Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

L'Ambassadeur de Chine en visite dans une entreprise de fabrication de cigarettes à Anjouan

26 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores


Ce vendredi à 10h30, l'Ambassadeur de Chine aux Comores SEM Xiao Ming, a effectué une visite de courtoisie à la société de fabrication de cigarettes (SGO) sis à Anjouan. Dès son arrivé il a été acceuilli par M Uchanchy père de cette société chinoise et M Charaf Edin Mohamed Toihir Directeur de marketing. 

Cette visite rentre dans le cadre des ses activités et de renforcement des​ relations​ entre la Chine et l'Union des Comores. Le Diplomate chinois a salué les efforts des employés de cette société. Il tient à rappeler que l'épanouissement de la société se fera en étroite collaboration entre les employés et la direction. 
 
Ortega Abdou Hassani
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Lire la suite

Bambao Mtsanga: Sambi a t-il été invité ou pas?

26 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Bambao Mtsanga: Sambi a t-il été invité ou pas?

Bambao Mtsanga: Sambi a t-il été invité ou pas?

Lors de l'inauguration de l'hôpital de l'amitié sino-comorienne à Bambao Mtsanga, l'ancien président Sambi a brillé par son absence.

 

Ses proches ont immédiatement réagit en prétendant qu'il n'aurait pas été invité. Un communiqué signé dans la journée par le coordinateur du parti Juwa, Mahmoud Elarif, va dans le même sens en parlant de "problèmes protocolaires".

 

La vérité est que Sambi a bien été invité via un appel du cabinet présidentiel mais ce dernier aurait exigé que ce soit le chef de l'état en personne qui l'appelle.

 

Immédiatement, le locataire de Beit-Salam a été informé de l'exigence de l'ancien président.

 

Enervé par cette requête, il n'a pas donné suite aux caprices du mollah.

 

Quelques heures après, ne voyant aucun appel du président Azali, Sambi essaie de le joindre sur son téléphonne en vain.

 

Ainsi, il décida de ne pas s'y rendre contrairement à la population anjouanaise qui a répondu massivement à cet événement historique pour l'île d'Anjouan.

 

comoresalternances.centerblog.net

 

Lire la suite

1er anniversaire du mandat Azali: Le parti JUWA dévoile les raisons de la non participation du Président Sambi

26 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

PARTI POLITIQUE JUWA
Coordination de Ndzuani
COMMUNIQUE
 
Afin de couper court aux spéculations sur la non participation de l'ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi à la cérémonie d'inauguration de l'hôpital de Bambao Mtsanga et de la célébration du 1er anniversaire du mandat du président Azali, nous tenons à dire la vérité aux comoriens.
 
Oustadh Ahmed Abdallah Mohamed Sambi ne pouvait pas prendre part à une cérémonie officielle à laquelle il n'était pas invité même si il fut à l'initiative du projet de cet hôpital dont la convention a été signée pendant son mandat.
 
Oustadh Ahmed Abdallah Mohamed Sambi est respectueux des règles protocolaires et ne pouvait s'inviter à cette cérémonie au risque de mettre mal à l'aise les organisateurs.
 
L'ouverture de l'hôpital de Bambao était parmi nos promesses électorales. Ainsi, nous nous félicitons que cet hôpital soit enfin inauguré trois ans après qu'il soit remis au gouvernement du président Ikililou. Que le peuple chinois soit remercié pour sa grande solidarité avec le peuple comorien. Nous souhaitons que cette amitié sino-comorienne qui existe depuis l'indépendance puisse se consolider davantage.
 
Nous espérons que l'hôpital de Bambao Mtsanga puisse progressivement et rapidement répondre aux attentes de nos co-citoyens afin de limiter les évacuations sanitaires vers l'étranger et de réduire les morts dans la traversée vers Mayotte, pour ne citer que ceux-là.
 
Le gouverneur Dr Abdou Salami Abdou s'est fortement impliqué pour le bon fonctionnement de cet hôpital, notamment en mobilisant les médecins anjouanais à s'organiser pour assurer les services pouvant être rendus opérationnels. Qu'il en soit remercié.
 
