Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  Aimons les Comores de SAID IBRAHIM

LA PREMIERE DAME DE LA REPUBLIQUE

8 Février 2013 , Rédigé par Aimons les Comores

LA PREMIERE DAME DE LA REPUBLIQUE A PRIS DU SERVICE DANS LA REPUBLIQUE.

LA PREMIERE DAME DE LA REPUBLIQUE A PRIS DU SERVICE DANS LA REPUBLIQUE.
          ALORS QUE LA CORRUPTION ET L’ACHAT DE CONSCIENCE BATTENT LEUR RECORD.
 
 
     La première Dame de la République a pris du service dans l’action du gouvernement et de ses responsabilités dans la République.Certains avaient cru qu’elle était retirée des affaires pour de bon?Non,parce qu’il y ait beaucoup de choses à prendre et à se faire valoir dans la République des aveugles.Alors,que la corruption et l’achat de conscience continuent à battre leur record,le président de la République fait fi.Alors,que le ministre des affaires étrangères,le seul chargé à signer des passeports diplomatiques,se voit,aujourd’hui,pris dans les mailles du filet,malheureusement,pour lui et pour la République des Comores,le président de la République fait semblant d’ignorer les faits.Je ne cesse pas de le dire,que ces petits nains de la République nous ont vendus et ont vendu le pays,pour des raisons financières.Ils ont voulu aller très vite que la vitesse du soleil,en voulant changer le courant de leurs vies et nous voilà,placés sur la pente de la descente aux enfers,par une politique mensongère et fataliste.Le colonel Azali Assoumani,après avoir saboté la constitution et les institutions de la République,il avait réussi à nous imposer sa petite charte constitutionnelle,celle,qui avait abouti à cette configuration de la présidence tournante tourmentée,qui,par conséquent,nous avait conduits à cette catastrophe nationale.Le plus grave,encore,c’est l’arrivée de ce Mollah chiite,qui,lui,sans scrupule et sans morale,avait fini par vendre la nationalité comorienne,pour ces mêmes fins,l’enrichissement personnel et clanique.Des passeports comoriens sont vendus un peu partout,à travers les pays arabes,notamment,ceux des Émirats-arabes-unis,vendus à des apatrides et des berbères.Avec le terrorisme international et avec la circulation des billets sales,dus à la drogue et à la prostitution,les Comores,aujourd’hui,sont rentrées dans ce cycle de contrôle international,en vue de comprendre le mécanisme de cette politique mise sur place,par des autorités comoriennes,élues par défaut.Je ne pense pas,que cette fois-ci,le président de la République aller fermer ses yeux et ses oreilles,en continuant à vouloir protéger ses amis,qui l’ont fait président de la République.Est-ce que cette façon de vouloir refonder son parti politique,est une manière à fuir la réalité ou quoi?Certes,le président al hadj Ikililou DHOININE a bien compris que la majorité présidentielle,a été une machine d’intérêts économiques et claniques.Maintenant,qu’il est tout seul sur le terrain,il lui revient à chercher par tous les moyens,à quitter ce bateau en naufrage et de sauver sa peau.C’est dans ce contexte général,qu’il avait fait appel à sa femme,pour ainsi,lancer le débat et la création de son propre parti,dit,à majorité présidentielle.
    Tout le monde a vu la première Dame sur la première rangée ou je dirai sur la tribune d’honneur à Anjouan.Bien que le gouverneur de cette île avait refusé l’idée de créer un autre parti politique,mais,cela n’empêche pas de relancer l’action du gouvernement dans ce sens bien précis.Surtout,que les élections présidentielles de 2016 reviennent à l’île autonome de Ngazidja où,déjà,les prétendants se dégagent avec force et détermination.Donc,il est normale et souhaitable,que la première Dame revienne dans les affaires,car,il se pourrait,qu’elle soit vice-présidente dans le cadre de l’île de Mohéli,en 2016,pour la continuité et pour la facilité acquises.Donc,nous voyons combien,cette femme occupe une place très importante dans la politique actuelle et dans le choix des dirigeants de ce pays.S’il y avait des premières Dames de la République,qui vendaient du riz de la société Onicor,des téléphones mobiles de la société SNPT et d’autres vendaient des zébus et des passeports,cette fois-ci,celle,qui occupe la scène politique nationale,s’intéresse aux bijoux et au commerce.Donc,les jeux sont les mêmes et les entiers battus ont encore une bonne durée sur la politique comorienne.Les amis