Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Résultats Provisoires des Conseillers Communaux

28 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Résultats Provisoires des Conseillers Communaux

Résultats proclamés par la CENI le 28 février 2015 au Palais du Peuple.

Ngazidja

CC01 CC02 CC03 CC04 CC05 CC06 CC07 CC08 CC09 CC10 CC11 CC12 CC13 CC14CC15 CC16 CC17 CC18 CC19 CC20 CC21 CC22 CC23 CC24 CC25 CC26 CC27 CC28

Ndzuwani

CC29 CC30 CC31 CC32 CC33 CC34 CC35 CC36 CC37 CC38 CC39 CC40 CC41 CC42CC43 CC44 CC45 CC46 CC47 CC48

Mwali

CC49 CC50 CC51 CC52 CC53 CC54

Les recours sont ouverts jusqu’au 2 février 2015 à la Cour. Suivra ensuite la période d’attribution des siège par la CENI et la Cour Constitutionnelle; enfin l’élection des Maires des Communes du 7 au 21 Mars en présence de la CENI dans chaque Commune.

Source: cenicomores

Résultats Provisoires des Conseillers Communaux
Lire la suite

HALTE A LA DICTATURE.

28 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

HALTE A LA DICTATURE.

A peine deux jours après la proclamation des résultats provisoires du second tour des législative, un règlement de comptes en règle s'instaure dans la 22ème circonscription Hamahamet-Mboinkou.

Tôt dans la matinée du 27 février jeunes militants de CRC et ANC sont arrêtés par la gendarmerie de Moroni. Cette décision hors norme, puisque cette gendarmerie n'a pas compétence pour agir dans cette circonscription qui, selon le découpage, relève de la compagnie Nord , a été prise par le ministre de l'intérieur, à la demande du VP Mohamed Ali Soilihi.

Au total 17 jeunes devront connaitre la prison pour avoir durant la campagne du second tour osé narguer le candidat du pouvoir dans la région. Ils ont affiché une banderole dénonçant les magouilles du VP dans un quartier dit Ziremboeni. Par ailleurs, ils se sont opposés à des militants du pouvoir qui ont tenté d'interdire un meeting du CRC à Itsandzéni. Au cours de ces altercations , six personnes sont blessées et ont été soignés aux hôpitaux d'Itsandzéni et Mbeni. A cette occasion une main courante a été déposée auprès de la gendarmerie de Mbeni.

C'est probablement parce que cette brigade a jugé bon d'enregistrer cette main courante, qu'elle a été jugée inapte par le procureur général Soilihi Mahamoud et le Ministre de l'intérieur pour procéder aux arrestations.

Pour l'heure, 5 jeunes sont placés en mandat de dépôt à la prison de Moroni, sans qu'ils sachent de quoi on leur reproche. Selon des informations proche des familles, ils seront présentés au parquet demain 28 février pour être jugé en comparution immédiate. Cette décision est contraire à la volonté affichée dès la proclamation des résultats provisoires, où l'on a vu les militants du VP Mohamed Ali Soilihi, brandir des bandeaux blancs en guise de paix en raison de la terreur qu'ils ont semé durant la campagne. Rira Bien qui rira le dernier...

HALTE A LA DICTATURE.
HALTE A LA DICTATURE.
Lire la suite

Reprise des cours à l’Université depuis lundi!

27 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Udc_moroni Enseignement. Le secrétaire général adjoint du Sneuc, Said Abdillah Amana, propose l’instauration, comme sous le régime Azali, d’une taxe de 50 fc sur le kilogramme de riz afin d’assurer le fonctionnement régulier de l’université.  «Il est rare de voir les enseignants de l’université faire grève. Mais, comme le gouvernement n’avait pas débloqué notre subvention, nous étions obligés de nous faire entendre. Nous sommes appelés à faire des recherches en tant qu’enseignants-chercheurs et cela demande des moyens financiers», a déclaré à Al-watwan, Abdillah Saïd Amana, secrétaire général adjoint du Sneuc (Syndicat national des enseignants de l’Université des Comores).  En effet, aussitôt après la fin du premier trimestre, les étudiants de l’Udc ont été contraints à l'école buissonnière. A l’origine de ce mouvement de débrayage des enseignants, le non versement de trois mois d’arriérés de salaires (novembre, décembre et janvier). Mais, depuis une semaine, le gouvernement comorien a accédé à une partie de ces revendications en payant les deux premiers mois. Et les cours ont officiellement repris le lundi 23 février dans l’ensemble des facultés et départements.  Le Sneuc a demandé aux autorités nationales de verser la subvention de l’Université au plus tard le 19 mars comme elles s’y sont engagées. «Si ce délai n’est pas respecté, nous allons procéder à une interruption des cours», avertit Said Abdillah Amana.  Les enseignants procèdent actuellement à des rattrapages de cours après plusieurs semaines de grève. Ils disent avoir rempli leur contrat et souhaitent que le gouvernement en fasse de même. «Sinon, nous allons boycotter les examens et la prochaine rentrée universitaire», affirme le secrétaire général adjoint du Sneuc, qui propose l’instauration, comme sous le régime Azali, d’une taxe de 50 fc sur le kilogramme de riz afin d’assurer le fonctionnement régulier de l’université.  Nazir Nazi Alwatwan