Mutsamudu, le 26 mai 2017
Pour la Coordination JUWA Ndzuani
Le Coordinateur
Mahamoud Mohamed ELARIF
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Lire la suite

Télécommunications : Telco dévoile ses nouvelles offres pour le ramadan

26 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Télécommunications : Telco dévoile ses nouvelles offres pour le ramadan

image article une
Lors de la présentation de son 100.000eme abonné il y a deux semaines, le directeur général de Telco avait promis une «politique commerciale agressive» pour le mois de ramadan. Force est de constater qu’il a tenu parole parce que désormais, l’offre promotionnelle comprend la puce qui passe de 2.000 à 500 fc, le téléphone K1s à 5000 fc au lieu de 15 000 et 50% de bonus pour chaque transfert de crédit via le système «2toiàmoi», c’est-à-dire un transfert électronique.

 

Avec le début probable du jeûne demain, samedi 27 mai, le second opérateur de télécommunications, Telco, a présenté hier à la presse de nouvelles offres spéciales.

Celles-ci sont particulièrement destinées aux «petits budgets» dans le but d’améliorer davantage le quotidien des Comoriens, selon le responsable de la communication, Stéphane Aboutoihi.

D’après l’équipe de communication de Telco, 90% du territoire national serait couvert par le réseau 4G ; l’opérateur privé a, en outre, lancé quatre offres en six mois d’activités en direction de ses clients et  99% de son personnel serait des nationaux. A en croire toujours Aboutoihi, «depuis l’arrivée de Telma aux Comores, les offres dans le secteur des télécommunications ont considérablement chuté et les Comoriens profitent désormais des bienfaits de la concurrence.

C’est un mois de partage et avec un réseau 4G ultra performant, on peut joindre les membres de sa famille avec des appels vidéos via Viber, messenger, Whatsapp, Skype entre autres ».

Quatre offres en six mois

Lors de la présentation du 100.000eme abonné de l’opérateur il y a deux semaines, le directeur général, Stéphane Teyssedre, avait promis une «politique commerciale agressive» pour le mois de ramadan.

Force est de constater qu’il a tenu parole parce que désormais, l’offre promotionnelle comprend la puce qui passe de 2.000 à 500 fc, le téléphone K1s à 5.000 fc  au lieu de 15.000 et 50% de bonus pour chaque transfert de crédit via le système «2toiàmoi», c’est-à-dire un transfert électronique.

À ces mesures, il faut ajouter le power box 4G qui passe de 75.000 fc à 50.000 fc avec 4Go de data pour le mois de ramadan. En ce qui concerne le data mobile, Telco offre 100% de bonus utilisable de 21 heures à 6 heures du matin pour tous les datas achetés avec 500, 1.000 ou 2.000 fc avec une durée d’une semaine.

Pour une recharge de crédit de 1.000, 2.000 ou 20.000 fc, Telco offre des appels gratuits et illimités via bundle et vers le réseau Telma de 21 heures à 6 heures du matin pour respectivement un jour, une semaine ou le mois de ramadan tout entier.

Stéphane Aboutoihi parle «d’une révolution», car il s’agirait de la première fois qu’une telle promotion est lancée aux Comores. «La concurrence est désormais une réalité et Telma fait office de 1er opérateur pour l’internet mobile très haut débit. À partir de demain, matin à 8 heures (aujourd’hui, Ndrl), les Comoriens peuvent profiter de nos sept offres promotionnelles pour le mois sacré», a-t-il fait savoir.

alwatwan

Lire la suite

Grève des enseignants : Le parlement appelle l’intersyndicale à reprendre le chemin des classes

26 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Grève des enseignants : Le parlement appelle l’intersyndicale à reprendre le chemin des classes

image article une
Pour le député Tocha Djohar, l’inquiétude de l’intersyndicale par rapport aux engagements du gouvernement est d’autant plus justifiée que plusieurs protocoles d’accord antérieurs n’ont pas été respectés. «Cependant, nous leur demandons de faire confiance à l’Assemblée nationale pour le respect des engagements pris», a-t-il assuré.

 

Suite à la grève qui paralyse l’école publique depuis le 24 avril, le parlement avait entamé une mission de médiation afin de rapprocher les points de vue et de sortir de la crise. Dans une conférence de presse hier, jeudi 25 mai, il a fait part de l’échec de ses bons offices.

