Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

BONNE ANNEE 2013

31 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

watwan  vous souhaite à tous les visiteurs du bliog une année de bonheur , de prosperité et de bonne santé inchaallah .

SAID   IBRAHIM    ADMINISTRATEUR DU BLOG   www.watwan.over-blog.com

Lire la suite

IPTE: Quand Said Hassane Said Hachim attaque mamadou!

31 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

société argent nuit cadre

Point d’achèvement : qui veut tromper qui ?Derrière cette '' honte'' pourtant qui fait la fierté de Mamadou et les siens, se cache tous les détournements et les mensonges qui ont marqué les 17 mois de pouvoir du Dr Ikililou Dhoinine. D'ailleurs, dans son discours prononcé lors de la fermeture du séminaire gouvernemental, le locataire de Beit Salam, s'est forcé poliment à ne pas insulter les membres de son gouvernement vu son éducation, mais il a dressé un tableau négatif qui en dit long. La suite des événements nous en dira plus.

Mamadou qui, depuis la nuit des temps figure dans tous les gouvernements qui nous ont emmené à cette situation de figurer  parmi les pays pauvres les plus endettés de la planète, cherche à s'effrayer un chemin vers la destinée de notre pays dans le cadre de la tournante dont le tour revient aux wangazidja, à travers le point d'achèvement.

Mais l'illustre Said Hassane Said Hachim, lui aussi membre du club de la dette comorienne ne l'a pas raté ce matin au palais de Hamramba, lors d'un entretien entre Mamadou et quelques hautes personnalités de l'Etat. Il faut être présent pour mieux évoquer la scène atroce qui a marqué cette rencontre. Dans un langage poli, l'ancien ministre de Mbadjini a fait les '' éloges'' du vice-président en charge des finances, avant de lui jeter en pleine figure tout le mal qui ronge notre pays.

Il a rappelé à Mamadou que s'il a nommé à un poste stratégique alors ministre de la production du défunt président Ahmed Abdallah Abderemane, c'est pour ses compétences et son sens de réussir, une manière pour Said Hassane de rappeler au vice-président en charge des finances, qu'il l'a fabriqué. Et de continuer dans un ton ironique, je cite : '' c'est bien beau de nous parler du point d'achèvement, mais vous avez oublié le principe, notamment la lutte anti-corruption, or, les détournements des fonds publics sont devenus monnaie courante ces six dernières années. Chaque jour qui se lève, on assiste à un scandale tels que les pots de vin versés à l'entreprise Colas, ou le flou qui règne autour du port de Moroni dont quelques personnes s'enrichissent illicitement, ou encore le monopole de l'alcool dont une seule personne en bénéficie au détriment des opérateurs économiques de ce pays. L'économie de ce pays est dans les mains d'une seule personne et cette dernière s'érige en quatrième vice-président de la République''.

Cerise sur le gâteau, l'ancien ministre et gouverneur de Ngazidja, accuse le vice-président Mamadou et son gouvernement d'être entourés de voleurs qui ont fait la prison et qui possèdent plus de deux ou trois appartements après avoir mis la main Point d’achèvement : qui veut tromper qui ?dans les caisses de l'Etat''. Ces attaques visaient directement Abou Oubeid selon les propos de Said Hassane et la majorité des comoriens n'ont pas vu d'un bon œil, la décoration de ce dernier avec les gouverneurs qui, aujourd'hui sont reprochés d'une gestion opaque au niveau des Îles, ou encore Mamadou lui, même qui, son propre entourage est mouillé dans des sales affaires, comme c'est le cas de Mzimba et Shemir Kamoula, qui soutirent de l'argent partout sous l'œil attentif de Mamadou.

L'exonération de la taxe unique sur les milliers de tonnes de riz de Shemir Kamoula, qui a fait perdre à l'Etat plus de 300 millions de francs comoriens, est  un exemple malheureux parmi tant d'autres.

