Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Les " Rats des Comores" fondent comme neige au soleil

3 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Les " Rats des Comores" fondent comme neige au soleil

 

 

Les ‘’Rats des Comores’’ fondent comme neige ausoleil


 

Les Rats des Comores ( RADECO) peine à décoller et traverse une zone de turbulence, malgré les apparences bien soignées par les organisateurs du Congrès, prévu du 8 au 9 mars prochain mais vite reporté au 16 de ce même mois pour des raisons dont certains membres écœurés  par les zones d’ombre qui entourent ce mouvement  ne s’empêchent pas de les exposer publiquement. Rien ne va au sein du RADECO, et tous les mauvais coups sont permis. Les opportunistes de natureont vite couru pour y adhérer et espèrent s’effrayer un chemin dans le club des amis de Mamadou et Bineta, en l’occurrence Mohamed Ali Soilih et Nourdine Bourhane. Ces deux derniers derrière l’ombre du président Ikililou Dhoinine, nous dit-on dans ses rangs, ont déjà affiché leur couleur de 2016. A Anjouan, c’est Nourdine Bourhane, le vice-président de Mamadou, à Mohéli, Elarif Oukacha, et à Ngazidja, l’actuel gouverneur Mouigni Baraka Said Soilih.


 

 

Il faut noter que selon ces déçus de la première heure des ‘’Rats des Comores’’ qui quittent le navire avant de lever les amarres, critiquent ouvertement les négociations menées discrètement par le député Djaé Ahamada, mandaté par le gouverneur Mouigni Baraka, qui, à l’heure qu’il est ont rédigé un communiqué qui se trouve dans les tiroirs du gouverneur pour se rallier au RADECO. Ils ne se reconnaissent pas dans ce labyrinthe dont ils ne voient pas les vrais occupants du navire, tous écartés. La question que ces frondeurs se posent, est-ce que Djaé mène ses discussions au nom du Mouvement Orange ou Mcjp car, lui, personnellement ne sait où mettre les pieds, et c’est son ventre qui le guide.  Le député d’Oichili-Dimani est un habitué de changement de veste en politique et formera un joli trio avec Djaffar Abasse et Mohamed Abdou Soimadou, eux aussi, champions  du même exercice. Il s’avère que Djaé et Djaffar Abasse sont en possession aujourd’hui des cartes d’adhérents du Mcjp, et Soimadou n’a pas encore rendu la sienne entant que membre du parti Ridja. Le RADECO sera également rejoint par maître Mzimba, dont son parti politique a disparu avec le départ de ses membres qui n’apprécient pas le comportement de leur chef, dont ils ne comprennent pas sa ligne politique. Sa sortie spectaculaire à la Louis De finesse devant les ondes de l’ORTC, est une illustration de plus quant au rôle de porte parole qu’il va jouer au sein des Rats des Comores.


 

Devant cette cacophonie qui secoue les Rats des Comores (RADECO), jusqu’à prolonger la date de son congrès, nombreuses interrogations se posent quant au rôle du président Ikililou dans cette formation politique qui se réclame la sienne  alors que la Constitution lui interdit toute démarche similaire. Depuis le 26 mai 2011, il demeure le président de tous les comoriens. Ce parti frappé par l’échec et le désespoir est une épine de plus qui s’invite sous le pied du président de la République , après la crise de légitimité qu’il souffre dans son île natale, causée par les dérapages immoraux d’un Mohamed Ali Said, contesté par tous les mohéliens. Tous ceux qui sont dotés d’une éthique républicaine sont détestés par le locataire de  Beit Salam, et repose sa confiance sur des personnes dont aux yeux du peuple qui les ont élu, ont trahi à travers leurs magouilles et les détournements des deniers publics devenus monnaie courante.


 

Il est quand même curieux que le président Ikililou ne s’est jamais posé la question sur le financement de ces Rats des Comores qui, on les a vu sillonner les Îles d’Anjouan, Mohéli et Grande Comores à bord d’un appareil privé. Ils voyagent partout et tiennent des réunions et des assemblées aux frais de la République. Lorsqu ’un journaliste a posé à Djaffar Abasse la question sur le financement du parti et du congrès, celui-ci s’est moqué des comoriens et répond qu’en tout cas, ce n’est pas de l’argent sal. Une explication imbécile  et malhonnête qui lui va très bien connaissant l’homme et son parcours.


 

Ce faiseur de tous les partis politiques qui ont vu le soleil dans notre pays est allé loin dans ses délires de vouloir à tout prix donner une image positive à son RADECO, ‘’ Rats es Comores’’, car inconsciemment a ‘’ craché’’ sur une vitrine et modèle des grands de ce monde, notamment, Nelson Mandela. Il dit prendre comme modèle le Congrès national africain (ANC) en Afrique du sud. Le parti de Nelson Mandela ou le Front pour la libération nationale en Algérie (Fln). Des partis stables enracinés dans leurs pays respectifs grâce à leurs actions sociales. Comment Mohamed Djaffar Abasse qui a fait le tour de la majorité des partis politiques qui ont vu le soleil dans notre pays, pourrait se permettre à une telle comparaison. C’est du mépris envers des personnes sages qui ont versé leur sang pour leurs pays et pour la libération de l’Afrique, notre cher continent. C’est également un insulte à l’égard du peuple comorien qui sait que Mr Soimadou et Mohamed Djaffar Abasse possèdent une caisse noire remplie de l’argent du contribuable comorien pour financer une bêtise dont l’objectif est de s’accaparer de la tournante de 2016 sous les couleurs du vice-président en charge des finances, Mohamed Ali Soilih. Les comoriens restent vigilants face à ce cafouillage qui ternit l’image de notre pays et le moment venu, demandera de comptes au président Ikililou, où qu’il sera pendant sa retraite dorée. Les comoriens l’ont élu pour veiller à leur bien être et surtout c’est lui qui a lancé la chanson de lutte anti-corruption et qui a nommé les musiciens qui constituent  cet orchestre qui pense son temps à chanter et à danser aux frais de la République.


 

En attendant le 16 mars prochain   le comité d’organisation  du fameux Congrès a  du pain sur la planche. Les violons ne s’accordent pas à l’intérieur de leur club, les rescapés qui ont rejoint le navire après  avoir été berné par les songes de ces  spécialistes en mythomanie ne se retrouvent même pas, mais s’affichent tout au moins aux côtés d’eux pour maquiller  leur désespoir. Une très belle photo qui en dit long.


 

Informer les comoriens sur ces turpitudes de ces hommes est un devoir sacré à l’égard de tous les citoyens qui sont exaspérés par le silence radio opéré par le président de la République qui refuse d’ouvrir les yeux par respect de son peuple.


Source :Mlimadji

ridja

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article