«L’opinion nationale se posait des questions sur notre silence face à ce débrayage des enseignants. Depuis le déclenchement de cette grève, nous avons tout essayé pour trouver un terrain d’entente entre le gouvernement et l’intersyndicale», a déclaré le député Abdallah Tocha Djohar.

C’est ainsi qu’une commission de médiation, présidée par Oumouri Hadjira et composée de Dhoihir Dhoulkamal, Ali Hadji, Soulaimane Mohamed et Tocha Djohar, a été mise en place.

Les négociations que nous avons pu mener ont débouché sur des propositions concrètes, présentées à la fois au gouvernement et à l’intersyndicale. Malheureusement, ces propositions n’ont pas permis à ce jour la reprise des cours. Mais, nous ne comptons pas nous arrêter-là, nous poursuivrons les discussions», a-t-il ajouté.

Pour le député d’Itsandra-Nord, l’inquiétude de l’intersyndicale par rapport aux engagements du gouvernement est d’autant plus justifiée que plusieurs protocoles d’accord antérieurs n’ont pas été respectés.

 

«Cependant, nous leur demandons de faire confiance à l’Assemblée nationale pour le respect des engagements pris», a fait savoir Tocha Djohar. Et de regretter que le parlement n’ait pas été associé aux précédentes négociations entre les deux parties. Cette fois, l’Assemblée nationale entend se battre pour faire partie de la prochaine commission qui sera chargée du nettoyage du fichier de la fonction publique.

Par ailleurs, elle a promis de mettre sur pied une commission d’enquête parlementaire pour démasquer ceux qui auront bénéficié indument de tout avancement ou intégration pendant ces dix dernières années. Le parlement s’est aussi engagé à intégrer les revendications de l’intersyndicale lors de l’examen de la loi de finances rectificative.

Selon lui, le gouvernement a déjà mobilisé plus de 400 millions de fc destinés au paiement des reliquats, en attendant les conclusions des travaux de la commission.

«Nous sommes tous d’accord quant à la légitimité de vos revendications et nous sommes disposés à vous accompagner, mais nous vous appelons à penser à l’avenir de ces milliers d’enfants, fer de lance du développement de notre pays», ont ainsi plaidé les parlementaires devant les enseignants.

alwatwan

Lire la suite

Sambi a boycotté l'inauguration de Bambo Mtsanga!

26 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Sambi a boycotté l'inauguration de Bambo Mtsanga!

Selon une source proche de Beit-Salam, l'ancien président Sambi a bel et bien été invité à l'inauguration de l'hôpital de Bambao mais ne s'est pas déplacé à cet événement historique.

LES 50 MENSONGES DU PRESIDENT SAMBI

 

Ses partisans polluent la toile pour prétendre le contraire mais la vérité commence à se dévoiler, le divorce entre CRC et JUWA est acté depuis fort longtemps.

 

On attend plus que le sifflet final pour mettre fin à cette mascarade.

 

L'hôpital de l'amitié sino-comorienne a été inondé d'une foule immense, plus de 25000 personnes. Les anjouanais ont répondu présent à l'appel du chef de l'état, Azali Assoumani.

 

Le parti Juwa a appellé ses militants à boycotter cette manifestation mais a lamentablement échoué.

 

Dossar qui a voyagé dans l'avion affretté par la présidence ne s'est pas déplacé à la caravane présidentielle.

 

Le gouverneur Salami s'est fait remarqué à Moya mais en tant que premier magistrat de l'île.

 

Azali plus populaire que jamais à Anjouan engrange des points considérables sur le plan de l'énergie et le peuple comorien lui fait confiance pour l'émergence tant attendue.

 

Comoresalternances.centerblog.net

 

Lire la suite

La religion musulmane, une force tranquille à Madagascar

25 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

En 2010, les musulmans représentaient 1,1% de la société malgache, aujourd'hui ils constituent 15 % d'une population totale de plus de 25 millions d'habitants.
L'ancien président des Comores, Sambi, reçu par le préfet, le maire et la communauté musulmane de Majunga en 2011 ©mumineen
Vendredi 19 mai, il est midi tapante. Revana Jean Jacques, 49 ans, est déjà devant la grande Mosquée de la capitale malgache Antananarivo qui s’étend sur 67 ha. Habillé d’une djellaba et d’un Kufi blanc, il s’apprête à faire la prière du vendredi. Musulman depuis 15 ans, Jean Jacques ne rate pas une seule séance.
 
