Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

Les résultats définitifs des élections connus en janvier

1 Janvier 2011 , Rédigé par aimons les comores

 

Moroni, Comores - Les résultats définitifs des élections seront publiés le 13 janvier, tandis que les candidats ont jusqu’au 6 janvier pour déposer auprès de la Cour constitutionnelle (Cc), les éventuels recours qu’ils jugeront nécessaires, a appris la PANA jeudi à Moroni, de M. Mohamed Elhad, directeur de Cabinet du président de la haute juridiction, citant une ordonnance du 27 décembre.

 

Dans le même temps, Mohamd Said Fazul, challenger d’Ikililou Dhoinine à la présidence et Mohamed Abdouloihabi, candidat malheureux au poste de gouverneur de la Grande-Comore, continuent de clamer leur refus de reconnaître les résultats provisoires, dénonçant «d’innombrables irrégularités » et qualifiant le scrutin de « coup d’Etat électoral ».

 

« En Grande-Comore, a déclaré Said Larifou, jeudi au cours d’une conférence à Moroni, nous avons relevé des fraudes massives et des irrégularités dans 206 (des 401, ndlr) bureaux de vote, avec des procès-verbaux signés avant la fermeture du scrutin ».

Aux yeux du co-lister de M. Fazul, « tout ce qui s’est passé le 26 décembre est digne d’une république bananière », exigeant la reprise du scrutin dans l’île d’Anjouan où il estime qu’il n’y a pas eu de vote.

 



Alors que Mohamed S. Fazul, Mohamed Abdouloihabi et Said Larifou s’entretenaient avec la presse, leurs partisans,  réunis à la Place de l’Indépendance, font lire un ‘‘hitma’’ sur le Coran (pratique traditionnelle comorienne consistant en la lecture du Coran pour demander la justice divine quand on s’estime lésé) contre ceux qui les auraient spoliés de leur victoire supposée.

 



Rappelons que les résultats provisoires, publiés mardi par la Commission électorale, attribuent la victoire à Ikililou Dhoinine crédité de 61% des voix, devant Mohamed S. Fazul et Abdou Djabir crédités respectivement  de 33% et 6%.


Pour les élections des gouverneurs, Mouigni Baraka  a été crédité de 58,94% des voix en Grande-Comore, battant ainsi le sortant Mohamed Abdouloihabi,  tandis que Anissi Chamsidine a obtenu 59,77% à Anjouan contre le sortant Moussa Toybou et Mohamed Ali Said (53,73%) s’est succédé à lui-même à Mohéli, en battant le candidat du pouvoir, Said Ali Hilali.

 

Pana, Le 31 décembre

Lire la suite

Fazul et Abdouloihabi contre-attaquent: L'opposition réclame l'annulation du vote

1 Janvier 2011 , Rédigé par aimons les comores


Fazul et Abdouloihabi contre-attaquent: L’opposition réclame l’annulation du voteAprès la proclamation des résultats provisoires des élections présidentielles et des gouverneurs des îles, déclarant Ikililou Dhoinine vainqueur au niveau de l'Union et Mouigni Baraka, Mohamed Ali Said et Anissi Chamsidinen respectivement chefs des exécutifs de Ngazidja, Mohéli et Anjouan, l'opposition réagit. Face à ses résultats qui sont pour eux « nuls et non avenus ». Après le rapport de la ligue arabe, de l'Union Africaine, de l'Organisation Internationale de la Francophonie et les Pays de la Conférence Islamique, qualifiant les élections de « libres et transparentes » mais avec des irrégularités, l'opposition fustige des graves défaillances qui ont émaillé le scrutin du 26 décembre.

« Le dimanche dernier, il n'y a pas eu de vote mais un coup d'Etat électoral », affirme Said Larifou, vice-président du candidat Fazul lors de ce point de presse, avant de dire que « les résultats du second tour ne sont pas dignes d'une démocratie libérale mais d'une république bananière ». Dans cette conférence, ils ont énuméré les événements passés le jour du scrutin jusqu'à sa publication des résultats dénonçant au passage « les fraudes massives » commises dans les trois îles.