Ayant parcouru le blog de Mamadou dont le modérateur n'est autre que son ami Soilih Mohamed Soilih, alias SMS, patron de l'ORTC, un blog qui fait la promotion de l'homme d'affaires Shemir Kamoula et qui insulte tous les opérateurs économiques de notre pays, j'avoue que je suis tombé de haut lorsque j'ai lu l'opinion libre de SMS,qui fait l'éloge de son mentor Mamadou, dans une démarche intellectuellement malhonnête car l'auteur, n'a mentionné quelque part que Mamadou a sa part de responsabilité dans cette dette qui fait honte à notre pays.

Mais, quand on connait que l'homme est un champion de '' manger frais'', il n y a pas à s'étonner mais l'histoire l'attend au tournant. Il n'est pas un secret pour personne quant à la volonté de Mamadou de vouloir l'imposer comme ministre de la capitale, mais Ikililou se laissera encore une fois piéger par cet homme qui ne jure que sur Sambi, alors qu'on sait encore que l'ennemi juré de Sambi s'appelle Mamadou ?

Le point d'achèvement n'intéresse guère le comorien lambda qui, lui, ce qui lui intéresse est d'avoir les possibilités de se soigner dans un hôpital digne de nom, se procurer de la lumière et faire face à la vie chère de tous les jours. Dans un madjliss à Mitsamiouli, le Grand Mufti Said Toihir, s'est fait l'avocat de ces comoriens qui souffrent et qui s'en fichent du fameux point d'achèvement, en demandant au vice-président Mamadou de se pencher sur les problèmes de la société, tels que leur santé, l'éducation, au lieu de se vanter sur des futilités où lui-même fut un artisan clef.

Tout ceci, c'est pour vous montrer que le point d'achèvement n'est autre que l'arbre qui cache la forêt.  Oui, à l'effacement de la dette mais à quel prix ? Il ne faut pas prendre les comoriens pour des lignards, on sait tous que ceci est utilisé à des fins politiques, mais la vérité va se rétablir et tout le monde s'expliquezra le moment venu. On sait que le remaniement en l'air du Dr Ikililou plane encore dans l'espace et Mamadou cherche à sauver sa peau et celle des siens qui, aujourd'hui enfoncent le pays.

Ali Mohamed
Professeur (Moroni)
Lire la suite

Le Président de la République a personnellement accueilli le Commandant Sandi ANZI et l’équipage de l’avion acheté par le Gouvernement comorien.

30 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores: Bientôt une compagnie nationale!

Le Président de la République a personnellement accueilli le Commandant Sandi ANZI et l’équipage de l’avion acheté par le Gouvernement comorien.


Le Président de la République, Son Excellence Dr IKILILOU Dhoinine, a personnellement accueilli à l’aéroport de Hahaya, le Commandant Sandi ANZI et son équipage arrivés du Brésil à bord de la LET 410 UVP-E20, acheté par le Gouvernement comorien pour jeter les bases de la nouvelle compagnie nationale aérienne des Comores.

Au cours la cérémonie d’accueil, rehaussée par la présence du Président de l’Assemblée Nationale, des membres du Gouvernement de l’Union et de l’Exécutif de l’île de Ngazidja, de Son Eminence le Grand Mufti, de plusieurs notables constitués en grande partie de ceux de la région natale du Commandant ANZI, des femmes et des hommes et surtout de plusieurs jeunes, l’assistance a tenu à saluer le Commandant ANZI pour son courage, son nationalisme et surtout pour les sacrifices qu’il a consentis pour mener à bien, la mission qui lui a été confiée par le Président de la République : celle de ramener un avion pour les Comores.

Le trajet aura duré en tout 50 heures de vol, de Porto Allègre à Moroni. La LET 410, fabriquée en 2007, peut transporter 19 passagers.

Après l’atterrissage et la mobilisation de l’appareil sur le tarmac, le premier geste du Commandant ANZI fut d’exécuter deux rakkats en signe de remerciements au Tout Puissant avant la lecture des versets du Saint Coran pour conjurer le sort.

Le Président de la République a expliqué à la presse, le pourquoi de sa présence à l’aéroport : « Je suis ici par ce que le pays a connu d’énormes difficultés concernant les transports aériens, difficultés qui ont toujours été au centre de toutes nos préoccupations. Notre objectif était de les réduire à défaut de pouvoir les régler. Cela fait environ huit mois depuis que le Commandant ANZI et son équipage se sont rendus au Brésil pour acquérir cet appareil. Personne n’ignore aujourd’hui les difficultés que nous rencontrons dans les transports aériens inter-îles, faute d’avion. Nous avons jusqu’alors utilisé des avions de 9 et 13 places qui ne suffisent pas et ne peuvent pas en plus faire le travail.