« La religion musulmane est la seule religion à laquelle j’ai su rester fidèle. Je me suis converti par conviction et j’y ai trouvé beaucoup de biens tant au niveau spirituel que social », confie-t-il. Avant d’intégrer la grande famille des musulmans de Madagascar, il fréquentait l’église catholique et avait même frappé aux portes des églises dissidentes qualifiées de « sectes » à Madagascar, selon ses confidences. 
 
« Quand j’étais encore jeune, je faisais partie d’une bande de voyous mais aujourd’hui j’ai changé car les règles et enseignements que j’ai reçus de l’Islam n’autorisent pas de telles attitudes », témoigne ce quinquagénaire qui a appris plusieurs versets du Coran.
 
d'une population totale de plus de 25 millions d'habitants.Revana Jean Jacques figure parmi les 15% de Malgaches qui composent la communauté musulmane à Madagascar. Il s’agit d’un chiffre officiel émanant du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Une nette augmentation a été observée car seulement 1,1% de Malgaches étaient musulmans en 2010 sur une population totale de plus de 25 millions d'habitants, d’après une étude menée par Pew Research Center, un centre d’étude américain.

* Parfaite cohabitation religieuse

Le nombre de musulmans dans la Grande Ile a dépassé les 15% bien qu’aucune confirmation officielle n’ait été faite. Une ascension silencieuse qui est, en partie, due aux actions sociales effectuées par les fidèles musulmans, d’après Abousoary Said Arsène, vice-président du conseil d’administration du Conseil des cultes musulmans de Madagascar. Madagascar recense, selon la même source, un millier de mosquées. « Outre les Malgaches, les fidèles musulmans de Madagascar sont également composés d’Indo-pakistanais, d’Africains, de Comoriens et d’Arabes », poursuit le vice–président du Conseil. Il s’agit de la seule structure qui régit la religion musulmane à Madagascar.
 
La communauté musulmane est concentrée à Antsiranana, Mahajanga (Nord), à Atsimo Andrefana (Sud-est), à Toliara (au Sud) et enfin à Antananarivo (la Capitale). « Cette forte concentration des musulmans dans les côtes est liée à l’histoire de l’entrée de la religion musulmane à Madagascar. Les relations de nos anciens dirigeants avec les pays arabes ont contribué à ce début d’islamisation ». Historiquement, l’Islam s’est établi à Madagascar bien avant la période coloniale, c'est-à-dire avant 1800.

* Solidarité et remarquables actions sociales

Les musulmans à travers l’Association des musulmans malgaches (FSM) effectuent plusieurs actions sociales. « Il y a la règle du Zakât, une sorte d’impôt purificateur, dont 2% de nos biens sont consacrés aux œuvres sociales. Mais nous effectuons, également, des dons aux pauvres assez régulièrement comme à chaque Ramadan », explique Abousoary Said Arsène. Parmi les actions sociales des musulmans, l’on retient la très remarquable remise de dons aux détenus de la prison d’Antanimora, à Antananarivo. Il y a aussi l’appui aux sinistrés lors du dernier cyclone Enawo qui a frappé une grande partie de l’Ile.
Le FSM travaille étroitement avec les agences onusiennes comme le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) ou encore l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). L'Association des musulmans malgaches fait partie de la plateforme des leaders religieux et des organisations confessionnelles (Pleroc) qui regroupe neuf organisations confessionnelles à Madagascar. A travers cette plateforme, les musulmans participent à des dialogues religieux ou encore mènent conjointement des œuvres sociales avec des associations de l’église catholique ou protestante. Nombreux sont également les fidèles d’autres confessions qui se convertissent à l’Islam par conviction.

* Ni fanatisme, ni haine

Face au débat mondial qui relie souvent le terrorisme à la religion musulmane, la grande famille des musulmans de Madagascar est catégorique. « La religion musulmane ne conduit ni au fanatisme ni à la haine. Au contraire, nous sommes pour une cohabitation pacifique avec les autres religions », soutient le numéro deux du FSM.
 
La dernière actualité relative à la prochaine fermeture de 16 écoles coraniques dans les quatre coins de l’Ile a placé la communauté musulmane au cœur des débats. Le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, avait annoncé au cours d’une visite à Mahajanga, à l’ouest de Madagascar, l’éventuelle fermeture de ces écoles.
 