«A Ngazidja, on a trouvé des surcharges des procès verbaux et des feuilles de dépouillement remplis et signés à 14 heures », poursuit Said Larifou, avant d'ajouter qu' « à Anjouan, il n'y a pas eu de vote ». Présent dans cette conférence, le chef de l'exécutif sortant à Ngazidja, Mohamed Abdouloihabi avance que « nous ne pourrons pas reconnaitre des résultats d'élection qui n'a pas eu lieu ». Celui qui n'obtient que 40% dans ce deuxième tour insiste que « dans tous les cas, cette élection ne pouvait être reconnue ou pas car ils ne sont que provisoires. Il faut attendre la décision de la cour ».

Dans cette rencontre organisée après une prière à la place de l'Indépendance contre « les fraudeurs », l'opposition promet de saisir la cour constitutionnelle à partir de ce vendredi pour l'annulation de l'élection. « Le jour même de l'élection, on s'est réservé le droit de demander l'annulation du scrutin. Aujourd'hui, on demande cette annulation car il y a eu beaucoup d'irrégularités », poursuit le colistier de Fazul à Ngazidja. « Nous allons faire deux requêtes : une pour les irrégularités de l'élection du gouverneur et l'autre pour les présidentielles », assure ce magistrat de formation.

Dans une déclaration conjointe publiée par les deux candidats « malheureux » selon la CENI, interpelle la communauté internationale après la publication leur rapport. Il lance un appel à la communauté internationale pour « plus de fermeté dans l'application des pratiques démocratiques sans laquelle il ne peut y avoir de réconciliation véritable dans le pays ».

Mohamed Youssouf
Lire la suite

Comores / Elections : Les propos extrêmement dangereux de la France

31 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

Réactions du ministre comorien des Relations extérieures suite au communiqué du Quai d'Orsay sur le déroulement des élections à Ndzuwani
Comores / Elections : Les propos extrêmement dangereux de la France
Le chef de la diplomatie comorienne, ministre Fahmi Saïd Ibrahim, monte au créneau pour déplorer les agissements “fallacieux de la France” sur le déroulement des élections du 26 décembre.
Parallèlement, il a salué l'esprit du communiqué de l'And qui, selon lui, “relate les faits tels qu'ils se sont réellement déroulés“. Le ministre estime qu' “on ne peut que s'étonner des propos du porte-parole du Quai d'Orsay (Ministère français des Affaires étrangères) qui englobe deux critiques, une de forme et une autre de fond. “De forme parce qu'il est discourtois qu'un pays ami fasse des commentaires avant même que les observateurs accrédités dans le scrutin aient rendu leur travaux“. Selon Fahm”, il eut été plus judicieux que le Quai d'Orsay attende la restitution des travaux des observateurs et la publication officielle, même provisoire, des résultats, pour réagir.
En ce qui concerne la critique de fond, le ministre Fahmi s'est dit étonné : “Alors qu'à Anjouan à l'instar de l'ensemble du territoire l'Union africaine était mandatée à l'instar de l'Oif, de la Conférence islamique, de la Ligue des Etats arabes, de la Tanzanie et du Pnud qui est au dessus de tout soupçon d'impartialité, seuls les envoyés de l'ambassade de France à Anjouan aient constaté une intervention massive de l'armée“, regrette le ministre qui doute de la sincérité de ceux qui ont, selon lui, “induit en erreur leur ministère“. “Je voudrais dire à nos amis que cette déclaration n'est pas la notre et elle risque d'être vue par beaucoup de Comoriens comme étant une déclaration partiale et qui tend à encourager une frange de l'opposition“.
Plus “étonnant encore” aux yeux du chef de la diplomatie comorienne, est le fait que parmi tous ces observateurs étrangers déployés sur l'ensemble du territoire comorien y compris à Anjouan, seuls les “deux fonctionnaires français“ envoyés par l'ambassade de France à Moroni et non des observateurs accrédités officiellement par la France, qui ont fourni ces informations complètement erronées et dont personne ne prend au sérieux.
“On on ne peut sincèrement que s'inquiéter de la manière dévoyée que certains font usage d'une information inexacte, c'est extrêmement dangereux et on ne peut que regretter ces propos“.
Le ministre comorien des Relations extérieures dit réagir “ à chaud suite au communiqué” mais qu'il est convaincu qu'il n'y a aucune raison de penser que le Pnud ou les autres observateurs vont se rétracter pour dire qu'à Anjouan il s'est pas passé des choses telles que celles décrites par le porte-parole du Quai d'Orsey dont il se dit “convaincu d'avoir été induit en erreur par les observateurs de l'ambassade de France à Anjouan“.
Retranscrits par Abouhariat Saïd Abdallah

