Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Rifki dans le rouge et le sambisme dans une chute vertigineuse

31 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Rifki dans le rouge et le sambisme dans une chute vertigineuse Le secretaire general du Muftorat, Said Abdallah Rifki

Loin de moi de défendre ce que Rifki a fait, peut être qu'il paie  pour sa caution morale et religieuse au régime Sambi qui l'a nommé secrétaire général du Muftorat en 2007, pour  prêcher le mensonge et l'impunité sous couvert de la religion pour cacher  tout le mal que Sambi et les siens nous ont fait, mais je pense que les faits tels qu'ils sont révélés exigent une enquête approfondie, s'agissant des sources, notamment du cabinet du ministère de l'intérieur avec le concours de la police d'Abou Achirafi, un des  premiers complices de la vente de la citoyenneté comorienne.
 
Les comoriens n'ont pas la mémoire courte et se rappellent toujours du rôle suicidaire que l'ancien directeur de cabinet du président de la Cour constitutionnelle et actuel directeur de cabinet du ministre Orange Hamada Abdallah, a joué dans la validation de la candidature du gouverneur Orange Mouigni Baraka, pourtant interdit par la loi électorale, qui exige que pour ''faire acte de candidature, il faut démissionner de ses fonctions six mois avant''. Or, Mouigni Baraka qui était receveur des douanes, s'est demis de ses fonctions trois ou quatre mois avant le dépôt des candidatures. Je ne veux pas mettre en doute les ''accusations'' du directeur de cabinet du ministre de l'intérieur mais la question que je veux bien  poser à Mr Abassi El Had aujourd'hui '' qu'est ce qu'il entend par corruption'' ? Une question qu'il peut répondre avec le directeur général de la sûreté nationale.
 
Il faut rappeler que le ministère de l'intérieur est le bastion du Mouvement Orange et ce dernier l'a bien prouvé ce jour où leur champion Hamada Abdallah faisait son entrée quarante huit heures après sa nomination. Ils étaient tous là en force pour impressionner le public, habillés en orange et ce sont eux qui détiennent les règnes de ce ministère clef d'une République digne de nom. Comme beaucoup de comoriens, je m'étonne qu'aujourd'hui, avec tous les dossiers lourds en matière de détournements qui collent les membres de l'Orange sur leurs dos, on ferme les yeux et on ne se focalise que sur une tentative de corruption dont le montant présumé s'élève à deux millions de francs comoriens. Certes, ce n'est pas négligeable dans cette croisade lancée par le président Ikililou dans la lutte anti corruption, et des sanctions doivent tomber, mais je pense aussi que le président Ikililou et son entourage doivent lever la tête pour rassurer aux comoriens que l'heure  est aux sanctions et que les coupables de détournements et de corruptions doivent payer cher de leurs actes. Rifki est sans doute la goutte d'eau qui déborde la vase.
 
Le GPS (groupement de personnalités sambistes), doit lui aussi rendre de comptes au peuple quant à la manière dont il a conduit le pays. La gestion chaotique qui a marqué les cinq ans de Sambi relève d'un vaste champ d'escroquerie que l'on ne peut imaginer. Au-delà de l'argent de la citoyenneté et du projet habitat, partagé entre '' copains'' mais figure aussi les investisseurs fantômes qui ont réussi à se faire partager de l'argent avec les ténors du GPS sur le dos du citoyen comorien. Comoro Gulf Holding, Twamaya Telecom, Almarwane pour le port de Moroni, Hss, avec tant d'autres sont des exemples précis dans ce vol en bandes organisées des gens censés protéger leurs citoyens, leur assister, et les aider à avoir un meilleur quotidien. Aujourd'hui les mêmes pratiques ont repris avec le maintien des mêmes personnes aux mêmes postes, tel que l'attribution de l'exploitation du port de Moroni à un groupe  Cofipri qui ne répondait pas du tout au cahier de charge par le biais d'un seul homme en la personne d'Abdillah Mouigni alias Satellite, secrétaire général du ministère des transports, auteur complice de tous les marchés fantômes du régime Sambi-Idi Nadhoim. Le GPS doit donc tomber aux filets de la Commission anti corruption car le moment est venu.
 
