Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Investiture du nouveau Maire de Moroni - Dossier

5 Avril 2013 , Rédigé par Aimons les Comores


Kiki bousculé à l’entrée du foyer des femmes par les forces de l’ordre

 

 

Investiture du nouveau maire de Moroni Une ambiance tendue à l’extérieur

 

Des responsables du Mouvement Orange ont tenté d’entrer de force au Foyer des femmes de Moroni où s’est déroulée la cérémonie d’investiture du nouveau maire nommée par le gouverneur. Mais les forces de l’ordre ont bloqué l’accès et ce groupe dirigé par le maire sortant et Kiki a été fortement malmené.

 

 

Alors qu’à l’intérieur du foyer des femmes, la cérémonie d’installation du nouveau maire semblait se dérouler normalement, à l’extérieur, la situation était plutôt tendue. Quelques minutes seulement après l’arrivée du gouverneur, une délégation des « contestataires » s’est présentée à l’entrée du Foyer. Mais ce groupe constitué par le maire sortant, son père, son frère, Kiki, les députés Fatah et Janvier ainsi escorté par de gros bras ont essuyé l’interdiction d’entrée dans la salle.

Les Hommes en uniforme ont fermé le portail. « Ils ne peuvent pas entrer car le gouverneur est déjà arrivé. Donc, personne n’entre quelque soit son statut », explique un officier de la gendarmerie nationale. Mais cette décision n’a pas convaincu ce groupe déterminé à pénétrer dans la salle. Ces hommes essentiellement issus du Mouvement Orange ont tenté de forcer le passage. Mais la résistance des forces de l’ordre était tenace. Les gendarmes et éléments de la police nationale ont repoussé avec vivacité ce « forcing ».

A la fin, « ces autorités » ont reçu quelques coups de matraques sur la tête. Et personne n’est épargné. Tout ce beau monde est bien bousculé par les militaires en faction devant le portail. Il s’est engagé par la suite un bras de fer que les forces de l’ordre ont fini par l’emporter. Un gaz lacrymogène a dispersé les assaillants. Mais méfiez-vous, « ce gaz n’est pas l’œuvre des forces de l’ordre », nous dira cet officier. Et ce gradé d’expliquer que « ce gaz est lancé par le groupe de contestataires et plus exactement un des responsables ». Après une bonne vingtaine de minutes d’altercation, le groupe a replié.

La tension s’est déplacée de la place de l’indépendance pour s’installer à la place Badjanani. Des jeunes ont barricadé la route. Ils ont ensuite procédé à des jets de pierre à l’endroit de la police. Mais quelques minutes après, la gendarmerie est venue tout débarrasser sans aucune résistance alors que l’on craignait des débordements annoncés depuis la veille, par des militants et sympathisants proche du Mouvement Orange de la capitale. D’ailleurs, l’on se demande quelle est la conséquence de cet acte politique ? N’avons-nous pas assisté en direct au divorce entre le gouverneur Mouigni Baraka et Kiki le jeune leader du mouvement ?

 

 

 

 

A.A.Mguéni     

 

 

 

Laithi investi maire contre vents et marrées

 

Laithi Ben Ali a pris officiellement les rênes de la capitale. Il est devenu maire de Moroni malgré de fortes menaces dans un foyer des femmes de Moroni fortement sécurisé par les forces de l’ordre.
Laith Ben Ali investi maire de Moroni par le gouverneur et le ministre de l’Intérieur

 

Après avoir installé les délégations spéciales dans une vingtaine de communes de la Grande Comore, le gouverneur de l’île autonome de Ngazidja vient d’investir le nouveau maire de la capitale. Mais cette investiture était tendue vu la situation qui règne ces derniers temps à Moroni autour de cette question des délégations spéciales. Devant se dérouler devant la mairie à la place Badjanani, la cérémonie d’intronisation s’est déroulée finalement au foyer des femmes pour éviter de débordements. Mais l’ambiance était au rendez-vous. Le foyer des femmes de Moroni était gardé comme une forteresse par les forces de l’ordre. Et même le chef de l’exécutif de l’île était escorté par le chef du corps de l’AND.

 

Mais cette situation n’a pas empêché le bon déroulement de la cérémonie. La manifestation était marquée par la présence de centaines de femmes de Moroni toutes vêtues d’un châle bleu. « Notre priorité est de construire notre ville et maintenir la paix dans notre capitale », déclare Samra Bacar Kassim, membre de la nouvelle délégation spéciale de Moroni.

Cette investiture était marquée par le discours de Damir Ben Ali. Face à la situation qui règne actuellement dans la capitale, cet ancien président de l’Université des Comores n’a pas mâché ses mots. « Si une telle situation se produit, c’est une solution car ça va nous permettra d’ouvrir le débat et savoir ce qui va et ce qui ne va pas », martèle Damir Ben Ali. Comme pour montrer son amour envers la capitale, cet anthropologue se dit même prêt à s’engager dans la politique.

« Je n’ai jamais fait de la politique mais aujourd’hui je vais la faire pour rendre à notre ville son éthique », poursuit-il. Quant au tout nouveau maire nommé par le gouverneur, il espère seulement « être à la hauteur de sa fonction et accomplir ses missions au service de la capitale ».

Le ministre de l’Intérieure demande à son tour le respect. « On était là avec nos aînés et on les respectait. Pourquoi aujourd’hui certaines personnes agissent ainsi », lance Hamada Abdallah, le ministre de l’intérieur sans doute pour faire allusion aux menaces de boycott proférées par les adversaires des nouvelles délégations spéciales. Le top vient du gouverneur lorsqu’il crie d’entrée la paix et la stabilité dans la capitale.

Dans son intervention, Mouigni Baraka dit suivre le droit pour l’installation des délégations spéciales. « Tout ce que j’ai fait, je ne suis pas allé à l’encontre des lois », affirme Mouigni Baraka. Il ajoute que « j’ai même appelé toutes les personnes concernées par cette question et je les ai mis au courant et je n’ai pas eu de résistance ». Mouigni Baraka avance ces propos comme pour répondre à ceux qui estiment qu’ils ne sont pas concertés. Le gouverneur s’engage à appuyer le nouveau maire pour le statut particulier de la ville. Un statut dont le projet de loi devrait être déposé au cours de la prochaine session parlementaire.

 

Mohamed Youssouf

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article