Source : Al-watwan N° 1678 du jeudi 30 décembre 2010
Lire la suite

Comores : Dr IKILILOU Dhoinine remporte l'élection présidentielle

30 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

 

Comores : Dr IKILILOU Dhoinine remporte l'élection présidentielle
Résultats provisoires des élections harmonisées du 26 décembre 2010

Election présidentielle de l'Union
Nombre d'inscrits 384358
Nombre de votants 195 867
Bulletins Blancs ou nuls : 13812
Suffrages exprimés 182055

Taux de participation
52,8 %
Les résultats obtenus par les candidats :

01. IKILILOU DHOININE 111 279 voix soit 61 %
02. MOHAMED SAID FAZUL 59 437 voix soit 33 %
03. DJABIR ABDOU 11 339 voix soit 6 %

2e tour des élections des gouverneurs des îles
ILE AUTONOME DE MWALI (MOHELI)
Nombre d'inscrits : 2 1429
Nombre de votants : 13 169
Bulletins blancs ou nuls : 553
Suffrages exprimés : 12 616

Taux de participation : 62,18 %

Les résultats obtenus par les candidats :


1. Mohamed Ali Said 6 779 voix soit 53,73 %
2. Ali Hilali Said 5 837 voix soit 46,27 %


ILE AUTONOME DE NDZUANI (ANJOUAN)
Nombre d'inscrits : 146 481
Nombre de votants : 65 854
Bulletins blancs ou nuls : 4 311
Suffrages exprimés : 60 913

Taux de participation : 45,98 %

Les résultats obtenus par les candidats :

1. Anissi Chamsidine 36 407 voix soit 59,77 %
2. Moussa Toybou 24 506 voix soit 40,23 %


ILE AUTONOME DE NGAZIDJA (GRANDE-COMORE)


Nombre d'inscrits : 216 448
Nombre de votants : 121 247
Bulletins blancs ou nuls :11 740
Suffrages exprimés : 109 507

Taux de participation : 56,16 %

Les résultats obtenus par les candidats :

1. Mouigni Baraka Said Soilihi 65 545 voix soit 58,94 %
2. Mohamed Abdouloihabi 44 962 voix soit 41,06 %
Lire la suite

Elections présidentielle et des gouverneurs: Larifou et Abdouloihabi battent le pavé de la capitale

30 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

Elections présidentielle et des gouverneurs: Larifou et Abdouloihabi battent le pavé de la capitale
Sans attendre la proclamation des résultats provisoires qui devaient être publiés hier par le ministre en charge des élections, le vice-président du candidat Mohamed Said Fazul et le chef de l'exécutif sortant de l'île de Ngazidja sont descendus hier après-midi dans la rue pour protester contre « les fraudes massives » qui auraient entaché le 2ème tour du double scrutin du président de l'Union et des gouverneurs des îles.
En tête de la marche pacifique l'avocat Larifou, le gouverneur Abdouloihabi et son épouse, l'ex-candidate à la présidentielle Mme Zahariat Ahmed et quelques dizaines de militants et sympathisants. Les manifestants clament en chantant « Fazul Président », et d'autres « Abdouloihabi gouverneur ». Il est 17h 30, lorsque plusieurs partisans des candidats Fazul et Abdouloihabi, respectivement candidat au poste de président de l'Union et de gouverneur de l'île de Ngazidja ont battu le pavé de la capitale pour « réclamer toute la lumière ».
« Nous manifestons pacifiquement jusqu'à ce que la lumière soit faite » sur les nombreuses fraudes du 2ème tour, affirme une militante arborant un tissu rouge sur la tête. Cette fille habillée d'un Djellaba noir et qui préfère garder l'anonymat ajoute que « nous suivons, pas à pas, ce qui se passe dans les différents bureaux de vote de l'ensemble des îles ».
En prenant la route depuis le QG en passant par la place Badjanani, jusqu'au quartier Caltex au sud de la capitale « nous voulons que les comoriens sachent que nous n'avons pas accepté les résultats. Car à Anjouan, il n'y avait pas eu d'élections. A Ngazidja les PV n'étaient fiables. Allez y voir les extraits de PV rédigés sur de simples feuilles A4 », persiste et signe Alloui Said Abasse, vice-président du candidat Mohamed Hassanaly. Pour lui et tous ceux qui manifestent cet après-midi « le président élu est Fazul et le gouverneur Abdouloihabi ». « Chaque jour nous allons manifester jusqu'à ce que la vérité éclate au grand jour » renchérie ce natif d'Itsandra Mdjini.
M.I. Abdou
Lire la suite