Au début nous avions pensé acquérir deux appareils de 19 places chacun, mais le long temps pris uniquement pour l’acquisition de cette LET 410, nous a dissuadé. En plus des problèmes techniques qu’il fallait régler, il y a eu aussi les longues procédures notamment douanières, du côté de l’aviation civile jusqu’au changement de numéro, donc cela a pris beaucoup de mois.

Mais aujourd’hui, nous sommes extrêmement contents de réceptionner cet appareil à Moroni et nous remercions Dieu pour ce cadeau de fin d’année. Vous savez le Brésil, ce n’est pas la porte d’à côté et les pilotes nous ont confirmé que le trajet a pris près de 50 heures de vol, ce qui n’est pas peu. Rien que le trajet partant du point le plus au nord -Est du Brésil à la pointe africaine la plus proche, la traversée a duré 8 heures 30 minutes.

Encore une fois, nous exprimons notre grande satisfaction et formulons nos vœux les plus ardents pour que cet appareil soit utile au pays et qu’il soit l’un des tout premiers appareils qui vont constituer la Compagnie Nationale aérienne des Comores car, notre pays a besoin de plusieurs appareils pour assurer en permanence et en toute sécurité, les transports inter-îles, régionaux et internationaux ».

Pour le Ministre des Transports M. Rastami Mouhiddine, le 29 décembre constitue une date mémorable pour tous les Comoriens qui doivent saluer le courage et la détermination du commandant ANZI. A la question de savoir à qui reviendra la gestion de cet appareil et sa réaction après l’arrivée de l’avion, le Ministre a donné cette réponse :

« Nous remercions Dieu et la population comorienne pour la patience qu’elle manifestée durant cette longue attente. C’est l’aboutissement d’un projet qui tenait à cœur le Président de la République : désenclaver les îles en leur offrant des moyens de transports fiables. Nos remerciements vont ensuite à nos fils et frères ANZI et Nassur Mohamed qui sont aujourd’hui la fierté de toute une Nation, Dieu seul saura les récompenser avec leurs familles.

Concernant la gestion de cet appareil, le Gouvernement est entrain de réfléchir pour trouver un gérant digne de ce nom, capable de pérenniser et rentabiliser cet appareil pour qu’il puisse générer d’autres appareils pour la flotte comorienne. L’avion présente toutes les garanties techniques, il est fabriqué en 2007 et transportera 19 passagers en plus des pilotes ».

Question au Commandant ANZI : Comment vous sentez-vous aujourd’hui, héros ou soldat ?

« Je ne suis qu’un simple citoyen comorien investi d’une mission par le Président de la République. Malgré les difficultés, nous avons réussi, mon collègue Nassur Mohamed et moi à mener à bien cette mission et nous nous sentons fiers d’avoir été utiles pour la Nation et le peuple comorien »

Lire la suite

Parlement: Le code sur le pétrole finalement adopté!

30 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

Session_Petrole

Les débats ont été directs, fermes, parfois houleux. Mais l’assemblée de l’Union a finalement adopté, hier jeudi 27 décembre, la loi portant code pétrolier. Un texte qui régit, dorénavant, les opérations pétrolières sur l’ensemble du territoire de l’Union, fixe les modalités de prospection, de recherches, d’exploitations et de transport des hydrocarbures.

Pourtant, la tâche n’a pas été aisée pour le vice-président chargé du ministère l’Energie, qui s’est retrouvé esseulé, à cause dit-on du séminaire gouvernemental, à défendre le premier code sur le pétrole aux Comores. “Le président Ikililou Dhoinine suit les débats sur l’adoption de cette loi à laquelle il porte une grande attention”, a assuré Fouad Mohadji. Envoyé dans l’hémicycle puis retiré pour des amendements de la part du gouvernement, le texte a ainsi été adopté en deux temps par les députés.