Réunis en conclave, les Ulémas entendent dénoncer leur collègue Rifki pris en flagrant délit dans cette affaire de corruption, afin de marquer leur neutralité. Une démarche hypocrite dans la mesure où tous ont joué un rôle déterminant au même titre que les notables dans la descente aux enfers de notre pays par la volonté d'un seul homme en la personne d'Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Dans ses délires, le Front National pour la Jouissance (Fnj), tourne le dos à Oustadh Rifki, et le colle sur le dos du Mufti Said Toihir. Une manière de soigner son image et d'exercer son influence auprès du président Ikililou qu'il entend prendre en otage pour '' fusiller'' tout le monde, et s'accaparer de la République. Il s'est fait le défenseur de la cause de l'enfant deDjoiezi, sur son vaste chantier de lutte anti corruption, or, il n'est pas un modèle. Le directeur général de la Pnac , membre influent du Fnj a reconnu publiquement la '' faillite'' annoncée de son entreprise jusqu'à demander auprès des autorités de l'Etat, une aide financière de quelques millions de francs comoriens pour éviter un dépôt de bilan. De gros bonnets du Fnj de Madi Ali,directeur de cabinet du chef de l'Etat et de son secrétaire général Hamada rachid, ont été à l'origine des dérapages financiers qui ont coulé la Pnac après avoir influencé son directeur général qui, impuissant face à cette '' machine barbue'' n'a pas réussi à résister à leurs injonctions. Malgré tout, le Fnj s'érige en donneur de leçons en matière de justice et d'équité, cherche à brouiller les pistes avec la fermeture des points de vente de l'alcool, les pensions familiales, l'interdiction à l'accès de certains plages du pays par les jeunes filles, et toute une série de mesures qui ne sont qu'un trompe ½il et qui visent à l'aider à s'accaparer du pouvoir.
 
En attendant que notre cri soit entendu par le président de la République , en mettant la main sur les vrais coupables, et punir ceux qui ont ruiné notre pays, nous restons vigilants et n'entendons pas baisser les bras dans ce combat de lutte anti corruption.

Hassan Houmadi
SOURCE  :  IANJOUANPRESID . skyrock  . COM
Lire la suite

Bolloré Africa Logistics remporte la concession du port de Moroni

31 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores


Le groupe français Bolloré, spécialiste de la logistique et de la manutention portuaire, s'est vu attribuer lors d'un appel d'offre international, la concession du port de Moroni aux Comores. Bolloré Africa Logistics s'est engagé à investir 9 millions d'euros dans la remise à niveau de ce petit port de l'Océan indien aux infrastructures vétustes. Les premiers équipements et leur entrée en fonction sont prévus dans un délai de 3 à 6 mois

 

 

 

Vue de Moroni, la capitale des Comores.
Lire la suite

Affaire Combo : l'ancien président Azali appelle à la communication des autorités

30 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores / Affaire Combo : l'ancien président Azali appelle à la communication des autorités
Dans un entretien avec Albalad, l'ancien président de l'Union des Comores le Colonel Azali Assoumani a lancé un appel aux autorités comoriennes pour bien gérer l'affaire de l'assassinat du lieutenant-colonel Combo Ayouba, ayant causé la mise en résidence surveillée du général Salimou Mohamed Amiri.