COMORES / Présidentielles : Premières tendances sorties des urnes

29 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

 

COMORES / Présidentielles : Premières tendances sorties des urnes
Ikililou Dhoinine largement en tête à l'élection de la présidence de l'Union, Mouigni Baraka (Ngazidja), Mohamed Ali Saïd (Mohéli) et Anissi Chamsidine (Anjouan) à l'élection des gouverneurs Les résultats sortis des urnes et compilés dans la journée de lundi créditent le candidat de la mouvance présidentielle, Ikililou Dhoinine, d'un score qui le place sur la pus haute marche du podium devant Mohamed Fazul et Abdou Djabir. A l'élection des gouverneurs des îles, la mouvance compte deux candidats en passe d'occuper les fauteuils de gouverneurs des îles. Le candidat du mouvement Orange, affilié à la coalition soutenant Sambi, Mouigni Baraka à Ngazidja et Anissi Chamsidine à Ndzuwani. Face à cette vague de la Mouvance, seul Mohamed Ali Saïd a réussi à engranger un suffrage le maintenant à son poste de gouverneur à Mwali. Ces résultats provisoires devront être annoncés, officiellement par la Ceni, mardi en fin de journée en attendant leur validation dans les prochains jours par la Cour constitutionnelle Selon des résultats partiels, tenant compte des dépouillements du vote de l'île de Ngazidja, le candidat Ikililou aurait recueilli quelques 41.874 voix (60,20%) contre 23.954 pour Mohamed Saïd Fazul (34,44%) et 3.731 voix au profit de Abdou Djabir (5,36%). A l'élection du gouverneur de l'île, Mouigni Baraka Saïd Soilih du mouvement Orange aurait obtenu 63.570 voix (58,92%) contre 44.326 voix pour le compte du gouverneur sortant, Mohamed Abdouloihabi. Ces résultats provisoires ne prennent pas en compte sept bureaux de vote de Ngazidja qui n'avaient pas encore été comptabilisés, au moment où nous mettions sous presse. Dans l'île de Djumbe Fatima, le gouverneur sortant a obtenu la confiance de 6.859 électeurs (53,65%) alors que Ali Saïd Hilali, de la mouvance du président de la République sortant, n'a pas réussi à atteindre la barre des six milles avec près de 5.922 voix (46,33%). Des 21.500 inscrits sur les listes électorales de l'île, 62,41% ont participé à ce scrutin du 26 décembre. Pour les élections présidentielles, Mohamed Saïd Fazul est arrivé en tête avec 5.863 voix (45,34%) juste devant Ikililou Dhoinine qui a comptabilisé 5.815 voix (44,97%) suivi par Abdou Djabir qui engrange 1250 électeurs (9,67%). Le taux de participation à l'élection présidentielle dans l'île de Mwali semble être le plus élevé avec 62,40%. A Ndzuwani pour la présidentielle, sur 53.262 suffrages exprimés pour les trois candidats en lice, Ikililou en a, à lui seul, recueillis 36.678 voix, soit près de 69%, laissant loin derrière ses deux challengers de l'opposition, avec 28% pour le mieux nanti, Fazul, et seulement 3% pour le juriste Djabir. S'agissant de l'élection du gouverneur, là aussi, les résultats se sont révélés largement en faveur d'Anissi Chamsidine, qui a semé son adversaire Moussa Toybou, le malheureux gouverneur sortant de l'île, d'une longueur de 11.905 voix. L'enfant de Marahare a raflé près de 60% des suffrages, avec 35.827 voix récoltées. Le double scrutin de dimanche a par ailleurs été quelque peu boudé, comme cela se passe d'habitude à Ndzuwani : seuls 46% des inscrits se sont rendus dans les urnes.
 

