Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

La colère noire d’un président fragilisé, l’heure du départ a sonné

17 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

La colère noire d’un président fragilisé, l’heure du départ a sonné

La colère noire d’un président fragilisé, l’heure du départ a sonnéFragilisé, abattu, isolé, mal conseillé, le président Ikililou Dhoinine est monté au front. Ceux qui l’ont croisé ces dernières vingt quatre heures depuis la sortie d’Alwatwan Magazine, numéro 25, et surtout avec les révélations de tous les jours dans les espaces sociaux sur la gestion chaotique du pays par les vice-présidents Mamadou et Nourdine Bourhane, et d’autres collaborateurs proches qui ne sont pas les moindres, Ikililou a convoqué les commanditaires et il a brisé le silence. A l’allure où vont les choses, le président a décidé de remanier son équipe et entend dépouiller Mamadou et Nourdine Bourhane de leurs départements ministériels où le vol et la gabegie animent leurs rêves.

Selon l’entourage du président qui a accueilli la nouvelle avec joie, cette fois-ci le chef de l’Etat semble déterminer et les comoriens sont au courant de son initiative. Une nouvelle attendue avec impatience dans la mesure où chaque jour qui se lève, un autre scandale financier surgit et la règle de l’impunité est au cœur de l’action du Dr Ikililou.

Le peuple comorien est resté vigilant et se fixe dix jours à compter de la date d’aujourd’hui pour voir surgir ce remaniement qui est l’unique moyen de sauver la tournante Mohélienne. Le 25 mars est une date fatidique et les comoriens sont prêts à envahir la rue pour demander le départ de ces personnes qui ruinent notre pays. L’armée nationale de développement qui, elle aussi doit sentir cette disparition de l’Etat avec ces magouilles, croisera les bras et jamais ne prendra le risque de mater son peuple parce qu’il revendique son bien être. La justice déjà en souffrance avec les révélations de ces nouveaux magistrats qui dénoncent le laxisme et les dérapages de leur hiérarchie, n’entend pas elle aussi enfoncer le peuple la tête dans l’eau.

Voici les conséquences d’une gouvernance sans repère où les vrais personnes qui prennent les grandes décisions ne sont pas dans l’appareil de l’Etat mais en dehors, cachées dans des grottes pour souffler le chaud et le froid. Affaire à suivre …

Mohamed Ahmed

 

MLIMADJI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article