Udc_moroni Enseignement. Le secrétaire général adjoint du Sneuc, Said Abdillah Amana, propose l’instauration, comme sous le régime Azali, d’une taxe de 50 fc sur le kilogramme de riz afin d’assurer le fonctionnement régulier de l’université. «Il est rare de voir les enseignants de l’université faire grève. Mais, comme le gouvernement n’avait pas débloqué notre subvention, nous étions obligés de nous faire entendre. Nous sommes appelés à faire des recherches en tant qu’enseignants-chercheurs et cela demande des moyens financiers», a déclaré à Al-watwan, Abdillah Saïd Amana, secrétaire général adjoint du Sneuc (Syndicat national des enseignants de l’Université des Comores). En effet, aussitôt après la fin du premier trimestre, les étudiants de l’Udc ont été contraints à l'école buissonnière. A l’origine de ce mouvement de débrayage des enseignants, le non versement de trois mois d’arriérés de salaires (novembre, décembre et janvier). Mais, depuis une semaine, le gouvernement comorien a accédé à une partie de ces revendications en payant les deux premiers mois. Et les cours ont officiellement repris le lundi 23 février dans l’ensemble des facultés et départements. Le Sneuc a demandé aux autorités nationales de verser la subvention de l’Université au plus tard le 19 mars comme elles s’y sont engagées. «Si ce délai n’est pas respecté, nous allons procéder à une interruption des cours», avertit Said Abdillah Amana. Les enseignants procèdent actuellement à des rattrapages de cours après plusieurs semaines de grève. Ils disent avoir rempli leur contrat et souhaitent que le gouvernement en fasse de même. «Sinon, nous allons boycotter les examens et la prochaine rentrée universitaire», affirme le secrétaire général adjoint du Sneuc, qui propose l’instauration, comme sous le régime Azali, d’une taxe de 50 fc sur le kilogramme de riz afin d’assurer le fonctionnement régulier de l’université. Nazir Nazi Alwatwan

Lire la suite

Mouigni fait des yeux doux aux nouveaux conseillers

27 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Mouigni fait des yeux doux aux nouveaux conseillers  Le gouverneur de l'Ile de Ngazidja fait les yeux doux aux nouveaux conseillers.   Le Tibétain aurait reçu tous les conseillers fraîchement élus à Mdrodjou. Jusqu'à là rien d'anormal. Mais le boulanger a, dans la foulée, sollicité le soutien politique des conseillers qui ne sont pas son clan. Il faut dire que le puissant gouverneur se trouve dans une mauvaise posture avec seulement 5 conseillers portant les couleurs du RDC-Congo. Par cette invitation, il compterait aussi s'appuyer sur son homme à tout faire le puissant KACHICHE pour enrôler les conseillers ne sont acquis à sa cause. Mais quelle cause?   Mais là où le seigneur du Tibet se trompe, ce beau monde a juré lui faire payer son insolence et sa gestion calamiteuse des ressources de l'île deNgazidja. Il n'est pas exclu que certains d'entre eux puissent tomber sous le charme des billets distribués par KACHICHE, quelques contrats ici et là et autres tonnes de ciment. Toutefois, une chose est sûre, le boulanger aura du mal à composer son futur gouvernement avec seulement 5 conseillers RDC sur 23.   Toyb Ahmed

Mouigni fait des yeux doux aux nouveaux conseillers Le gouverneur de l'Ile de Ngazidja fait les yeux doux aux nouveaux conseillers. Le Tibétain aurait reçu tous les conseillers fraîchement élus à Mdrodjou. Jusqu'à là rien d'anormal. Mais le boulanger a, dans la foulée, sollicité le soutien politique des conseillers qui ne sont pas son clan. Il faut dire que le puissant gouverneur se trouve dans une mauvaise posture avec seulement 5 conseillers portant les couleurs du RDC-Congo. Par cette invitation, il compterait aussi s'appuyer sur son homme à tout faire le puissant KACHICHE pour enrôler les conseillers ne sont acquis à sa cause. Mais quelle cause? Mais là où le seigneur du Tibet se trompe, ce beau monde a juré lui faire payer son insolence et sa gestion calamiteuse des ressources de l'île deNgazidja. Il n'est pas exclu que certains d'entre eux puissent tomber sous le charme des billets distribués par KACHICHE, quelques contrats ici et là et autres tonnes de ciment. Toutefois, une chose est sûre, le boulanger aura du mal à composer son futur gouvernement avec seulement 5 conseillers RDC sur 23. Toyb Ahmed

Lire la suite

DESTITUTION D’UN MEMBRE DE LA COURS CONSTITUTIONNELLE. DOSSARD RISQUE DE TOMBER. UNE GRANDE DECEPTION POUR DOSSARD DOMMAGE.

26 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

DESTITUTION D’UN MEMBRE DE LA COURS CONSTITUTIONNELLE. DOSSARD RISQUE DE TOMBER. UNE GRANDE DECEPTION POUR DOSSARD DOMMAGE.

Publié par chamssidine

DESTITUTION D’UN MEMBRE DE LA COURS CONSTITUTIONNELLE.

DOSSARD RISQUE DE TOMBER.

On ne peut pas gagner par la fraude, la cours constitutionnelle vient de découvrir une grande fraude vannant du parti Juwa.

Une information de dernière minute le conseiller antoy abdou c’est un proche de Sambi mais c’est Anisse qui l avait désigné comme membre de la cour en juin2011 est suspendu de ses fonctions à la cour constitutionnelle des aujourd’hui.

C’est une ruse bien calculé, on attrapé le parti JUWA la main dans le sac.