 Selon M Azali, la situation de non information des autorités compétentes de cette affaire, face à la population, constitue la principale cause des différentes tensions dans le pays. « Nos citoyens ont raison  d'être inquiets au procès de cette affaire, car ils ne sont pas tenus informés de l'évolution des différents travaux judiciaires entrepris » a-t-il expliqué, avant de préciser que cette étape peut être franchie tout en respectant « les secret de l'instruction ». 
Des résultats qui départageront les Comoriens 
L'ancien président dit par ailleurs croire aux travaux de la justice qui, selon lui, aboutiront à des résultats importants sur cette affaire qu'il dit regretter énormément. Cependant, notre source n'a pas voulu réagir sur la situation de mise en résidence surveillée du général Salim. Il espère que les démarches entretenues par les autorités pourront aboutir à des résultats qui départageront les Comoriens sur cette affaire et servira de modelé dans le futur.
 
BEN DHOIFIR CHABANE
Source : Albaladcomores n°665 du 30 décembre 11
Lire la suite

Affaire Said Abdallah Rifki : le verdict est tombé

30 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Par Ali Amir Ahmed


Le procureur requiert cinq ans de prison, dont trois ans ferme conte Said Abdallah Rifki, et dix ans contre Kadjadja, l’employé d’AGK. La défense assurée par Maitre Larifou, estime que le procès tente de noyer les affaires de détournements de fonds dans les sociétés d’Etat, les administrations financières, et les passations des marchés publics. La ligne de défense ne disculpe pas leur client, mais le noie dans la gadoue de la corruption généralisée.

 

 

Lire la suite

Communiqué de presse de l'ambassadeur des Comores en France

30 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Communiqué de presse de l'ambassadeur des Comores en France
L'ambassadeur (à droite) photo d'archive - wongo

L'ambassadeur des Comores en France a appris par la voix d'Internet les propos grotesques et fallacieux concernant le fonctionnement et la gestion de l'Ambassade des Comores à Paris.

L'ambassade des Comores entend réagir vigoureusement contre toute allégation mensongère visant à discréditer le personnel diplomatique comorien au premier desquels son ambassadeur.
Si les auteurs de cet article respectaient le droit de la presse et la déontologie des journalistes, ils auraient du vérifier ces allégations malveillantes auprès du service communication de l'Ambassade des Comores en France, par conséquent ils auraient appris avant diffusion de cet article que ces soi-disant faits sont totalement faux.
L'Ambassade des Comores regrette que des sites Internet diffusent des articles sous le sceau de l'anonymat et de prêt-noms oubliant de demander ce que de droit, la signature de l'auteur, assumant ainsi ses propos. Mais les auteurs préfèrent diffuser des informations abracadantesques au lieu de faire un travail sérieux, crédible, honnête et journalistique. 
Par ailleurs, l'ambassadeur des Comores en France a chargé son avocat de préparer une plainte contre X pour diffusion calomnieuse et fausse information. Il fera de même avec ceux qui la reprendront.
L'ambassadeur des Comores se tient à la disposition de l'administration et de la justice comoriennes, aux fins d'une enquête approfondie visant à lever toute malveillance, et à assurer la sérénité et la confiance de la bonne gestion de la représentation diplomatique comorienne en France.
 
Publié le 26 décembre 2011 par 
Le service de la communication de l'Ambassade des Comores 

Lire la suite

Affaire Rifki : UN GUET-APENS ? That is the question

29 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

COMORES / Affaire Rifki : UN GUET-APENS ? That is the question
Ministre de l'intérieur  doit-il s'étrangler?

Affaire Rifki : L'audience reportée à jeudi
 
Le secrétaire général du Muftorat, Saïd Abdallah Rifki, sera jugé ce jeudi. L'audience a été reportée hier après deux heures de débat entre le ministère public et les avocats  de la défense qui estiment qu'il y a du «flou» dans cette histoire «montée de toutes pièces ».
Selon Me Harmia Ahmed qui s'est constituée d'0ffice avec deux autres avocats dont  Me Mahamoud Ahamada, le ministère de l'Intérieur doit être entendu au même titre que M. Rifki. « Le ministère ne doit pas être victime, témoin, se constituer partie civile et mener, lui-même, l'enquête. C'est un abus, c'est inacceptable », a dit la bâtonnière. 
La doyenne des avocats proteste contre les moyens de preuve utilisés qui violeraient, selon elle, les principes fondamentaux des libertés individuelles. «Personne n'a le droit d'enregistrer ou de filmer quelqu'un à son insu. Personne ne connaît ces moyens, sont-ils crédibles? Il y a des données qu'on veut étouffer. Nous demandons un examen du dossier; tout est piège», a-t-elle conclu.
A.S.K
 