Mais un compromis a été, ensuite, trouvé d’après le vice – président du Conseil des cultes musulmans de Madagascar. «Le ministère a promis de réviser sa position en recommandant aux écoles de se conformer aux lois pour éviter la fermeture », explique-t-il.
 
Le ministère de l’Education Nationale a recommandé l’annulation des 5heures d’enseignement du Coran ainsi que la mise en place d’une direction nationale des écoles musulmanes qui devra voir le jour dans au courant de 2017. 
 
AA - Retrouvez cet article sur trt.net.tr

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Lire la suite

Sambi Invité ou pas invité ? Nous condamnerons sans équivoque, s'il n’était pas invité

25 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

On nous dit souvent qu'un individu fort de sa conscience n'a pas besoin de tribunal qui le venge de la calomnie.
 
Nous condamnerons sans équivoque, s'il s'avère que l'ancien Président Sambi n'était pas invité à la cérémonie d'inauguration de l’hôpital de Bambao-mtsanga. Avec cette même détermination qui dépasse nos clivages politiques, nous condamnerons les mensonges et l'imposture, s'il s’avère que l'ancien président Sambi était invité. Cela concerne quand même l'honneur de la république, car l'honneur de ceux qui nous gouvernent ou qui ont gouverné notre pays, ne doit pas être mis à prix, et ce, quelque soit nos clivages politiques. 
 
Ainsi, le camarade Mrimdu demande à ceux qui accusent le président Azali de ce manque de respect envers l'ancien président Sambi, que ces accusateurs se tiennent prêts eux-aussi à désavouer Sambi s'il s'avère que c'est lui qui joue le sketch. Que ceux qui véhiculent cette information nous disent s'ils seront capable de faire la même chose, c'est à dire désavouer Sambi sans esprit partisan, car c'est ainsi que nous allons hisser notre pays aux États respectueux des us et coutumes républicaines.
 
En fin, j'informe au préalable mes chers lecteurs et lectrices, que si cela s'avère que Sambi n'était pas invité, sans esprit partisane nous devons tous condamner. Mais s'il sévère le contraire, nous allons devoir tous dire à Sambi de comprendre qu'il n'est pas roi aux Comores, mais un citoyen comme nous tous. Et puisque nos amis sambistes disent souvent que Mrimdu s'acharne gratuitement contre eux, alors que je ne fais que relever leurs actes souvent de non sens, alors, aujourd'hui je rappelle à nos amis sambistes avant qu'il soit trop tard : Chers amis ! n'oubliez pas de radier Sambi des listes électorales de Batsa ya Itsanraya et l'inscrire à Mutsamudu s'il sera candidat à Anjouan. 
 
Ne revenez pas en 2021 pour crier au scandale lorsque sa candidature sera rejetée! (yéwé ! mtsi diwazé !), le changement de lieux de vote a des dates limites légales. C'est un rappel (bagni wushinda Hamada Madi Boléro) ben, comme d'habitude ! venez dire que c'est lui qui a écrit l'article !
 
Mrimdu

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)

Lire la suite

Santé publique : Vers un nouvel hôpital de six étages sur les ruines d’El-maarouf

25 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Santé publique : Vers un nouvel hôpital de six étages sur les ruines d’El-maarouf

image article une
D’ici moins de quatre ans, un bâtiment de six étages devrait s’élever sur les ruines de l’hôpital de référence. Coût de cet autre engrangement phare : 20 milliards de francs. Le chantier sera, symboliquement, lancé le 26 mai et un appel d’offres international devrait être lancé dans la foulée. En attendant, l’hôpital de l’amitié sino-comorienne de Bambao Mtsanga sera inauguré demain jeudi à Ndzuwani et les services d’ophtalmologie, stomatologie, Orl, les urgences, le diagnostic et l’imagerie médicale entreront en service. Malgré des progrès indéniables, il existe toutefois, des zones d’ombres au tableau. A commencer par l’absence d’un conseil d’administration à El-maarouf depuis le mois d’août.

 

Un nouvel hôpital de six étages et de six cent cinquante lits pour environ 20 milliards de francs comoriens. Le gouvernement ne cesse de le répéter : la santé sera l’une des principales priorités du mandat du président Azali Assoumani.