La manière dont le parti Juwa a procédé pour faire gagner dossard à Mutsamudu ils ont volé les procès verbaux et les ont rempli pour faire l échange mais sans succès à haibara 1 car la commission électorale a eu l écho et les partisans de bacar Abdou ont empêché cela.

Je dirai bravo à monsieur Bacar Abdou.

La nuit des mensonges ne dure pas longtemps.

Cette fraude ne doit pas rester impunie. Et le changement doit commencer par la, chers amis.

VIVE LES COMORES ET VIVE ANJOUAN

Ensemble vers le vrai changement de notre pays.

Monsieur Chamssidine Maanfou

DESTITUTION D’UN MEMBRE DE LA COURS CONSTITUTIONNELLE. DOSSARD RISQUE DE TOMBER. UNE GRANDE DECEPTION POUR DOSSARD DOMMAGE.
Lire la suite

Le Parti Juwa En Tête Des Législatives

26 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Le Parti Juwa En Tête Des Législatives

Le Parti Juwa En Tête Des Législatives

Les premiers résultats officiels des élections législatives aux Comores ont été annoncés, mercredi 25 février, par la Commission nationale électorale indépendante. Ils sont encore provisoires, mais devraient être définitivement confirmés le 6 mars prochain. Le parti Juwa et le Parti pour l’Entente comorienne sortiraient vainqueurs de ce scrutin.

Avec notre correspondante sur place, Anziza M’Changama

C’est un taux de participation record de 73% qui a été atteint lors du scrutin de dimanche dernier. Les Comoriens connaissent désormais leurs 24 représentants à l’Assemblée nationale. Comme le 1er tour le laissait présager, un tiers d’entre eux sont membres du parti Juwa de l’ex-chef de l’Etat Ahmed Abdallah Sambi, qui a quitté la présidence en 2011. Son parti totalise le meilleur score avec sept députés Juwa élus et un indépendant proche du parti.Le candidat du Parti pour l’Entente comorienne (PEC) allié de Juwa est également donné vainqueur avec seulement 10 voix d’avance.  l’Entente comorienne sortiraient vainqueurs de ce scrutin.  Avec notre correspondante sur place, Anziza M’Changama  C’est un taux de participation record de 73% qui a été atteint lors du scrutin de dimanche dernier. Les Comoriens connaissent désormais leurs 24 représentants à l’Assemblée nationale. Comme le 1er tour le laissait présager, un tiers d’entre eux sont membres du parti Juwa de l’ex-chef de l’Etat Ahmed Abdallah Sambi, qui a quitté la présidence en 2011. Son parti totalise le meilleur score avec sept députés Juwa élus et un indépendant proche du parti.Le candidat du Parti pour l’Entente comorienne (PEC) allié de Juwa est également donné vainqueur avec seulement 10 voix d’avance. RFI

C’est un taux de participation record de 73% qui a été atteint lors du scrutin de dimanche dernier. Les Comoriens connaissent désormais leurs 24 représentants à l’Assemblée nationale. Comme le 1er tour le laissait présager, un tiers d’entre eux sont membres du parti Juwa de l’ex-chef de l’Etat Ahmed Abdallah Sambi, qui a quitté la présidence en 2011. Son parti totalise le meilleur score avec sept députés Juwa élus et un indépendant proche du parti.Le candidat du Parti pour l’Entente comorienne (PEC) allié de Juwa est également donné vainqueur avec seulement 10 voix d’avance. l’Entente comorienne sortiraient vainqueurs de ce scrutin. Avec notre correspondante sur place, Anziza M’Changama C’est un taux de participation record de 73% qui a été atteint lors du scrutin de dimanche dernier. Les Comoriens connaissent désormais leurs 24 représentants à l’Assemblée nationale. Comme le 1er tour le laissait présager, un tiers d’entre eux sont membres du parti Juwa de l’ex-chef de l’Etat Ahmed Abdallah Sambi, qui a quitté la présidence en 2011. Son parti totalise le meilleur score avec sept députés Juwa élus et un indépendant proche du parti.Le candidat du Parti pour l’Entente comorienne (PEC) allié de Juwa est également donné vainqueur avec seulement 10 voix d’avance. RFI

Lire la suite

Pas d'esprit séparatiste mais l'équité pour toutes les régions des Comores !