A cela, nous avons appris que deux nouveaux articles ont été rédigés, un nouveau titre inséré, un article amendé. Au cours de la séance d’hier, d’autres amendements auraient été insérés avant la signature du président de l’assemblée. Le vice-président chargé du ministère de l’Energie a reconnu qu’il n’y avait pas de miracles.

Le code, qui a passé deux mois en commission, s’est référé des lois déjà existantes dans plusieurs pays comme l’Algérie, le Maroc, le Kenya, la Tanzanie ou encore le Mozambique. Dans sa lancée, Fouad Mohadji a insisté sur l’article 11 qui précise qu’un contrat sur le pétrole, doit passer en conseil de ministres et être validé par le ministère de tutelle (Energie). Il entre en vigueur une fois adopté par l’assemblée nationale.

A la suite de nombreuses questions sur les contrats pétroliers déjà signés, il est revenu sur le différend qui l’oppose avec le vice-président Mohamed Ali Soilihi, a propos du contrat que celui-ci a signé avec Boule Mining. “Je regrette l’exclusivité de ce contrat,” dit-il avant de poursuivre n’avoir “jamais vu l’original de ce contrat, ni la version anglaise ni la française”.

Fouad Mohadji a ajouté que le contrat qu’il a signé [avec le groupe Bahari Ltd ] avait désormais une valeur de protocole d’“intention“ qui aura le statut de contrat une fois qu’il aura eu l’adoption de l’assemblée. Dans sa logique, le contrat qui aurait accordé l’exclusivité à Boule Mining devrait suivre la même procédure. Il faut dire, qu’une loi sur le pétrole était devenue plus qu’une nécessité pour les Comores, compte tenu des études, jugées “prometteuses” effectuées en début 2011 par la société américaine Gxt et l’engouement des lobbies étrangères à prendre part dans ce nouveau marché.

Fouad Mohadji a expliqué que les études ont été réalisées seulement dans le delta “Rovuma” et que depuis ce temps, les sollicitations affluaient pour exploiter le pétrole comorien. A la fin de la séance, plusieurs parlementaires ont déploré l’absence du gouvernement dans ces moments “importants pour l’avenir du pays”.

“Tout le gouvernement devrait être là avec nous. Ce n’est pas normal que seul le vice-président Fouad Mohadji vienne défendre cette loi. La prochaine fois, nous n’allons plus accepter cela”, a martelé un député. Fouad Mohadji a exprimé son souhait que cette nouvelle loi parvienne à mettre fin aux confusions. “Nous avons commencé à nous disputer avant même que nous commencions l’exploitation”, a-t-il regretté.

Ce nouveau texte détermine, aussi, le régime juridique, fiscal, douanier et de change des opérations pétrolières et fixe les droits et obligations qui en sont liés. Le code pétrolier sera le dernier texte adopté par le parlement en 2012. La cérémonie de clôture de la session parlementaire devrait avoir lieu cet après-midi.

Toyb Ahmed

Lire la suite

Comores: Remaniement ministériel imminent!

30 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores: Remaniement ministériel imminent!

Le remaniement ministériel tant attendu va bientôt voir le jour, désormais les tractations ont débuté. Le vrai gagnant de la présidentielle de 2010 vient de se mettre au garde à vous depuis la fin de cette semaine. Mohamed Fazul vient d'être consulté ainsi que quelques membres de l'opposition mohélienne.

 

Deux visions politiques s'affrontent à Beit-Salam, ceux et celles qui veulent élargir le gouvernement aux Mohélo-mohéliens et ceux ou celles qui veulent une entrée de la mouvance Sambi et Orange.

 

La première tendance est menée par Mma Haloua, première dame des Comores qui considère que c'est leur tour, donc à eux d'occuper les fonctions clé comme l'a fait leur prédecesseur. Ils ont des hommes forts capables de tenir la forteresse jusqu'en 2016 malgré les croches-pieds d'Anissi Chamissidine qui a participé aux dépouillements des compétences des îles autonomes et qui se réveille subitement en réclamant haut et fort le retour à l'ancienne constitution qu'il a lui-même entérrée.

