Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Le Divorce entre Ikililou et les mohéliens, l'œuvre du gouverneur Mohamed Ali Said

19 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

 

Le Divorce entre Ikililou et les mohéliens, l’œuvre du gouverneur Mohamed Ali SaidPourquoi les Mohéliens le lâchent ? C'est la question qui est dans la bouche de tous les comoriens et en particulier la garde rapprochée d'Ikililou soucieuse de sa stabilité et de son épanouissement, et non des arrivistes qui l'entourent depuis vendredi 15 mars, à l'issue de la conférence de presse tenue en début d'après-midi par le vice-président Fouad Mohadji. Ce dernier en s'appuyant sur la Constitution et les prérogatives qui lui sont dévolues par celle-ci, a évoqué ses relations houleuses avec les exécutifs de l'Union et de Mwali. Une situation qui n'arrange pas la république et encore moins nous Mohéliens, dans cette phase décisive de l'histoire de notre Île, où pour la première fois, nous assurons la destinée du pays. Il ne faut pas se voiler la face ni ignorer les faits qui se sont dégagés après l'intervention du vice-président Fouad. Il faut qu'Ikililou prenne au sérieux ce message fort. Toute l'opposition Mohélienne qui n'est pas la moindre, s'est solidarisée derrière Fouad et entant que républicains exigent de leur part le respect de la Constitution. Ils ne défendent pas Fouad entant que tel, mais le vice-président de la République car aujourd'hui c'est lui et demain, ça pourrait être un autre. Il ne faut pas oublier que cette opposition a payé cher car elle a été la première à attirer l'attention d'Ikililou sur les manœuvres dangereuses de son ami Mr le gouverneur.

Il faut noter que tous les partis politiques et leaders ayant soutenu Ikililou même Mouvement Orange se sont opposés au RADECO, baptisé Union du Décès (du régime) par les congressistes qui ne croient même pas à cette chose même s'ils ont fait le déplacement comme on l'entend partout. Certains sont allés loin car ils parlent d'une descente aux enfers du régime.

Il est regrettable aujourd'hui que le président Ikililou s'est laissé entrainer dans ce terrain glissant par un Mohamed Ali Said, un commerçant qui ne sait pas faire la part des choses entre son business et sa casquette de chef de l'Exécutif de Mwali. Tout Mwali a tiré la sonnette d'alarme sur le comportement de ce gouverneur commerçant qui utilise notre argent à nous tous à de fins personnelles. Il n'est pas surprenant si aujourd'hui, tous les républicains et patriotes Mohéliens qu'il avait à ses côtés lui ont tourné le dos et s'opposent à ses méthodes de gérer notre Île. Le président de la république, Ikililou Dhoinine a une lourde responsabilité devant cette situation qu'il entretient sciemment pour fragiliser les Mohéliens, car ce n'est pas Fouad Mohadji qu'ils sont entrain de déstabiliser car, lui est élu sur le même ticket qu'Ikililou, et finiront ensemble leur mandat en 2016.

Jeunes Mohéliens que nous sommes, on ne fait que déplorer ces magouilles du gouverneur Mohamed Ali Said et qui entachent la tournante mohélienne. Ce cri de détresse qu'a lancé le Dr Fouad Mohadji est celui de tous les mohéliens à l'exception de quelques courtisans qui, pour sauvegarder leurs postes et pouvoir mendier sans contrainte auprès d'Ikililou et Mohamed Ali Said, soutiennent le ridicule et discréditent les Mohéliens.

Il est clair que nous n'adhérons à aucune formation politique, mais la vie des Mohéliens nous intéresse et surtout son quotidien même si aujourd'hui, les circonstances ont voulu que nous soyons à Moroni pour nos études. On n'a pas boudé le plaisir de faire un tour au foyer des femmes de Moroni où se tenait le Congrès du Radeco, une formation politique qui soutient le président Ikililou. Grande fut notre surprise lorsqu'on s'aperçoit que les délégués en provenance de Mwali sont des purs produits de Mohamed Ali Said et Ikililou, alors que la logique voulait que tous les enfants Mohéliens qui partagent ce pouvoir soient représentés. La lecture que nous avons faite, le gouverneur Mohamed Ali Said veut tout contrôler et ne veut pas voir à ses côtés quelqu'un doté d'une morale républicaine qui pourra l'arrêter devant ses dérapages financiers qui fragilisent tout Mohéli.

Le président Ikililou est mal conseillé car si réellement ses conseillers et ses collaborateurs proches étaient animés d'une bonne volonté de le voir réussir, l'auraient persuadé du danger qui lui guette à travers les manœuvres frauduleuses de Mohamed ali Said. Mais détrompons-nous, car le locataire de Beit-Salam accompagne son gouverneur et prouve le plaisir d'humilier le vice-président Fouad Mohadji parce qu'il est doté d'un caractère qui n'est pas donné à tout le monde, c'est-à-dire, hausser le ton s'il le faut et appeler tout le monde à respecter la loi, avec lequel au premier rang le chef de l'Etat.

On a honte aujourd'hui d'être Mohéliens avec ce que nous vivons devant ce gouverneur commerçant. Il passe tout son temps dans ses magasins pour vendre ses produits et surtout contrôler si ses collaborateurs proches qu'il a distribués l'argent public pour effectuer des achats chez lui, le font vraiment. C'est une honte pour tout Mohéli. Et ce qui nous désole surtout, c'est l'attitude honteuse du premier cercle du président dont certains s'estiment de grands juristes, spécialistes de la constitution qui ferment les yeux devant ces bêtises, parce qu'ils sont animés d'une haine et de mépris, au détriment de la Constitution.

Ceux qui nous liront ici diront que '' le linge sal ne se lave pas en public'', ce qui est juste mais jusqu'à quand on va fermer les yeux devant ces magouilles dont les perdants sont nous Mohéliens. Notre pays n'est pas seul au monde. On nous regarde de l'extérieur et le passage d'Ikililou à France24 avec les questions qu'on lui a posées, est un moment critique et tout devrait être revu pour corriger la manière de gérer le pays. Il faut que les comoriens sachent que le comportement d'Ikililou et Mohamed Ali Said a suscité la colère de tout Mohéli et on aura beau à cacher la vérité avec ces colliers de jasmin et ces voitures qui affluent à l'aéroport quand Ikililou vient à Mohéli, mais la réalité, le divorce est consommé.

Des jeunes Mohéliens, étudiants à l'Université des Comores

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article