Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Qui trompe qui ?

24 Avril 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Tentative d’assassinat du président Ikililou Dhoinine et de son chef d’Etat Major, le colonel Youssouf Idjihadi : qui trompe qui ?

Tentative d’assassinat du président Ikililou Dhoinine et de son chef d’Etat Major, le colonel Youssouf Idjihadi : qui trompe qui ? Entant que citoyens comoriens, nous avons tous le droit de chercher à comprendre ce qui est réellement passé. Ceux qui entourent le président miraculeux, l’enfant de Djoiezi, aujourd’hui en vie grâce à la bénédiction d’Allah le tout puissant, doivent nous dire la vérité et ne pas chercher toujours à le manipuler pour leurs petits intérêts, oubliant que c’est tout un peuple qui est exposé à la colère de Dieu. Oui, cette colère de Dieu est la conséquence de tous les détournements publics orchestrés par les proches du président qui continuent à le tromper, l’empêchant surtout à exercer l’autorité qui est la sienne. Que dira-t-elle aujourd’hui cette bande de manipulateurs qui trompent le président et qui le monte contre ceux à l’intérieur du pouvoir dénoncent la délinquance financière mis en place comme mode de gouvernance, et les accuse de ” détester” le chef de l’Etat ? L’opposition qui a toujours dénoncé dans un élan démocratique les dérapages financiers de quelques gros bonnets du pouvoir, ont été indexé par ces derniers de vouloir s’effrayer un chemin vers le pouvoir alors que c’est un principe démocratique établi dans les règles républicaines.

En écoutant le ministre de l’intérieur Hamada Abdallah, minimiser dans son communiqué la nature de cette opération odieuse visant à éliminer physiquement le chef de l’Etat, on a l’impression que lui et ses collègues du gouvernement, ne mesurent pas les conséquences de cette tentative. Oui, le calme règne dans l’ensemble du pays et alors ? Ce qu’il oublie ce guignol, est la ” température” intérieure de cette opération qui monte toutes les secondes et qui fait peur au peuple comorien. Il faut que Hamada Abdallah, Mamadou, Nourdine Bourhane et leurs complices savent que la délinquance financière qu’ils ont mis en place dans notre pays, fait mal aux comoriens, et c’est ce qui fait qu’aujourd’hui, le comorien lambda est resté chez lui et ne cherche pas à manifester sa colère même si on sait que tous, dans leurs villages, sont choqués d’apprendre qu’on a voulu tuer un président de la république qui est avant tout un être humain comme nous tous et qu’on n’a pas le droit de lui ôter sa vie.

Hamada Abdallah et ses collègues du gouvernement ne peuvent pas nous priver notre droit, celui de poser des interrogations à partir des premiers éléments de l’enquête, des premières arrestations et surtout analyser la teneur des différents communiqués qui tombent au fur et à mesure. On peut dire qu’on est entrain de spéculer mais on a l’impression qu’on cherche aussi à dissimuler la vérité. Ikililou est notre président, ce n’est pas une affaire de gouvernement mais celle de tous les comoriens. Nous avons-nous aussi le droit d’exploiter des pistes pour parvenir à la vérité et mettre la main sur les coupables. Beaucoup de personnes s’expriment sur les blogs et les espaces sociaux et chacun peut donner son point de vue. En regardant de près cette affaire on observe un silence radio chez les hauts officiers de l’armée ainsi que les autorités nationales alors que les personnes arrêtées seraient passées aux aveux selon des sources dignes de foi.