Irchad et Sardou
Source : Al-watwan N° 1677 du lundi 27 décembre 2010
Lire la suite

Comores- élection présidentielle : Victoire du candidat de la coalition gouvernementale

29 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

Selon les  premiers  sondages de sortie d’urnes,  Ikililou emporte les élections présidentielles avec 55% devant Fazul 38% et Djabir 7%. A Anjouan, après dépouillement de plus de la moitié des bulletins, Ikililou obtient 77% pour les présidentielles.

De son côté, l’opposition évoque une « fraude massive ».   Alors que se déroulait dimanche 26 décembre le second tour de l’élection présidentielle aux Comores, l’opposition a dénoncé une « pagaille organisée » ainsi qu’une « fraude massive » organisée par le pouvoir sur l’île d’Anjouan lors du second tour de l’élection présidentielle dimanche aux Comores   « Ces troubles se sont déroulés dans les localités où le candidat du pouvoir était en mauvaise position, pour pouvoir faire ensuite annuler les résultats, (…) ce sont des actions ciblées », a affirmé Saïd Larifou, qui s’exprimait au nom de plusieurs formations d’opposition au cours d’un point presse à Moroni.

A noter toutefois que les recommandations émises par la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), le comité de suivi et la communauté internationale ont été observées lors de ce double scrutin. L’obligation de parapher tous les bulletins de vote par trois membres de chaque bureau de vote au minimum, a été respectée, malgré le retard pris dans la communication de la directive dans les régions les plus reculées. Cette recommandation est une exigence de l’opposition.

Tous les acteurs politiques ont été unanimes pour féliciter le déroulement des élections, de l’acheminement du matériel électoral, et les mesures savamment conduites pour corriger les imperfections et disfonctionnements constatées par les missions d’observation nationale et internationale lors du 1er tour du 7 novembre dernier.

Quelque 384 358 électeurs comoriens étaient appelés aux urnes  dimanche pour désigner le futur chef de l’Etat de l’Union des Comores, qui doit succéder au président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. 

Les principaux enseignements de ce scrutin sont le faible taux de participation des scrutins, qui ne devra pas dépasser les 50 % sur l’ensemble des trois îles de Mohéli, Anjouan et de la Grande Comore.

Dans le même temps, se déroulaient t les élections des gouverneurs des trois iles autonomes de l’Union des Comores, un enjeu politique majeur à l’échelle de chaque île.

A Grande Comore,  Baraka l’emporte avec 65% devant Abdoulwahab 35%. A Mohéli,  Ali Hilali l’emporte à 55% devant Ali Mohamed 45% . A Anjouan, Anissi l’emporterait de justesse à 52% devant Moussa Taybou 48%.

(Source : Comores-Web)

Lire la suite

Attention ! Ils veulent «Ivoiriser » les élections des Comores.

27 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

 

S'exprimant lors d'un point de presse le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero déclare à propos des élections harmonisées des Comores : « Le second tour des élections présidentielles et des Gouverneurs des Comores a été entaché de nombreuses irrégularités et interventions armées de nature à remettre en cause la validité du vote de ce dimanche sur l'île d'Anjouan » reprenant mot à mot la déclaration de Me Larifou (colistier de l'un des candidats de l'opposition Fazul) lors d'un point de presse tenu avant la clôture des bureaux de votes. «Nous regrettons que les appels à la transparence du scrutin, lancés après le premier tour du 7 novembre, n'aient pas été entendus. La France appelle au calme et au rejet de toutes formes de violence», a poursuivi M. Valero, alors que jusqu'à maintenant le calme règne partout dans les trois îles libres des Comores
Des sources dignes de foi indiquent qu'une somme de 25 millions de francs en provenance de l'île comorienne de Mayotte toujours occupée illégalement par la France a été envoyée à Anjouan à la veille du scrutin pour favoriser des troubles susceptibles d'invalider le vote dans cette île
Quelques vrais-faux partisans de la mouvance présidentielle ont essayé de troubler le jeu en vain. La mayonnaise n'a pas pris. Il reste maintenant à Me Larifou de tenir une conférence de presse à Mayotte (comme il sait le faire) pour réactiver la rébellion.
Ce qui est sûr, ceux qui veulent Ouattarariser le candidat de l'opposition ont échoué. Les comoriens sont devenus mûrs.

