux Comores est, actuellement, l’objet de persécution et d’intimidations. Quatre (04) jeunes, tous originaires du village de Ouellah-Mitsamiouli, ont été placés en garde-à-vue durant 72 heures, du 16 au 18 février 2013, dans les locaux de la Gendarmerie de Mitsamiouli et de Moroni. Ils ont été arrêtés et soupçonnés d’être chiites, après avoir organisé une cérémonie de Maoulid (célébrant la naissance du prophète Mahomet) dans une mosquée du village, le 10 février 2013.

 

Pour le même motif, dix-huit (18) autres personnes ont été arrêtées et placées en garde-à-vue à la Gendarmerie de Mutsamudu. Elles ont été retenues en détention, depuis le 1er février 2013, pour une durée de 36 heures. Une radio communautaire appartenant à leur association et émettant depuis Mutsamudu sous le nom de « FM AL-QAIM » a été fermée, au même moment. L’émetteur est confisqué par la Gendarmerie.

Ces actes d’intimidation et de persécution dirigés contre les chiites comoriens ont toujours fait partie du quotidien de cette minorité. Toutefois, ces derniers temps, ces actes se sont intensifiés depuis la promulgation, le 08 janvier 2013, de la Loi N°08-011 du 24 juin 2008, portant règlementation générale de pratiques religieuses aux Comores. Cette loi érige le sunnisme et le chafiisme, respectivement, en doctrine et rite officiels. Par conséquent, toute propagande ou campagne d’une doctrine ou rite contraires ceux mentionnés en haut est sanctionné d’un emprisonnement de 5 mois à 1 an et d’une amende de 100 000 FC à 500 000 FC. Les articles 5 et 6 de la loi en question sanctionnent d’une peine plus sévère que celle citée ci-dessus, toute atteinte à l’esprit, à l’éthique et à l’intégrité matérielle du Coran, mais aussi tout outrage, déclaration ou commentaire négatif sur la personne du prophète Mahomet, de ses compagnons ou de ses femmes.

La promulgation de cette loi vient emboiter le pas à la radicalisation du discours religieux de certains prédicateurs comoriens formés en Arabie Saoudite, depuis que les relations entre ce dernier pays et la République islamique d’Iran se sont encore refroidies à cause de la question syrienne et de la question du nucléaire iranien. On tend vers une instrumentalisation de ces prêcheurs par l’Arabie Saoudite.

La répression menée contre les chiites aux Comores ne va pas sans violation de leurs droit les plus absolus. La loi sur la règlementation de pratiques religieuses est d’ailleurs attaquée devant la Cour constitutionnelle par l’ONG de défense des droits de l’homme SHAMAK pour violation d’au moins trois principes pourtant garantis par la Constitution de l’Union des Comores de 2001 et par plusieurs conventions internationales dont les Comores sont parties :

-La liberté de pensée, de conscience et de religion ;

-Le principe d’égalité de tous en droits et e devoirs sans distinction de religion ou de croyance ;

-La liberté d’opinion et d’expression.

Rendez-vous est pris devant la Cour constitutionnelle, le 28 février prochain.

 

Moudjab - Moroni, le 21 février 2013

dafinemkomori

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article