26 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Pas d’esprit séparatiste mais l’équité pour toutes les régions des Comores !Au risque de choquer certains esprits ici, soi-disant ''unionistes'', il faut qu'on s'interroge sur ce laisse aller , sur les circonscriptions relatives aux élections législatives entre les îles . En effet , plusieurs circonscriptions à Ngazidja , beaucoup plus d'électeurs et plus peuplées que l'île de Mohéli , se retrouvent avec un seul Député ; quant à l'île de Djoumbé Fatima , toute seule , comptabilise sept Députés dont quatre au suffrage universel et trois qui seront complétés en raison de trois élus par chaque conseil insulaire. Et prenons l'exemple de la circonscription de Mitsamiouli-Mboudé avec un seul Député pour ne pas citer d'autres , montre bien et d'une manière explicite cette injustice anti-démocratique ! N'est-il pas nécessaire de s'interroger sur l'instauration d'une vraie démocratie aux Comores en ciblant l'équité de toutes les circonscriptions ?  Comment sont reparties les cotisations de recettes de chaque île ? Grande Comores donne 28 Milliards de francs comoriens, Anjouan, 3 Milliards de francs Comorien et Mohéli cotise en moyenne, 600 Millions de francs comoriens. Soit un total de : 31 Milliards 600 Millions .  Voici les quotes-parts fixées arbitrairement une fois toutes les recettes versées dans un compte spécial : Grande Comores 36%, soit 11Milliards 160 Millions ; Anjouan 32% soit 10 Milliards 112 Millions ; Mohéli 8% soit 1 Milliard 860 Millions et l'Union des Comores se trouve avec 8 Milliards ! Si vous regardez bien, c'est la Grande Comores qui, avec ses recettes initiales de 28 Milliards, '' arrose'' Mohéli, Anjouan et l'union des Comores ! Enfin Ngazidja se retrouve seulement avec 11 Milliards, 160 millions de francs comoriens, et au final cette somme est détournée par le pouvoir central, au bénéfice de petits escrocs mohéliens, avec le soutien d'Ikililou.  Nous allons encore une fois choquée quelques esprits mais qu'on sache que par rapport à ce que verse Mohéli dans les caisses de l'Etat, il est impensable qu'au niveau de postes du gouvernements et des directions générales de l'Etat, Mohéli asphyxie les autres îles et cela ne préoccupe pas Ikililou mais tous sur la ligne défensive : '' Mtsiriboneya'' ( vous nous méprisez).   La proportionnalité n'est pas vérifiée au niveau de répartition de postes de l'union des Comores ! Non seulement que la population de Mohéli est largement inférieure à celle de Moroni ou d'autres régions de la Grande-comore , avec 13 ministres qui composent le gouvernement d'Ikililou , cette petite île avec leur 600 Millions de recettes , occupe 7 postes ministérielles représentant 53,85 % , Ngazidja, 3 ministres, soit 23 , 07 % malgré sa cotisation de recettes à la hauteur de 88 , 61% , et Anjouan 3 ministres comme Ngazidja !  Cette inégalité de répartition de postes se constate dans les différentes sociétés d 'Etat, plusieurs Moheliens occupent plusieurs postes des Directeurs Généraux et ont envahi toutes les Missions diplomatiques des Comores accréditées à l'étranger. Un exemple simple : l'ambassadeur comorien en France est un Mohélien, ceux de la Belgique et de l'UNESCO sont des Mohéliens. Tout cela est pour alerter les Wagazidjas que plusieurs régions de la Grande-comore , plus peuplées que l'Ile de Djoubé Fatima , n'ont ni Ministre ni Directeur Général et ni Ambassadeur dans le monde ...  Dans tout cela , Ikililou érige un régime politique basé sur les détournements de fonds publics , la corruption , l'injustice malgré le sacrifice de Wagazidjas qui donnent leurs argents à Mohéli , Anjouan et à l'Union des Comores , mais il continue toujours à dépouiller le peu restant à Ngazidja !  Il apparaît clairement que la contribution Mohélienne dans notre budget global ne représente même pas 2%. Une telle réalité des chiffres devrait conduire nos frères Moheliens à observer une certaine modération dans leurs pratiques actuelles en matière de répartitions des postes et au delà. Or, on constate que dans l'exercice du pouvoir actuel, on peut s'indigner de constater que sur 13 postes ministériels, 7 ministres sont Mohéliens et que d'une façon générale, on peut dire sans se tromper que Ikililou a par son esprit fait de sa présidence une affaire Mohélienne au lieu de comorienne. Avec les moins de 2% de contribution financière de l'île de Mohéli, Ikililou et son équipe de gouvernement Mohelien gèrent et détournent plus de 98% de contribution exclusivement Grand-comorienne et Anjouanaise dont la Grande-comore toute seule cotise 88, 61% . Il est manifestement clair que l'esprit d'équité voulu par les accords de Fomboni n'est pas du tout ce qui se passe dans la pratique. Dans ces conditions, il n'y aura parfaite équité que si chaque île gère ses propres affaires et que l'on aille vers un modèle d'union semblable à celle de l'union européenne.  N'en déplaise aux complices de cette gestion mafieuse mais nous continuerons à le dire et à préparer l'opinion sur cette révolution qui doit s'opérer pour se débarrasser d'un régime malhonnête. La révolution , c'est maintenant.  MLPC =  SOURCE  :  MLIMADJI

