Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

La commission anti-corruption accuse : De la poudre aux yeux

26 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

La commission anti-corruption accuse : De la poudre aux yeux

 

La commission anticorruption regrette l’attitude de certains magistrats

 

 

 

L’affaire du harcèlement sexuel présumé à l’université a mis au jour, une relation tendue entre la justice et la commission nationale anticorruption. Alors que le principal accusé est libéré, la Commission Nationale de Prévention et de lutte contre la Corruption regrette le comportement de certains magistrats. Elle demande de se respecter mutuellement.

 

 

L’affaire du chef de département de la faculté de Droit accusé de harcèlement sexuel présumé débouche sur une autre affaire. Dans cette histoire, certains magistrats auraient mis en cause la compétence de la Commission Nationale de Prévention et de Lutte contre la Corruption en disant qu’ils n’ont pas les pouvoirs pour mener une enquête et des investigations. Cette commission n’a pas apprécié cette attitude et le dénonce fermement.

 

«Nous ne sommes pas d’accord avec l’attitude de certains magistrats qui se permettent de dire que la Commission Nationale de Prévention et de Lutte contre la Corruption n’est qu’un simple dénonciateur, or la loi nous confère un pouvoir d’investigation et d’enquête », déclare Bakar Nomane, le commissaire général adjoint de la CNPLC.

 

La commission anti-corruption demande à ces magistrats d’observer minutieusement la loi instituant cet organe. « Nous rappelons que la CNPLC a aussi des juristes qui comprennent la loi au même titre les magistrats. Donc on doit se respecter car chacun a choisi un métier mais ce n’est pas parce qu’il y en a un qui connait le droit plus que l’autre », poursuit-il.

 

La commission anticorruption demande donc aux magistrats d’observer les articles 11 et 12 de cette ladite loi et voir les pouvoirs conférés à la CNPLC. «J’estime que bon nombre d’administrateurs comoriens n’ont pas lu la loi qui institue notre entité. C’est regrettable qu’il y ait un magistrat qui ne reconnaisse pas notre compétence d’investigation ou d’enquête. Et pourtant c’est bien clair dans cette loi », déplore Bakar Nomane.

 

L’origine de ces problèmes entre la CNPLC et certains magistrats est révélée lorsque la CNPLC avait porté plainte contre le chef de département de Droit pour abus d’autorité. Après que l’accusé eut été convoqué par la commission anticorruption et placé en garde à vue, il sera aussitôt libéré sur ordre du tribunal. « On doit se respecter.

 

Nous ne sommes pas d’accord avec ces pratiques et nous allons le dire à haute voix. Et je prends à témoin la population comorienne »,dit-il. La CNPLC se plaint aussi que la garde à vue n’était pas respectée. Cette même commission va à nouveau remettre le dossier au parquet.

 

 

Mohamed Youssouf

HZK

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article