 

La seconde tendance est menée par les pro-Sambi de la présidence qui veulent un renforcement de leur clan et surtout un rôle officiel pour le mollah.

 

En ce qui concerne radio cocotier, elle émet en pronostiquant  que Bianrifi Tarmidhi, Bounou et Moussa Toyb seraient préssenti dans le futur gouvernement.

 

Pour ce qui est de la CRC et des autres opposants, c'est le silence absolu, ils semblent qu'ils soient hors jeu.

 

Mamadou serait dans l'oeil du cyclone car malgré ses éfforts à payer les échéances des fonctionnaires et son point d'achèvement tout le monde y compris le FMI ont compris que ce ne sont pas les maigres recettes de l'Etat qui sont utilisées mais plutôt les miettes de la citoyenneté économique qui se trouvent à la banque centrale.

A l'heure actuel seul Moinafouraha Ahmed est assurée d'être reconduite.

Nous allons assister à une mohélisation du futur gouvernement et non à l'ouverture tant espéré par certains membres de l'opposition.

Mais le plus surprenant c'est que l'île la plus petite soit majoritaire au sein de l'exécutif.

Le temps des discours volontaristes d'Ikililou est révolu, le visage du futur gouvernement va démontrer au peuple si c'est un changement majeur des mafieux qui nous gouvernent ou un changement des mafieux dans la continuité.

 

Comoresactualites.centerblog.net

Lire la suite

La mairie de Moroni cadenassée par ses employés

29 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

 

Employés en grève de la Mairie de Moroni

Les employés de la mairie de Moroni qui exercent dans les marchés se sont révoltés. Ils réclament le paiement de 3 mois d’arriérés de salaires. Et ils trouvent injuste que l’exécutif de l’île paie une moitié du personnel.

Cela fait 3 mois que les employés de la commune de la capitale exerçant dans les marchés n’ont pas vu la couleur de leurs salaires. Et pour marquer leur mécontentement, ils ont empêché les autres employés de la mairie d’entrer dans leurs bureaux. Ils ont cadenassé la porte centrale et y ont érigé un barrage. « On a un problème de salaire des mois d’octobre, novembre et décembre. On veut être payés dans les plus brefs délais et avec la totalité des mois », déclare Ahamada Rachid, gardien au petit marché de Moroni.

L’action de ce mercredi marque l’échec des négociations que ces employés avaient entamé avec les responsables de la commune. Des discussions qui avaient laissé croire aux grévistes qu’ils seront payés « avant noël ». Mais malgré les promesses, la situation n’a pas changé. «On a décidé de la fermer et on est prêt à mourir pour notre cause. À tour de rôle, les responsables sont venus raconter des bobards. Ils croyaient que la date n’allait pas arriver », poursuit ce gardien, très en colère. Il ajoute qu’ « avant-hier, un membre de la mairie avait dit qu’on serait payé avant le 31 de ce mois ».

Les employés grévistes ont décidé d’agir car ils sont convaincus que les fonds pour les payer existent. Pour eux, l’argent récupéré dans les marchés suffirait pour les payer. Selon eux, « chaque jour, le petit marché fait rentrer 50 000 FC et le marché de Volo-Volo verse 80 000 FC sans compter les tables. Chaque semaine, ces tables génèrent plus de 250 000 FC de recettes », affirme le sergent chef Mago qui officie au petit marché de Moroni.

Une donne est venue compliquer la situation. Depuis le 15 novembre dernier, le gouvernorat de l’île autonome de Ngazidja a suspendu la vente des tickets au petit marché de Moroni. « Ce que nous ne comprenons pas, le gouvernorat de Ngazidja paie les agents de la voirie et pas nous. C’est injuste. On n’est pas prêt à subir cette situation », avance, Magellan, un autre employé.

En guise de réponse à cette fronde, le maire de Moroni a demandé aux employés de partir voir le gouverneur de l’île. « Je suis avec vous pour vos revendications et on va rester ensemble jusqu’à trouver une solution à votre problème », lance Mahamoud Fakridine. Mais Ngazi-Ngomé n’est pas prêt à les recevoir. Le groupe est resté dehors jusqu’au moment de boucler cette édition. À côté de cela, la mairie de Moroni avait fait les états de salaires et les a envoyés au gouvernorat. « La faute incombe entièrement au gouvernorat. Nous, on a fait de notre mieux, mais c’est eux qui bloquent », précise-t-il. Pour trouver une solution à ce conflit, l’exécutif de l’île a décidé d’examiner les revendications ce jeudi.