Pas d’esprit séparatiste mais l’équité pour toutes les régions des Comores !Au risque de choquer certains esprits ici, soi-disant ''unionistes'', il faut qu'on s'interroge sur ce laisse aller , sur les circonscriptions relatives aux élections législatives entre les îles . En effet , plusieurs circonscriptions à Ngazidja , beaucoup plus d'électeurs et plus peuplées que l'île de Mohéli , se retrouvent avec un seul Député ; quant à l'île de Djoumbé Fatima , toute seule , comptabilise sept Députés dont quatre au suffrage universel et trois qui seront complétés en raison de trois élus par chaque conseil insulaire. Et prenons l'exemple de la circonscription de Mitsamiouli-Mboudé avec un seul Député pour ne pas citer d'autres , montre bien et d'une manière explicite cette injustice anti-démocratique ! N'est-il pas nécessaire de s'interroger sur l'instauration d'une vraie démocratie aux Comores en ciblant l'équité de toutes les circonscriptions ? Comment sont reparties les cotisations de recettes de chaque île ? Grande Comores donne 28 Milliards de francs comoriens, Anjouan, 3 Milliards de francs Comorien et Mohéli cotise en moyenne, 600 Millions de francs comoriens. Soit un total de : 31 Milliards 600 Millions . Voici les quotes-parts fixées arbitrairement une fois toutes les recettes versées dans un compte spécial : Grande Comores 36%, soit 11Milliards 160 Millions ; Anjouan 32% soit 10 Milliards 112 Millions ; Mohéli 8% soit 1 Milliard 860 Millions et l'Union des Comores se trouve avec 8 Milliards ! Si vous regardez bien, c'est la Grande Comores qui, avec ses recettes initiales de 28 Milliards, '' arrose'' Mohéli, Anjouan et l'union des Comores ! Enfin Ngazidja se retrouve seulement avec 11 Milliards, 160 millions de francs comoriens, et au final cette somme est détournée par le pouvoir central, au bénéfice de petits escrocs mohéliens, avec le soutien d'Ikililou. Nous allons encore une fois choquée quelques esprits mais qu'on sache que par rapport à ce que verse Mohéli dans les caisses de l'Etat, il est impensable qu'au niveau de postes du gouvernements et des directions générales de l'Etat, Mohéli asphyxie les autres îles et cela ne préoccupe pas Ikililou mais tous sur la ligne défensive : '' Mtsiriboneya'' ( vous nous méprisez). La proportionnalité n'est pas vérifiée au niveau de répartition de postes de l'union des Comores ! Non seulement que la population de Mohéli est largement inférieure à celle de Moroni ou d'autres régions de la Grande-comore , avec 13 ministres qui composent le gouvernement d'Ikililou , cette petite île avec leur 600 Millions de recettes , occupe 7 postes ministérielles représentant 53,85 % , Ngazidja, 3 ministres, soit 23 , 07 % malgré sa cotisation de recettes à la hauteur de 88 , 61% , et Anjouan 3 ministres comme Ngazidja ! Cette inégalité de répartition de postes se constate dans les différentes sociétés d 'Etat, plusieurs Moheliens occupent plusieurs postes des Directeurs Généraux et ont envahi toutes les Missions diplomatiques des Comores accréditées à l'étranger. Un exemple simple : l'ambassadeur comorien en France est un Mohélien, ceux de la Belgique et de l'UNESCO sont des Mohéliens. Tout cela est pour alerter les Wagazidjas que plusieurs régions de la Grande-comore , plus peuplées que l'Ile de Djoubé Fatima , n'ont ni Ministre ni Directeur Général et ni Ambassadeur dans le monde ... Dans tout cela , Ikililou érige un régime politique basé sur les détournements de fonds publics , la corruption , l'injustice malgré le sacrifice de Wagazidjas qui donnent leurs argents à Mohéli , Anjouan et à l'Union des Comores , mais il continue toujours à dépouiller le peu restant à Ngazidja ! Il apparaît clairement que la contribution Mohélienne dans notre budget global ne représente même pas 2%. Une telle réalité des chiffres devrait conduire nos frères Moheliens à observer une certaine modération dans leurs pratiques actuelles en matière de répartitions des postes et au delà. Or, on constate que dans l'exercice du pouvoir actuel, on peut s'indigner de constater que sur 13 postes ministériels, 7 ministres sont Mohéliens et que d'une façon générale, on peut dire sans se tromper que Ikililou a par son esprit fait de sa présidence une affaire Mohélienne au lieu de comorienne. Avec les moins de 2% de contribution financière de l'île de Mohéli, Ikililou et son équipe de gouvernement Mohelien gèrent et détournent plus de 98% de contribution exclusivement Grand-comorienne et Anjouanaise dont la Grande-comore toute seule cotise 88, 61% . Il est manifestement clair que l'esprit d'équité voulu par les accords de Fomboni n'est pas du tout ce qui se passe dans la pratique. Dans ces conditions, il n'y aura parfaite équité que si chaque île gère ses propres affaires et que l'on aille vers un modèle d'union semblable à celle de l'union européenne. N'en déplaise aux complices de cette gestion mafieuse mais nous continuerons à le dire et à préparer l'opinion sur cette révolution qui doit s'opérer pour se débarrasser d'un régime malhonnête. La révolution , c'est maintenant. MLPC = SOURCE : MLIMADJI

Lire la suite

LE GOUVERNEUR MOUIGNI SERAIT-IL MAL PARTI POUR LES PRÉSIDENTIELLES DE 2016 ?

26 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

LE GOUVERNEUR MOUIGNI SERAIT-IL  MAL PARTI POUR LES PRÉSIDENTIELLES DE 2016 ? On ne peut pas prétendre briguer la présidence de l'union des Comores en 2016 dès lors qu'on n'a pas de fief et encore moins une légitimité dans sa région d'origine. En effet, le chef de l'exécutif de Ngazidja a frôlé le ridicule et la honte au regard de ses résultats obtenus dans sa région d'Itsandra. Pour comprendre ce qui s'est réellement passé, il suffit d'observer que dans les deux circonscriptions d'Itsandra, le Nord et le Sud ; le nombre des inscrits dans les listes électorales est de 19544 et le nombre des votants est de l'ordre de15954, soit un taux de participation de 82,72%. Et le parti du RDC de Mouigni n'a recueilli 47,28% voix, c'est a dire 7543 voix sur 15954 voix exprimées. Sachant que l' UPDC+PEC=45,54=7262 voix NULS=07,18% soient 1146 voix. Vu l'argent distribué aux électeurs et les tentatives de fraudes avérées, le ''micro-parti RDC'' de MOUIGNI est passé à coté du terrible sort réservé à son cousin, le parti orange de son frère ennemi Mr KIKI. Dans sa grande déception, le gouverneur doit se préparer à essuyer un autre revers, ce ne sont que des résultats provisoires puisque la cour constitutionnelle n'a pas encore dit son dernier mot, à la suite du recours déposé par le candidat de L'UPDC pour invalider certains bureaux des votes entachés de fraudes, notamment le bureau de Pvanadjou et le fameux bureau de vote de Ntsoudjini, où, des électeurs ont réussi à voter avec des cartes d'électeurs qui ne leur appartiennent, où, certains morts ont donné procuration. Attendons voir car il n'est pas impossible que le ciel tombe sur la tête de nouveau, une fois que la cour constitutionnelle aura validé ou invalidé les résultats de ces deux bureaux. Younoussa