de la première Dame sont très satisfaits de la voir revenir dans le jeu politique national et surtout,qu’elle est restée la seule à opposer ceux de l’autre camp du colonel fil de fer.La corruption et l’achat de conscience sont devenues une loi à part entière dans l’exercice du pouvoir aux Comores et combien,il est temps à ce que nous osions descendre dans les rues pour nous débarrasser de ces filous,suceurs de sang humain.Je ne le crois pas et je ne le pense pas,qu’aujourd’hui,sauf,si,je me trompe,que notre ministre comorien des affaires étrangères,lui,qui se prend pour être l’élite des élites éclairés,possède la parole.Cette fois-ci,ce n’est pas au ministre comorien de l’intérieur,qui serait à l’origine,mais,plutôt,celui qui assume les affaires étrangères,où il fallait interroger.L’argent facile a détruit nos consciences et a fait de nous,des irresponsables,vis à vis,des comoriens et vis à vis,de l’opinion internationale.Il suffit d’être dans un avion et de faire une escale,soit à Nairobi ou à Dar-es-salaam,pour assister et pour voir,qu’il y ait toujours,un comorien arrêté avec un faux passeport.Comment,voulez-vous diriger un pays dans un climat apaisé?Il est même constaté qu’avec la biométrie,certains osent prendre le risque,pour tout simplement,fuir la misère et la pauvreté imposées par nos faux régimes,élus par défaut.Donc,le retour de la première Dame dans la politique nationale comorienne nous prouve et nous justifie l’irresponsabilité de la politique comorienne.C’est tout à fait normale,que le pays avance dans les crimes humains et financiers,pour la seule raison,la continuité.
    Je crois que les responsables de la commission nationale de la lutte contre la corruption dans ce pays devraient oser démissionner.Parce qu’ils seront considérés,comme,étant des vrais collaborateurs de ce gâchis économique et de ce système de mise à mal à l’économie de tout un pays.Il fallait libérer la justice comorienne,en lui donnant toutes les possibilités nécessaires,pour mettre la main sur tout ce qui a été détourné à ciel ouvert.Ces petits cadres et ces petits fonctionnaires,qui ne comptabilisent pas 20 ans de service et qui sont devenus des milliardaires tout fait,doivent répondre devant les comoriens et devant la justice.Nous devrions,également,exiger le départ du président de la République,car,de toutes les façons,il a été élu par défaut et par l’achat de conscience.Donc,il ne mérite pas d’être applaudi et encore,moins,d’être considéré,comme,tel.Si,le fait de faire revenir la première Dame,est une façon de camoufler l’incompétence et l’irresponsabilité,croyez-moi,Monsieur le président de la République,que tous les comoriens connaissent ce qui s’est passé.Il n’y a rien qui puisse nous passer ou nous échapper par les yeux et par les oreilles.De toutes les façons,ce n’est pas à un BOLERO,que les choses allaient se dissimuler,il est le premier à divulguer tout ce qui se passe dans les locaux de la présidence de la République.La situation actuelle appelle à la désobéissance et au refus de se soumettre.Nous exigeons et maintenant,à ce que la justice prenne le dessus de cette histoire de citoyenneté économique,pour nous faire la lumière de ces sales affaires,qui circulent,au-delà,de nos frontières.Prenons l’exemple de ceux qui se sont révoltés,un peu partout,dans les pays arabes,africains,pour exiger que la loi soit le moteur de l’équilibre social et de la justice sociale.Comme,l’union-africaine veut se donner le courage et la volonté de juger des hommes,qui étaient des présidents,il fallait,aussi,que nous prenions ces exemples pour juger,ceux qui sont là et qui ont mis les Comores sur les bancs des accusés.Le colonel Azali Assoumani et le Mollah Sambi doivent y répondre devant la loi fondamentale.Si,cela nous semble impossible,donc,il fallait procéder à une grande révolution radicale,qui pourrait nous donner la force de juger ces filous de la tournante tourmentée.Je crois que la jeunesse comorienne est assez bien préparée pour affronter la situation et nous leurs ainés,nous serions derrière vous.Ce que nous ne faisions pas,aujourd’hui,nous ne le ferions pas demain.Donc,c’est à nous de voir et de décider sur ce que bon nous semble.C’est le seul préalable,pour y parvenir et pour y gagner le pari.
Bakari Msaidié Haninga.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article