Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Une poule mouillée au secours du peuple comorien !

25 Mars 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

Incroyable mais vrai : Une poule mouillée au secours du peuple comorien !

 

 
Incroyable mais vrai : une poule mouillée au secours du peuple comorien !Il faut le vivre pour le croire. Pressé de célébrer le 5ème anniversaire du débarquement d'Anjouan du 25 mars 2008 afin d'éviter de croiser le visage de l'ancien président Sambi en voyage à Madagascar qui serait tenté de participer aux cérémonies, invité ou pas, le président Ikililou ainsi que les 1000 spectateurs présents ont été surpris de la présence de cette poule qui s'est infiltrée pour donner le commandement d'une part, et d'autre part, occuper la place du chef de l'Etat.
 
 
Tout ceci se passe sur la place Mzingadjou à Mutsamudu-Anjouan où s'est déroulée la cérémonie. Aussitôt chassée, cette même poule a fini sa course dans un sceau d'eau pour nous persuader qu'on est gouverné par '' une poule mouillée'', et désormais on devrait prendre les choses en main pour se débarrasser d'un président incapable de tenir ses promesses et pis encore, encourage et soutient les voleurs de la République. Devant cette scène qui a marqué les esprits, c'est la consternation sur la tribune officielle et l'armée est restée muette. Ceci est pour vous dire que Dieu nous interpelle tous et n'est pas content de la manière dont Ikililou dirige le pays et se fâche en même temps contre notre lâcheté.
 
 
Lui qui, la main sur le coran a prêté serment pour le respect de la Constitution et qui, aujourd'hui, c'est lui qui la bafoue, alors, cette poule est un messager envoyé de là-haut pour nous dire '' indignez-vous et pensez à l'avenir de votre pays car vous manquez un guide.

Depuis cette scène, la question que tout le monde se pose, pourquoi une poule et non un coq ? Les avis divergent et chacun donne sa version. Les uns disent que si on nous a envoyé une poule c'est pour nous réveiller de notre sommeil que le vrai président de la République ne s'appelle pas Ikililou Dhoinine mais la première dame.
 
 
C'est ce qu'on a lu ici un jour '' élisez Ikililou, vous verrez deux à Beit-Salam''. D'autres disent que ''la poule est le symbole de la mère qui, parfois à l'excès, se soucie de l'enfant qu'il nourrit et qu'elle protège. On observe également que la poule donne un coup de bec dans la coquille de l'œuf qu'elle a pondu et couvé, pour aider le poussin à naître''. La merveille, c'est la mère-poule qui est capable de couver jusqu'à en oublier le boire et le manger.
 
 
Cette poule est venue alors nous protéger du mal et nous transmettre un message fort, celui de la disparition future de la République pour manque de guide. Encore une fois, prenons notre destin en mains.

L'on doit souligner que cet anniversaire a été bien observé par les spectateurs présents à Mutsamudu. Les discours du président Ikililou, Anisse Chamsidine et Hamada Madi Bolero cachent tant de mystères. Tous prônent pour une réconciliation de cœurs de tous les enfants anjouanais.
 
 
Même si le gouverneur ajoute qu'il faut un plan de réconciliation durable entre les comoriens. Nous avons compris par-là que ceux qui ont causé tant de soucis à notre pays en plongeant le pays dans le séparatisme, doivent être '' amnistiés''. Une erreur monumentale qu'Ikililou est entrain de commettre car ces gens-là ne vont rien changé et il faut que tous soient jugés. On sait très bien que dans les hautes administrations et dans l'armée nationale pour le développement, ces ennemis de la République occupent de hautes fonctions pourtant ils devraient être jugés par un tribunal populaire pour le mal qu'ils ont causé à notre pays.
 
 
Nous mettons en garde Bolero qui, à l'heure qu'il est examine le cas des FGA de Mohamed Bacar pour les réintégrer dans l'armée comme si rien n'y était. C'est un danger public et il faut que le peuple refuse de telles manœuvres d'où notre combat de faire partir pacifiquement un président qui n'écoute pas son peuple et qui laisse faire les siens dans les détournements des deniers publics.


L'autre enseignement que nous avons tiré est la guerre ouverte qu'Ikililou a déclarée à son prédécesseur, l'artisan du relais qui rassure, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Comme l'important pour Ikililou est de disposer d'une bonne entente avec les gouverneurs des Îles au détriment de la Constitution, Anisse Chamssidine, un autre produit de Sambi a accepté qu'on anticipe cet anniversaire du débarquement, une manière de se débarrasser d'un Sambi qui continue à pavaner ses muscles et à impressionner le peuple comme quoi il est là.
 
 
Pour Anisse, dés que le président accepte de reléguer au second rang le vice-président Nourdine Bourhane dans l'Île comme c'est est le cas pour Fouad Mohadji à Mohéli, alors il obéira aux injonctions du maître de Beit-Salam. Les deux vice-présidents sont malmenés par le chef de l'Etat alors que la constitution stipule qu'ils sont l'œil de l'Exécutif de l'Union dans leurs Îles respectives. Ils devraient informés sur la gestion de l'Île.
 
 
La seule différence entre Nourdine Bourhane et Fouad Mohadji, le premier n'osera même pas dénoncer un tel traitement car il traine des casseroles derrière lui. Alwatwan Magazine qui a révélé les méthodes voyous des passations des marchés publics et sa complicité dans le dossier Boul Mining, leur ont fermé la bouche. Il meurt à petit feu. Il sait que le traumatisme qui le broie est tellement fort que seule la parole sauve, mais comment quand on sait qu'il est mouillé par les affaires jusqu'au coup comme son ami Mamadou.
 
 
Par contre le second a osé publiquement prendre les comoriens pour témoins sur les dérapages du chef de l'Etat qui, au lieu de veiller à la Constitution, c'est lui qui la piétine. Un acte courageux qui le distingue de Nourdine Bourhane. Quoi que l'on dise de lui, mais ce qu'il a fait restera dans les anales de l'histoire des hommes politiques de notre pays, et surtout quand ils sont dans les affaires. C'est un acte héroïque voire démocratique car ce cri d'alarme n'a que pour but que rappeler les principes de la Constitution dans le respect des textes. L'amitié, les sentiments, la haine envers l'autre, le mépris, n'ont pas leur place dans l'application de la constitution et c'est pour cette raison là que nous nous inscrivons tous dans sa démarche.


En attendant cette prise de conscience des citoyens comoriens pour une révolution pacifique, il faut méditer sur la présence de cette poule devant les troupes de notre armée, en face de la tribune officielle dont était assis le président Ikililou.

Houmadi Mohamed
Anjouan

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article