Source (sans la photo) : Albaladcomores n°663 du mercredi 28 décembre 2011
Le titre principal est de wongo. Titre original : Affaire Rifki : L'audience reportée à jeudi
Lire la suite

Face aux rumeurs de dévaluation

29 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores


Face aux rumeurs de dévaluation: QUE VAUT LE FRANC CFA AUJOURD'HUI?


 

Le Franc Cfa Afrique de l'Ouest

 

 

 

 

 

Malgré les assurances données par les deux gouverneurs de la zone du Franc Cfa, (Banque des Etats de l'Afrique centrale (Beac) et la Bceao ) et des responsables de l’union monétaire Ouest africaine (Uemoa) , les rumeurs restent persistantes sur une probable dévaluation du franc Cfa. Mais, au fait, sur quoi se basent les rumeurs et qu’elle est la valeur actuelle de cette monnaie ?

 

 

Les rumeurs se basent sur la crise économique qui s'est faite jour dans la zone euro, monnaie à laquelle le Fcfa est arrimé depuis des années. S’exprimant le 19 décembre dernier dans le quotidien Camerounais, ‘’Mutations ‘’ le gouverneur de la Beac, M. Lucas Abaga Nchama, a qualifié de «rumeur infondée» la probable dévaluation du Fcfa.Selon lui, les indicateurs économiques des pays de la zone franc sont au vert. Ils sont meilleurs qu’en 1994, date de la dernière dévaluation du franc cfa.

 


«En 1994, nous étions dans une situation de récession économique». Laquelle était caractérisée, principalement pour les économies de la zone franc, par une détérioration plus accrue des termes de l'échange due à une chute brutale des prix des matières premières exportées vers l'occident ; ce qui a impacté considérablement les recettes d'exportation et les recettes budgétaires des Etats en général, d'où le recours à l'endettement extérieur. Au plan monétaire. Cette situation a conduit à la diminution des avoirs des Etats à l'extérieur, au point où, apprend-on, le taux de couverture des importations des pays membres de la Cemac culminait à 14%, c'est à dire largement en dessous de la norme statutaire de 20%. Au finish, il a fallu procéder à ce que le gouverneur de la banque centrale a appelé «un ajustement monétaire», », explique Lucas Abaga Nchama. Avant de se poser la question suivante : Sommes-nous dans la même situation aujourd'hui ? Non, répond-t-il.

 


Mieux, le taux de croissance dans la zone est positif. Dans la zone Cemac en 2011, elle va atteindre 4,8% et augmentera en 2012 pour culminer à 5%, c'est-à-dire loin des 0,3% de 1993 à la veille de la dévaluation du franc Cfa. De même, tout au long de cette année, le taux de couverture de la monnaie a toujours été de plus de 100%, contre 14,8% à la veille de la dévaluation du franc Cfa.

 


Le 23 décembre dernier, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) Tiémoko Meyliet Koné, lui a été catégorique sur la question depuis Dakar. « Il n’est pas question de le ( FCFA) dévaluer et il ne sera pas dévalué », a-t-il insisté. Avant de révéler que la dévaluation du franc CFA n’est actuellement ni nécessaire, ni souhaitable.« Toutes les économies de l’Union monétaire Ouest Africaine sont dans un train de croissance », a argué le gouverneur de la Bceao.

 

 

fratmat.infos

Lire la suite

Mouigni Baraka '' Immunisé" C'est Kiki qui est visé !