LE GOUVERNEUR MOUIGNI SERAIT-IL MAL PARTI POUR LES PRÉSIDENTIELLES DE 2016 ? On ne peut pas prétendre briguer la présidence de l'union des Comores en 2016 dès lors qu'on n'a pas de fief et encore moins une légitimité dans sa région d'origine. En effet, le chef de l'exécutif de Ngazidja a frôlé le ridicule et la honte au regard de ses résultats obtenus dans sa région d'Itsandra. Pour comprendre ce qui s'est réellement passé, il suffit d'observer que dans les deux circonscriptions d'Itsandra, le Nord et le Sud ; le nombre des inscrits dans les listes électorales est de 19544 et le nombre des votants est de l'ordre de15954, soit un taux de participation de 82,72%. Et le parti du RDC de Mouigni n'a recueilli 47,28% voix, c'est a dire 7543 voix sur 15954 voix exprimées. Sachant que l' UPDC+PEC=45,54=7262 voix NULS=07,18% soient 1146 voix. Vu l'argent distribué aux électeurs et les tentatives de fraudes avérées, le ''micro-parti RDC'' de MOUIGNI est passé à coté du terrible sort réservé à son cousin, le parti orange de son frère ennemi Mr KIKI. Dans sa grande déception, le gouverneur doit se préparer à essuyer un autre revers, ce ne sont que des résultats provisoires puisque la cour constitutionnelle n'a pas encore dit son dernier mot, à la suite du recours déposé par le candidat de L'UPDC pour invalider certains bureaux des votes entachés de fraudes, notamment le bureau de Pvanadjou et le fameux bureau de vote de Ntsoudjini, où, des électeurs ont réussi à voter avec des cartes d'électeurs qui ne leur appartiennent, où, certains morts ont donné procuration. Attendons voir car il n'est pas impossible que le ciel tombe sur la tête de nouveau, une fois que la cour constitutionnelle aura validé ou invalidé les résultats de ces deux bureaux. Younoussa

Lire la suite

Quelles leçons tirer de ces Elections ?

26 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Quelles leçons tirer de ces Elections ?  Dans la configuration sortie des urnes aujourd'hui, aucune formation politique n'a obtenu la majorité parfaite, ce qui peut conduire à des tractations financières pour faire passer la loi. En effet le parti du pouvoir UPDC est sorti victorieux de ces échéances avec 8 députés. Et, en ce qui concerne ses alliances avec les autres partis, il peut récupérer les 2 parlementaires de la CRC, celui du parti RADHI et probablement les 3 députés « électrons libres » qui sont là pour le plus offrant. Sur cette hypothèse, l'UPDC peut avoir 14 élus. Pour l'autre parti JUWA qui a 7 élus, il aura celui du P.E.C , les 2 élus du parti RDC et peut-être les 3 députés jokers. Dans ce cas, il comptera 13 députés, ce qui va ramener  à 11 députés pour l'UPDC. A noter que ces 3 élus non affiliés à un parti quelconque feront et déferont le jeu à l'Assemblée Nationale. Pour le RDC, son encrage dans le JUWA est probable, mais il existe un hic : le différent qui subsiste entre les deux leaders d'Itsandra : Me FAHMI Saïd IBRAHIM et le gouverneur MOUIGNI BARAKA peut jouer le trouble. Mais alors quant au gouverneur, je vois très mal se rapprocher de Mamadou compte-tenu de l'animosité qui leur oppose ces derniers temps. Avec 7 candidats à Ngazidji, MOUIGNI s'est montré très gourment vis-à-vis de ce pouvoir dont il est issu. Par ailleurs, seuls deux grands partis à vocation Nationale sont sortis des urnes : Le JUWA et l'UPDC . Tous deux ont chacun un fief, c'est-à-dire que le parti sambiste a recueilli 5 sur les 9 députés d'Anjouan et le parti du pouvoir UPDC a obtenu  3 sur 5 de Mohéli. En revanche certains partis comme la RDC, la CRC, le RADHI et  le PEC sont devenus des micros-partis appelés à disparaitre dans un avenir proche. Il n'est pas impossible de se retrouver avec trois grandes formations politiques aux élections présidentielles de 2016. Ce qui faut retenir, comme d'habitude le parti au pouvoir à gagner, mais à quel prix ? Mamadou et MOUIGNI ont utilisé des fonds publics pour faire élire leurs députés, mais le peuple est souverain. Malgré les sommes colossales qui ont déversé pendant ces campagnes électorales, ils n'ont pas réussi à faire un ras de marée. Pire encore, la boutre MOUIGNI-Djaé a coulé pour toujours. Son rêve de grand président de l'union de « comoco » s'est envolé. Ensuite, il y a eu une recrudescence des fraudes électorales au mépris des institutions par les destructions des urnes ... La justice a pris également un coup sévère par les actes de délinquance restés impunis. Autre nouveauté, après le vote, les candidats mobilisent leurs électeurs pour descendre dans la rue enfin de crier victoire avant la proclamation des résultats. En voilà une autre manière d'élire un son challenger. Aussi, ce sont les nouveaux médias comme les réseaux sociaux ; Facebook , les blogs, les sites ...Et la radio. Tous, ils ont jeté de l'huile sur le feu, en publiant des chiffres erronés sans vérification. Pire encore, il y a un média qui au cours de ses reportages,  en prime-time, demandait aux candidats s'ils avaient gagné ou pas. Est-ce de la déontologie ou de l'amateurisme ? Pour l'avenir, il faudra pallier à la défaillance de l'appareil judiciaire, pour sanctionner et prendre les mesures nécessaire pour circonscrire les manquements observés. De la même façon que la CENI doit interdire la distribution d'argent lors descampagnes électorales et les manifestions dans la rue susceptibles de jeter discrédit sur le bon déroulement des élections. Mbadakome