TOZA
http://wongo.skyrock.com/
Lire la suite

Elections entachées aux Comores

27 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

Elections entachées aux Comores

Jusqu'à 21 heures, , le décompte n'est pas achevé dans la plupart des bureaux de vote de l'île d'Anjouan. Le calme règne ; le long des routes de Mutsamudu, des gens munis de tam-tam, d'autres de vuvuzelas, sont prêts à jouer les fanfares pour la victoire éventuelles de leurs candidats. En tout cas, personne ne se manifeste encore. Mais ce calme du soir contraste drôlement avec la série d'événements surréalistes qui se sont produits la journée.

Anzaouir Abdallah et Echati Chadhouli, des observateurs délégués par la société civile comorienne, rencontrés devant l'entrée des bureaux de vote de Mirontsy, nous ont fait part d'un de ces étranges récits : « Le premier électeur qui s'est rendu dans le bureau Mirontsy I bis a été surpris de constater que les listes étaient déjà émargées. Il a voulu savoir auprès du président comment cela s'est-il fait, et c'est à partir de là qu'une brouille générale s'est déclenchée. Le président en question et son équipe ont pris la fuite, et une personne a raflé le matériel et s'apprêtait à l'emporter avec lui. »

De son côté, Sitti-Faouria, une autre observatrice cette fois du Comité de Vigilance et de Transparence, nous affirme qu' « en vérité, tous les autres bureaux de Mirontsy ont subi ce bourrage prématuré de listes », mais que « si le premier bureau avait cessé de fonctionner, c'est à cause du fait qu'il a été abandonné par ses membres ». L'on apprendra cependant, en milieu de journée, que ceux-ci ont été remplacés par d'autres et que le vote y avait repris. Mais, toute la journée, à l'entrée de l'établissement scolaire, lequel abrite les bureaux, des militaires armés de leurs fusils ont rempli leur rôle d'épouvantail.

Le rôle d'épouvantail a été pleinement joué dans d'autres endroits, notamment à Bimbini. Là-bas, à quelque temps avant l'heure de clôture du vote, un des deux bureaux a été vidé de ses électeurs et de son personnel par les gendarmes, qui se sont ensuite enfermés seuls avec le président. « C'était sans aucun doute un bourrage d'urnes », croit Marwane, membre du deuxième bureau de vote de ce village, où a été déjà vécu, au premier tour, ce scénario.

Bourrages d'urnes, il y en a également eus à Moya, gros village situé à une cinquantaine de kilomètres de Mutsamudu. Scène vécue par Mohamed Nadhoiri, un autre membre du CVT d'Anjouan : «A Moya, j'ai été témoin de scènes de bourrage d'urnes dans quatre bureaux. Dans l'un de ces bureaux, avec mon téléphone, j'avais pris des photos d'un président qui s'adonnait lui-même à cette basse besogne. Un lieutenant de la gendarmerie nationale me l'a cependant pris [le téléphone, ndlr], et a effacé les photos. Cet officier [il a même cité son nom] m'a fait comprendre que si j'insistais à vouloir jouer mon rôle d'observateur, il me causerait des ennuis. Et c'est ainsi que j'ai choisi de fuir cette zone. » Cet événement a été suivi d'une bagarre entre un assesseur de Moussa Toybou et un président de bureau de ce village.

Des faits de ce genre se seraient également produits dans le Nyumakélé et à Hajoho, dans la région de Domoni. Reste à savoir s'ils seront ou pas « de nature à entacher le bon déroulement du scrutin », comme aiment à le dire les observateurs internationaux à l'issue des scrutins de chez nous.


Fidel Adami
HZK Presse
Lire la suite

Comores / Résultats provisoires des élections harmonisées à ANJOUN

27 Décembre 2010 , Rédigé par aimons les comores

 

Comores / Résultats provisoires des élections harmonisées à ANJOUN


Président de l'Union

IKILILOU Dhoinine : 36 678 voix soit 68.86 %
MOHAMED Said Fazul : 14910 voix soit 27.99 %
DJABIR Abdou : 1674 voix soit 3.14 %


Gouverneur de l'île d'Anjouan

Anisse Chamsidine : 35 823 voix soit 59.96%
Moussa Toybou : 23 922 voix soit 40.04%



TOZA envoyé spécial de Wongo à Anjouan
http://wongo.skyrock.com/
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>