29 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Mouigni Baraka '' Immunisé" C'est Kiki qui est visé !

Mouigni Baraka ‘’immunisé’’,

C’est Kiki qui est ‘’visé’’ !

 

La pagaille institutionnelle créée par les élus de Ngazidja dont en majorité le Mouvement Orange, portant des amendements sur la loi statutaire avec comme mission ultime, accorder une ‘’ immunité’’ au gouverneur de Ngazidja, Mouigni Baraka, au mépris de la Constitution maire, est un coup dur pour nos institutions et cette démarche hasardeuse et honteuse ‘’cache de l’herbe dans la forêt’’.

 

Le temps est venu pour le président Ikililou, son gouvernement, les partis politiques, l’opposition de s’indigner contre ces pratiques qui déshonorent notre République, prise en otage par une poignée de gens qui croient qu’ils sont les ‘’ meilleurs’’ à pouvoir diriger parce que non seulement, ils disposent d’une manne financière qui n’est autre que notre propre argent, mais aussi peuvent se permettre de tirer sur tout ce qui bouge et sans scrupule. 

 

J’estime qu’il est temps d’arrêter de prendre les comoriens pour de naïfs, de gens qui ne comprennent pas ce qu’ils veulent, des amnésiques, jusqu’à ne pas comprendre le comment et le pourquoi d’une telle sottise.A force de vouloir tricher avec  l’histoire, chercher à ‘’ laver’’ un passé qui a traumatisé chacun de nous avec de telles pratiques, on ne fait que ‘’ creuser’’ sa propre tombe, car jamais, le comorien ne va oublier les moments sombres qui ont marqué le passage de ces hommes à la tête des structures de l’Etat.

 

Ce que j’appelle ici les sans gênes de la République , sombrent dans leur propre piège. Craignant un séisme judicaire qui ne laissera personne debout parmi les présumés coupables de détournements des deniers publics, et surtout avec ce discours musclé du président Ikililou qui laisse entendre qu’aucune personne n’est au dessus de la loi, et que l’immunité présidentielle vantée dans ses rangs n’est pas d’actualité, les élus du Mouvement Orange, ont voulu à travers leur fiasco, ‘’ sauver’’ le soldat Mouigni Baraka, déjà entendu par la justice aux côtés de son ami d’hier, Mohamed Daoud, Kiki, tous les deux receveur et directeur général des douanes sous l’ombre complice de l’ancien président Sambi. A l’allure où vont les choses et dans le cas où la Cour constitutionnelle qui nous a habituée à de coups tordus valide cette ‘’ immunité’’ partielle du seul gouverneur de Ngazidja, c’est alors Kiki qui est visé et qui restera tout seul dans ce navire en naufrage. 

 

Il faut rappeler ici que l’actuel gouverneur ne devrait pas briguer ce mandat si la Cour constitutionnelle avait respecté l’esprit du code électoral, mais comme ce fut le temps où l’argent de la douane coulait à flot, tout est arrangé et les choses se sont passées en douceur avec la complicité de Sambi.

 

En attendant la Cour se prononcer, même si dans les rangs du Mouvement Orange, on compte beaucoup sur un jeune juriste nommé à la Cour par le gouverneur de Ngazidja pour influencer les membres de la Cour avec des arguments juridiques taillés sur mesure, les comoriens fassent confiance à cette haute juridiction pour lire le Droit, et rien que le Droit.

 

Ali Houmadi Alias Mkombe

SOURCE :  ridja  blog

Lire la suite

Affaire Rifki: Récits des événements!

27 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

Affaire Rifki: Récits des événements!

Rifki (l'homme à la tunique bleue et turban vert)

 

 

Le secrétaire général du Muftorat et deuxième personnalité religieuse de l’Etat, Saïd Abdallah Rifki, est tombé dans un piège, savamment orchestré par le ministère de l’intérieur. Il a été pris en flagrant délit, dans les alentours de l’alliance française à Moroni, dans une tentative de corruption du directeur de cabinet de l’intérieur, Abbas El-had, qui avait averti la police à l’avance du lieu et de la nature de l’opération.