En lisant ce matin le Communiqué laconique publié à la hâte sous forme de mea culpa par la caste des sambistes résolus sous le sigle ”AJD” (Assemblée de jouisseurs délinquants), signé par l’un des grands voyous de la République, Ibrahim Mhoumadi Sidi, on a l’impression que ces gens là pensent que les comoriens ont oublié le mal qu’ils ont fait à notre pays. Dans son communiqué on lit : ” il faut rappeler que l’ancien président (Sambi) a tout donné pour stabiliser le pays…”, une insulte à l’égard du peuple car si on est arrivé là aujourd’hui, c’est parce que notre pays est vendu à des malfrats avec la vente de la citoyenneté comorienne dont Sidi lui-même est l’acteur principal. D’ailleurs, ceux qui ont été à l’origine de la loi de tous les dangers promulguée par Sambi doivent être tous interpellés où qu’ils soient. Notre pays est devenu un passoir et ces bateaux battant pavillon comorien qu’on a intercepté avec de la drogue et des armes lourdes, est l’œuvre de Sambi. Donc, qu’on arrête d’entrainer l’opinion dans la diversion. Quand on veut résumer en un mot le communiqué de Sidi sur les mobiles de cette tentative dont celui lui se résume en trois points : l’entrée fracassante et surprenante de l’opposition au cœur du pouvoir et de la sécurité du pays ; le retour programmé et déjà effectif des gros bonnets du séparatisme à Anjouan et enfin l’abandon progressif sous nos yeux et sans alternative des projets de développement initiés par le précédent pouvoir, sont en tout et pour tout les causes majeures qui ont conduit ces assassins à vouloir verser le sang du chef de l’Etat et son chef d’Etat major. En grosso modo, le fait de ” lâcher” Sambi a comme conséquence ce coup d’état. Sidi oublie qu’il était ministre de la défense de Sambi et a signé de sa propre main quelques réintégrations dans l’armée nationale de quelques Ex-FGA de Mohamed Bacar dont aujourd’hui sèment le désordre à caractère séparatiste dans l’institution militaire.

Devant la situation à laquelle nous vivons aujourd’hui, toutes les hypothèses sont permises et celles et ceux qui les formulent ne sont pas des amnésiques et encore moins des mythomanes. Le silence du gouvernement nourrit les doutes et l’homme de la rue ne peut s’empêcher de livrer son point de vue. Ce matin ceux qui ont lu le Communiqué de Sidi et sa bande de voyous qui nous ont amené là où nous sommes aujourd’hui avec ces détournements des deniers publics qui détruisent le tissu social, l’ont résumé ainsi. On aimerait lire un communiqué condamnant l’octroi par la main de Sambi et Dossar d’une licence à l’homme d’affaire El Fahimi, patron de HSS, d’exploiter les bateaux battants pavillons comoriens dont quelques uns sont opérés dans des opérations de blanchiment d’argent sal. Celui intercepté en Italie avec plus de 22 tonnes de haschich ou celui intercepté avec des armes lourdes en Egypte à destination des Comores, contribuent à la déstabilisation du pays. Qu’on arrête de tromper l’opinion.

Et comme par hasard, le deuxième Communiqué qui tombe est celui de l’ancien président Sambi. Depuis son appartement de luxe situé dans le quartier Olympiade à Paris, acheté avec les fonds de la citoyenneté économique, Sambi invite les comoriens à ” manifester sa désapprobation face à cette manœuvre de déstabilisation”, or, ceux qui l’ont lu trouvent encore chez l’homme les mêmes mensonges que ceux dont il s’est servi pendant cinq ans de pouvoir pour tromper le peuple. C’est lui (Sambi) qui a gracié les militaires rebelles de Mohamed Bacar et qui a imposé leur réintégration dans l’armée. C’est lui Sambi qui a négocié le départ de Mohamed Bacar et ses acolytes et qui a été le premier dans son discours à leur tendre la main et à demander leur retour à Anjouan. L’arrivée à Anjouan de Djaffar Salim alias Sarkozy sans être inquiet est un signe qui ne doit tromper personne. En vendant notre citoyenneté à n’importe qui Sambi a livré notre pays à des terroristes et le seul service qu’il peut rendre à notre pays, à défaut de passer sa vie en prison, est de se taire. Il a été le premier à installer le désordre dans l’armée car le fait de vouloir se débarrasser d’un Général salimou sans avoir le courage de le limoger avec un décret comme celui qui l’a nommé, mais l’accuser d’avoir ” commanditer l’assassinat de Combo”, afin de laisser pénétrer dans les casernes les anciens FGA, des voyous, des criminels, des violeurs, des tortionnaires, et mégalomanes, est une caution morale à ce qui nous arrive aujourd’hui.

Nous attendons impatiemment le résultat de l’enquête et les noms des commanditaires de cette tentative d’assassinat et ce le plus rapidement possible. Et si non, sachez que vous ouvrez la voie à toutes les suspicions et cela va ouvrir la voie à toutes les hostilités. Tant pis pour Ikililou.

Hassan Houmadi

MLIMADJI

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article