Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

La justice comorienne n’est plus crédible

22 Février 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Notre justice n’est plus crédible et son image est ternie. Ces propos ne proviennent pas d’un homme politique comorien et encore moins d’un justiciable, mais de l’un des jeunes magistrats du Tribunal de premier instance de Moroni, des magistrats qui observent un arrêt de travail depuis la suspension de l’intérim du Mahamoud Soilihi Djae, substitut du Procureur de la République. Ces jeunes magistrats ont brandi des banderoles au sein du palais de justice de Moroni ce mercredi 20 février 2013 pour affirmer que «  ce n’est par ce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est par ce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». Ces jeunes magistrats ont décidé d’oser et de protester contre les actes illégaux qui ternissent l’appareil judiciaire.

 

 

Cette nouvelle fronde des magistrats, deux mois après la grève des avocats, démontre encore une fois que l’institution judiciaire comorienne est malade. Elle souffre de plusieurs maux notamment, la corruption effrénée de certains magistrats, la lenteur dans le traitement des dossiers, la mainmise du politique sur le judiciaire et l’incompétence notoire des magistrats due souvent par le phénomène du clientélisme et à des recrutements abusifs. Ainsi par clientélisme, sans le moindre concours, des juristes au niveau d’étude contestable et au parcours professionnel tortueux, ont été envoyés par le Gouvernement  dans des écoles de magistrature à l’extérieur pour des formations et ont été par la suite intégrés au sein du corps de la magistrature, sans la moindre vérification de leurs diplômes.  

 

 

Les principales causes de ces maux qui frappent l’institution judiciaire sont entre autres,  la violation du principe sacro-saint de l’indépendance des magistrats, le recrutement abusif des magistrats au mépris des règles statutaires, la subordination abusive du parquet à l’exécutif, des formations initiales et continues insuffisantes des magistrats.

 

Il est temps pour le premier magistrat du pays, le Président de l’Union de prendre les mesures qui s’imposent pour réhabiliter l’institution judiciaire comorienne.  Ces mesurent passent   par la mise en place effective du Conseil Supérieur de la Magistrature qui jouera, pleinement son rôle dans la nomination, l’affectation, l’avancement, la notation, la discipline des magistrats, le renforcement   de l’inspection, la radiation du corps de la magistrature, des magistrats qui ne respectent pas la déontologie, l’éthique et le statut de leur corps, le renforcement des Ministères de la Justice, le recyclage permanent des magistrats sur place ou à l’extérieur et pourquoi pas l'adoption d'une loi qui permettra le recours à des magistrats étrangers pour accompagner notre institution judiciaire comme l’ avait suggéré l’ ancien Président Sambi.

 

Avec une institution judiciaire malade, tous les programmes de développement engagés dans ce pays sont voués à l’échec.

comores-droit

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article