Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Mamwe - Approche - t- on de la fin ?

13 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Mamwe

 

 

 

Délestages électrique à Ngazidja; vers la fin de la crise

 

 

 

 

 

La société nationale de l’eau et de l’électricité, Mamwe, est en train de parachever la correction de ses défaillances de puissance, la principale raison évoquée par la direction de l’entreprise publique pour expliquer la durée trop longue des délestages électriques dans les régions de Ngazidja (hormis la capitale Moroni). Il faut dire que tout est allé très vite ces quatre derniers jours. En effet, le samedi 9 mars, les trois radiateurs de plus 1,5 t sont, enfin, arrivés à bord d’un vol de la compagnie Yémenia Airways en provenance de la France.



Nous avons dû laisser beaucoup de colis à Sanaa pour faire de la place à ces trois palettes spacieuses et très lourdes“, a confirmé à Al-watwan, un agent de cette compagnie. Suite à quoi, en 48 heures, la Mamwe a acquis, d’un coup, près de 2.000 kilowatt-heures à la centrale d’Itsambuni et peut, désormais, alimenter quotidiennement les autres régions éloignées de la capitale. “Le premier groupe que nous avons installé, le premier radiateur, fournit une puissance maximale de 1000 kilowatt-heures, sans problème“, s’est réjoui le technicien, Abdérémane Ali, que nous avons rencontré hier à la centrale d’Itsambuni.



C’est peut qu’être une bonne nouvelle pour les régions qui avaient déjà exprimé leur sentiment de frustration après des semaines entières passées dans l’obscurité (lire notre livraison du 28 février dernier). “J’espère qu’on s’achemine vers la fin de toutes ces difficultés sur la fourniture de l’électricité. En tout cas, nous voyons le bout du tunnel, nous allons atteindre une puissance disponible de 12,3 Mégas dans quelques jours“, a confié le directeur général, Oumara Mgomri.



Selon Abdérémane Ali, Leignon Synergie Comores (Lsc) va terminer la révision du groupe G1 de 1,3 mégawatt (seul groupe qui reste à réviser) dans un délai ne dépassant pas une semaine. “Nous allons terminer l’installation du troisième radiateur demain après quoi nous pourrons ainsi faire face aux difficultés de puissance que nous rencontrons actuellement dans les heures de pointe“, explique-t-il. Pour sa part, la direction de la Mamwe affirme avoir déboursé plus de 288 millions de francs comoriens depuis le mois d’octobre, pour mettre fin à l’insuffisance de la production, mais aussi pour améliorer le secteur de la distribution.



Rappelons que plus de 30 millions de francs avaient été débloqués pour l’achat de trois radiateurs de la centrale d’Itsambuni (lire Al-watwan N°2118 du 13 février 2013). D’un autre côté, le gouvernement a accordé une subvention à la société nationale de 225 millions de francs, pour soutenir le plan de sortie de crise. La Mamwe se serait déjà servie de cette somme conséquente pour l’achat des pièces “sensibles” de rechange, notamment quatre vilebrequins et des turbines.



Le problème de puissance est ainsi sur le point d’être résolu, mais se pose naturellement un autre problème, et non le moindre. On désigne l’achat de 40.000 litres de gasoil par jour. Le patron de la Mamwe avait réussi à payer 50 millions de francs comoriens par semaine à la Société comorienne des hydrocarbures (Sch) depuis le mois d’octobre dernier. Cependant, rappelons qu’il faut un peu plus de 133 millions (litre de gasoil est facturé à 475 francs à la Mamwe) par semaine pour acheter les quarante mille litres de gasoil nécessaire pour alimenter, Ngazidja par jour.



Pour Mgomri c’est plutôt les hydrocarbures qui sont en train d’enfoncer la société de production et de distribution de l’électricité. “Le gasoil était vendu à la Mamwe à 150 francs le litre en 2006. Depuis 2009, il y a eu quatre hausses par de simples notes du directeur commercial pour atteindre aujourd’hui 475 francs le litre“, dit-il avant de poursuivre : “pendant ce temps le prix du kilowattheure ne bouge pas“. Le directeur général de la Mamwe soutient ainsi qu’il est primordial d’assainir les relations entre les deux sociétés d’État, pour éviter que l’une ne descende l’autre aux abîmes.



Toyb Ahmed - Alwatwan

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article