Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

TRIBUNE LIBRE : LE FOLKLORE DU RANG DES CONS !

8 Février 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Le folklore du Rang des Cons !

OH, PARDON : RADECO

 

 


Lancement du parti RADECO du camp présidentiel par le comité préparatoire

 

Du sublime au ridicule, il n y a qu’un pas, disait Napoléon. La soif de tirer le président Ikililou vers le bas par ceux qui se réclament de l’héritage de la continuité et du relais qui rassure, ne fait que ridiculiser les auteurs et   porter un coup dur à l’éthique républicaine. Or, aux yeux de tous, Mamadou et les siens ont trahi la continuité car ont fait de Sambi leur serpillière. Les vrais sambistes se trouvent aujourd’hui autour du président Ikililou, et nous militants du Mpm, le disons haut et fort, n’en déplaise aux traitres.

 

 

Le Rang des cons, oh, pardon, Rassemblement pour la démocratie aux Comores, offrent un folklore qui discrédite leur culture républicaine et cela doit attirer l’attention de chacune et de chacun de nous dans cette conception de la République. Avant de quitter le pouvoir, Sambi, qui se fait défendre nous a laissé comme testament, qu’après Ikililou, il faut que la tournante revient au vice-président Mamadou dans le cadre de la tournante qui revient à la Grande Comores en 2016. Mais le comportement de ce dernier nous a irrité et cet homme est ingrat, la preuve le voici aujourd’hui en campagne sans la moindre consultation de la part de celui qui l’a désigné comme vice-président du Dr Ikililou. Mamadou aurait confié à son bras Soilih Mohamed Soilih, le Bossé, qu’il est entrain de régler ses comptes avec celui qui l’a trahi au poste de président de l’Assemblée nationale, préférant imposer un lignard  et maladroit, ancien soldat de la garde présidentielle qui n’a aucune instruction que le fait de demeurer le chauffeur de Bob Denard, le député de Hambou, Bourhane Hamidou.

 

Le Rang des Cons se trompe de stratégie et croit gagner la bataille de 2016, une peine perdue. Il est vrai que le président Ikililou a fermé les yeux sur les détournements de l’argent public et les contrats mafieux que Mamadou a initiés pour ramasser de l’argent  ici et là, objectif 2016, mais le moment venu, nous lui laisserons pas le terrain, et sera traduit en justice. Il était ministre des finances pendant Sambi et se croit propre alors qu’il a été lui aussi pour quelque chose dans les malversations financières commises par ces ingrats qui, aujourd’hui, oublient que Sambi a fait d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui.

 

Selon un haut cadre du ministère des finances qui est fidèle à notre cause, mais qui a peur de se voir chassé de son logement administratif, d’où son ralliement au Rang des Cons, nous confie que Mamadou a déjà ses vice-présidents. Il s’agit à Ngazidja de Shémir Kamoula, récompensé pour avoir versé chaque mois plus de vingt millions de francs comoriens dans la caisse de campagne de Mamadou 2016, via le monopole de l’alcool, Nourdine Bourhane à Anjouan et Mohamed Ali Said, actuel gouverneur de l’Île de Mohéli.

 

Toutes les réunions du Rang des Cons sont financées par l’argent de l’Etat avec comme chapitre budgétaire, ‘’ Ikililou est le chef du parti’’, sans compter la part de l’homme fort du pays, l’indéboulonnable Shemir Kamoula alias Mr monopole (alcool, riz, les hydrocarbures avec la complicité de SIPROMAD une société aux mains de la mafia sicilienne. Or, on sait tous que la Constitution interdit le chef de l’Etat d’adhérer à un parti politique c’est l’article 15 de la constitution, tout ceci vise à salir notre chef qui adhère aux idées des quarante ou cinquante partis qui forment le Mouvement de la  Majorité Présidentielle. Notre conférence de presse bien accueillie à Beit Salam a révélé une vérité qui n’échappe pas aux yeux de nos concitoyens : sambi est le chef suivi du président Ikililou, et personne ne pourra nous éloigner de celui que nous avons élu avec l’argent de l’Etat. Nous sommes les champions.

 

Que Mamadou et les siens en l’occurrence les faiseurs des partis politiques qui ont ‘’vu le soleil’’ dans notre pays, notamment Mohamed Abdou Soimadou et Jaffar Abasse, champions de changement de vestes, sachent que le jour J, verront qu’on sera sur le terrain et c’est là où ils vont comprendre que leur parti a échoué. Qui vivra verra.

ALI Djoubeir

Comores

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article