Quelles leçons tirer de ces Elections ? Dans la configuration sortie des urnes aujourd'hui, aucune formation politique n'a obtenu la majorité parfaite, ce qui peut conduire à des tractations financières pour faire passer la loi. En effet le parti du pouvoir UPDC est sorti victorieux de ces échéances avec 8 députés. Et, en ce qui concerne ses alliances avec les autres partis, il peut récupérer les 2 parlementaires de la CRC, celui du parti RADHI et probablement les 3 députés « électrons libres » qui sont là pour le plus offrant. Sur cette hypothèse, l'UPDC peut avoir 14 élus. Pour l'autre parti JUWA qui a 7 élus, il aura celui du P.E.C , les 2 élus du parti RDC et peut-être les 3 députés jokers. Dans ce cas, il comptera 13 députés, ce qui va ramener à 11 députés pour l'UPDC. A noter que ces 3 élus non affiliés à un parti quelconque feront et déferont le jeu à l'Assemblée Nationale. Pour le RDC, son encrage dans le JUWA est probable, mais il existe un hic : le différent qui subsiste entre les deux leaders d'Itsandra : Me FAHMI Saïd IBRAHIM et le gouverneur MOUIGNI BARAKA peut jouer le trouble. Mais alors quant au gouverneur, je vois très mal se rapprocher de Mamadou compte-tenu de l'animosité qui leur oppose ces derniers temps. Avec 7 candidats à Ngazidji, MOUIGNI s'est montré très gourment vis-à-vis de ce pouvoir dont il est issu. Par ailleurs, seuls deux grands partis à vocation Nationale sont sortis des urnes : Le JUWA et l'UPDC . Tous deux ont chacun un fief, c'est-à-dire que le parti sambiste a recueilli 5 sur les 9 députés d'Anjouan et le parti du pouvoir UPDC a obtenu 3 sur 5 de Mohéli. En revanche certains partis comme la RDC, la CRC, le RADHI et le PEC sont devenus des micros-partis appelés à disparaitre dans un avenir proche. Il n'est pas impossible de se retrouver avec trois grandes formations politiques aux élections présidentielles de 2016. Ce qui faut retenir, comme d'habitude le parti au pouvoir à gagner, mais à quel prix ? Mamadou et MOUIGNI ont utilisé des fonds publics pour faire élire leurs députés, mais le peuple est souverain. Malgré les sommes colossales qui ont déversé pendant ces campagnes électorales, ils n'ont pas réussi à faire un ras de marée. Pire encore, la boutre MOUIGNI-Djaé a coulé pour toujours. Son rêve de grand président de l'union de « comoco » s'est envolé. Ensuite, il y a eu une recrudescence des fraudes électorales au mépris des institutions par les destructions des urnes ... La justice a pris également un coup sévère par les actes de délinquance restés impunis. Autre nouveauté, après le vote, les candidats mobilisent leurs électeurs pour descendre dans la rue enfin de crier victoire avant la proclamation des résultats. En voilà une autre manière d'élire un son challenger. Aussi, ce sont les nouveaux médias comme les réseaux sociaux ; Facebook , les blogs, les sites ...Et la radio. Tous, ils ont jeté de l'huile sur le feu, en publiant des chiffres erronés sans vérification. Pire encore, il y a un média qui au cours de ses reportages, en prime-time, demandait aux candidats s'ils avaient gagné ou pas. Est-ce de la déontologie ou de l'amateurisme ? Pour l'avenir, il faudra pallier à la défaillance de l'appareil judiciaire, pour sanctionner et prendre les mesures nécessaire pour circonscrire les manquements observés. De la même façon que la CENI doit interdire la distribution d'argent lors descampagnes électorales et les manifestions dans la rue susceptibles de jeter discrédit sur le bon déroulement des élections. Mbadakome

Lire la suite

Résultats de la CENI : Assemblée Nationale de l'Union des Comores

25 Février 2015 , Rédigé par Aimons les Comores

Résultats de la CENI : Assemblée Nationale de l'Union des Comores

Chers lecteurs. Voici la composition de l'Assemblée Nationale après les résultats de la CENI (en attendant la validation par la Cour constitutionnelle).

