Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Les ministre déposent leur déclaration de patrimoine

26 Avril 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Les membres du gouvernement ont déposé ce jeudi au siège de la Commission nationale de prévention et de la lutte contre la corruption leurs déclarations de patrimoine conformément à la disposition de l’article 2 de la loi. En tout ils étaient 7 à remettre leur déclaration au commissaire général de la CNPLC.


Sept membres du gouvernement remettent leur déclaration de patrimoine à la CNPLC

 

Une semaine après le dépôt de la déclaration du patrimoine du chef de l’Etat, ses ministres lui emboitent le pas. Ce jeudi dans leur grande majorité, ils ont remis au Commissaire général de la CNPLC leur déclaration de patrimoine. Il s’agit d’une déclaration certifiée exacte et sincère de leur situation patrimoniale, ainsi que celle de leurs conjoints et enfants mineurs.

 

« Monsieur le Commissaire général, je vous remet ma déclaration de patrimoine, vous assurant que ce qui est mentionné est tout ce que je possède », ont tour à tour sermonné avant le dépôt. Dans son mot de bienvenue, le Commissaire général de la CNPLC a tenue à leur rassurer que ces « documents ne seront en aucun cas divulgués ni publiés ».

 

Il se réfère à l’article 161.1, qui stipule « est punie d’un emprisonnement de deux ans et d’une amande 5 millions toute personne qui a divulgué ou publié, de quelque manière que ce soit, tout ou une partie des déclarations ou des observations reçues par l’organisme chargé de recevoir les déclarations de patrimoine ». Et le commissaire général d’évoquer une exception, celle d’une demande de main levée qui sera formulée par le gouvernement.

 

Sur cette question, le vice-président en charge du ministère de l’énergie soulève des inquiétudes. Dr Fouad Mohadji suggère qu’on ne cache rien à la population. « Le peuple a besoin de savoir ce que nous possédons réellement. Nos biens meubles et immeubles ». Et lui de raconter une petite anecdote de l’ancien gouverneur Said Hassan Said Hachim qui cartonne jusqu’alors, « il existe une mort subite, mais pas une richesse subite », sauf gagner au loto.

 

Une manière d’appuyer son argument d’autoriser la publication de ces déclarations. Le Commissaire assure que rien n’empêche l’intéressé de le faire, mais la démarche doit se faire à titre personnel sans engager cette toute nouvelle institution. Ces déclarations sont-elles destinées à meubler les rayons de la CNPLC ?

 

A entendre le Commissaire général, elles seront épluchées, décortiquées une à une par les membres de la commission et gare aux fasses déclarations ou aux retardataires. Ils seront punis par les dispositifs de l’article 161 qui prévoit une peine d’emprisonnement allant de 2 à 5 ans et d’une amende de 5 millions. Comme l’a si bien dit le vice-président Fouad Mohadji dans son intervention, « c’est le premier pas d’un bébé ». Pourvu que le deuxième soit rassurant.

 

Maoulida Mbaé

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article