Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

COMORES: TENTATIVE D' ASSASSINAT... DE L'ANCIEN PRESIDENT (Ndlr : Sambi)

25 Avril 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

COMORES: TENTATIVE D' ASSASSINAT... DE L'ANCIEN PRESIDENT (Ndlr : Sambi)


COMORES: TENTATIVE D' ASSASSINAT... DE L'ANCIEN PRESIDENT (Ndlr : Sambi)
 
source (sans la photo) : linfoencontinu.centerblog.net  A VOUS DE JUGER
 
Selon des informations qui nous sont parvenus et dont nous ignorons pour le moment la véracité, la tentative de « coup d'Etat » dont on nous parle depuis une semaine serait en réalité une tentative d'assassinat... de l'ancien président des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed SAMBI, raison principale pour laquelle le gouvernement a eu du mal à s'exprimer et à communiquer durant cette dernière semaine. Les commanditaires de l'attaque qui était prévue à Voidjou (dans la banlieue de la caîtale Moroni) au domicile de Sambi, seraient entre autres des responsables de l'opposition qui vivent de plus en plus mal la popularité de l'ancien Chef de l'Etat comorien. Par ailleurs, nombreux sont ceux, à Moroni, qui redoutent la participation de certaines personnes « hauts placés ».
La « mission » a quant à elle échoué quand la police nationale (qui n'était pas mise au courant de l'affaire, secret oblige) a découvert la planque (à une centaine de mètres de la maison de Sambi) et a commencé à suivre les mouvements des mercenaires. Après avoir confirmé la présence d'armes à feu dans la villa en question, la police nationale en a immédiatement informé l'Etat Major de l'AND (la police comorienne n'ayant pas les moyens logistiques pour faire face aux armes à feu). Le Chef d'Etat Major, ignorant le complot, a pris peur et s'est cru visé par les mercenaires. A partir de là, tout est allé très vite, les « mercenaires » ont été interceptés et raccompagnés à Kandrani (le siège de l'armée et principal camp militaire du pays). L'alerte a ensuite été donnée à la garde présidentielle qui est immédiatement passée en alerte rouge. Le président aurait d'ailleurs été évacué de Beit-Salam (le palais présidentiel) durant cette nuit.
Quelques heures après, devant les révélations desdits mercenaires, les autorités se sont retrouvés dans l'embarras et n'ont plus su quoi faire. Les relations entre l'ancien président des Comores, Sambi, et son successeur, Dhoinine, (qui fut son vice-président pendant 4 ans et demi) étant considérés comme inexistantes ou plutôt mauvaises, ont poussé le gouvernement à garder le silence et éviter de faire d'un « opposant » (les partisans de Sambi s'étant récemment retirés de la majorité présidentielle) une « victime ». Ainsi pour camoufler le coup, les autorités procèdent à l'arrestation de plusieurs civils durant la journée, mais aucune autorité ne se prononcera.
En théorie et toujours d'après les informations que nous avons recues, l'attaque aurait du avoir lieu à une date suivant le weekend du 27 avril, afin de la faire correspondre avec l'arrivée à Anjouan du Colonel Mohamed Bacar (ancien chef séparatiste qui fugua d'Anjouan en mars 2008 après une opération militaire conjointe menée par l'armée nationale comorienne et l'union africaine sous les ordres de Sambi). Mais devant l'échec de la « mission », l'ancien chef séparatiste, à qui on aurait donné toutes les garanties pour revenir au pays, se serait finalement vu refuser son retour. Sa présence sur le territoire comorien ne pouvant plus servir de prétexte.
D'ailleurs d'après les rumeurs de la rue, dans la capitale Moroni, certaines personnes arrêtées devraient être relâchées d'ici peu de temps.
 
Affaire à suivre....
WONGO

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article