Selon les résultats de la CENI :
- UPDC : 8 élus
- Juwa : 7 élus
- Indépendants : 3 élus
- Crc : 2 élus
- RDC : 2 élus
- Radhi : 1 élu
- Pec : 1 élu

Hamadi Abdou Mrimdu

SECOND TOUR DES LEGISLATIVES : Les résultats provisoires publiés

Les résultats provisoires des législatives de dimanche dernier ont été publiés hier dans la soirée. A l'issue de ce scrutin, aucun parti ou coalition de partis n'atteint la majorité. Compte tenu des irrégularités constaté dans certains bureau de vote, le bureau 2 de Bangoi-Kouni II et celui de Bacha II à Moroni-sud sont mise en quarantaine.   Rendez-vous donc pour les résultats définitifs qui seront publiés par la Cours dans 5 jours.  Quelle sera la physionomie de la nouvelle Assemblée Nationale des Comores? La réponse est maintenant facile à dire puisque les résultats provisoires publiés par la CENI à l'issue du scrutin législatif de dimanche dernier sont désormais connus. Sur les 203 candidats en lice pour les 33 sièges de l'hémicycle, seulement 3 ont réussi à se faire élire dès le premier tour et 21 issue du second tour. Les 9 sièges restants seront complétés en raison de trois élus par chaque conseil insulaire.  Conformément à la loi, la CENI a confirmé les résultats provisoires faisant le décompte des urnes. Parmi les nouveaux élus, le challenger du parti Radhi Foundi Ali Hadji, élu dans la circonscription électorale de Mitsamihouli- M'boudé au détriment du conseil politique adjoint du Gouverneur Mouigni Baraka. Dans la circonscription électorale d'Itsandra sud, le face-à-face final opposait Me Fahamy Saïd Ibrahim du parti PEC et Hassane Soilihi du RDC, selon les résultats provisoires, c'est la liste du PEC qui l'emporte avec 50,08% contre 49,92% pour le RDC. Cette victoire fait de Fahamy le seul et unique député sortant réel pour un second mandat. La seule nouveauté de ces résultats, est l'élection d'Oumouri Hadjira, la troisième femme député des Comores au score le plus élevé de 64,91 %.  Les résultats provisoires publiés par la CENI, ont donné une large victoire de 6 députés au parti du pouvoir plus les deux admis au premier tour. Ce qui fait que l'UPDC affiche 8 députés en haut du tableau. Le parti JUWA a obtenu 6 députés plus l'un qui a passé au premier tour. Ce qui lui accorde la seconde place du tableau avec 7 élus. La troisieme position est occupé par les candidats indépendants qui sont au nombre de trois qui ont passé cette épreuve.   Le parti CRC et le RDC comptabilisent chacun deux élus à l'issue de ce second tour. Le bas du tableau est occupé par le parti PEC et le RADHI dont chacun a obtenu un élu.  A noter qu'à Moroni la capitale comorienne, les 5 postes électifs conseillers députés et maire sont passés sous la bannière du parti JUWA. Par contre, le parti Orange, n'a pour le moment aucun représentant à l'Assemblée Nationale.  Nakidine Hassane

Les résultats provisoires des législatives de dimanche dernier ont été publiés hier dans la soirée. A l'issue de ce scrutin, aucun parti ou coalition de partis n'atteint la majorité. Compte tenu des irrégularités constaté dans certains bureau de vote, le bureau 2 de Bangoi-Kouni II et celui de Bacha II à Moroni-sud sont mise en quarantaine. Rendez-vous donc pour les résultats définitifs qui seront publiés par la Cours dans 5 jours. Quelle sera la physionomie de la nouvelle Assemblée Nationale des Comores? La réponse est maintenant facile à dire puisque les résultats provisoires publiés par la CENI à l'issue du scrutin législatif de dimanche dernier sont désormais connus. Sur les 203 candidats en lice pour les 33 sièges de l'hémicycle, seulement 3 ont réussi à se faire élire dès le premier tour et 21 issue du second tour. Les 9 sièges restants seront complétés en raison de trois élus par chaque conseil insulaire. Conformément à la loi, la CENI a confirmé les résultats provisoires faisant le décompte des urnes. Parmi les nouveaux élus, le challenger du parti Radhi Foundi Ali Hadji, élu dans la circonscription électorale de Mitsamihouli- M'boudé au détriment du conseil politique adjoint du Gouverneur Mouigni Baraka. Dans la circonscription électorale d'Itsandra sud, le face-à-face final opposait Me Fahamy Saïd Ibrahim du parti PEC et Hassane Soilihi du RDC, selon les résultats provisoires, c'est la liste du PEC qui l'emporte avec 50,08% contre 49,92% pour le RDC. Cette victoire fait de Fahamy le seul et unique député sortant réel pour un second mandat. La seule nouveauté de ces résultats, est l'élection d'Oumouri Hadjira, la troisième femme député des Comores au score le plus élevé de 64,91 %. Les résultats provisoires publiés par la CENI, ont donné une large victoire de 6 députés au parti du pouvoir plus les deux admis au premier tour. Ce qui fait que l'UPDC affiche 8 députés en haut du tableau. Le parti JUWA a obtenu 6 députés plus l'un qui a passé au premier tour. Ce qui lui accorde la seconde place du tableau avec 7 élus. La troisieme position est occupé par les candidats indépendants qui sont au nombre de trois qui ont passé cette épreuve. Le parti CRC et le RDC comptabilisent chacun deux élus à l'issue de ce second tour. Le bas du tableau est occupé par le parti PEC et le RADHI dont chacun a obtenu un élu. A noter qu'à Moroni la capitale comorienne, les 5 postes électifs conseillers députés et maire sont passés sous la bannière du parti JUWA. Par contre, le parti Orange, n'a pour le moment aucun représentant à l'Assemblée Nationale. Nakidine Hassane

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>