Mohamed Youssouf

Lire la suite

Comores: Trois Questions à Omar Bacar alias ABOR

29 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

 

Omar_Bacar
 

 

“Je ne suis pas un voleur, je suis un bosseur !”

 

Omar Bacar Saïndou, plus connu sous le surnom d’Abor, occupe le poste de directeur de l’aéroport de Wani depuis près de trois mois. Il a depuis entamé des travaux de réhabilitation des bâtiments de l’aéroport et entend “y mettre de l’ordre”. Mais l’homme doit aussi faire front aux accusations les plus acerbes.Trois Questions...



Cela fera bientôt trois mois depuis que vous dirigez l’aéroport de Wani. Qu’essayez-vous de faire depuis ?

J’ai été nommé ici le 5 octobre dernier. Depuis, j’essaie d’y faire régner l’ordre et la salubrité. Il n’était pas bien que l’étranger qui vienne visiter Ndzuwani se heurte à la porte d’entrée, l’aéroport donc, au désordre et à l’insalubrité. A mon arrivée ici, j’avais trouvé des toilettes exécrables, un carrelage des salles fichu et des bureaux exigus et mal équipé. Aujourd’hui, tout est en train de changer. Nous construisons de nouveaux bureaux et carrelons de nouveau le sol. Nous renforçons du même coup le volet sûreté et sécurité de l’aéroport. Cela demande bien sûr des outils, mais nous nous en procurerons peu à peu. En tout cas, nous avons maintenant rendu obligatoire le contrôle des passagers avant embarquement, tel qu’il se pratique dans tous les aéroports. Certaines autorités publiques détestent subir ce contrôle, qui est pourtant obligatoire pour tout le monde. Moi-même, je l’ai subi il y a quelques jours en rentrant de Moroni. Car il faut que nous donnions l’exemple si nous voulons que nos concitoyens se conforment à leur tour aux règles établies.



Toutes ces réalisations que vous venez d’énumérer… Avec quel argent ont-elles été financées?

Avec la part qui revient à l’aéroport des recettes qui entrent. Car n’oubliez pas que l’aéroport est une régie: elle garde une partie de ses recettes pour ses besoins et versent le reste au trésor public. Mais mon arrivée ici a aussi coïncidé avec le début des difficultés. En ce moment les recettes ont beaucoup diminué, car l’activité aéroportuaire a également beaucoup régressé: Air Madagascar n’opère plus chez nous à cause d’une panne technique, Air Soudan aussi a cessé d’opérer et l’on ne sait pas pourquoi… Vous vous souvenez aussi que Inter-îles air a récemment perdu un de ses appareils… A cela, il faut ajouter le fait que nous réclamons des arriérés de paiement des taxes aéroportuaires à certaines compagnies. Du coup, je me retrouve à mon tour avec trois mois d’arriérés de paiement de mes employés.



Nous avons entendu vous plaindre que certains critiquaient votre gestion, et qu’ils vous taxaient même de voleur, excusez du terme. Qui vous accuse de malversations et en quoi consistent leurs griefs contre votre manière de gérer l’aéroport?

C’est de la calomnie pure et simple, et qui m’affecte beaucoup. Je ne prononcerai le nom de personne, mais je dis tout simplement à quiconque me soupçonne de malversations d’aller se renseigner auprès du trésor public. L’on raconte que je me suis attribué des marchés sans passer par des appels d’offres, et que je dilapide l’argent dans les travaux de réhabilitation que j’ai entrepris ici. J’ai pourtant mis à profit mes relations, j’ai engagé mes propres moyens et je n’arrive pas à payer que des miettes au personnel de ce chantier pour arriver à réaliser le peu que j’ai pu jusqu’ici. Une part du matériel, nous l’avons eu à crédit, et espérons rembourser avec les arriérés que l’aéroport doit aux compagnies d’aviations. Quand l’heure viendra, je donnerai le nom de cette personne qui propage ces accusations contre moi. Celui-là n’a d’autre dessein que de salir ma réputation. Mais moi, je ne suis pas un voleur. Je n’ai pas postulé à ce poste, c’est le gouverneur qui me l’a proposé, car il sait que je suis un travailleur plus qu’autre chose. Je ne me suis absenté à mon poste qu’une seule fois depuis que j’ai été envoyé ici.



