Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Comoros Arabian Compagny for power quitte les Comores!

12 Février 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Accord Comores? Al Sharif Group Holding : fermeture des bureaux de la société “Comoros Arabian Compagny for power”

 

Signature_Accord


Depuis jeudi 31 janvier dernier, la société “ Comoros Arabian Compagny for Power” (Cacp) a, officiellement, fermé ses bureaux à Moroni. Cette société fut créée, le 7 février 2012, dans le sillage d’un accord de “partenariat stratégique” signé trente-sept jours avant à Jeddah en Arabie Saoudite, entre autorités comoriennes et responsables du groupe saoudien Al Sharif.

Cacp est l’entité juridique indépendante, prévue dans le dit accord bipartite, qui devait être chargée de la réhabilitation, de la production d’électricité et de la mise aux normes des systèmes du réseau de distribution électrique existant aux Comores. Cette société, d’un capital de 300 millions de francs, est détenue à hauteur de 40% par l’Etat comorien et les 60% des actions par Al sharif Group. C’est un représentant de ce dernier qui était placé à la tête de cette nouvelle entreprise (lire Al watwan du 9 février 2012).

Dans son article 9, l’accord de Jeddah, avait précisé que tous les avoirs existants de la Ma-mwe doivent être évalués et repris par la nouvelle entité juridique devant être formée selon l’accord de partenariat stratégique, selon les besoins ainsi que l’accord de deux parties. Un des représentants du groupe saoudien, qui était en poste à Moroni, a expliqué à un haut cadre comorien du ministère des Relations extérieures, qui était présent au moment de la signature de l’accord à Jeddah, les raisons de ce départ un peu précipité.

Selon les confidences de ce cadre d’Al sharif, rapporté par notre diplomate, “le groupe Al sharif se plaindrait d’une “rupture de contacts“ “non expliquée“ de la part de la partie comorienne, depuis la tenue de la première assemblée constitutive de la société le 18 mai 2012. Joint au téléphone, le secrétaire permanent des Reformes économiques et financières (Cref) auprès du ministère des Finances publiques, Abou Oubeid Mze Chei, a affirmé que la direction d’Al sharif a bel et bien signifié aux autorités comoriennes du départ de son équipe présente à Moroni.

“Sur ce dossier qui n’est pas seulement technique mais qui présente aussi un aspect diplomatique, nous sommes très gênés. Il faut savoir que beaucoup de nos partenaires au développement s’étaient montrés très sceptiques vis-à-vis de cet accord que nous avons signé avec Al Sharif Group“, a-t-il ajouté. Il est vrai que “l’Accord Al Sharif” a essuyé maintes critiques de la part des nos partenaires au développement (Banque africaine de développement, Union européenne, Banque mondiale et Fonds monétaire international, Ndlr).

Un document d’analyse, préparé par le Fonds monétaire international et rendu aux autorités comoriennes au mois de mars 2012, tirait l’attention sur un “Accord potentiellement très dangereux pour le gouvernement des Comores du fait de ses implications financières et d’un partage de risque déséquilibré”. Parmi les points les plus contestés de l’accord : Article 8 qui énonçait que l’électricité produite par la nouvelle entité juridique (Comoros Arabian Compagny for Power, Ndlr) sera vendue au gouvernement à partir d’un compteur totaliseur.

Aussi l’article 11 qui stipulait que tous les investissements de la deuxième partie seront garantis par le gouvernement de l’Union des Comores, y compris le libre transfert de fonds en provenance ou à destination de l’Union des Comores. Rappelons qu’un plan dit “Plan de base de réhabilitation, renforcement et amélioration du système de réseau électrique existant aux Comores” était élaboré par les techniciens du groupe saoudien.

Ce plan, en deux étapes, prévoyait, entre autres, le renforcement du système électrique pour produire une capacité de 12 mégawatts à partir des 7,1 produits au niveau de Ngazidja ; une amélioration de la production à un niveau de 30 mégawatts ; et une extension de près de 217 kilomètres du réseau de l’établissement public de production et de distribution d’eau et électricité (Ma-mwe), pour un investissement initiale de près de 75 millions de dollars, soit un peu plus de 28 milliards de francs.

Le plan tablait jusqu’à une capacité de production de 100 mégawatt dans le long terme. Enfin, rappelons que cet accord “principal” de “partenariat stratégique” a été signé, pour la partie comorienne, par les vice-présidents en charge du ministère de l’Energie, et celui des Finances, et le directeur général des investissements, pour le Groupe Al-Sharif. Et c’est à la suite des discussions menées par le chef de l’Etat avec les responsables du groupe saoudien, lors d’un séjour en Arabie Saoudite.

Kamardine Soulé

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article