Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Hydrocarbures : il faut sauver le soldat Ahmed !!!

30 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Hydrocarbures : il faut sauver le soldat Ahmed !!!

Ahmed Said Abdallah

Hydrocarbures : il faut sauver le soldat Ahmed !!!

Hydrocarbures : il faut sauver le soldat Ahmed !!!Ahmed Said Abdallah
Enfin, les coupables sont identifiés, et tout se sait sur la gestion de la société comorienne des hydrocarbures. Le Rapport 2011 rédigé par la Cour des comptes remis au président de la République le Dr Ikililou Dhoinine dont une copie serait remise au procureur général et celui de la république met à nu la gestion de l’ancien directeur général, Ahmed Said Abdallah et la directrice administrative et financière. Tous les deux sont accablés par ce rapport sur la manière dont ils ont décaissé l’argent des hydrocarbures et ceux qui ont eu accès à ce rapport dont nous disposons heureusement une copie que nous tenons à publier dans les prochains jours, se demandent pourquoi, le président de la République qui fait de la lutte anti corruption son cheval de bataille hésite encore à leur demander de comptes sur ces milliards de nos francs volatilisés ici et là dont les bénéficiaires ne sont autres que les barons du Relais et de la continuité. Ce rapport de la Cour des comptes correspond avec celui de la société elle-même qui relève les mêmes dysfonctionnements.

Ceux qui ont eu accès à ce rapport accablant, estiment que la radicalisation des sambistes de ces derniers jours tirant à boulet rouge sur Ikililou exprime la colère noire qui les gagne tous. Ces sambistes ” arrosés” par l’arroseur Mr Ahmed hydrocarbures comme l’appellent ses amis, s’agitent de partout. On a lu le réquisitoire sévère de Mr Barwane, démissionnaire de son poste de conseiller politique d’Ikililou, l’accusant de ne pas respecter les engagements pris auprès du père du Relais et surtout ne jamais demander de comptes sur le dossier des hydrocarbures. Certes, il n’a pas cité directement la dite société, mais ce rapport de l’exercice 2011 en dit long. Barwane est un visiteur habitué des hydrocarbures d’où son mini séjour en prison sous les ordres de son maître d’aujourd’hui, Sambi, pour avoir été un ami de l’ancien directeur général Abdou Soefo, et peut être, cette fois-ci il côtoyait Ahmed, qui sait ? Le garçon a de talents particuliers dans ce genre d’exercices.

Honnêtement le comorien lambda ne comprend rien sur les ambitions de notre chef de l’Etat. Le spectacle de ce qu’il appelle ” Grand oral” de tous les jours à Beit-Salam prouve encore une fois qu’il ne fait qu’improviser dans son action politique. Comment il peut être vice-président en charge des finances ensuite nous dire clairement sur la télévision nationale qu’il n’a jamais eu la main sur les hydrocarbures et ignore ce que c’est la taxe unique qui relève à la hauteur de dix milliards de francs comoriens, une thèse soutenue par son vice-président Mamadou lui aussi ministre des finances sous Sambi, et aujourd’hui laisser libre ce directeur général et sa directrice administrative et financière sans leur demander de comptes. Et aujourd’hui, qu’on lui a remis le rapport détaillant tous les dérapages qui ont plongé la société dans le coma, qu’est ce qu’il compte faire ? Rien, c’est le silence radio.

On sait très bien que l’actuel directeur de la société Comores Hydrocarbures traine aussi derrière lui de casseroles et sa façon de s’expliquer pendant son grand oral a révélé un homme paniqué et qui n’a pas convaincu ceux qui l’écoutaient. Mais avant tout, il se dit que plus on échoue dans les missions confiées par le chef de l’Etat, plus on est récompensé. La preuve est qu’après tout ce qu’on a révélé sur Mamadou et Nourdine Bourhane, ils sont toujours à la tête des mêmes responsabilités et le président n’a pas répondu aux vœux de ceux qui l’ont élu et qui ont demandé de sanctions sur ces vice-présidents qui ont trahi.

L’heure est à une prise de conscience pour tous ces scandales qui détruisent notre pays et qui livrent la population comorienne à elle-même.

Issa Ahamada

 

MLIMADJI

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article