Propos recueillis  par Sardou Moussa

Lire la suite

Comores: Grosse panne de mobile à Comores Télécom!

28 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores: Grosse panne de mobile à Comores Télécom!

Encore une impossibilité d'appels sur le réseau Huri de Comores Télécom

 

 

 

Le réseau mobile HURI  de Comores Télécom a été en panne de  5h à 13h  de ce vendredi 28 décembre. Une panne logicielle sur un équipement essentiel du réseau dira le Service de Communication et une attaque par la foudre, des batteries  d'energie épuisées... diront les usagers du service. Ce qui est vrai c’est que la panne a entraîné de fortes perturbations aux usagers du portable HURI sur tout le territoire ; impossible  de passer des appels ou d’envoyer des sms, l’écran du mobile HURI affichait à chaque fois « appels d’urgence seulement ».

 

Plus de 20 ingénieurs et techniciens réseau se sont mobilisés selon l’opérateur pour mener les investigations techniques nécessaires et résoudre l'incident.

Vers midi de ce même jour, Comores Télécom annonça la fin de la perturbation et un retour à la normale de la situation. Il demandera aux usagers de redémarrer leur téléphone afin de pouvoir bénéficier à nouveau du service réseau Huri.  

 

Panne résolue ou pas encore?

 

Pendant que Comores Télécom dit avoir résolu le problème,  des usagers de l’intérieur comme de l’extérieur n’arrivent toujours pas à passer d’appels mobiles sur le réseau, ce qui laisse croire que la situation ne s’est pas totalement stabilisée. A Comores Télécom de faire connaitre par la suite que ses techniciens  resteront en alerte tout l’après  midi et tout au long du week-end pour surveiller le réseau et l'évolution de la situation.

 

Cette énième panne vient ranimer le ras-le-bol des usagers qui ne sont guère satisfaits des services de Comores Télécom tant au niveau du mobile qu’au niveau de l’internet. Par ces désagréments continuels Comores Télécom se défend de plus en plus mal pour vouloir empêcher la privatisation annoncée par l’Etat.

 

 

Sadam à Moroni  à 14H04 min

DAFINEMKOMORI

Lire la suite

Comores: Tempête à la cour constitutionnelle!

28 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

Comores: Tempête à la cour constitutionnelle!

L'actuel président de la cour constitutionnelle des Comores vient d'être victime d'une motion de censure, hier. Il est désormais déchu de ses fonctions de premier magistrat du pays. Bousry Ali proche de l'ancien président Sambi est viré de l'institution officillement pour raisons disciplinaires. Mais selon des indiscrétions il n'aurait pas toutes ses facultés mentales.

Désormais, l'intérim est assuré par le doyen de l'institution El-Mihidhoir Said Abdallah.

Mais tout le monde sait qu'une décision aussi sensible n'a pu avoir lieu sans le consentement de Beit-salam.

Pendant qu'ikililou médaillait Mamadou et Abou oubeid pour service rendu à la nation, tous ancien sambistes, les fidèles de ce dernier sont remerciés.

Ces titres honorifiques prouvent bien la complicité du locataire de beit-salam dans la mauvaise gestion du pays.

Maintenant on attend plus que la réaction de Dar-najah à Anjouan.

 

comoresactualites

Lire la suite

Communiqué de la diaspora iconienne!

28 Décembre 2012 , Rédigé par Aimons les Comores

mode nuit femmes travail cadres islam solidarité

COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=La diaspora iconienne en France, avons appris avec stupéfaction et consternation que plusieurs maisons et foyers de nos familles se trouvant à Iconi ont été incendiés et saccagés entre la nuit du 23 décembre et du 24 décembre 2012. Cette consternation est d'autant plus grande en apprenant que les auteurs de ces actes de barbarie sont originaires de notre propre ville.