Le chantier sera symboliquement lancé le 26 mai pour un délai d’exécution de trois ans. Un appel d’offres international sera lancé dans la foulée. L’objectif des autorités nationales est on ne peut plus clair : permettre aux Comoriens de mieux se soigner, de bénéficier de prestations de qualité et à bas coût.

Le chef de l’Etat a déjà sonné la mobilisation de ses troupes pour faire de ce projet une réalité. Sur les ruines des bâtiments d’El-Maarouf, sera donc érigé cet hôpital flambant neuf et au standard international, qui n’aura rien à envier aux plus grands établissements hospitaliers de la région.

En attendant, l’hôpital de l’amitié sino-comorienne devrait être inauguré jeudi à Ndzuwani. Construit par la Chine depuis 2012, il devait entrer service en 2013, mais certains réaménagements devaient être faits auparavant. Les services ouvriront graduellement.

Au début ce sera l’ophtalmologie, la stomatologie, Orl, les urgences, le diagnostic et l’imagerie médicale. Un bloc opératoire et un centre de téléconférence sont également disponibles.

Le personnel employé de cet hôpital tournera autour de trois cent personnes en attendant la mise en place du cadre organique. Toute fois, la question des médecins qui y travailleront reste encore sans réponse.

Outre cet ambitieux programme, le gouvernement a aussi activé l’Inspection générale de la santé, un organe important pour l’évaluation du système national de santé. Sa mission est de passer au peigne fin les établissements de santé (publics et privés), en déceler les manquements pour formuler les recommandations nécessaires.

Bien qu’elle soit prévue dans l’organigramme du ministère de la Santé, l’Igs n’a jamais été mise en place. Son premier rapport est accablant : sur les cinquante quatre établissements recensés sur l’ensemble du territoire, seuls neuf répondraient aux normes. Un constat qui impose des mesures d’urgence pour protéger la santé des citoyens.

Plus de spécialistes

On peut aussi citer parmi les points positifs de la politique sanitaire du nouveau pouvoir, le recrutement de nombreux spécialistes à El-maarouf qui en manquait cruellement. Disposer de deux spécialistes par service, telle est l’ambition du directeur général de l’hôpital national de référence.

Il faut dire que jusqu’ici, ces médecins, une fois de retour aux Comores après leur spécialisation, étaient, pour la plupart, placés sous le fragile statut de contractuel.
Malgré ces progrès nets et indéniables, il existe tout de même de nombreuses ombres au tableau.

A commencer par l’absence d’un conseil d’administration à El-maarouf depuis le mois d’août. Dissous par le conseil des ministres parce que la désignation de ses membres n’aurait pas suivi la procédure normale, il n’est toujours pas renouvelé. L’hôpital est presque en pilotage automatique.

Il y a aussi la suspension soudaine des travaux de construction du pôle mère-enfant d’une capacité de 40 lits pour un budget de 1,5 million d’euros. «Toutes les parties prenantes étaient inclues dans les échanges et elles se sont mises d’accord pour le schéma d’un bâtiment fonctionnel.

L’appel d’offres a même été lancé au niveau national, régional et international. Il ne restait qu’à recruter les entreprises», déplorait la chef du projet, Ania Mohamed Issa. «Nous voulons que les projets soient en harmonie avec les attentes du gouvernement et les besoins du pays. Il ne faut pas qu’il ait des chevauchements», lui répondait alors le secrétaire général du gouvernement, Hamadi Idarousse.  

alwatwan

Lire la suite

Foundi Djibrile protégé et escorté par les forces de l'ordre de l'Aéroport jusqu'à Moroni

25 Mai 2017 , Rédigé par Aimons les Comores

Accueil chaleureux à l'aéroport Prince Saïd Ibrahim pour Foundi Djibrile

Foundi Djibrile est bien arrivé à Moroni. Dès son arrivé à l'aéroport prince Saïd Ibrahim, il a eu un accueil chaleureux. Des jeunes et notables​ venus des quatre coins de l'île de Ngazidja étaient présents pour accueillir le très populaire Foundi Djibrile. Mais aussi une forte mobilisation de force de l'ordre qui l'ont protégé et escorté jusqu'à Moroni. Nous ne connaissons pas s'il a eu une arrestation après mais nous cherchons toujours la suite de cette histoire. Wait and see.
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>