On se souvient que c’est Rifki qui a été à la tête des délégations des religieux qui sont allées persuader le président de la République de la justesse des mesures de fermeture des débits d’alcool dans la capitale. Si le piège tendu par le ministère de l’Intérieur devait attester cette tentative, il se confirmera alors que, parallèlement, il négociait la réouverture des certains débits d’alcool, en tentant de soudoyer les responsables du ministère de l’intérieur.

Rendez-vous pris à l’alliance française, Rifki sera accompagné d’un employé du groupe Agk, qui sera muni d’une enveloppe dont la somme n’a pas encore été révélée. Rifki négocie la somme de deux millions et assiste à la remise de l’enveloppe pour obtenir du ministère une autorisation à un groupe commercial installé à Moroni (Agk) de rouvrir ses propres débits de vente d’alcool.
Une fois l’échange fait, l’argent contre l’autorisation, il tente de persuader le directeur de cabinet du ministère de maintenir la décision de fermeture des autres débits concurrents de Agk.

Une fois l’enveloppe remise, la police, en voiture banalisée, arrête le secrétaire général avec son complice et le conduit au poste de police. Rifki a été placé en garde à vue au poste de police de Moroni et sera traduit en justice aujourd’hui, lundi. Hier encore en début d’après-midi, une forte délégation de personnes proches de Rifki tentait d’étouffer l’affaire auprès de certaines hautes personnalités de l’Etat.

A l’heure où nous mettions sous presse, aucune réaction sur la question n’était encore venue du Muftorat. Pour leur part, les chefs religieux semblaient divisés sur l’attitude à adopter, certains redoutant un discrédit de leur autorité religieuse.

Cet acte, montre à quel degré la corruption a atteint la moelle épinière de la société comorienne et démontre la justesse de la mise en place de la commission anticorruption, l’urgence, pour la Justice de se saisir le dossier et, pour le gouvernement, la nécessité de prendre, au plus vite, de fermes mesures de redressement.
 
Albalad
Lire la suite

Remue-ménage sur les passeports diplomatiques

27 Décembre 2011 , Rédigé par Aimons les Comores

 

Mirex : Remue-ménage sur les passeports diplomatiques

 

Mirex : Remue-ménage sur les passeports diplomatiques

Le ministère des Relations extérieures a décidé de récupérer les passeports diplomatiques qui seraient délivrés en violation des règles. Toute personne détonant «un passeport diplomatique ou de service ne figurant pas sur les décrets» pris en juillet devrait oie remettre à la chancellerie» et dispose jusqu'au 31 décembre, délai de rigueur, pour le faire, selon une note circulaire du Ministère des Relations extérieures.

 

Les autorités ignorent le nombre de passeports délivres illégalement, mais sont certaines qu'il y a eu « des dérapages ». Une nouvelle liste de 52 personnes vient d'être établie pour les passeports diplomatiques. Toute personne «qui ne figure pas sur cette liste et qui détient un passeport diplomatique doit le rendre. En tout cas, selon Mirhane Bourhane. Le chef de la chancellerie au Mirex, des dispositions sont prises et les services de la police de l'air et des frontières sont informés, pour veiller à ce que ces passeports illégaux ne puissent pas servir.

 

 Des dispositions qui font suite au décret pris fin juillet par le président Ikililou Dhoinine, limitant le nombre d'ayant droits aux passeports diplomatiques. Jusqu'en juillet 2011, des attachés de cabinets, des militaires et des simples fonctionnaires pouvaient se procurer facilement de ces documents, d'après un fonctionnaire du Mirex. Pour certains, il suffisait d'avoir une proximité avec certaines autorités pour se voir délivrer un passeport diplomatique.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>