Suite à cet événement, des rencontres d'urgence ont été organisées dans la journée du lundi 24 décembre 2012 à Paris, Marseille, Lyon et Bordeaux. Ces rencontres ont regroupé l'ensemble des tendances et responsables de la diaspora iconienne en France notamment : les cadres religieux, les notables, les cadres, les travailleurs, la jeunesse, les femmes.

A l'issu de cette rencontre, la diaspora iconienne de France a constaté que :
- Des actes de barbarie d'un degré sans précédent ont été perpétrés volontairement et sans pitié par des individus malheureusement issus de notre ville, ayant causé la destruction d'une quarantaine de maisons à Iconi et d'une dizaine de véhicules particuliers et plusieurs blessés à l'hôpital (le bilan définitif n'étant pas encore communiqué)
- Plusieurs années de labeur, toute une vie de sacrifice, ont été ainsi réduites à néant en l'espace de deux jours
- l'ensemble des autorités de la ville d'Iconi (commune, notabilité) s'est retrouvé impuissant et dépourvu de moyens pour maîtriser cette situation de crise. Cette situation de chienlit a prévalu pendant ces deux jours à Iconi, justifiant l'intervention des forces de l'ordre.
Face à cette situation,la diaspora iconienne de France réunie à Paris, Marseille, Lyon et Bordeaux
- condamnons avec force les actes de barbarie qui n'honorent pas notre ville et qui ont été perpétrés dans nos familles, foyers et maisons causant ainsi un choc moral et psychologique, peut être irréversible, pour plusieurs familles victimes de ce méfait.
- condamnons toute tentative de division de notre ville ou d'instauration d'une gestion par la terreur ainsi que tout esprit de clanisme montant les uns contre les autres
- manifestons notre solidarité vis-à-vis de l'ensemble des familles ayant été victimes de ces actes de barbarie. Nous leur apportons tout notre soutien moral.
- Nous demandons que toute la vérité, rien que la vérité soit recherchée et que justice soit rendue. Nous encourageons les victimes à se porter partie civile et nous leur prêterons main forte afin que toute la lumière soit faite sur ce déplorable événement.
- Nous demandons pour cela, la mise en place d'une commission d'enquête indépendante.
- Nous donnons toute notre confiance à la justice nationale de notre pays.
- Nous faisons appel au gouvernement pour qu'il s'implique fortement dans les investigations pour identifier les commanditaires de ces actes odieux visant à diviser Iconi.
- Nous demandons la mise en place d'une commission de soutien des familles des victimes et porter à ces derniers, sans tarder, un secours moral et si possible financier.
- nous remercions les organismes ayant déjà porté secours.
- Face à ce cas de force majeure, nous demandons aux autorités étatiques et insulaires de mettre en place un mécanisme d'indemnisation des victimes.
- Nous faisons appel à tous nos concitoyens de la ville d'Iconi (où qu'ils soient) à leur esprit patriotique et de tolérance, de revenir à l'islam pour que la paix règne de nouveau à Iconi en laissant la justice faire son travail.
- Nous faisons appel à nos responsables (toutes tendances confondues) pour se retrouver rapidement autour d'une table de négociations avec un seul objectif et idéal : la préservation de la paix, de la sécurité et de l'unité à Iconi pour le bien être de nos enfants et de nos familles.
- Nous faisons appel à tous les ressortissants d'Iconi, pour qu'une grande assise soit organisée en vue de définir ensemble un mode de gestion adéquat et pérenne de notre ville qui sera avalisé par l'ensemble de nos concitoyens et capable de relever le défi de développement harmonieux de notre ville au niveau socio-économique, dans la paix.
- Qu'Allah le Tout Puissant guide nos actes vers le droit chemin et que la paix et la solidarité règnent de nouveau dans notre ville bien aimée"

24/12/2012

LA DIASPORA ICONIENNE DE France
PARIS – MARSEILLE – LYON - BORDEAUX
COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=COMMUNIQUE de la diaspora Iconienne (de <a class=
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 > >>